Préalables à lire pour tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut, pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait au moins un prénom, et c'est la moindre des choses et que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images, mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs et les faire réfléchir++ avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement, uniquement par l'intermédiaire du blog et non pas par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) et encore moins par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout au long de ma vie professionnelle auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, elles seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage, et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog, majoritairement consacré à la traumatologie sportive, est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale et répose sur une triple démarche:

1 - une bonne analyse des symptômes que rapporte le patient qui doivent d'emblée évoquer un certain nombre de diagnostics plausibles.

2 - la recherche de signes cliniques dont la cohérence entre eux et la cohérence avec les données de l'interrogatoire permettent d'approcher de façon encore plus précise le diagnostic lésionnel.

3 - la nécessité de faire concilier les données de l'anamnèse et de l'examen avec les renseignements fournis par les bilans d'imagerie que le patient a déjà en sa possession ou en demander de nouveaux qui seront toujours guidés par les renseignements provenant de l'évaluation clinique (Jacques Rodineau).

Mais il faut en convenir, l'imagerie moderne qui a pris une place considérable dans la médecine moderne (échographie, scanner, IRM), lorsqu'elle est prescrite à tort et à travers, en plus d'être inutile et couteuse en terme de dépenses de santé, va se substituer à la clinique et par excès de sensibilité et manque de spécificité va donner bon nombre de faux positifs.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne.

Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Articles les plus consultés et à juste titre: traumatologie du poignet et de la main, les lombalgies, dont la lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres à titre préventif, les cervicalgies, les dorsalgies, le syndrome du défilé thoraco-brachial, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied, des métatarsiens et des sésamoïdes du gros orteil.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

dimanche 16 février 2014

Aponévrosite (fasciite) plantaire

L'aponévrosite ou fasciite plantaire est une pathologie de sur-utilisation de l'aponévrose plantaire superficielle, le plus souvent liée à des micro-traumatismes répétés en rapport avec une inflammation progressive ou à une rupture partielle de la partie médiale (interne) talonnière  de l'épaisse bande fibreuse triangulaire qui soutient la voûte interne du pied et s’étend du talon jusqu’à la base des orteils ou elle se divise en languettes qui vont se fixer sur la base des premières phalanges .




Biomécanique de la voûte plantaire
La position excentrée de l'atragale au dessus du calcanéum transforme le rayon médial (r m) en une sorte d'arche dont seules les extrémités touchent le sol. 

Rayon médial et rayon latéral du pied



Seule les 2 extrémités de l'arche longitudinale du pied touchent le sol

Le décalage antérieur de l'astragale (schéma B) place sa tête en porte-à-faux au sommet de la voûte plantaire, transformant celle-ci en une structure souple et déformable. Une telle architecture contribue à répartir harmonieusement le poids corporel lors de l'appui unipodal, soulage l'astragale et augmente le bras de levier calcanéen sur lequel agit le triceps.




L'étendue et l'élasticité des ligaments plantaires (a/b) constituent le principal facteur de maintien de l'ogive plantaire qui est par ailleurs le carrefour où convergent les tendons jambier postérieur (JP) et long péronier (LP) qui se comportent comme des rênes imprimant à la plante des mouvements d'inversion et d'éversion.


Physiopathologie et facteurs favorisants
En position debout, l'aponévrose plantaire supporte le poids du corps; à la marche et à la course,  biomécaniquement liée  au système propulseur de la chaine musculaire des muscles du mollet  et du tendon d'achille, elle est fortement sollicitée et étirée, ce qui lui permet de transmettre la force de propulsion de l’arrière vers l’avant tout en stabilisant l’arrière-pied en varus. Des microtraumatismes répétés ou un étirement brutal enflamment l'aponévrose dans une zone le plus souvent proche de son insertion calcanéenne. Cette insertion par ailleurs peut se calcifier et former une épine calcanéenne (épine de Lenoir) en dehors de toute lésion d' aponévrosite. 

Epine de Lenoir correspondant à la calcification de l'insertion calcanéenne de l'aponévrose plantaire; ce n'est pas elle qui est en cause dans la fasciite plantaire.

La traction exercée sur l'aponévrose plantaire est majorée par les troubles de la statique plantaire:  surélévation (pied creux) ou  affaissement (pied plat) de la voûte plantaire et les déplacements  sur terrain inégal.



D'autres facteurs favorisants sont à incriminer:
- le matin au réveil après une période nocturne ou l'aponévrose est en position raccourcie
- la station debout prolongée
-  une prise de poids 
- de longs déplacements en voiture
- des chaussures de sport inadaptées, chaussures de ville type “Tong“
-  la raideur des muscles des mollets
- l'augmentation brusque de l'intensité et des volumes d’entrainement
- une pratique  des sports de montagne et de la course à pied.
Le diagnostic
Clinique+++
Il se résume à une douleur d'intensité variable, sous talonnière unilatérale et parfois bilatérale dans 1/3 des cas, dès les 1ers pas le matin au réveil, ou en cours de journée à l'effort.
 Si la douleur est trop  forte, elle peut s'accompagner d'une gène fonctionnelle avec boiterie.
A l'inspection il n'y a ni rougeur ni oedème et au podoscope, on recherchera un trouble de la statique plantaire.
La palpation mettra en évidence une douleur exquise à la pression de l’insertion calcanéenne de l’aponévrose. L'absence de douleur à la pression des faces latérales du calcanéum permet d'éliminer à tout coup une fracture de fatigue.
L'imagerie
La radiographie standard du pied peut retrouver un trouble de la statique ou une épine calcanéenne. 
L'échographie bilatérale et comparative, avec une sonde de 7 à 13 Méga Hertz et avec un bon échographiste très entraîné est le meilleur des examens complémentaires; elle va montrer un épaississement de l'aponévrose plantaire (image homogène de 3 mm, sa valeur normale, jusqu'à 7 mm, voire 1 cm, et image inhomogène).

                              

l’IRM en cas d'échec de l'échographie  affirmera le diagnostic d'aponévrosite et parfois de rupture partielle.
Le traitement
D'abord préventif:
Il sera d'autant plus efficace qu'il sera introduit en préventif dès l'apparition des 1ers signes; il sera  celui des facteurs favorisants: hygiène alimentaire et hydratation correcte, chaussures de sport adaptées, talonnette amortissante, semelles orthopédiques, étirements du système suro-achilléo-plantaire, écrasement de l'aponévrose sur une balle de tennis dans un but d'assouplissement.


Le recours à la kinésithérapie ou à l'ostéopathie et leurs techniques de tissus mous et de mobilisations sectorielles des différentes articulations du podo-sural, la physiothérapie, les étirements de type Stanish sont utiles.
Les traitements médicamenteux (antalgiques et AINS) peuvent aider à franchir un cap.
Les infiltrations de corticoïdes dans la partie la plus épaissie de l'aponévrose, sont à utiliser avec prudence (risque de rupture partielle), mais pour notre confrère rhumatologue du sport Raoul Ghozlan, fin connaisseur de cette pathologie, elles sont suivies de 70 à 80% de très bon résultats. 
Les injections de PRP semblent de plus en plus utilisées avec succès (injections tangentielles et non pas perpendiculaires plantaires).
La chirurgie est exceptionnelle
Dans les cas rebelles et invalidants après échec des infiltrations, le recours à la chirurgie peut être envisagé avec le concours d'un chirurgien orthopédiste rompu à ce type de réparation. 

92 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Merci pour votre blog.
    J'ai depuis maintenant plus d'un an mal sous le pied avec une douleur très localisée au niveau de la voûte plantaire avec irradiation vers le gros orteil.
    J'ai fait un EMG qui met en évidence une souffrance nerveuse. J'ai fait une scintigraphie qui met en évidence une grosse inflammation. L'iRM quant à lui ne démontre rien. Je suis gênée à la marche et j'ai la sensation que je vais arracher le dessous de mon pied ainsi que du côté du canal tardien. Depuis maintenant presque 2 mois, j'ai des douleurs dans toute la jambe, qui débute au niveau de la fesse, avec une douleur très intense dans le muscle de la cuisse puis pas trop mal dans le mollet mais tiraillement avec douleur à l'arrière du talon puis sous le pied.
    Toutes ces douleurs sont arrivées après un traumatisme de la cheville avec une entorse grave de la cheville... Je ne m'en sors plus et la douleur est présente jour et nuit (les nuits sont très courtes).
    Je fais de la kiné depuis 1 an maintenant et les étirements réveillent d'autant plus cette douleur.
    Avez-vous une idée? Pouvez-vous m'aider?
    Le chirurgien qui me suit ne comprend pas... je suis désespérée...
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, votre histoire m'évoque fortement non pas une aponévrosite plantaire, mais une sciatalgie, c'st à dire une douleur projetée d'origine lombaire basse L5/SI. Avec l'accord de votre médecin traitant, assurez vous du diagnostic auprès d'un confrère rhumatologue et faîtes manipuler votre colonne lombaire basse que vous pouvez faire précéder par une infiltration épidurale L5/S1

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Merci pour votre message. Mais Est-ce qu'une sciatalgie provoquerait également une douleur plantaire bien ciblée?
    Ces douleurs font suite à un traumatisme de la cheville. J'ai été opéré de la cheville par l'intermédiaire d'une arthroscopie et l'ablation d'un ossicule détaché (côté malléole interne - le côté où j'ai également mal). Lorsque je travaille en kiné la zone de la malléole interne, mon pied s'endort... C'est dans un second temps que les douleurs se sont diffusées dans toute la jambe... très certainement parce que j'adopte une position antalgique me permettant de ne pas souffrir trop du pied...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une sciatalgie peut parfaitement se traduire par une douleur localisée du pied. Vous vouliez un avis spécialisé, je vous l'ai donné. Dr LP

      Supprimer
  5. Merci beaucoup. Mon médecin traitant m'a prescrit un IRM lombaire + IRM pied et cheville et une écho de la plante du pied (aponévrose)... J'espère que j'obtiendrai des réponses et qu'enfin j'arrêterai de souffrir. Merci pour votre aide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ces examens sont coûteux et parfaitement inutiles, le diagnostic est essentiellement clinique. L'Imagerie ne remplacera jamais le clinique et les connaissances. Dr LP

      Supprimer
  6. Bonjour Dr LP. Avez vous remarqué que les aponévroses partout du corps(du crâne,le tronc,membre supérieur,inférieur) subissent les même rétrécissement? Par la surutilisation j imagine. Et gestes répétitifs et traumatiques. Comme les personnes accidentées au travail ou de la route. En traitement de massothérapie en rapport à l aponévrosite plantaire,en recommandant aux gens de s étirer (le cou,le tronc,les mains,bras,la taille,jambes,et plantaire) cela aide énormément à la soulager. Et tranquillement je suggère aux gens de garder la souplesse du pied en faisant de très léger jogging sur place ,d une durée de 5 min,quotidiennement( les gens de 65 ans et plus ont noté une amélioration ,les autres tranches d âge aussi). Bref au quotidien d être souple en général. PP massotherapeute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean François, je ne partage pas votre analyse, mais je suis d'accord sur les étirements qui sont essentiels en prévention des problèmes tendino-musculaires. Dr LP

      Supprimer
  7. bonjour,
    pourriez vous me renseigner sur des déchirures musculaires à répétions. 1ere 3 novembre 2014 puis 3 février 2015 puis 8 mai 2015 et là 15 décembre 2015. Je n'ai jamais récupéré entre toutes sauf là ou je commençais à me sentir mieux pour marcher. Cela concerne le jumeau interne de la jambe gauche. Il a été trouvé une désinsertion musculo aponevrotique aussi. Je suis découragée. Que faire ? Merci de vos conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ani, posez votre question sur les accidents musculaires itératifs, au bon endroit sur le blog. Dr LP

      Supprimer
  8. Bonjour Dr Pallure,
    Voilà quelques temps que je souffrais d'aponévrosite plantaire, surtout au lendemain de sorties longues en course à pied. Et lors d'une séance de multibonds, celle ci a rompu totalement, diagnostic confirmé par échographie. Votre expérience vous permet elle de donner un pronostic sur les chances de retrouver un déroulement normal du pied et un niveau de performance semblable à avant la blessure? Quelles préconisations ou limites poseriez vous à la pratique post blessure et réathlétisation?
    J'ai conscience que je vous en demande beaucoup en peu de mots, et j'espère que vous pourrez apporter quelques éléments de réponse à mes questionnements.
    Merci à vous et toutes mes félicitations pour votre blog!
    Stéphane D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane, dans votre cas, il s'agit avant tout de réparer votre aponévrose plantaire et comme vous me semblez avoir un bon niveau sportif, je vous conseille de prendre un avis spécialisé au près d'un chirurgien du sport, spécialiste du pied. Si vous êtes sur Paris, vous trouverez votre bonheur dans le service de chirurgie orthopédique du CHU Pitié Salpètrière ou alors à la clinique du Sport, 36 Bd Saint Marcel dans le Véme arrondissement; Le chirurgien, en fonction de l'importance de la déchirure, vous proposera soit des injections de PRP, soit une intervention. Posez lui également toutes les questions concernant les suites opératoires et la reprise sportive que je vous souhaite avec le moins possible de perte de niveau. Toutefois en fonction de votre âge, peut être faudrait-il penser à une reconversion vers des activités d'endurance moins agressives pour les tendons. Dr LP

      Supprimer
    2. Un grand merci pour votre réponse éclairée Mr Pallure. Je vais par conséquent prendre l'avis d'un chirurgien du sport spécialiste du pied comme vous me l'indiquez. Je vous ferai un petit retour complet dans quelques mois. D'ici là je croise les doigts en plus de garder mon pied en décharge et l'espoir dans le cœur. Stéphane D.

      Supprimer
  9. Bonjour Dr Pallure,
    Suite à une randonnée en raquette sur plusieurs jours (j'ai 59 ans) en montagne, j'ai ressenti une vive douleur au retour apres avoir passé 4h dans le train, j'ai gardé cette douleur au pied, douleur plus forte le matin au lever, en évitant tout sport, puis, étant entraineur fédéral de Beach Volley, lors d'un entrainement j'ai ressenti un craquement sous le meme pied et une douleur tres violente provoquant un empechement à la marche normale, je me suis rendu aux urgences d'une clinique pres de chez moi, et il a été diagnostiqué apres radio, sans détection de fracture, par le medecin, aponevrosite et 13 jours de platre avec anti inflammatoires; qu'en pensez vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, vous avez vraisemblablement une rupture partielle de l'aponévrose plantaire (à confirmer par un IRM). Si confirmation, vous avez 2 solutions: soit des PRP, soit une intervention. Quoiqu'il en soit la décision sera du ressort du seul chirurgien orthopédiste, spécialiste du pied. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse rapide, apres l'enlevement du platre, je passerai une IRM afin de déterminer l'étendue de la lésion. Félicitations pour votre blog. Christian B.

      Supprimer
    3. Tenez moi au courant de l'évolution Christian, ça peut éclairer d'autres lecteurs ayant un problème similaire. Dr LP

      Supprimer
  10. Bonjour Dr LP, il y a presque 1 an je me suis donné des coups dans la paume de ma main et j'ai une boule dure en forme de fusée qui est apparus immédiatement a l'endroit du traumatisme au milieu des deux lignes et entre l'auriculaire et l'annulaire. Le chirurgien ma parlé de la maladie dupuytren, mais moi j'y crois pas du tout, car le nodule n'a eu aucune évolution, la peau n'adhère pas au nodule et je n'ai aucune ombilication. Moi je pense plutôt a une fasciite nodulaire sous-cutanée, est-ce que c'est possible ?
    Résultat IRM: Lésion très intime avec le retinaculum des fléchisseurs qui paraît anormal en regard de cette anomalie.

    Je vous remercie d'avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cédric, pourquoi posez vous une question concernant un traumatisme de la main, au bas d'un article consacré à une fasciite de l'aponévrose plantaire du pied?

      Supprimer
  11. Dsl Dr si mon message n'a pas sa place ici, mais vu que je pense que ma lésion est une fasciite je me suis dit que vous pouvez peut-être me renseigner.

    DSL Dr LP

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Dr LP, je m'appelle Marie-Claire.
    Depuis plus d'un an je souffre d'une aponevrosite plantaire confirmée par echographie.
    Apres avoir fait de la kinesitherapie, du renforcement proprioceptif, des etirements, des semelles orthopediques, des ondes de choc et de l'ostheopathie, mes douleurs persistent sans progressions.

    Je voulais donc savoir qu'elle était ma prochaine expérience ?
    Je suis educatrice sportive APA ( activite physique adapte) donc je connais mon corps et ce qu'il faut pour lui, malheureusement à l'heure d'aujourd'hui je suis dans une impasse.

    Je me suis mise au repos sportif et diminuer de 3/4 mes activités.

    Que faire ??

    Je vous remercie

    Marie-Claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie Claire, le traitement qui vous a été proposé s'avérant inefficace, il faut passer maintenant à une imagerie plus pointue comme l'IRM afin de vérifier qu'il n'y a pas de rupture partielle et tenter un traitement par PRP. Dr LP

      Supprimer
    2. Mauvaise manipulation pour le second commentaire desole
      Merci beaucoup pour votre rapidite

      Supprimer
  13. Bonjour Dr LP, je m'appelle Marie-Claire.
    Depuis plus d'un an je souffre d'une aponevrosite plantaire confirmée par echographie.
    Apres avoir fait de la kinesitherapie, du renforcement proprioceptif, des etirements, des semelles orthopediques, des ondes de choc et de l'ostheopathie, mes douleurs persistent sans progressions.

    Je voulais donc savoir qu'elle était ma prochaine expérience ?
    Je suis educatrice sportive APA ( activite physique adapte) donc je connais mon corps et ce qu'il faut pour lui, malheureusement à l'heure d'aujourd'hui je suis dans une impasse.

    Je me suis mise au repos sportif et diminuer de 3/4 mes activités.

    Que faire ??

    Je vous remercie

    Marie-Claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie Claire, je vous ai répondu. Dr LP

      Supprimer
  14. Bonjour docteur, je fais de la course à pied et ai depuis quelques semaines cette gêne,petit douleur surtout au réveil...j'ai bientôt un rendez vous chez mon médecin du sport mais je sens le verdict arrive..généralement à ce stade faut il arrêter complémentèrent la course

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Frank, relisez l'article où il est dit que le traitement est fonction du stade d'évolution. Si l'aponévrosite est récente, il vaut mieux suspendre la course à pied pendant 1 à 2 mois, à remplacer par le vélo et le rameur pour garder la condition physique et corriger tous les facteurs favorisant l'aponévrosite: hygiène alimentaire et hydratation correcte, chaussures de sport adaptées, talonnette amortissante, semelles orthopédiques, étirements du système suro-achilléo-plantaire, écrasement de l'aponévrose sur une balle de tennis dans un but d'assouplissement, kinésithérapie ou ostéopathie et leurs techniques de tissus mous et de mobilisations sectorielles des différentes articulations du podo-sural, physiothérapie, étirements de type Stanish sont utiles, Antalgiques et AINS. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse. Cela fait 2 semaines que j'ai arrêté la course. Je voulais faire 3 semaines off avant de repartir pour une prépa semi marathon.j ai commence a faire quelques exo trouves par ci par la en attendant mon rendez vous:balle de tennis, étirement,marche pointe de pied,exercice avec serviette de bain etc...j'ai deja des semelles ortho, et fais tres attention a mes chaussures...je pense que cela est plus lié a une montee en charge trop rapide...

      Supprimer
    3. Frank j'ai bien peur que 3 semaines de repos s'avèrent suffisantes pour enrayer le processus d'aponévrosite, le risque étant le passage à la chronicité, voire la rupture partielle. Dr LP

      Supprimer
    4. Bonjour docteur jai commencé depuis le 13 juin des seances de Kiné , onde de choc, ponçage etc... Et ai continue de mon côté balle de tennis étirements... L écho de mi juillet à donné de bon signe d avancement, mon docteur m'a prescrit un programme de reprise de course à faire fin juillet et de revenir vers lui debut septembre si cela n'allait pas ( pr info j'étais autorisé à courir Max 20min 3 fois par semaine et dois progressivement monter à 45min plus allure rapide sur une quinzaine de séance)... J'ai donc repris la course cette semaine et passe mon temps à psycoter "ai je mal, est ce trop tot?etc"

      Aujourdhui je nai plus autant mal le matin, parfois une toute petite gêne sur les premiers pas si je prêtes vraiment attention, à la palpation du Kiné cest sensible si vraiment le touché est tres appuyé... Pendant les courses j'ai à ce stade 0 douleurs (35min hier de course). Apres ca peut me lancer tres légèrement de temps en temps(mais est ce dans ma tete ?)... Bref je suis pas confiant, mon Aponévrosite à ete prise tres tot, pensez vous que ces 6 semaines de traitement et cette reprise assez tot et tres progressive suffira? Merci pour vos conseils

      Franck

      Supprimer
  15. bonjour,
    j'ai depuis 1 mois une petite rupture de l'aponévrose plantaire au niveau de l'insertion sur le calcanéum. je peux marcher avec les semelles orthos sans trop de difficultés en restant raisonnable bien sûr. Pourriez vous me préciser la durée approximative de cicatrisation et la conduite à tenir avant une reprise de la natation ou du vélo par exemple ?

    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christian, le temps de cicatrisation est variable et compris entre 6 et 8 semaines; ce qui compte c'est qu'au terme de la 5ème semaine, votre aponévrose lésée soit testée cliniquement en étirement et en contraction résistée et si tout est OK, vous reprenez vélo et natation mais avec zéro douleur. Refaire une imagerie au terme de la 8ème semaine, c'est bien aussi, avant de reprendre progressivement toutes vos activités précédentes. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour Mr Pallure
      Depuis trois ans je souffre de sensations de brûlures sous les deux pieds, très invalidants en station debout statique. En fin de journée mon seul soulagement est de mettre mes pieds dans l'eau glacée. Après des IRM, le diagnostic est le suivant : inflammation de l'aponévrose et épine calcanéenne importante du côté gauche et un peu moins du côté droit.Je n'en peux plus de ces douleurs et brûlures. J'ai eu des semelles, aucune amélioration, plutôt même le contraire. la kinésithérapie m'a apportée un temps un peu de confort. les ondes de choc bien pour les deux premières séances ensuite plutôt mal...deux infiltrations : la première avec un mieux et la seconde sans aucun effet...j'ai 5 kgs en trop et ne pense pas vraiment que ce soit la cause de mes maux ! mais je fais quand même le régime pour les perdre...j'ai 68 ans, suis souvent en station debout la journée car je ne savais pas m'assoir...mais je change cela aussi..une EMG n'a pas révélé de problème d'origine nerveuse. J'ai fait effectivement des fractures de fatigue qui ont été très bien soignées. Que puis-je faire aujourd'hui à part consulter un centre anti douleur ! merci de me lire et peut-être de m'apporter des débuts de solutions ou des pistes intéressantes pour venir à bout de trois ans de douleurs

      Supprimer
    3. Bonjour, j'espère pour vous que le diagnostic d'aponévrosite plantaire est le bon et dans ce cas le diagnostic est purement clinique et se passe pratiquement de tout examen complémentaire sophistiqué, excepté des radiographies simples du pied de profil, qui mettent parfois en évidence une épine calcanéenne de Lenoir qui n'y est pour rien dans la genèse des douleurs et une échographie qui peut éventuellement mettre en évidence une rupture partielle de l'aponévrose. Quant à l'IRM , l'EMG, ils sont parfaitement inutiles, sauf si l'on soupçonne une cause autre que l'aponévrose plantaire. Alors peut être vous faudrait-il déjà vous assurer que le diagnostic d'aponévrositee soit le bon et de vous renseigner sur le pourquoi des IRM et de l'IMG. Ensuite très souvent à votre âge, il y a un affaissement de la voute plantaire et il vous faut des semelles orthopédiques pour corriger ce trouble de la statique du pied, et surtout il faut de très bonnes chaussures avec un bon amorti. Perdre du poids et s'hydrater correctement et donc avoir des urines claires est aussi une bonne chose. Une chose m'interpelle, c'est que vos douleurs sont à type de brûlures et ce type de douleur évoquerait plutôt une neuropathie, diabétique ou autre par exemple, qu'une aponévrosite dont le diagnostic clinique est facile sur la présence d' un point douloureux exquis quand on palpe le bord postéro-interne du calcanéum, au niveau de l'insertion postéro-interne de l'aponévrose, et des douleurs provoquées à l'étirement de l'aponévrose et à la contraction contre résistance. Dr LP

      Supprimer
  16. Unknown a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Aponévrosite (fasciite) plantaire" :
    Bonjour docteur jai commencé depuis le 13 juin des seances de Kiné , onde de choc, ponçage etc... Et ai continue de mon côté balle de tennis étirements... L écho de mi juillet à donné de bon signe d avancement, mon docteur m'a prescrit un programme de reprise de course à faire fin juillet et de revenir vers lui debut septembre si cela n'allait pas ( pr info j'étais autorisé à courir Max 20 min 3 fois par semaine et dois progressivement monter à 45min plus allure rapide sur une quinzaine de séance)... J'ai donc repris la course cette semaine et passe mon temps à psycoter "ai je mal, est ce trop tot?etc"
    Aujourdhui je nai plus autant mal le matin, parfois une toute petite gêne sur les premiers pas si je prêtes vraiment attention, à la palpation du Kiné cest sensible si vraiment le touché est tres appuyé... Pendant les courses j'ai à ce stade 0 douleurs (35min hier de course). Apres ca peut me lancer tres légèrement de temps en temps (mais est ce dans ma tete ?)... Bref je suis pas confiant, mon Aponévrosite à ete prise tres tot, pensez vous que ces 6 semaines de traitement et cette reprise assez tot et tres progressive suffira? Merci pour vos conseils
    Franck

    Réponse du Dr LP
    Bonjour Frank, si la course à pied n'est pas impérative, le risque étant de récidiver, je vous aurais conseillé de la remplacer par du vélo et du rameur, ce qui ne vous ferais rien perdre au niveau condition physique. Dr LP

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Docteur, j'ai une aponévrosite plantaire débutante qui s'est déclarée cet été au bout de la neuvième étape d'un trek en montagne avec un portage conséquent et une hydratation pas toujours optimale (faute de points d'eau sur l'itinéraire). Je suis au repos complet depuis 5 semaines, mais il y a peu d'évolution. Je n'ai pas mal au talon et je ne ressens absolument aucune douleur à la marche.Seule une palpation appuyée le long d'une sorte de corde qui part de l'avant du talon en direction des orteils reste douloureuse.J'ai fait faire des semelles orthopédiques par un podologue et pour le moment j'en suis à ma deuxième séance d'électro stimulation chez le kiné. Je pense qu'il est plus sage de laisser la course à pied où la randonnée de côté tant que cette pathologie n'est pas guérie.Toutefois, j'aimerais savoir si la pratique plus ou moins intensive du VTT est contre indiquée du fait de la forte poussée de l'avant pied sur les pédales à la montée mais également de l'appui exclusif sur l'avant pied en position debout sur les pédales lors de la descente. La pratique de l'escalade est-elle également proscrite? D'avance, je vous remercie pour vos conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sylvie, si le diagnostic d'aponévrosite plantaire est certain, vous feriez bien de laisser tomber momentanément aussi le VTT et l'escalade jusqu'à la guérison avec reprise progressive et comme écrit dans le texte, de corriger les facteurs favorisants. Dr LP

      Supprimer
  18. Bonjour docteur et merci pour ce site interactif.
    L'IRM passé en janvier 2016 confirme celui passé en 2012 : tenosynovite du long fléchisseur de l'hallux. L'échographie réalisée en septembre 2016 ajoute à ces premiers diagnostics aponévrosite et calcification du talon.
    Seule la marche sur le sable est soutenable, la position debout reste douloureuse. Je nage encore, pratique un peu le vélo mais ne supporte plus de passer mes journées assis.
    Je pèse 77 kg pour 178 cm et. Trois podologues,trois infiltrations, des ondes de chocs mais aucune amélioration. Avoir cette sensation de talons (surtout le gauche) en feu depuis 5 ans est usant. J'attends avec plaisir vos commentaires, conseils...
    Bien cordialement
    Will. Normandie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Will, je présume que c'est l'aponévrosite plantaire qui vous gène; effectivement sa prise en charge n'est pas évidente, surtout a déjà été traitée plutôt correctement par infiltrations semelles et ondes de choc. Comme il est écrit, il ne faut pas négliger les mesures hygiéno-diététiques: alimentaires avec maitrise du poids de corps et hydratation correcte, chaussures de sport adaptées, talonnette amortissante, semelles orthopédiques, étirements du système suro-achilléo-plantaire, écrasement de l'aponévrose sur une balle de tennis dans un but d'assouplissement. Le recours à la kinésithérapie et ses techniques d'étirement, de mobilisations des articulations du pied sont intéressantes. Les traitements médicamenteux (antalgiques et AINS) peuvent aider. Les injections de PRP peuvent être essayées (injections tangentielles et non pas perpendiculaires plantaires). Si échec des mesures précédentes, vous pouvez prendre l'avis d'un chir orthopédique rompu à ce type de réparation. Dr LP

      Supprimer
  19. Je vous remercie pour la célérité de votre réponse. J'ai essayé beaucoup de choses mais pas tout. Un rebouteux m'a même soulagé de....trente euros. Qu'est-ce que je n'ai pas encore tenté ? Je n'ai pas encore goûté les joies du jeûne, des injections PRP et des massages avec balle de tennis. Je n'ai pas passé d'arthro scanner. Pensez-vous cet examen utile ? Dans le cadre de la gestion de la douleur je pense que l'hypnose et la sophrologie pourraient m'aider à ne plus être obsédé par mes talons douloureux. En lisant attentivement vos conseils et en y tenant compte je dois commencer par de la kinésithérapie puis prendre un rdv auprès d'un centre, d'un Chu ou d'une clinique pour des injections PRP. Quant à là chirurgie orthopédique je n'exclus plus d'y avoir recours. Il me tarde tant de pouvoir à nouveau flâner, boire un verre debout...
    Bien cordialement.
    WiLL

    RépondreSupprimer
  20. bonjours docteur je soufre d'une douleur sous le talon trés localiser a un point j'ai consulter un médecin du sport qui ma parler de fasciste plantaire diagnostic après Echographie cela et arriver alors que javais déjà des douleur j'ai forcer déçu et au lendemain d'un match de foot impossible de poser le pied au sol la semaine suivante je marchez normalement mais douleur au réveil et en fin de journée ou après êtres rester assit un moment ma question et la suivante quel est le traitement le plus rapide afin de pourvoir reprendre le sport le plus rapidement possible actuellement je fait de la kiné depuis 1 mois mais aucune amélioration cordialement zakaria

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Zakaria, je crois bien que vous allez devoir patienter pendant quelques mois, sous peine d'aggraver votre fasciite plantaire. Suivez bien les recommandations comme écrit dans le texte et faîtes vous suivre par un confrère expérimenté dans ce type d'affection pas facile à traiter, le meilleur des traitement étant le repos sportif d'au moins 3 mois (relatif car vous pouvez conserver des activités comme la natation, le vélo et le rameur, pour ne pas trop perdre en condition physique). Dr LP

      Supprimer
  21. je vous remercie pour votre réponse docteur on ma notamment parler des ondes de choc et de mésothérapie afin d'accélérer la guérison cela et il utile cordialement zakaria

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Zakaria, je n'ai aucune expérience sur les ondes de choc et la mésothérapie. Dr LP

      Supprimer
  22. Bonjour docteur, je suis Paul, 31 ans, infirmier urgences/S.A.M.U., actuellement en arrêt depuis le 21 avril 2015.
    Ce fameux jour d'avril 2015, je travaillais au SMUR (1er départ) et aux urgences quand je ne partais pas en intervention. J'embauche à 20h45, vers 22h, une légère douleur se présente sous le pied droit en avant du talon à type de "cailloux dans la chaussure".
    Sur ce, la nuit défile et la douleur s'amplifie de plus en plus. Vers 1h du matin, je consulte un médecin aux urgences qui me dit que c'est une aponévrosite plantaire, je passe une rx à la recherche d'une épine calcanéenne, mais rien. Ce médecin me prescrit un arrêt de 8 jours, ce que je fais à la fin de mon poste à 7h.
    Au bout de 8 jours, toujours pareil, la douleur est bien présente et invalidante se manifestant par un trajet douloureux de la base du talon jusqu'au 1er et second métatarse.
    Au mois de Mai 2015, aucune amélioration, je passe une écho de "débrouillage" qui ne montre rien.
    Mois de juin, 1 mois de béquillage sans appui et une TDM à la recherche d'une fracture de fatigue, négative. Consultation d’un podologue, avec semelles orthopédiques à la clé.
    Juillet et Août, kiné à base de TENS (électro-stimulation antalgique nerveuse) et bain écossais + 1 séance d'ondes de choc très douloureuse, sans amélioration.
    Septembre, IRM du pied droit, négative.
    Octobre, scintigraphie osseuse, diagnostic en faveur d'une algodystrophie en phase chaude.
    Depuis, consultations diverses au centre anti-douleur, avec traitement antalgique à base de paracétamol, tramadol, puis introduction de Laroxyl, patch de versatis (anesthésiant), acupan per-os et TENS à la maison.
    La douleur devient supportable mais recrudescence depuis peu car prise de poids (73 kg pour 1.75m en 2015, et 88kg ce jour).
    J'ai essayé le vélo d'appartement, mais au bout de 5 min cela devient insupportable, même 10 min de piscine font le même effet.
    Actuellement, je ne peux rester debout plus de 45 min sans que la douleur ne devienne insupportable.
    Fin Octobre 2016, je consulte un rhumatologue pour savoir si une infiltration serait judicieuse, je n'ai pas eu de réponse, juste Rx et IRM à refaire avant d'en savoir plus.
    Je précise que la douleur est toujours la même depuis le début, et que cette situation est très pesante à long terme, en plus de souffrir de l’incompréhension de mes proches.
    Quels conseils pourriez-vous me donner ?
    Est-ce qu’un autre diagnostic n’a pas été exploré ou une thérapie pouvant m’aider ?
    Merci de votre réponse.
    Ps : désolé pour la longueur du texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Paul, effectivement votre histoire est un peu confuse, s'il s'agit véritablement d'une aponévrosite plantaire, le traitement le plus adéquat est l'injection de PRP. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse, je vais voir ça avec le rhumato.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour docteur,
    Suite à une aponévrosite plantaire,je consulte un rhumatologue pour faire des infiltrations,il m'en fait 4 en 4 semaines dont 3 en moins de 3 semaines en aout.
    Je fais un Irm 1 mois après en septembre car la douleur est toujours aussi intense et l'image démontre une inflammation du court fléchisseur des orteils et du carré plantaire avec une légère aponévrosite.
    Depuis j'ai été sous prednisone ensuite naproxene avec béquille sans appui mais des que j'essai de remarcher mon talon me fait très mal et la nuit j'ai des sensations de brulure intense sur les faces interne et externe du pied.
    J'ai fais un electromyogramme et rien c'est normal.
    Cela fait presque 5 mois que je suis dans cet état et j'en peux plus.
    Je compte faire un PRP sur le muscle mais le radiologue n'est pas sur que cela soit efficace.
    Avez vous deja eu ou entendu ce cas de figure de l'inflammation des muscles du à trop d'infiltrations?
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Didier, le diagnostic d'une aponévrosite est essentiellement clinique et suivant l'ancienneté des signes, la tendance actuelle est plutôt d'injecter des PRP, suivi de kinésithérapie; et ce n'est pas tout a fait le protocole que vous avez suivi (4 infiltrations, des AINS, de la cortisone per os !!!). Un autre avis avec un confrère spécialisé me semble opportun. Sur Paris le Dr Laurence Bellaïche a toute la confiance des médecins FFA. Dr LP

      Supprimer
  25. Merci pour votre réponse.
    Le docteur est bien rue bachaumont dans le 2eme?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didier, je ne sais pas exactement ou elle officie, mais vous pourrez trouver ça facilement. C'est une radiologue qui fait des infiltrations guidées par imagerie. Dr LP

      Supprimer
  26. bonjour docteur je vous écrit a nouveau après plus de 3 mois de repos je ne ressent presque plus de douleur juste une petite douleur par moment dans la journée je voudrais savoir si je peut reprendre la course ou il est encore trop tôt cordialement zakaria
    ps:blesser depuis le 02/09/2016 fasciste plantaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Zakaria, 3 mois de repos c'est bien, mais insuffisant: avez vous fait aussi de la kiné avec étirements de l'aponévrose, massages transverses, etc? portez vous des semelles orthopédiques? avez vous une hygiène alimentaire et une hydratation correcte, vos chaussures de sport sont elles adaptées avec une talonnette amortissante? si vous avez fait tout ça vous pouvez reprendre très progressivement. Si vous n'avez rien fait hormis le repos, les mêmes choses produisant les mêmes effets, vous allez récidiver. Dr LP

      Supprimer
    2. tout d'abord merci pour votre réponse donc j'ai fait de la kiné je me fait rouler une bouteille congelé sous le pied je me fait des massages également et cela plusieurs fois par semaine le médecin qui me suit pour cette blessure (médecin radiologue clinique des lilas, clinique pitié salpêtrière,également médecin a insep) me demande de reprendre progressivement et si ça persiste on essayera l'infiltration je doit avouer que l'infiltration me fait peur car elle n'a pas bonne réputation quand pensez vous? cordialement zakaria

      Supprimer
    3. Très bien tout ça. Les infiltrations on les fait quand c'est nécessaire uniquement et elles ne doivent pas faire peur. Dr LP

      Supprimer
    4. bonjour docteur j,ai effectuer une IRM de contrôle afin de chasser les doutes de ma tête la conclusion de celle ci est:
      séquelles de lésion traumatique du corps du faisceau moyen de l’aponévrose plantaire superficielle en voie de cicatrisation probablement toujours active.
      je n'est pas était informer plus que cela le médecin en question ma prescrit des séance d'onde de choc et me dit de ne surtout pas reprendre je voulais avoir votre avis sur la conclusion et surtout me conseiller sur la reprise du sport.
      cordialement zakaria

      Supprimer
    5. Bonjour, il est sage de reprendre les activités physiques progressivement: marche, vélo, rameur, seulement une fois qu'il n'y plus de douleurs. Dr LP

      Supprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commencez Mr l'inconnu par lire l'avis préalable. Dr LP

      Supprimer
  28. Bonjour, je souffre d’aponévrose depuis 2 ans + problème genou et cheville opéré en septembre.
    J'ai fait divers examen échographie + radio plantaire.(mais elle ne révélé rien)
    Semelle + Catrex et patch voltaraine sans résultat.
    J'ai repris depuis une semaine(arret maladie pour la cheville), je travaille dans la livraison colis (centaine par jour) et bien sur chaussure de sécurité obligatoire.
    Je suis dans les bouches du rhone et j'ai consulté 2 podologue + 2 rhumatologue.. la douleur et insupportable quand je marche et a froid, aucune amélioration avec du repos. Quand je passe mon pouce le long de l’aponévrose je sens bien des petites boules ou durcissement (qui ne se voit pas sur l'echo) celle ci sont très douloureuse.
    Me conseillerai vous un centre ou médecin sur Marseille ou Aix car ceux que j'ai consulté malheuresement ne m'aide pas du tout.. merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inconnu si vous aviez lu le préalable, il est écrit que je ne réponds plus quant il y n'y a pas au moins un prénom; ça s'appelle du respect élémentaire; Dr LP

      Supprimer
  29. Bonjour je suis désolé j'ai bien lu le post au préalable mais quand je rentre mon nom avec mon compte google il aparait bien mais des que je valide mon message celui ci disparait...j'espere que celui ci apparaitra maintenant merci.
    Bonjour, je souffre d’aponévrose depuis 2 ans + problème genou et cheville opéré en septembre.
    J'ai fait divers examen échographie + radio plantaire.(mais elle ne révélé rien)
    Semelle + Catrex et patch voltaraine sans résultat.
    J'ai repris depuis une semaine(arret maladie pour la cheville), je travaille dans la livraison colis (centaine par jour) et bien sur chaussure de sécurité obligatoire.
    Je suis dans les bouches du rhone et j'ai consulté 2 podologue + 2 rhumatologue.. la douleur et insupportable quand je marche et a froid, aucune amélioration avec du repos. Quand je passe mon pouce le long de l’aponévrose je sens bien des petites boules ou durcissement (qui ne se voit pas sur l'echo) celle ci sont très douloureuse.
    Me conseillerai vous un centre ou médecin sur Marseille ou Aix car ceux que j'ai consulté malheuresement ne m'aide pas du tout.. merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jérome; pas facile votre problème, rapprochez vous du Dr Michel Assor, chir orthopédique sur Marseille en lui expliquant bien au préalable l'histoire de cette aponévrose et quel en sera le coût; il devrait pouvoir vous aider. Dr LP

      Supprimer
    2. merci beaucoup monsieur je me renseigne de suite.

      Supprimer
  30. Bonjour,
    Je suis une maman d'un petit garçon qui a cinq ans (dec 2011).
    Bébé en siège decomplété né par voix basses sans luxation de hanches.
    il a des origines bretonnes.
    J'ai vu deux médecins qui se contredisent...orleans (Chro-ortho) et tours (clocheville) l'un me dis : les pieds de votre fils sont normaux ... mais il ne doit pas faire de sport.
    L'autre me dis, votre fils est hyperplaxe, a des pieds plats du à ça, sans problèmes de tissus conjonctifs et peut faire autant de sport qu'il veut.
    Ok ! Sauf que mon fils à ses voûtes plantaires qui gonflent surtout le pied droit ( surtout le talon et sur le côté externe) quand il court ou qu'il reste debout trop longtemps. Il se plaint tout le temps de ses pieds le sport et en journée maintenant...
    Il me dit qu'il n'ose pas prendre appuis sur son pied gauche de peur que sa jambe le lâche. J'en avais parlé au doc du chro orleans : un enfant de moins de 5 ans chute plus que la moyenne, voilà la réponse !... grrrr
    Il me dit qu'il a mal partout sous le pied maintenant, au début c'était que sur le trajet du milieu du pied et parfois sur le côté externe plus proche du talon.
    Je lui mets du biofreeze gel pour le soulager et lui donne parfois de l'advil si trop douloureux.
    Il boit peu et mange pas énormément ? Pourtant il pèse 20kg pour 1,13m.
    par pur hasard, un kinésithérapeute que j'allais voir pour moi, m'avais dis qu'il avait une jambe plus longue.
    J'ai pas envie qu'il souffre toute sa vie ...
    que dois je faire ?...merci de vos conseils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame l'inconnue, commencez par lire les préalables. Dr LP

      Supprimer
  31. Claudine : j'ai une "grosse" aponévrosite (irm passée fin 2016)au pied droit depuis 16 mois. Mon état a été amélioré par 13 séances d'ondes de choc puis une infiltration radio-guidée.Est-il réaliste de penser qu'en continuant le même traitement : ondes de choc (12 séances maxi d'après le rhumatologue) et infiltrations (3 au plus par an) je puisse améliorer l'état de mon pied et ainsi éviter l'opération ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Claudine, une aponévrosite ça ne s'opère pas, excepté quad il s'agit d'une rupture. Ondes de choc + infiltration ça peut marcher et il y'a aussi les injections de PRP qui sont une très bonne alternative. Dr LP

      Supprimer
    2. Claudine. Un grand merci pour votre réponse si rapide. Je suis rassurée pour l'opération. Je pense que je vais reprendre les séances d'ondes de choc et essayer de limiter voire remplacer les infiltrations par un traitement par PRP. J'habite dans la région parisienne. D'après ce que j'ai lu dans une de vos réponses les 2 seuls centres qui proposent ce traitement sont le CHU Pitié Salpétrière et la clinique du sport.

      Supprimer
    3. Claudine, vous avez aussi le Dr Laurence Bellaïche, radiologue qui fait ça très très bien. Dr LP

      Supprimer
    4. Claudine. Je ne reviens sur votre blog qu'aujourd'hui. Je vous remercie pour le complément d'information que vous m'avez donné il y a déjà quelques temps.

      Supprimer
    5. Claudine. Depuis le mois de février, j'ai continué les traitements pour mon pied : d'abord 6 séances d'ondes de chocs (résultats mitigés : je peux marcher plus longtemps mais j'ai des douleurs sous le pied après la marche). J'ai aussi eu une infiltration le 4 mai dernier. Depuis j'ai du mal à reprendre la marche : au bout de quelques heures j'ai une douleur sous le pied, douleur qui cède à des bains de pieds froids. Pouvez-vous me conseiller sur ce que je peux faire ou non ? Je vous remercie par avance de votre réponse.
      PS : le médecin n'est pas trop d'accord sur les injections de PRP. Les retours qu'il a ne sont pas très positifs.

      Supprimer
  32. Bonjour. Ouvrière, je porte en continue des chaussures de sécurité et travaille debout toute la journée. Il y a 8/10 mois j'ai commencé à avoir des douleurs aux pieds, j'ai mis cela sur le compte des chaussures et de la fatigue. Cependant, plus le temps passait plus la douleur s'intensifiait jusqu'à ne plus pouvoir rester longtemps debout et avoir du mal à marcher. Après examen, il s'agit d'une talalgie bilatérale avec épaississement d'aspect irrégulier (4.3mm à 5.8mm). Kiné, ultrasons, étirements et dans mon cas perte de poids. Je suis en arrêt depuis maintenant un mois, je n'ai aucune amélioration et je désespère de pouvoir reprendre le travail. Ma question est combien de temps cela va-t-il durer, tout ce que je lis concerne essentiellement les sportifs. Merci pour votre retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour anonyme. Plusieurs choses: d'abord, vous n'avez pas donné de prénom et donc pas dû lire les préalables. Ensuite tous les visiteurs de ce blog d'information ne sont pas obligatoirement des sportifs et les pathologies décrites peuvent concerner tout un chacun. Enfin, talalgie qui signifie douleur du talon, n'est pas un diagnostic précis et s'il s'agit d'une aponévrosite plantaire, la conduite à tenir est parfaitement détaillée dans l'article et dans les différents commentaires qui suivent pour ceux et celles qui veulent des précisions. Dr LP

      Supprimer
    2. Toutes mes excuses, il n'y avait pas de volonté de ma part de voiler mon identité. J'ai juste envoyé le message avant de l'avoir fait (l'erreur est humaine). Bien entendu je ne suis pas médecin, je ne connais donc pas les termes techniques.
      Noëllie D.

      Supprimer
    3. Bonsoir Noëllie. Il s'agit sans doute d'une aponévrosite plantaire et c'est assez difficile à soigner comme vous avez pu vous en rendre compte et ce qui semble marcher le mieux dans les cas rebelles, ce sont les injections de PRP. Dr LP

      Supprimer
    4. Bonjour,
      Merci pour la réponse que vous m'avez apportée.
      Noëllie D.

      Supprimer
  33. Bonjour, j'ai une rupture (ou fissure celn les médecin que j'ai vu !) de l'aponévrose plantaire qui à la dernière éco du 13 mars 2017 mesure 0.9mm et long et pareil en largeur pour 2.3mm en profondeur. Je me suis blessé le 18 decembre 2016 lors d'une course à pied à bayonne. déjà 2 éco de fait avant celle du 13 mars + une irm à la mi-février. Semelles depuis la mi-février. Nombreuses séances de kiné massages ultra sons et exercices. Là je viens de faire 6 séances ondes de choc en 3 semaines.Cette semaine aucun soin même pas de sortie vélo afin de voir si la cicatrice se referme car je revois le medecin du sport le 10 avril. En foncion il veut me faire une PRP. Par contre ce qui m'inquiète c'est cette "bosse" sous la cheville qui n'a jamais diminué depuis que je fais de la kiné dès le 28 décembre 2016. Elle ne me fait pas mal mais me gêne. Je medemande si c'est bien un soucis à l'aponévrose ou s'il y a autre chose que les différents examens n'auraient pas vu. Merci pour votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nicolas, le diagnostic d'une aponévrosite plantaire est essentiellement clinique et doit être fait dès les premiers signes et ne nécessite pas alors d'imagerie complémentaire s'il n'y a aucun trouble de la statique du pied. Si le diagnostic tarde à venir, des radios simples et et une échographie suffisent. Quant au traitement, s'il est précoce, tout rentre dans l'ordre, sauf si la lésion est conséquente et elle aura du mal à cicatriser. Dès lors c'est une excellente indication d'injection de PRP qui doivent être tentés rapidement. Si la rupture est franche ou en cas d'échec des PRP, il faut prendre vite un avis orthopédique spécialisé car certaines lésions relèvent de la chirurgie et la décision d'opérer revient au chirurgien en accord avec vous. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci pour les renseignements, j'espère que les ondes de choc auront fait leur effets à savoir aider à cicatriser un peu.

      Supprimer
    3. Le CR de l'irm indique un épaissement nodulaire de l'aponévrose en hyposignal t1 hyposignal t2 à proximité de son insertion .Il existe une augmentation du signal intra-lésionnel en séquence t2 fat sat mais pas de solution de continuité. Il existe une élévation du signal t2 fat sat des parties molles péri-lesionelles. Que veut dire pas de solution de continuité ? Il n'y aaucune mesure contrairement aux éco que j'ai fait. Merci

      Supprimer
    4. Une cicatrisation compléte vue les mesures que jae vous ai donné devrait prendre combien de temps ? Sachant le nombreuses de séances de kiné et d'ondes de choc fait ? en fonction des mesures qui seront prises le 10 avril, je continuerai la kiné et ondes de choc si par exemple j'étais à 0.5 de long et 0.5 de large ?

      Supprimer
  34. Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Aponévrosite (fasciite) plantaire" :

    Claudine. Depuis le mois de février, j'ai continué les traitements pour mon pied : d'abord 6 séances d'ondes de chocs (résultats mitigés : je peux marcher plus longtemps mais j'ai des douleurs sous le pied après la marche). J'ai aussi eu une infiltration le 4 mai dernier. Depuis j'ai du mal à reprendre la marche : au bout de quelques heures j'ai une douleur sous le pied, douleur qui cède à des bains de pieds froids. Pouvez-vous me conseiller sur ce que je peux faire ou non ? Je vous remercie par avance de votre réponse.
    PS : le médecin n'est pas trop d'accord sur les injections de PRP. Les retours qu'il a ne sont pas très positifs.

    Réponse du Dr LP
    Bonsoir Claudine, je ne partage pas l'avis de mon confrère. Mon point de vue est écris dans le texte, lisez le attentivement. Dr LP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudine : Merci pour votre réponse très claire.

      Supprimer
    2. Cette réponse s'adresse à tous les visiteurs du blog qui présentent une fasciite plantaire, mais aussi à tous les visiteurs de ce blog. Ce dernier, je le rappelle, est avant tout un blog d'information, mais aussi d'éducation sanitaire et ceci est rappelé dans l'avis préalable aux visiteurs du blog désirant échanger avec l'auteur:
      très souvent les questions posées sont redondantes ( c'est à dire toujours les mêmes) alors que la ou les réponses sont dans le texte de l'article, en particulier pour tout ce qui concerne la partie diagnostique et le traitement ou dans les réponses aux commentaires qui font suite aux articles. L'auteur recommande donc avant de poser une question, de lire attentivement l'article , mais aussi les différentes réponses aux commentaires.
      En ce qui concerne l'aponévrosite plantaire:
      Tout d'abord l'Epine de Lenoir correspond à la calcification de l'insertion calcanéenne de l'aponévrose plantaire et ce n'est pas elle qui est en cause dans la fasciite plantaire, elle est en quelque sorte un témoin d'aponévrosite, mais n'en est pas la cause.
      Ensuite, ne fait pas une aponévrose qui veux, et comme il est écrit dans le texte, il existe tout un tas de facteurs favorisants qu'il faudra corriger quand ils existent, si l'on veut que la traction qui s'exerce sur l'aponévrose plantaire diminue et permettent au traitement quel qu'il soit de faire disparaître les douleurs plantaires:
      - troubles de la statique plantaire par surélévation (pied creux) ou affaissement (pied plat) de la voûte plantaire
      - les déplacements sur terrain inégal
      - la station debout prolongée
      - une prise de poids
      - de longs déplacements en voiture
      - des chaussures de sport inadaptées, des chaussures de ville type “Tong“
      - la raideur des muscles des mollets
      - l'augmentation brusque de l'intensité et des volumes d’entrainement chez un sportif
      - une pratique intensive des sports de montagne et de la course à pied qui surmène la voute plantaire.
      Au niveau de la prise en charge, le traitement est d'abord préventif et sera d'autant plus efficace qu'il sera introduit dès l'apparition des premiers signes et sera celui des facteurs favorisants:
      hygiène alimentaire et hydratation correcte, chaussures de sport adaptées, talonnette amortissante, semelles orthopédiques, étirements du système suro-achilléo-plantaire, écrasement de l'aponévrose sur une balle de tennis dans un but d'assouplissement.
      Le recours à un kinésithérapie ou à un ostéopathe et leurs techniques sur les tissus mous et de mobilisations sur les différentes articulations du pied sont très utiles, ainsi que la physiothérapie et les étirements de type excentriques.
      En début d'évolution, les traitements médicamenteux (antalgiques et AINS) peuvent aider à franchir un cap.
      Ensuite les infiltrations de corticoïdes dans la partie la plus épaissie de l'aponévrose qui sont à utiliser avec prudence (risque de rupture partielle), sont pour bon nombre de mes confrères rhumatologues qui les proposent, suivies de 70 à 80% de très bon résultats.
      Enfin les injections de PRP sont de plus en plus utilisées avec succès dans le monde entier dans cette indication (injections tangentielles et non pas perpendiculaires plantaires) et je les recommande; elles sont à faire auprès de confrères qui ont une grande habitude de ces techniques.
      Au final le recours à la chirurgie est exceptionnelle, et son indication est souvent en rapport avec une déchirure partielle de l'aponévrose ou dans les cas rebelles et invalidants après échec des infiltrations de corticoïdes ou mieux de PRP, avec le concours d'un chirurgien orthopédiste rompu à ce type de réparation.
      Ceci est mon point de vue et il est basé sur mon expérience de cette pathologie qu'il est important de diagnostiquer très tôt et de traiter si possible préventivement par correction des facteurs de risque. Dr LP

      Supprimer
  35. Bonjour j ai 42 ans et depuis mes 20 ans j ai une epine calcaneenne dans les deux. Pieds. Depuis 3 mois je souffre d une sciatiquea droite. Protrusions l5 s1 l5 l4. Mais depuis quelques jours la douleur au pied gauche s est accentuée on dirait qu on m essoré le pied. Pensez vous qu il faut que j aille aux urgences. La sciatique plus le pied sont très douloureuse. J ai eu deux infiltrations pour la sciatique sans succès. Et je suis très invalidée. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme, commencez par lire attentivement l'avis préalable. Dr LP

      Supprimer