Préalables à lire par tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait, et c'est la moindre des choses au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs ++, avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement et ce uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) ou par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat, potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout le long de ma vie professionnelle, auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, ces images seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants, qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog majoritairement consacré à la traumatologie sportive est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale et repose sur une triple démarche:

1 - une bonne analyse des symptômes que rapporte le patient qui doivent d'emblée évoquer un certain nombre de diagnostics plausibles.

2 - la recherche de signes cliniques dont la cohérence entre eux et la cohérence avec les données de l'interrogatoire permettent d'approcher de façon encore plus précise le diagnostic lésionnel.

3 - la nécessité de faire concilier les données de l'anamnèse et de l'examen avec les renseignements fournis par les bilans d'imagerie que le patient a déjà en sa possession ou en demander de nouveaux qui seront toujours guidés par les renseignements provenant de l'évaluation clinique (Jacques Rodineau).

Mais il faut en convenir, l'imagerie moderne a pris une place considérable dans la médecine moderne (échographie, scanner, IRM), mais prescrite à tort et à travers, en plus d'être inutile et couteuse en terme de dépenses de santé, elle se substitue trop souvent à la clinique et par excès de sensibilité, elle risque de ne pas être en cohérence avec la symptomatologie.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne. Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Articles les plus consultés et à juste titre: traumatologie du poignet et de la main, les lombalgies, dont la lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres à titre préventif, les cervicalgies, les dorsalgies, le syndrome du défilé thoraco-brachial, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied, des métatarsiens et des sésamoïdes du gros orteil.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

samedi 15 février 2014

Névrome de Morton de l'avant pied

Le névrome de Morton correspond à une tuméfaction douloureuse d'un nerf sensitif plantaire généralement situé en regard du 3ème espace interdigital de l'avant pied qui se trouve mécaniquement piégé dans un espèce d'arcade ostéo-fibreuse inextensible formée par les 3èmes et 4 èmes têtes métatarsiennes et le ligament inter-métatarsien transverse qui normalement  s’oppose à l’écartement des têtes et de l’appareil sésamoïdien par son insertion sur le sésamoïde latéral, et dans lequel le nerf est compressé. 




Généralités
C'est une pathologie qui affecte principalement la femme autour de la cinquantaine bien que le 1er cas recensé fut le souverain britannique Georges IV (1762 - 1830) et que la description princeps nous la devons quelques décennies après au Dr Thomas Morton qui la décrivit en 1876. Son traitement est médical dans une majorité de cas et chirurgical si la symptomatologie est invalidante et dans le but de diminuer au maximum les douleurs sans jamais les guérir à 100% quel que soit le traitement. 
Son siège est la zone d'anastomose des deux nerfs plantaires interne et externe, responsables de la sensibilité de la plante du pied, généralement situé au niveau du troisième espace interdigital. Cette zone comprimée s'épaissit et forme un névrome responsable des symptômes, par sclérose initiale de l'endonèvre avec prolifération conjonctive intra et péri-nerveuse riche en collagène, altérant les fibres myélinisées.



Le Diagnostic est essentiellement clinique que viendra confirmer  une imagerie par échographie

Le symptôme dominant est une vive douleur plantaire aigüe, parfois paroxystique très localisée irradiant aux orteils, à type de brûlure qui peut irradier vers la face latérale des orteils et se déclenche en position debout, à la marche ou à la conduite automobile, obligeant parfois à se déchausser et favorisé par le port de chaussures étroites.
L'inspection du pied met généralement en évidence un certain nombre de troubles statiques associés: pied creux, pied rond, hallux valgus.
L’examen physique 
Présence d'une douleur à la pression du 3ème espace (un peu en arrière des articulations métatarso-phalangiennes, aussi bien en dorsal qu'en plantaire), sans douleur à la mobilisation métatarso-phalangienne, ni douleur à la palpation osseuse.
Signe de la sonnette par pression génèrant une irradiation à la face adjacente de l'orteil

Signe de Lasègue de l'orteil par mise en extension de l'orteil correspondant à l'espace douloureux qui déclenche ou exacerbe la douleur, alors que la flexion de l'inter-phalangienne proximale, en diminuant la tension du nerf sur le ligament intermétatarsien, entraîne une disparition de la symptomatologie. 
Signe de Mulder: la compression du bord interne du pied avec une main et bord externe avec l'autre main, le pouce de la main interne exerce une pression à la face plantaire et on alterne une pression sur la face externe et une dans le 3ème espace ce qui permet de percevoir un ressaut.
En cas de lésion évolué, un trouble de la sensibilité du 3ème et du  4ème orteil est retrouvé.



Des radiographies du pied permettront surtout de mettre en évidence des troubles associés de la statique du pied.
L’échographie est d'un grand intérêt: en manipulant le pied le radiologue peut voir le nodule de Morton bouger douloureusement entre les têtes des 3ème et 4ème métatarsiens (effet noyau de cerise). Le nodule est ovoïde, fusiforme, en coupe sagittale hypo-échogène dans 80 % des cas, avec parfois un aspect effilé distal en queue de radis.
L'examen roi est l'IRM; il permet un diagnostic précoce sous la forme d’une petite image visible sans injection  dans la majorité des cas; il peut cependant ne pas détecter certains petits névromes.


Le traitement sera fonction du stade évolutif de la maladie et essentiellement médical
Le traitement consiste à préconiser des chaussures larges, à prescrire des semelles avec et à pratiquer une infiltration. On peut s'aider initialement d'un tes anesthésique qui confirmera l'espace suspecté. L'injection s'effectue plutôt par voie dorsale qui est moins douloureuse et moins agressive sur la plaque fibro-cartilagineuse plantaire.
1- D' abord des mesures préventives et orthopédiques:
- les chaussures doivent être larges et souples pour éviter la compression du névrome, les hauts talons doivent être proscrits et si possible il faut éviter les marches trop longues et le piétinement.
- prescription de semelles orthopédiques confectionnées sur mesure par un podologue avec barrette rétrocapitale souple et logette sous l'espace siège du névrome. Elles visent à corriger le défaut statique et ont pour but de mettre en décharge la zone gâchette douloureuse (évidement sous-lésionnel), et d'écarter les têtes des métatarsiens afin de décomprimer le névrome en reportant l’appui en arrière de la zone douloureuse (appui rétrocapital).
2- En cas d'échec des mesures précédentes, la dernière solution avant chirurgie consiste à faire une ou plusieurs infiltrations, sous échographie, par voie dorsale de cortisone dans l'espace interdigital (jusqu'à 3 infiltrations à 1 mois d'intervalle), au contact du névrome ou bien de phénol (infiltration également guidée sous échographie).
.

3- Opérer après échec des solutions non agressives:

a- La solution chirurgicale conservatrice consistant à réséquer le ligament inter-métatarsien par une incision au dessus du pied permettant de décomprimer la zone, sans toucher au névrome; la possibilité de récidives est de 10%. possibilité d'y associer l'ablation des têtes métatarsiennes adjacentes.
La technique chirurgicale non conservatrice par voie dorsale est celle actuellement préconisée; elle est moins délabrante, mais sa visibilité moindre suppose souvent l'appoint de l'imagerie en pré-opératoire. Elle consiste à réséquer le nodule de Morton en coupant les branches nerveuses autour du nodule. Cette neurectomie en zone saine donne un excellent résultat, au prix d'une fréquente hypoesthésie pulpaire, Le traitement chirurgical peut concerner les lésions associées : traitement d'une éventuelle bursite ou ostéotomie sur pied statique majeure.



Complications du traitement

Le traitement chirurgical est responsable d’un certain nombre de complications postopératoires: repousse nerveuse partielle très douloureuse, insensibilité plus ou moins totale entre les 3ème et 4ème orteils, troubles de cicatrisation cutanées et fibrose secondaire longs à disparaître.
On ne guérit pratiquement jamais d'un névrome de Morton opéré ou pas, des douleurs résiduelles persistant le plus souvent mais considérablement atténuées par la thérapeutique.
NB: il existe depuis peu une solution thérapeutique qui pourrait devenir un échappatoire à la chirurgie non conservatrice si cette technique peu invasive continuait à donner de bons résultats, il s'agit de la chirurgie par le froid (cryochirurgie), se renseigner alors auprès d'un chirurgien orthopédique qui pratique cette technique+++.

73 commentaires:

  1. Je tenais à réagir, j'ai actuellement 19 ans. Pratiquant la danse depuis mes 8 ans, on m'a découvert un névrome de morton à l'âge de 18 ans. un névrome de bonne taille (9,4mm/6,8mm) repéré par échographie et mis en évidence par IRM. les médecins m'ont vivement conseillés l'opération, mais j'ai choisi 3 infiltrations, à 2 mois d'intervalles. Les infiltrations n'ont d'abord eu aucun effet, la dernière a été pratiqué en aout dernier. En novembre, la zone d'infiltration était très irrité, sans raison, ça me piquait, et je me suis rendu compte que mon pied présenté une atrophie à cet endroit... Aujourd'hui, l'opération n'est pas envisageable du à la destruction des tissus à cause des corticoïdes présent dans l'infiltration. Je vais devoir procéder en premier lieu à une chirurgie réparatrice, ayant pour objectif de prendre de la graisse de mon ventre pour la réinjecter dans mon pied afin qu'il reprenne une forme normale et que ma peau se refasse. Après cette opération, il me faudra attendre 6 mois minimum avant d'envisager enfin, l'ablation de ce nerf qui aujourd'hui, rend chaque trajet de plus de 10 minutes à pied, insupportable... Pour une danseuse, on admettra que c'est très handicapant.
    Je déconseille fortement l'infiltration ... A 19 ans, je pense que j'ai d'autres choses à vivre qu'une lipo, porter une semelle, limiter mes activités physiques, pour une simple affection du pied. Bon courage à tous ceux qui vivent avec un N2M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher monsieur anonyme, en médecine aucune solution n'est parfaite à 100%; apparemment on vous avez conseillé l'intervention chirurgicale que vous avez refusé et qui sans doute était la solution la mieux adaptée pour vous, et votre choix s'est porté sur l'infiltration que vous clouez maintenant au pilori alors que dans bon nombre de Névrome de Morton cela donne de bons résultats à condition d'avoir un intervenant rompu à cette technique et avec la possibilité de la faire échoguidée. Vous avez accepté ensuite (consentement éclairé du patient) que l'on vous infiltre à 2 reprises (3 infiltrations en tout). Cherchez l'erreur. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci a l' anonyme Eric de ne pas écrire sur ce blog n'importe quoi. Dr LP

      Supprimer
  2. Si tu veux on peut se rencontrer pour en discuter entre 4 yeux ?
    Signé Eric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre médecin de l'USAP ne discute pas de n'importe quoi avec n'importe qui. Ce blog est un outil d'information et d'échange et fruit d'un travail de 40 ans au service des sportifs. Si vous avez des compétences médico-sportives particulières, rien ne vous empêche de monter votre propre blog. Ce blog qui est la propriété intellectuelle de notre club de rugby, n'est pas à usage polémique et encore moins de provocation.
      Le président, les joueurs, les éducateurs et les dirigeants de l'USAP.

      Supprimer
    2. Bonjour, j'ai pour ma part procédé des ondes de chocs chez un kiné pour un névrome de morton et ça été très efficace. Disparition de 90% de la douleur c'est donc très gérable. En complément je porte des semelles orthopédiques. Le résultat peut varier d'une personne à l'autre mais pour moi ça été salutaire.

      Supprimer
    3. Bonsoir, merci de votre témoignage. Dr LP

      Supprimer
    4. Ma soeur a subit une petite intervention en Grande Bretagne. Il s'agit de Cryo chirurgie . Aucun risque. Voici le lien.Savez-vous si cela se pratique en France ? merci. http://www.footfreezer.com/cryosurgery.html

      Supprimer
    5. Bonjour, merci pour ce témoignage; à mon avis cette technique de traitement du Morton par le froid existe en France et à première vue, il s'agit d'un geste peu invasif qui vaut la peine d'être tenté; il suffit de se rapprocher d'un centre de traitement des pathologies du pied, où de se renseigner auprès d'un service d'orthopédie d'un CHU. Dr LP

      Supprimer
  3. Bonsoir louis,
    Merci pour cette info sur le nevrome de morton. Ayant cette douleur depuis quelques années et pratiquant des courses "un peu" longues (Millau et Vannes) je me suis fait diagnostiquer que très récemment un névrome de morton :-(
    Nous somme fin mai et l'orthopediste m'a proposé une infiltration pour voir comment je réagis (moi ou le névrome.....). Se qui m'embête, c'est que mon infiltration est pour le 19/6 et ma course à Vannes (Ultra marin - 177km) est le 26/6, soit tout pile 1 semaine après !!!
    Partant du principe que je fais cette course, infiltration ou pas ?

    1 grand merci pour votre réponse car j'attend toujours celle de mon ortho ;-)

    didier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mordicus; le problème est de savoir si votre Morton est compatible avec une course de 177 km; si oui, faîtes votre course et puis faîtes l'infiltration après et si échec, une intervention est inévitable et demandera un certain délai pour reprendre la course à pied que vous précisera le' chirurgien (ce qui ne vous empêchera par de travailler la condition physique par de l'aviron ou du rameur et du vélo. Dr LP

      Supprimer
  4. Bonjour, merci pour tous ces renseignements, je vis avec un syndrome de Morton depuis un an et demi, apparu après le changement des mes semelles orthopédiques pour la CAP. J'ai beaucoup pratiqué de course à pieds, je fais beaucoup de tennis aujourd'hui. Deux infiltrations, des semelles, des birkinstock hiver comme été (je dois être la seule à porter des birk en chaussures!!) me permettent de composer avec Morton. Combien de temps immobilise la chirurgie, je travaille en libéral sur mes pieds toute la journée et un peu addict au sport!! La cryogénie est elle soit moins invasive mais tout aussi efficace et radicale qu'une chirurgie? Connaissez vous sur Marseille où on la pratique fréquemment pour Morton? Je redoute la chirurgie mais y songe de plus en plus car vivre en collocation avec Morton c'est fatiguant!! Par avance merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je pense que vous pourriez opter pour la cryochirurgie; sur Marseille il y un bon orthopédiste, le Dr Michel Assor (nous avons un ami commun, le Dr Rodineau), il vous conseillera au mieux et vous orientera mieux que moi dans le milieu chirurgical Marseillais. Dr LP

      Supprimer
  5. Bonjour,
    Je souffre (en silence car supportable) depuis 1998 d'une douleur au pied, confirmé comme un syndrome de Morton, ce jour (2016). Depuis une vingtaine de jours, cela s'est subitement aggravé.
    je sens, en plus des sensations de brulure habituelle, le doigt "claqué" (signe de Mulder) presque à chaque pas, je cours à pieds depuis 4ans. Actuellement seule perspective des semelles.
    Je supposse que la course a agravé la situation ?
    Une évolution négative si rapide, normale ?
    Pourquoi il ne peut y avoir de rémission naturelle ?
    Merci pour votre blog, c'est lui qui m'a permis de m'orienter vers le bon diagnostic.
    André.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir André, des semelles ne changeront rien, il n'y a pas de rémission naturelle. Essayez avec l'aide de votre médecin traitant la cryo-chirurgie. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci, Ok, Je me renseigne pour la cryo.

      Supprimer
  6. Bonsoir,j'ai subi une biopsie musculaire du mollet.
    Pour diagnostiquer une myosite.
    Les suites,douleurs comme des brûlures,puis de la chaleur niveau cicatrice.
    Le côté droit de la malléole est toujours endormi.
    Opérée le 3 novembre 2015.
    Suite aux douleurs,on ma fait une échographie qui a diagnostiqué un Névrome.
    J'ai une hypertrophie des muscles des mollets importante et douloureuse.
    J'ai été diagnostiquée pour une dermatomyosite.
    J'ai des douleurs vives sous les talons également.
    Pouvez-vous m'éclairer,si le Névrome peu provoquer l'hypertrophie des mollets? Je souffre d'une inflamation des muscles.
    Merci d'avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour; à ma connaissance, il n'y a pas de rapport unique, direct et certain entre un névrome de Morton et une dermatomyosite. Je vous conseille pour le Morton un traitement par cryo-chirurgie et pour la dermatomyosite de vous adresser à un service de rhumatologie ou de médecine interne d'un CHU. Dr LP

      Supprimer
  7. Bonjour,
    mon podologue m'a détecté un syndrome de Morton. Je porte des semelles depuis maintenant un mois.
    Les premiers jours je n'avais plus aucune douleur.
    J'ai donc repris le sport (2 à 3 fois par semaine) type séance d'aérobic et depuis mon pied me fait de nouveau mal. Dois-je comprendre que je ne pourrai plus jamais faire de sport (si je ne fais pas infiltration ou opération)?
    De même, je me suis engagée pour travailler sur une colo de ski à la fin du mois. Est-ce que la douleur risque de s'accentuer une fois sur les pistes? Dois-je annuler mon engagement?

    Merci d'avance pour vos réponses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Alexandra; je vous renvoie au texte de l'article:
      1- D' abord des mesures préventives et orthopédiques:
      - les chaussures doivent être larges et souples pour éviter la compression du névrome, les hauts talons doivent être proscrits et si possible il faut éviter les marches trop longues et le piétinement.
      - les semelles orthopédiques confectionnées sur mesure par un podologue corrigent le défaut statique et ont pour but de mettre en décharge la zone gâchette douloureuse (évidement sous-lésionnel), et d'écarter les têtes des métatarsiens afin de décomprimer le névrome en reportant l’appui en arrière de la zone douloureuse (appui rétrocapital).
      2- En cas d'échec des mesures précédentes, la dernière solution avant chirurgie consiste à faire une ou plusieurs infiltrations par voie dorsale de cortisone dans l'espace interdigital (jusqu'à 3 infiltrations à 1 mois d'intervalle), au contact du névrome.
      3- la cryochirurgie.
      Dr LP

      Supprimer
  8. Bonjour Dr LP, je ne trouve personne sur région parisienne concernant la cryochirurgie pour Névrome Morton. Avez vous le nom d'un chirurgien orthopedique ou bien clinique / Hopital sur cette zone? sinon connaissez vous la Réference sécurité sociale de l'acte ? ceci pour que je demande un accord préalable à la secu pour aller le faire en UK . Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Robert, non je n'ai pas d'adresse sur Paris, mais ça doit pouvoir se trouver auprès d'un service de chir ortho de l'assistance publique des hôpitaux de Paris. Quant à la référence sécurité sociale, un médecin conseil de votre caisse d'assurance maladie vous en dira sans doute davantage, à condition que la technique soit inscrite à la nomenclature des actes médicaux; je ne pense pas que ce soit bien onéreux si c'est fait dans le secteur public en UK. Dr LP

      Supprimer
  9. Bonjour , il n y a aucun chirurgien orthopédique en France qui pratique la cryochirurgie. Du moins, pas trouvé. Si vous avez une adresse en France, je suis preneur. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Robert, je suis désolé de ne pas pouvoir vous indiquez un confrère qui pratique la cryochirugie. Apparemment, ça se fait en Angleterre, comme l'indique un lecteur du blog. Vous pouvez toujours envisager une ou plusieurs infiltrations auprès d'un confrère rhumato ou dans un service hospitalier. Dr LP

      Supprimer
  10. Bonjour ,
    Je fait de la course a pied depuid 9 mois avec un entrainement de débutant et très très progressif. Je suis rendu au 5 km qui est mon objectif. En faisant une petite pratique très lente j'ai eu un espèce de choc électrique a 1.5 km et en l'espace de 3 foulées j'ai du arrêter de courir en raison de la douleur. Apres recherches j'ai tout les symptômes de morton. Est ce possible de développer un syndrome aussi rapidement? Je ne suis pas convaincu, serait-ce une irritation du nerf? Si oui que faire pour y remédier, Merci (Je ne peut pas faire autrement que de poster anonyme ???) je me j'appelle Ray et je suis du Québec au Canada..... merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à vous Ray et à tous les visiteurs Québécois de ce blog. Pour affiner le diagnostic, il faut vous examiner cliniquement à la recherche d'un signe de Mulder comme décrit dans le texte si c'est un névrome de Morton; ce peut être aussi un syndrome canalaire d'une branche terminale d'un nerf plantaire, voire autre chose et donc le mieux est de consulter dans un service d'orthopédie spécialisé dans les pathologies du pied. Dr LP

      Supprimer
  11. Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Névrome de Morton de l'avant pied" :
    Bonjour,
    J'ai un névrome de morton. J'ai fait une infiltration il y a un mois sans succès. Je vais avoir des semelles. Mais j'aimerai me faire enlever ce névrome qui me fait souffrir au quotidien. Avez-vous un spécialiste/chirurgien à me conseiller sur Paris. d'avance merci pour votre aide.

    Réponse du Dr LP: Bonjour Mr l'anonyme, je vous conseille sur Paris le Docteur COURROY Jean-Baptiste - CLINIQUE NOLLET, 23 rue Brochant Tel : 01 44 85 19 00. ou Clinique du Landy 23 Rue du Landy 93400 St Ouen Tel 01 49 45 84 52. Il fera le point avec vous. Dr LP

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour
    En décembre2014, j'ai glissé, mon pied s'est tordu et dans la chute j'ai eu 8 fractures du plateau tibial donc opération et rééducation jusqu'en juillet. Après lorsque j'ai pu marcher j'avais l'impression de marcher sur une arête et d'avoir une chaussette électrique avec insensibilité du pied. Je ne peux marcher qu'avec des chaussures. Et je "steppe". On ne s'est occupé que du genou pas du pied. Là, au bout de 20 mois on pense diagnostiqué un névrome de Morton. On parle de maladie et je pense très fort que cela vient de la chute (torsion du pied) Merci de me conseiller. J'habite dans l'Eure (et près du 28).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, si vous avez un syndrome de Morton (le steppage ou pied tombant, n'a rien à voir avec un névrome), il va falloir avec l'aide de votre médecin traitant vous adresser à un service compétent qui vous conseillera au mieux et vous proposera comme écrit dans le texte, soit un traitement médical, soit chirurgical. Dr LP

      Supprimer
  13. Je me prénome Rachid,
    Bonjour DrLP.JE SOUFFRE depuis 8 ans,suite à une hernie discale L4-S1 modéré découverte en 2008.On m'a d'abord conseillé de ne pas me faire opéré.Mais 1 an et demi aprés,la douleur étant très forte. On n'a décidé de m'opéré quelques mois au paravant, je me suis cassé les 4 métatarses du pied gauche.Donc Je reviens sur l'intervention, qui n'a donné aucun résultat. Çà a même était pire.Après avoir rencontré plusieurs équipes médicales. Celles-ci m ont affirmé que les douleurs localisées sur la plante du pied été dues à l'usure importante de la miélyne du nerf sciatique. Mais récemment, après une IRM,on a découvert un névrome de Morton.Deux infiltrations n'ont rien données.Je suis à bout.Car l'orthopédiste ne veux pas l'opérer. Il préfère avoir un 2ieme avis.C'est tout à son honneur.
    Mes questions sont:Lorsque l'on infiltre,doit-on piquer dans le nerf?
    J'habite dans le 52000.Auriez-vous le nom d'un très bon médecin pratiquant ce genre d'intervention.Peut-être par cryochirurgie.
    On me dit que c'est peut-être une douleur de déafférentation,quand pensez-vous?
    Cordialement.

    Répondre SVP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rachid, vous avez été opéré d'une sciatique L5 parésiante ou paralysante avec steppage qui a persisté malgré l'intervention ( un délai de 6 heures suffit à laisser des séquelles définitives). Les fractures des méta ont ensuite favorisé l'apparition d'un névrome, infiltré à 2 reprises sans résultats (on n'infiltre pas dans le nerf). Pour un 2ème avis, dans votre région, vous pouvez faire confiance à un excellent orthopédiste, le Dr Marc Raguet, 2 Avenue Du General De Gaulle à Chalons en Champagne (comme moi élève des Prs Saillant et Rodineau). Dr LP

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    3. Bonjour Docteur,
      D'abord merci pour la réponse. Je viens de recevoir 3 infiltrations sur le pied gauche. Ça m'a fait du bien pendant environ 2 semaines.Au repos 2/10 et à la marche 8/10 au bout de 10 mn.
      Mes questions, cher Docteur LP.Croyez-vous que je dois me faire opérer le N de Morton.
      Il Y-a-t-il des séquelles de l'intervention sur la hernie discale l5S1,douleurs de déafférentation,pourquoi. Que feriez-vous si un être "cher",veux s'en sortir et vous demande comment faire pour ne pas subir cette souffrance à vie.Échec de la médication. Pardon cher docteur pour la longueur ce mai!.
      Vous êtes vraiment une personne de grande valeur, pour vous êtes engagé sur ce chemin.
      Bien à vous.
      Rachid.

      Supprimer
    4. Bonjour Rachid, il me semble que je vous ai déjà répondu à propos de votre névrome en vous conseillant de consulter le Dr Raguet pour un deuxième avis. Comme les infiltrations n'ont pas eu d'effets, il est préférable d'opérer. Ensuite vos douleurs séquellaires de l'opération de la colonne vertébrales, vous pourriez les atténuer avec des médicaments anti-neuropathiques comme la gabapentine par exemple à dose progressive, associé à de l'électrostimulation par des Tens. Vous avez aussi dans votre coin, un excellent service de médecine Physique et Réadaptation à l'hôpital de Bourbonne les Bains (chef de service le Dr Bertrand Morineaux) qui traite les douleurs chroniques et vous pouvez prendre rendez vous avec lui et vous ne serez pas déçu. Dr LP

      Supprimer
  14. Stéphane le 25/09/2016.
    Je pratique la course à pied depuis 10 ans environ. Je n'ai jamais connu de blessure sur un plan physique. Depuis un an, une bursite m'a été détectée au pied droit, 2è et 3è rayon. L'origine est peut-être due à une chaussure de sport trop serrée. Anti-inflammatoires, deux infiltrations, semelles orthopédiques, la douleur persistait. Du coup, je viens de repasser une IRM qui a souligné que les bursites étaient quasiment résorbées mais elle a mis en évidence une névrome de Morton de 15mmX8mm du 3è espace inter capito-métatarsien. Qu'en pensez-vous ? L'intervention chirurgicale est-elle conseillée ? En attendant, la pratique de la course à pied, qui est douloureuse à partir de quelques kilomètres parcourus, est-elle proscrite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane, bien entendu tant qu'il n'y aura pas de prise en charge adéquate de votre Morton par infiltration, cryochirurgie ou chirurgie de décompression ou radicale, la course à pied est fortement déconseillée. Vous pouvez avantageusement la remplacer par de la natation, du vélo et du rameur. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci docteur pour votre réponse. Je vous précise que j'ai 49 ans et j'ai pour habitude de pratiquer un ou deux semis par an et un marathon annuel, seulement ces 2 deux dernières années. Ce qui m'étonne dans mon cas, contrairement à ce que je peux lire sur les cas de Morton, c'est que la douleur est aussi bien présente pied nu, voire davantage d'ailleurs, que chaussé. Peut-être est-ce dû au reste de mes bursites qui ne sont pas encore totalement soignées comme l'indique ma dernière IRM ? Qu'en pensez-vous ? Et enfin, savez-vous si les semelles orthopédiques sont efficaces en matière de Morton ? Merci

      Supprimer
    3. Bonjour Stéphane, chaque cas est particulier, mail il est normal d'avoir davantage mal pied nu que chaussé. Les semelles orthopédiques, un bon chauffage avec amorti, tout ça est bien, mais le mieux est de consulter un spécialiste de la chirurgie du pied qui vous conseillera au mieux et en attendant il n'est pas conseillé de faire de la course à pied. Dr LP

      Supprimer
  15. Merci pour ces éléments de réponse docteur. J'ai effectivement rendez-vous avec un chirurgien du pied le 14/10.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Docteur,
    J'ai été opéré d'un névrome de morton (exérèse) il y a plus d'un an. Je ressens depuis des douleurs résiduelles. L'espace entre mes orteils est mou mais craque si je le comprime avec mes doigts. Chaussé, je ne sais pas comment poser mon pied au sol, yant un peu mal, le problème diminuant si je marche. Pied nu, je n'ai plus aucune douleur. Mes chaussures sont plutôt larges. Pourriez-vous me donner votre avis ? Est-ce normal ? S'agit-il d'une récidive ?...
    En vous remerciant par avance pour votre réponse,
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne réponds plus aux visiteurs anonymes, prenez la peine de lire le préambule. Dr LP

      Supprimer
  17. Bonsoir ont ma diagnostiquer ta peu de temp au pied droit la maladie de morton. J'ai une question.doit je faire un irm avant d'aller voire le pothologue .en attendant j'ai des douleurs c'est insupportable ya t'il un médicament que je peut trouver pour calmer la douleur .merci beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sachez que je ne réponds pas, s'il n'y a pas au moins un prénom, ce qui me paraît la moindre des choses. Dr LP

      Supprimer
  18. Bonjour,

    Depuis un an environ, je suis touché par un souci d'insensibilité au niveau des 3 derniers doigts du pied droit lorsque je pédale. Insensibilité gênante qui survient après 3 heures de vélo.
    Je suis testeur de matériel vélo sur Toulouse à mon compte (www.matosvelo.fr) et suis de ce fait amené à tester de nombreuses chaussures. Quelle que soit la marque et la taille, ce problème revient, même en réutilisant d'anciennes chaussures avec lesquelles je n'ai jamais eu de douleur.
    J'ai fait faire des semelles podologiques, sans succès.
    Un médecin du sport m'a décelé un névrome de morton au toucher et j'ai déjà fait 2 infiltrations, sans succès probant pour le moment.
    Il m'a parlé d'une opération, mais j'ai lu sur Internet (oui, je sais, il ne faut pas ;-) ) que parfois, l'opération pouvait entraîner une insensibilité permanente, ce qui serait pire que ce que j'ai actuellement.

    Avez-vous un avis sur la question ? Le vélo étant à la fois une passion mais surtout mon travail désormais, j'espère trouver une solution.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Guillaume, vous devez consulter un chirurgien orthopédique spécialiste du pied et lui exposer votre problème: ce dernier a la possibilité soit d'enlever le névrome, soit de le décomprimer en sectionnant l'aponévrose. Vous verrez avec lui ce qu'il est préférable de faire. Il y a aussi la cryochirurgie qui se fait en Angleterre, mais j'ignore si cette technique a franchi le Channel. Dr LP

      Supprimer
  19. bonsoir
    Je découvre votre site, et suis particulièrement intéressée: on vient de me découvrir (par IRM) un névrome de Morton au pied droit (ainsi qu'une arthrose dégénérative et une bursite). J'ai des douleur identiques au pied gauche; je passe donc un IRM de ce pied dans 3 jours. J'ai lu tous vos précieux conseils avec attention. CONNAISSEZ-vous un spécialiste dans la région de Bourges? Je faisais ps mal de course à pied, je pratique la natation intensivement et je fais beaucoup de vélo, j'ai 53 ans et je sis une (vieille!) femme!! merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veuillez m'excuser, je n'ai pas mentionné mon nom dans mon tout précédent mail... celui de la vieille femme!!!!

      Supprimer
    2. Bonsoir Isabel, je ne connais personne en particulier sur la région de Bourges; adressez vous de préférence à un chir orthopédiste spécialiste du pied; sinon vous avez mes confrères du CHU de Tours qui ont une excellente réputation; Dr LP

      Supprimer
  20. Bonjour,
    Opérée d'un Morton depuis 2 ans, j'ai de nouveau des douleurs qui m'empêchent de me chausser correctement. J'ai RV avec mon chirurgien à Montpellier, pensez-vous qu'il faudra envisager une nouvelle opération?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, un nouvel IRM permettrait de dire s'il y a récidive ou pas et peut être selon l'imagerie, commencer par des infiltrations. Dr LP

      Supprimer
  21. Bonjour à vous! Mon nom est Sophie. Je souffre du syndrome de Morton depuis que j'ai 20 ans. Le premier médecin consulté à 20 ans m'avais invité à cesser de marcher....(j'étais une grande adapte de la randonnée en montagne). J'ai ensuite enduré le mal jusqu'en 2012. J'ai aujourd'hui 42 ans. J'ai été opérée en mars 2012 pour chirurgie Hallux Valgus et excision de névrome de Morton plantaire aux deux pieds, le même jour. En ce qui concerne la chirurgie pour Hallux Valgus, grand succès. Je suis très contente. Par contre, en ce qui concerne les névromes, énorme déception. Le mal est revenu environ un an après l'intervention. Avec en prime, de nouveaux problèmes. Je vais tenter d'être claire et précise. Mes névromes (ou la douleur) est de retour et se présente généralement environ après 40 à 60 minutes de marche (normale, en terrain plat). Inutile de vous dire que je ne pratique plus aucun sport debout. Même le vélo est difficile après une heure. Le mal est donc revenu, avec donc en prime deux nouveaux problèmes. La circulation sanguine ne se fait plus normalement. J'habite au Québec. Les hivers sont devenus de véritables enfers. Mon médecin pense que j'ai développé la maladie de Raynaud, mais uniquement aux pieds, et seulement aux orteils touchés par l'intervention aux névromes. Ce qui veux donc dire que je suis sujette aux enjelures rapidement. Dès que la température est de 0 ou -2 degrés, mes orteils gèlent. Et ce n'est pas tout!!! Je ne ressens pas le froid, donc je ne m'aperçois pas que mes orteils gèlent. Comme je fais tout pour garder mes pieds au chaud, je transpire beaucoup. L'humidité entraine des enjelures plus rapides. Poudres, changer de chaussettes, de bottes....je fais tout ce que je peux. Rien n'est véritablement efficace. Sauf bien entendu regarder la télé. J'ai aussi des orthèses. Après avoir fait plusieurs tests, elles ne sont pas efficaces. Je dirais même que la douleur est plus rapide lorsque je les portent. J'ai essayé trois orthèses faites sur mesure par des podiatres, même résultat. Je pensais aux infiltrations de cortisone, mais un podiatre que j'ai consulté m'a affirmé que ces dernières n'étaient pas efficaces et pouvaient même aggraver ma situation. Je vous écris surtout parce que je suis véritablement désespérée. Je ne sais plus quoi faire. Je rêve de pouvoir aller en montagne. Je ne rêve pas de l'Éverest, mais d'une journée en montagne. De pouvoir bouger à nouveau librement. J'ai lu sur la cryothérapie et je suis inspirée. Par contre, étant donné que je souffre aussi maintenant d'enjelures et de la maladie de Raynaud, je me demande si cette solution serait efficace pour moi. Je pense que lors de l'intervention, les nerfs ont étés coupés (involontairement), mais j'ai peur que ce soit irréversible. Je cherche donc un miracle!!! Est-ce que vous avez ça en stock? :) Je ne sais pas si vous allez pouvoir m'aider, mais je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire. C'est la première fois de ma vie que je participe à une discussion en ligne....Alors un grand MERCI! Je vous souhaite une excellente journée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sophie, ce blog est un blog d'information avant tout; il est basé sur des connaissances précises et une longue expérience clinique de mon métier de médecin spécialiste des sportifs. Malheureusement la médecine évolue très vite et le clinicien que je suis a des fois du mal à suivre. En ce qui vous concerne, je ne vois pas bien la relation entre la chirurgie d'un névrome de Morton qui aurait du être tentée bien plus tôt, ou même infiltrée au début. Une repousse partielle du névrome est toujours possible , ce qui est surement votre cas et comme dans toute neuropathie vous pourriez bénéficier d'un traitement médicamenteux à base de gabapentine à dose progressivement croissante (on peut aller jusqu'à 600 à 800 mg x 3 par jour) associé à des imipramiques (anafranil ou laroxyl à 75 mg/ jour). Le problème chez vous réside dans cette acrocyanose des orteils et vous devez pouvoir vous rapprocher d'un service de médecine vasculaire qui après enquête étiologique, vous proposera une prise en charge qui devrait vous permettre peut être pas d'escalader le Mac Kinley, mais du moins de vous faire plaisir. Meilleur souvenir de France à une cousine du Québec. Dr LP

      Supprimer
  22. Je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre. Je vais rapidement consulter à nouveau avec en main vos suggestions. D'autant plus que jusqu'à présent, aucun médecin spécialiste ne m'en a parlé. Encore une fois un énorme merci! Une cousine bien heureuse d'avoir osée publier sur votre blog! Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
  23. bonjour Louis, je suis Christine, j'habite Toulouse, je souffre aussi de névromes de Morton, aux deux pieds, puisque le gauche sur lequel je me suis appuyé pendant des mois pour soulager le droit, a fini par être en souffrance aussi...ça c'est réellement déclenché en octobre 2016 lors d'une reprise de cours de danse contemporaine (j'ai du annuler mon abonnement...) semelles orthopédiques et infiltrations n'ont pas été efficaces, la natation ne me calme en rien et le vélo, que j'aime beaucoup, me réveille la douleur au bout d'une heure...j'ai vu 2 osthéos, un fasciathérapeute, rien ne change...je voudrais donc tenter la cryothérapie que vous préconisez ; connaissez vous un médecin du sport qui pratique ceci sur Toulouse ? je me dis qu'idéalement, je devrais trouver un médecin qui a souffert de ce Morton ! :) Mon problème est que je suis chauffeur, je conduis beaucoup et j'ai du mal à supporter les pédales du véhicule, et je dois me déchausser, me rechausser...me réchauffer aussi, et même masser les mollets parfois ..c'est handicapant dans ce métier ; est ce que aussi, en parler au médecin du travail m'apporterait quelque chose ? par avance, je vous remercie de vos réponses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christine, la cryothérapie n'est pas encore une technique qui fait des adeptes en France. Sur Toulouse consultez à Purpan, un confrère orthopédiste spécialiste du pied. Dr LP

      Supprimer
  24. Bonjour,

    J'ai eu une infiltration suite à un névrome de Morton, combien de temps de repos dois-je avoir avant de reprendre du sport? (j'ai un match de basket 5jours après, puis-je y jouer? même juste une partie?)
    De plus, chaque fois que je lis des articles sur le névrose, il est conseillé l'infiltration, mais la majorité des témoignages parlent d'un retour du problème après un petit moment. Est-ce que l'infiltration peut éliminer le névrome?
    Merci d'avance pour votre réponse!
    Jérôme 30ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jérome, les infiltrations sont un des moyens médicaux les plus utilisés afin d'atténuer la symptomatologie, mais en aucun cas elles ne peuvent faire disparaître un névrome. Rejouer au basket 5 jours après revient à annuler les bénéfices éventuels de l'infiltration. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse si rapide, j'ai suivi votre conseil est laissé mon orgueil et mon envie de jouer de coté.
      Par contre j'ai lu dans vos réponses plusieurs fois parler de la cryochirurgie, est-ce que ca à fait ces preuves? cela soulage ou diminue le névrome?
      Est ce que l'on peut trouver un endroit en Suisse ou cela se pratique?
      Pour enlever un névrome, il n'y a donc rien d'autre que la chirurgie?

      Merci à vous!

      Supprimer
    3. Jérome, il y a pour l'instant peu de retour sur la cryo-chirurgie. Il n'y a que la chirurgie pour en lever un névrome, mais avec quelques inconvénients possibles comme écrit dans le texte. Dr LP

      Supprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour
    J'ai été opérée en mai 2016, d'un névrome de Morton à la clinique du pied, progressivement la douleur est revenue aujourd'hui à nouveau, la douleur est parfois insupportable avec une autonomie de marche de moins d'une heure. Je dois alors me déchausser et me masser le pied pour pouvoir repartir. Je vois qu'il faut parfois ré-intervenir une seconde fois, j'ai 57 ans, je travaille souvent debout et marche beaucoup dans l'établissement où j'exerce. Il est primordiale pour moi d'avoir une activité normale et de pouvoir refaire des balades de plus d'une heure, de pouvoir refaire du ski, encore ce we au bout de trente minutes malgré des chaussures très confortables la douleur était là très forte et me prive d'activité. On recommande des chaussures type KYBOOT les connaissez vous ? sont elles vraiment efficaces? La podologue me recommande aussi de porter des chaussures à talons de 2 à 5 cm alors que j'ai moins mal dans les claquettes ou ballerines ?
    Je ne sais plus quoi faire pour ne plus souffrir autant et une deuxième intervention me fait un peu peur car c'est encore un mois d'arrêt et avec la peur que ça ne fonctionne pas(bien que j'ai très bien cicatrisée après la première)en suivant bien les recommandations du chirurgien. Que me conseillez vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, pas facile à traiter les névromes de Morton, vous êtes en train de récidiver et il vous faut revoir votre chirurgien, peut être ce dernier vous proposera t'il de vous infiltrer dans un premier temps après une nouvelle imagerie. Dr LP

      Supprimer
  27. Merci pour votre réponse; Oui j'ai rv ce vendredi. Je vais être vite fixée.
    Pour les chaussures en avez vous entendu parler ou pas du tout ?

    RépondreSupprimer
  28. Non je ne connais pas ce type de chaussures, mais comme il s'agit d'une récidive, le bon chaussage se posera quand vos douleurs seront supportables. Dr LP

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour
    Je viens de me faire diagnostiquer un nevrôme de Morton.
    J ai rdv pour des semelles. Je dois partir sur le chemin de Compostelle dernière semaine de mai. Quand pensez vous ?
    C est très douloureux.
    Je me suis fait soignée​ par ondes de choc pour Un problème à la cheville. C'est douloureux mais très efficace et je n en souffre plus.
    J ai lu que cette méthode pouvait être prescrite pour ce problème.
    Votre avis m intéresse.
    Merci de votre réponse.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Nadine, tenter le chemin de Compostelle avec un Morton, ça semble passablement présomptueux. Pour l'avoir fait à vélo il y a deux ans sur 1600 Kms et avoir discuté avec les marcheurs qui font en moyenne entre 20 et 30 km/jour, il vaut mieux ne pas avoir de problèmes de pied; Dr LP

      Supprimer
  30. Bonsoir Docteur, j'ai 57 ans et je souffre du pied gauche depuis une bonne dizaine d'année, le diagnostic posé étant "metatarsalgie" (aucun examen complémentaire). Je porte des semelles visant à compenser une cambrure excessive de la plante et, au début, cela s'est avéré plutôt positif, je souffrais beaucoup moins. Actuellement en vacances à la montagne, je randonne au quotidien et je souffre le martyre, avec ou sans semelle (sensation de brûlure intense sous la plante, douleurs, crampes et fourmillement des 3 eme et 4 ème orteils, qui m'obligent a oter frequemment ma chaussure en cours de chemin). Pourriez vous s'il vous plait m'indiquer un spécialiste que je pourrais aller consulter pour confirmer s'il s'agit bien d'un Morton et pouvoir éventuellement bénéficier d'un traitement ? J'habite en Seine et Marne, et peux également consulter à Paris ou dans un autre département (Val de marne/Seine st Denis). Je vous remercie d'avance de votre réponse .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Annick, comme écrit dans le texte de l'article, le diagnostic d'un Morton est essentiellement clinique que l'on peut éventuellement confirmer par une échographie ou un IRM. Consultez un confrère rhumatologue dans un service hospitalier de l'AP (CHU de la Pitié S ou de Cochin) pour confirmer ou infirmer cette hypothèse. Dr LP

      Supprimer
  31. bonjour et merci pour ces informations extremements claires. Je suis chirurgien abdominal. Je pensais souffrir d'un morton mais je me rend compte que la douleur n est pas du type ni de la localisation du morton. elle est plus mediane que le 3 eme espace interdigital et se situe davantage dans le 2 eme espace et en regard des tetes metatarsiennes, surtout la 2 eme. C est une douleur d appui bien sur mais qui n a pas les caracteristiques nevralgiques des douleurs d origine neuronale (pas d irradiation notamment) . J en conclus qu il s agit sans dpute d une douleur du metatarse lui meme (de sa tete), une sorte de boursite. Je vais bien sur faire faire une IRM Que me conseillez vous? Le pronostic est il meilleur? Le traitement est il similaire/ Merci d avance et felicitaions pour ce site d une tres grande professionalite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jacques et merci pour vos compliments qui font chaud au coeur. Pour revenir à votre histoire, un Morton à une spécificité clinique qui lui est propre et comme vous l'évoquez, ce pourrait être plutôt une métatarsalgie sur bursite de la 2ème tête métatarsienne qui répond bien à une infiltration d'un dérivé cortisoné sous imagerie. Une fois la métatarsalgie calmée, il serait bien de pouvoir opter après empreintes, pour des semelles orthopédiques et des chaussures confortables avec un bon amorti. Dr LP

      Supprimer
  32. Bonjour,

    Je me permet de vous ecrire car je suis a la recherche de conseils. Cela concerne ma fille agee de 14 ans , en surpoid et qui a de nombreux soucis et douleurs dans les jambes, les pieds, genoux enfin un peu partout ...
    Mon souci est qu elle se destine a un métier ou la position debout est essentielle ( la patisserie) alors avant q elle ne s engage dans cette profession, j aimerai faire un bilan complet de tous ses problemes, car on ne sait pas vraiment pourquoi elle a tout ces maux ( si ce n est son surpoid, mais ca personne ne nous a confirmer que s en etait la raison, meme si j ai bien conscience que ca n aide pas), bref on lui a donc diagnostique un nevrome de Morton. (voila pourquoi je reagi a ce post, mais elle a aussi de grosses douleurs dans les genoux ( elle fait de la kine) et les irm n ont rien reveles d extraordinaire.
    J avais donc plusieurs questions, notamment concernant le nevrome, en guerri t on un jour ? car si cela l handicape dans son future métier ...
    Ou puis je organiser un bilan complet de ce type pied jambe articulation, ( nous sommes dans le 92) ?

    Voila pour mes inquietudes de maman,

    Je vous remercie d avance pour vos bons conseils.

    Karine

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour,

    Je me permet de vous ecrire car je suis a la recherche de conseils. Cela concerne ma fille agee de 14 ans , en surpoid et qui a de nombreux soucis et douleurs dans les jambes, les pieds, genoux enfin un peu partout ...
    Mon souci est qu elle se destine a un métier ou la position debout est essentielle ( la patisserie) alors avant q elle ne s engage dans cette profession, j aimerai faire un bilan complet de tous ses problemes, car on ne sait pas vraiment pourquoi elle a tout ces maux ( si ce n est son surpoid, mais ca personne ne nous a confirmer que s en etait la raison, meme si j ai bien conscience que ca n aide pas), bref on lui a donc diagnostique un nevrome de Morton. (voila pourquoi je reagi a ce post, mais elle a aussi de grosses douleurs dans les genoux ( elle fait de la kine) et les irm n ont rien reveles d extraordinaire.
    J avais donc plusieurs questions, notamment concernant le nevrome, en guerri t on un jour ? car si cela l handicape dans son future métier ...
    Ou puis je organiser un bilan complet de ce type pied jambe articulation, ( nous sommes dans le 92) ?

    Voila pour mes inquietudes de maman,

    Je vous remercie d avance pour vos bons conseils.

    Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Karine, en ce qui concerne les problèmes de santé de votre fille, il est certain que le surpoids doit jouer. Pour faire le point, vous pourriez vous adresser à l'une ou l'autre de mes consoeurs: les Drs Mireille Peyre ou Sylvie Besch, soit à la Pitié Salpétrière à Paris, soit à l'Hôpital National de St Maurice. Dr LP

      Supprimer