Préalables à lire par tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait, et c'est la moindre des choses au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs ++, avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement et ce uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) ou par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat, potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout le long de ma vie professionnelle, auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, ces images seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants, qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog majoritairement consacré à la traumatologie sportive est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne. Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

A tous les sportifs et à tous ceux qui présentent des tendinopathies de l'épaule, du coude, du genou, de la cheville et des claquages musculaires des muscles ischio-jambiers, droit fémoral, adducteurs et jumeau interne du mollet, je recommande vivement la lecture de l'article "bases médicales des blessures tendino-périostées et musculaires en Athlétisme", la même problématique affecte les pratiquants des autres disciplines sportives et toutes les personnes actives.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

mercredi 21 mai 2014

L' arthropathie acromio-claviculaire du sportif


         L'arthropathie A/C est une lésion de sur-utilisation de l'articulation acromio-claviculaire   de l'épaule. Elle se présente cliniquement sous la forme d'une trapézalgie  que des radiographies ciblées de l'A/C ont tôt fait de diagnostiquer. Son traitement est médical et parfois chirurgical . 
    On ne la rencontre quasiment qu'en milieu sportif et beaucoup en milieu carcéral et tout spécialement chez les adeptes de la musculation du train supérieur (répétitions excessives de séries de développé- couché, développé-nuque, etc.). Les autres sports incriminés: haltérophilie, judo, rugby, lutte et les sports qui ont en commun l'utilisation de mouvements amples de l'épaule à grande vitesse et avec une fin de geste en adduction croisée (jeux de ballon, jeux de raquette, golf, tennis vétéran, lancers en athlétisme, squash, badminton, volley bal, handball). 



Mécanisme lésionnel
C'est une pathologie d'hyper-utilisation, bilatérale chez les adeptes de la musculation à outrance; elle ne touche que le membre dominant dans les autres sports. Il n'y a pas de traumatisme déclenchant et la population en cause est jeune. Un temps Praticien hospitalier en milieu carcéral, nous l'avons rencontré en nombre dans ce milieu très spécial, ou la musculation est le passe -temps voire la raison de vivre de beaucoup de détenus, jeunes et moins jeunes.
Clinique
Une trapézalgie d'apparition progressive est le signe clinique principal. Parfois, le premier symptôme est une tuméfaction de la région acromio-claviculaire, en dehors de toute notion traumatique. 
L'examen est assez pauvre mais très évocateur à la palpation-mobilisation de l'articulation A/C. Les amplitudes articulaires de l'épaule sont globalement conservées, réveillant des douleurs en bout de course lors des élévations antérieure et latérale, en rétropulsion et surtout au testing en adduction horizontale. Le testing tendineux gléno-huméral est négatif. L'A/C peut être aussi isolément tuméfiée. La clavicule est stable. 
L'imagerie
Les radios guidées par la clinique doivent être centrées sur l'A/C et la Gléno/humérale.
Les signes sont exclusivement du côté claviculaire:

                        
Diagnostic différentiel
1- Essentiellement l'arthrose acromio-claviculaire: patient plus âgé ; symptômes bilatéraux; signes d'arthrose sur la radiographie: pincement articulaire, ostéophytose, remaniement des deux berges articulaires).



2- L'ostéolyse du quart externe de la clavicule:
- soit elle affecte des sujets jeunes portant des poids lourds (travaux de force, haltérophiles +++), où l'articulation est atteinte en fait par des micro-traumatismes répétés. 
- soit elle fait suite dans des délais variables à un traumatisme plus ou moins important (contusion, entorse, luxation acromio- claviculaire). Les radiographies montrent une fonte de l'extrémité distale de la clavicule qui s'amincit en "sucre d'orge" avec un élargissement progressif de l'interligne (jusqu'à 3 cm).
- parfois affecte un sport d'équipe, comme le rugby, où l’épaule est particulièrement exposée.
Hypothèse physiopathologique: nécrose ischémique de l’extrémité distale de la clavicule (trouble de la vascularisation de l'artère acromio-coracoïdienne).


                                                                   
Vascularisation de l’extrémité distale de la clavicule (d’après Le Huec)
1 : Artère acromio-thoracique
11 : Artère claviculaire
12 : Artère acromiale 
13 : Artère delto-pectorale 
14 : Artère thoracique 
Pour le diagnostic, l'IRM est très performante.
La cicatrisation peut se faire avec une restitution ad integrum en 1 année ou plus, avec souvent production d'importantes calcifications péri-claviculaires .


                                   Ostéolyse du 1/4 externe de la clavicule (radio et IRM)


Le  traitement médical de l'arthropathie A/C
Le repos sportif est essentiel . Il est souvent mal respecté.
Les  antalgiques et les anti-inflammatoires per os sont suffisants, mais il faut parfois recourir  sans hésiter à 1 ou 2 infiltrations intra-articulaire de l'A/C.
Le traitement chirurgical 
En cas d'échec du traitement médical, la solution est de réséquer l'extrémité de la clavicule, en dehors des ligaments coraco-claviculaires, de façon à ne pas déstabiliser l'articulation.

24 commentaires:

  1. Bonsoir docteur, je m'appelle Noel je vous est déjà contacté la semaine derniére à propos de mon coude. Voila je présente aussi une arthropathie d'épaule diagnostiqué et j'ai fait beaucoup de rééducation pour corrigé ca mais rien n'y fais. Je pense consulter pour une infiltration prp ou corticoides. Pensez vous que ca porrait aider. Merci.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Noel, votre post n'est pas précis: est ce une arthropathie d'épaule, ou une arthropathie acromio-claviculaire? Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour j'ai retrouvé mon compte rendu d'IRM que je vous transmet. "Arthrose acromio-claviculaire modérée. Conflit sous acromial responsable d'une enthésopathie minime du supra-épineux mais sans signes associés de perforation ou de rupture."

      Supprimer
    3. Quel âge avez vous Noël pour avoir déjà une arthrose A/C? Pour le conflit sous -acromial, une infiltration d'Altim ou de Diprostène serait la bienvenue. Dr LP

      Supprimer
    4. J'ai 35 ans et je suis sujet a ca malheureusement, j' en aux hanches au coude droit et a l'epaule gauche. En fait je suis habitué a faire avec mais des fois c'est dur.

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Je viens d'effectuer des radios , le bilan est tombé : arthropathie acromio-claviculaire . Je dois subir une première infiltration. Pensez vous qu'il est envisageable de poursuivre une pratique loisir du judo après un temps de repos.
    Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sébastien, il faut d'abord guérir cette arthropathie A/C et ça va demander un certain temps avec sûrement besoin de renouveler les infiltrations. Après c'est vous qui voyez, mais le judo et la muscu, c'est jamais bon pour des épaules comme les vôtres. Dr LP

      Supprimer
    2. Morel Sébastien3 mars 2017 à 18:04

      Merci. Quelles sont les pratiques physiques conseillées mis à part la course et la marche?

      Supprimer
    3. Morel Sébastien3 mars 2017 à 18:08

      Quels peuvent être les risques à moyen et long terme si cette articulation reste trop sollicitée?

      Supprimer
    4. Sébastien, une arthropathie A/C ça peut se terminer par une intervention chirurgicale si l'épaule continue à être sollicitée. Pour le reste, tous les sports ne sollicitant pas les épaules sont les bienvenues. Dr LP

      Supprimer
  3. Bonjour docteur. Depuis maintenant 4 ans la région acromio claviculaire de l'épaule droite me fait souffrir . Tout à commencé lorsque je pratiquais la musculation. A l'époque ni la radio ni l'échographie n'avaient révélé quelque anomalie que ce soit. J'ai néanmoins stoppé toute activité sportive sollicitant les épaules. Avec la temps la douleur à diminué en intensité mais j'ai toujours conservé une gêne au quotidien sur tous les mouvements de poussée et de tirage. Et à chaque fois que je forcais un peu( déménagement, jardinage...) la douleur revenait durant plusieurs semaines mais cédait bien à la prise d anti inflammatoires. Il y a un mois et demi j'ai décidé de reprendre un peu la musculation et la douleur est revenue crescendo. Désormais la douleur est telle dans les heures qui suivent l'entraînement que j'ai du tout arrêter. J'ai consulté un médecin de la clinique du sport à Paris qui , après examen clinique, n'a pas trouvé l'état de mon épaule très préoccupant mais à néanmoins prescrit des séances de kiné et une échographie. Celle ci révèle une petite l'âme d épanchement acromio claviculaire ainsi qu'une petite trophicite profondeur au niveau du secteur du supra épineux. Voici ma question : d'après l'opérateur il s'agit probablement d'une arthropathie ou d'arthrose ( j'ai 37 ans et déjà de l'arthrose cervicale lombaire et sacro iliaque) la dizaine de séance de kiné et la prise d antalgique ne me soulagent que temporairement, si je souhaite poursuivre la musculation ai je une chance d'échapper à une opération consistant à resequer l'articulation acromio claviculaire ?
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour docteur. Depuis maintenant 4 ans la région acromio claviculaire de l'épaule droite me fait souffrir . Tout à commencé lorsque je pratiquais la musculation. A l'époque ni la radio ni l'échographie n'avaient révélé quelque anomalie que ce soit. J'ai néanmoins stoppé toute activité sportive sollicitant les épaules. Avec la temps la douleur à diminué en intensité mais j'ai toujours conservé une gêne au quotidien sur tous les mouvements de poussée et de tirage. Et à chaque fois que je forcais un peu( déménagement, jardinage...) la douleur revenait durant plusieurs semaines mais cédait bien à la prise d anti inflammatoires. Il y a un mois et demi j'ai décidé de reprendre un peu la musculation et la douleur est revenue crescendo. Désormais la douleur est telle dans les heures qui suivent l'entraînement que j'ai du tout arrêter. J'ai consulté un médecin de la clinique du sport à Paris qui , après examen clinique, n'a pas trouvé l'état de mon épaule très préoccupant mais à néanmoins prescrit des séances de kiné et une échographie. Celle ci révèle une petite l'âme d épanchement acromio claviculaire ainsi qu'une petite trophicite profondeur au niveau du secteur du supra épineux. Voici ma question : d'après l'opérateur il s'agit probablement d'une arthropathie ou d'arthrose ( j'ai 37 ans et déjà de l'arthrose cervicale lombaire et sacro iliaque) la dizaine de séance de kiné et la prise d antalgique ne me soulagent que temporairement, si je souhaite poursuivre la musculation ai je une chance d'échapper à une opération consistant à resequer l'articulation acromio claviculaire ?
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Isaac, vous présentez vraisemblablement une arthropathie acromio-claviculaire en rapport avec votre pratique de la musculation du haut du corps qu'il faut laisser tomber totalement pendant une bonne année au moins, puis à pratiquer de manière très très modérée ensuite sans que cela réactive les douleurs. Dr LP

      Supprimer
  5. Merci de votre réponse. j'ai déjà arrêté 4 ans et ne plus en faire est une grande frustration pour moi. Les infiltrations ou L'opération peuvent elles solutionner le problème?

    RépondreSupprimer
  6. A mon avis les mêmes choses produisant les mêmes effets, aucun traitement ne pourra rien changer et l'opération c'est quand même cher payer. Il ne vous reste plus qu'à changer de paradigme comme je vous l'ai déjà conseillé; Dr LP

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    Je vous avais déjà écrit concernant mes problèmes d'épaules.
    Je viens de consulter le dr boileau à l’hôpital Pasteur de Nice. Après radio, voici son diag pour l'épaule gauche : arthropathie A/C avec tendinopathie sus épineux et du long biceps.
    Compte tenu que j'ai déjà effectué des ondes de chocs et 20 séances de kiné, il me conseille une intervention
    Il m'a également dit que les infiltrations ne régleraient pas le problème.
    Après lecture, je suis un peu dans le même cas d'isaac !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Michael, je ne retrouve pas votre précédent post. Je suis embarrassé pour vous répondre. Vous avez déjà l'avis du chirurgien. Avez vous consulté déjà des confrères pour votre A/C et les tendinopathies de la coiffe; ce sont des problèmes bien différents et qui doivent être traités séparément. Je ne partage pas l'avis de mon confrère chirurgien, mais peut être que votre A/C présente des lésions très évoluées. J'ai toujours traité les problèmes d'épaule médicalement quand les lésions ne sont pas trop évoluées et je peux vous dire que les infiltrations ça marche, dans les 3 pathologies, à condition pendant au moins 1 an de ne plus faire de muscu des épaules et ensuite de ne faire que de l'entretien. C'est ce que j'avais répondu à Isaac. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci Docteur,
      effectivement, j'avais posté sur un autre sujet abordé sur votre blog, voici mon 1er message :

      Merci pour votre blog très complet et surtout facile à comprendre pour les non initiés.
      Je pratique la musculation à 90 % à base de poids du corps depuis 1 an et demi. Au mois de janvier, j'ai commencé à ressentir des douleurs au niveau des deux épaules, impossible de lever les bras à plus de 90 degrés,rotations de l'épaule douloureuses, perte de force, douleurs nocturnes. J'ai donc passé une échographie, bilan : tendinopathie calcifiante bilatérale des supra-epineux plus marquée à droite associée à une bursite sous acromiale plus marquée à gauche. 15 séances d'onde de chocs plus tard, pas de résultats, les douleurs sont toujours la. Je me décide à aller consulter un médecin du sport, re echographie, bilan : Conflit sous acromial bilatéral sur tendinophaties oedémateuses des supras épineux. A nouveau 15 séances de kiné, basées sur des messages et de la remise en place de mes épaules. Cela va un peu mieux, je retrouve de l'amplitude, un peu de force. On me conseille d'effectuer un irm, résultat : aspect d'arthropathie inflammatoire des articulations acromio claviculaire. Dernier examen, un scanner de mon épaule, bilan : remaniements dégénératifs évolués acromio-claviculaires.
      Aujourd'hui, je suis un peu perdu car cela fait 6 mois que je n'arrive à me débarrasser de ces douleurs !
      peut-être j'aurai du faire des infiltrations, mais les médecins m'ont dit que cela soulagé et pas soigné.
      Je vous sollicite donc pour avoir votre avis et surtout comment faire. J'ai un rdv prochainement avec un chirurgien spécialiste de l'épaule ( pr boileau)

      Supprimer
    3. Bonjour Michael, je ne m'explique pas pourquoi mes confrères ont autant besoin d'imagerie, on ne soigne pas des images. Pour le reste je vous ai déjà donné mon point de vue. Dr LP

      Supprimer
  8. Bonjour Docteur,
    Après avoir pratiqué des pompes (à raison de 300 par jours) et fait usage d'haltères quasi quotidiennement pendant une vingtaine d'années, je ressens des douleurs lancinantes tous les jours depuis un an au niveau du cou, des épaules et du haut de mes bras. Les examens réalisés au cours de l'année écoulée (radios, échographies, IRM et arthroscanner) ont révélé un syndrome sous-acromial, ainsi qu'une arthropathie acromio-claviculaire des deux épaules. Une infiltration sous-acromiale réalisée en avril, ainsi qu'une écho infiltration de l'acromio-claviculaire réalisée en août, se sont avérées sans aucun effet. Mon chirurgien de l'épaule m'a indiqué qu'il n'y a pas lieu d'opérer et m'a prescrit 15 séances de kiné. J'en suis actuellement à la quatrième séance et mes douleurs perdurent. Mon kiné a même constaté que mes épaules tiraient sur l'une de mes cervicales (C3), ce qui a pour effet de me provoquer un début de névralgie. Concomitamment je prends chaque jour, 0,30 ml de silicium organique G5 Docteur le Ribault et je mets sur mes épaules de la crème Articulasil à base également de silicium organique, de Chondroitin et de Glucosamin. Je précise enfin, que j'ai arrêté toute activité sportive depuis 3 mois. Ce faisant pensez-vous que mes douleurs vont finir par s'estomper un jour, car je ressens un profond sentiment de découragement ? Croyez-vous, comme me l'a indiqué mon chirurgien, que la pratique de la brasse deux fois par semaine pourrait me permettre de résorber l'arthropathie acromio-claviculaire et le syndrôme sous-acromial qui me détruisent la vie au quotidien ?
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour, je vous ai écrit hier pour mes problèmes d'épaule depuis un an, mais je viens de m'apercevoir que mon prénom ne s'est pas inscrit et j'en suis désolé. Mon prénom est Paul.
    Cordialement
    Paul D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Paul, on ne peut pas faire impunément de la musc pendant 20 ans sans avoir de problèmes. Avec le repos, votre double problème d'épaule va bien s'améliorer, surtout si vous faîtes traiter votre problème cervical. Pour la brasse, à cause de votre double problème A/C et G/H, il faut qu'elle entraîne zéro douleurs. Pour le reste ne demandez pas à un médecin comme moi ce qu'il pense des thérapeutiques adjuvantes. Dr LP

      Supprimer
  10. Merci Docteur pour votre réponse et la qualité de votre blog. Lorsque vous me répondez qu'avec du repos mon double problème d'épaule va s'améliorer, qu'entendez-vous par repos ? Dois-je cesser de conduire ? Dois-je cesser de porter tout objet ? Enfin, dernière interrogation de ma part, après 4 séances de kiné je ne sens pas d'évolution, ressentant toujours les même douleurs dans les épaules, bras et cou. Est-ce normal et dans ce cas, combien de temps faut-il selon vous attendre pour que les douleurs commencent à s'atténuer ?
    Cordialement
    Paul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paul, vous ne savez donc plus réfléchir, ça veut dire repos des épaules. La kiné n'est pas le moyen ad/hoc pour traiter des douleurs. Dr LP

      Supprimer