Préalables pour tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- aux visiteurs Anonymes qui posent des questions, l'auteur précise qu'il ne répondra que s'il y a, et c'est la moindre des choses, au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée et que la demande d'information si possible, pertinente, concise et bien formulée, contienne des renseignements cliniques: on ne soigne pas des images, mais une symptomatologie clinique.

- le plus souvent les questions posées sont redondantes et l'auteur a déjà donné la solution ou le bon conseil; il est donc recommandé avant de poser une question, de lire attentivement les commentaires qui font suite aux articles.

- si un article vous donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article), certains (très peu) d'entre vous le font, ça ne mange pas de pain et c'est un encouragement pour l'auteur à sans cesse améliorer la qualité des articles, ce qui n'est jamais une mince affaire.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous, sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer et éduquer les lecteurs avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement, uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) et encore moins par téléphone ou boite mail.

- ce blog d'information ne peut pas être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction ou agressivité envers quiconque ou d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives. Merci de respecter ces principes et aussi de ne pas se cacher derrière un anonymat, potentiellement source de dérives. L'auteur encourage fortement tous les lecteurs qui ont une pathologie quelconque, d'être acteurs de leur santé, de bien se faire expliquer leur lésion par leurs médecins et les différents traitements permettant d'y remédier et de ne pas hésiter à re-consulter leurs soignants en cas d'évolution défavorable de leur pathologie.

Avis à tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout au long de ma vie professionnelle auprès d'enseignants remarquables, connaissances que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, elles seront retirées. Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, toutefois il n'est pas question de tergiverser ou de se taire quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog est majoritairement consacré à la traumatologie sportive. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. Mais aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes, actuellement dirigée par son fils le Dr Jean Yves Maigne. Je n'oublie pas le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Un million de visiteurs depuis le samedi 16 avril 2016 à 12H 15, en à peine un peu plus de 3 ans d'existence. Si j'ai pu rendre service à quelques uns, ma satisfaction n'en sera que plus belle. Meilleur mois: septembre 2016 avec 54304 visiteurs, soit un peu plus de 1800 par jour.

En nombre de visites, l'article consacré aux Lombalgies surclasse tous les autres (de 80 à 100 en moyenne, tous les jours). Sa lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres, à titre préventif. Les articles sur la traumatologie du poignet et de la main, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied sont à juste raison également très visités.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental et ligue Occitanie d'Athlétisme et des fédérations françaises d’Athlétisme et de Gymnastique.

lundi 2 mai 2016

Les lancers, une spécificité propre à Homo Erectus.

Cet article est dédié aux lanceurs et lanceuses espoirs, juniors et cadets de l'équipe de France d'Athlétisme et à leurs excellents coaches et à l'encadrement; je connais la plupart d'entre eux pour les avoir médicalement évalués et encadrés dans une compétition internationale; tous ces jeunes gens et jeunes filles aspirent au plus haut niveau.

Si l'on en croit notre illustre chanteur et poète Georges Brassens qui dans sa célébrissime chanson "le Gorille" avance que dans les jeux de l'amour nos cousins les grands singes sont autrement plus doués que tous les Rocco Siffredi de la terre, il y a un domaine ou Hommo Erectus surclasse ses cousins primates, c'est celui des lancers, puisqu'il est capable d'envoyer un projectile à plus de 150 km/h, contre à peine un peu plus de 30 Km/h pour les grands singes.
Cette possibilité de lancer un objet est une étape fondamentale dans la phylogenèse (évolution de la race humaine). L'homme est quasiment le seul être capable de lancer du fait que deux conditions rarement rencontrées sont biomécaniquement indispensables: la station debout et donc la bipédie et une préhension précise et puissante.
Le jet de pierre est le premier lancer à être utilisé pour impressionner un adversaire ou un prédateur; il est devenu au fil du temps une arme à distance permettant la chasse puis la guerre. Les outils de lancer se sont améliorés au fil des âges: après les pierres, les lances, puis les javelines. En Athlétisme, sport de base par excellence, les lancers comptent 4 spécialités: javelot, poids, disque, marteau et le moins qu'on puisse dire est que notre belle France regorge d'athlètes et de coaches de talents et tout spécialement chez les lanceuses avec en fer de lance, Mélina Robert Michon au disque, Alexandra Tavernier au marteau, Mathilde Andraud au javelot et Jessica Cérival au poids. Chez les messieurs, un certain nombre d'athlètes de grand talent s'entraînent dur et certains postulent pour les prochains jeux de JO de Rio: Gaëtan Bucki, Fred Dagée, Tumataï Dauphin au lancer de poids, Lolassonn Djouhan, Dean-Nick Allen, Loic Fournet au disque, Jérôme Haefler, Killian Duréchou, Ali Hamidou Soultoini, Jérémy Nicollin, au javelot, Jérôme Bortoluzzi, Nicolas Figère, Frédéric Pouzy au Marteau. 
Le pourquoi et le comment de cette efficacité dans les lancers
Le pourquoi et le comment de cette efficacité, il faut les chercher dans les travaux de Neil Roach de l’université George Washington qui a mené une analyse biomécanique de l’épaule dans une perspective évolutive. En effet nos ancêtres ont développés cette capacité de lancer des projectiles le plus efficacement possibles, il y a environ 2 millions d'années, à une époque où la chasse s'est intensifiée et pour ne pas se mettre en danger en affrontant à main nue le gibier pour se nourrir ou plus fort que soi pour se défendre. Le lancer de projectiles a permis à nos ancêtres de tuer le gros gibier de façon efficace et sécuritaire explique Neil Roach.: " une nourriture plus riche en calories, en viande et en graisse a permis à nos ancêtres de développer leurs cerveaux et leurs corps et a contribué à faire de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Le jet constituant l'atout le plus important en terme de comportement de chasse".
Le secret de cette efficacité est du à la remarquable articulation de l'épaule:L' articulation de l'épaule est profilée pour produire un maximum de puissance. Pour cela le chercheur américain a équipé de caméras de capture du mouvement, des lanceurs de base ball, et la cinétique et la cinématique de l'épaule ont été décortiquées. Les caméras ont mis en évidence que les lanceurs utilisent leur épaule comme une fronde qui emmagasine de l'énergie élastique lors de l'armé du bras, ce dernier étant étendu vers l'arrière. Dans cette phase d'armé du bras, tendons et ligaments stockent de l'énergie élastique qui accélère le bras vers l'avant, générant un mouvement ultra-rapide et un jet efficient.
Physiologiquement
Les lancers sont des activités « explosives » brèves et très intenses. Ils font appel au métabolisme anaérobie alactique. Leur pratique nécessite une masse et une puissance musculaire de l'ensemble du corps: les membres inférieurs pour la poussée, les abdominaux et dorsaux pour le maintien du bassin et de la colonne vertébrale, l'épaule pour la stabilité du haut du corps et le bras pour la propulsion de l'engin. Une bonne coordination motrice donne un surplus d'énergie et une meilleure trajectoire. Enfin un excellent mental est indispensable pour la concentration (tout se joue en quelques secondes) et pour la gestion du stress. Mais comme l'effort de lancer est un effort particulièrement violent, de bonnes qualités aérobies sont également nécessaires afin d'améliorer la fréquence cardiaque maximale et la récupération entre les essais.
Médicalement 
Lorsqu'on examine l'épaule des lanceurs, cette dernière apparaît comme étonnamment laxe dans sa partie antérieure et inférieure et raide (rétractée) dans sa partie postérieure, avec un excès de rotation externe de plus de 9° et un déficit de rotation interne de 15° en moyenne (Philippe Valenti). Pour Pascal Edouard, les muscles rotateurs de l’épaule sont un élément influençant la performance dans les sports de lancer et les adaptations musculaires induites par la répétition de ce geste du lancer et la recherche de performances sont considérés comme des facteurs de risque de blessure de l’épaule par déséquilibre musculaire. Il a testé sur machine isocinétique la force musculaire des muscles rotateurs internes et externes, considérée comme la technique la plus pertinente d'exploration de la force musculaire. Il en a conclu que la pratique du sport d’armer-lancer augmente la force des rotateurs internes du côté dominant, sans induire de déséquilibre musculaire pouvant être incriminé comme facteur de risque prédisposant à une pathologie de l’épaule, sauf à une échelle individuelle où la présence d’un déséquilibre musculaire doit être prise en considération et dépistée et afin de rééduquer si besoin ou tout au moins adapter la préparation physique. 
Sur le plan lésionnel, les lanceurs présentent plusieurs types de pathologies qui sont le plus souvent des problèmes d'épaule, de dos ou du bras propulseur. Les points vulnérables sont les tendons, les muscles et les ligaments des articulations de l'épaule, du coude et du poignet: conflits douloureux d'épaule postéro-supérieur surtout, antéro supérieur à un degré moindre, lésions de coiffe partielles, , parfois complètes, lésions du biceps (tendinopathies, SLAP lésions), élongations, déchirures ou ruptures musculaires, notamment du biceps, du sus-épineux, du trapèze, entorses du coude et du poignet. Ces pathologies sont le résultat le plus souvent d’un dysentraînement, d’une mauvaise technique ou encore d’une insuffisance d’échauffement. La colonne vertébrale cervicale et lombo-sacrée, très sollicitée, est source de cervicalgies, cervico-brachialgies, lombalgies et lombo- sciatiques par manque d’échauffement et d’étirements, mais aussi du fait d’une mauvaise technique. 
Epidémiologie des blessures dans les spécialités de lancer en Athlétisme.
La commission médicale de la FFAthlétisme présidée par mes confrères Frédéric Depiesse et Jean Michel Serra (médecin en chef des équipes de France) et dont je m'honore de faire partie, a inventioré les différentes blessures en fonction du type de lancer:
- 40% des blessures sont en rapport avec le Javelot 
- pratiquement 15% sont dues au Marteau 
- 13,6 % au Disque 
- 9% au lancer de Poids.
Au javelot, une majorité de blessures sont des épaules de conflit et d'instabilité, des tendinopathies de coiffe, des accidents musculaires et de l'arthropathie acromio-claviculaire.
Au marteau, au disque et au poids, on rencontre une majorité de tendinopathies de coiffe.
L'imagerie
L'imagerie prescrite doit toujours être orientée et guidée par la clinique. Il faut toujours commencer par une imagerie simple (binôme radios+ échographie),  souvent suffisante.
Pour l'épaule, voici listés les examens complémentaires de 1er et 2ème niveau dont on dispose: 
- Radios standards: Tendinopathie / conflit : Face 3 rotations, Profil de Lamy; Instabilité: Profil axillaire, Profil glenoïdien. 
- Echographie: tendons de la coiffe. 
- Arthro Scanner pour les lésions intra-articulaires. 
- Arthro IRM: Lesions partielles de la coiffe, Tendinopathies,  Kyste synovial compressif 
- EMG pour les nerfs Supra scapulaire, Grand dentelé, dans les douleurs d'épaule d'origine neurologique. 
Colonne vertébrale et lancers 
Lorsqu'on examine attentivement lanceurs et lanceuses, on s'aperçoit que la pathologie vertébrale est omni présente à presque 100% Elle est source comme nous l'avons dit plus haut de cervicalgies, cervico-brachialgies, lombalgies et lombo- sciatiques, mais aussi de douleurs projetées qui sont des pièges diagnostiques au niveau des trapèzes, du moignon de l'épaule, du coude, du poignet, de la hanche et du genou, qui font le lit des tendinopathies. Il faut savoir les dépister, les traiter, les surveiller et le plus souvent possible les prévenir. 
En complément lire les articles spécifiques:
- physiologie de la douleur et  paragraphe consacré aux douleurs projetées
- les fausses douleurs d'épaules et paragraphe consacré à l'épaule cervicale
- douleurs lombaires basses d'origine haute ou s. de la charnière thoraco-lombaire de R Maigne et  pseudos douleurs de hanche et  fausses pubalgies.
Dr LP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire