Préalables à lire pour tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut, pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait au moins un prénom, et c'est la moindre des choses et que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images, mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs et les faire réfléchir++ avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement, uniquement par l'intermédiaire du blog et non pas par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) et encore moins par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout au long de ma vie professionnelle auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, elles seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage, et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog, majoritairement consacré à la traumatologie sportive, est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale et répose sur une triple démarche:

1 - une bonne analyse des symptômes que rapporte le patient qui doivent d'emblée évoquer un certain nombre de diagnostics plausibles.

2 - la recherche de signes cliniques dont la cohérence entre eux et la cohérence avec les données de l'interrogatoire permettent d'approcher de façon encore plus précise le diagnostic lésionnel.

3 - la nécessité de faire concilier les données de l'anamnèse et de l'examen avec les renseignements fournis par les bilans d'imagerie que le patient a déjà en sa possession ou en demander de nouveaux qui seront toujours guidés par les renseignements provenant de l'évaluation clinique (Jacques Rodineau).

Mais il faut en convenir, l'imagerie moderne qui a pris une place considérable dans la médecine moderne (échographie, scanner, IRM), lorsqu'elle est prescrite à tort et à travers, en plus d'être inutile et couteuse en terme de dépenses de santé, va se substituer à la clinique et par excès de sensibilité et manque de spécificité va donner bon nombre de faux positifs.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne.

Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Articles les plus consultés et à juste titre: traumatologie du poignet et de la main, les lombalgies, dont la lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres à titre préventif, les cervicalgies, les dorsalgies, le syndrome du défilé thoraco-brachial, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied, des métatarsiens et des sésamoïdes du gros orteil.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

mardi 24 février 2015

Proposition d’un protocole de prévention des blessures en Gymnastique
Préalables
La Gymnastique est avec l’Athlétisme un des 2 sports dits de base, parce qu’ils sollicitent l’ensemble des qualités physiques de vitesse, force, adresse, souplesse et coordination. Mais si la pratique de ces deux activités sportives reines effectuées de manière régulière et modérée est garant d’une bonne santé, il en en autrement lorsqu'elles sont  pratiquées à haut niveau ou de manière intensive. Ils sont alors source d’une traumatologie susceptible d’affecter la totalité des structures liées au mouvement, aussi bien le squelette osseux, que les articulations et leur système d’amortissement ligamentaire et tendino-musculaire.
Tous sports confondus, il faut savoir que 50% des blessures observées chez les sportifs sont des blessures de surcharge, liées à une évolution de la pratique sportive chez les jeunes:
- spécialisation précoce
- saisons de plus en plus longues
- absence de coupure entre les saisons
- engagement dans plusieurs équipes
- pression de l’entourage
A coté des traumatismes sportifs par mécanisme lésionnel unique et violent et signes cliniques immédiats, il existe de plus en plus des lésions plus sournoises de sur-utilisation comme les tendinopathies, les fractures de fatigue et les ostéochondroses chez les plus jeunes.
Une enquête épidémiologique nationale sur plus de 7000 dossiers sur la traumatologie liée à la pratique sportive a mis en évidence que les lésions traumatiques, les plus fréquentes sont :
- les entorses : 25%
- les lésions musculaires (contusions, contractures, élongations, déchirures) : 23%
- les tendinopathies : 22%
- les fractures 5%
- les luxations sont peu fréquentes et restent des « urgences chirurgicales » avec dégâts capsulo-ligamentaires importants et complications vasculo-nerveuses potentielles.
En ce qui concerne l’étiopathogénie des traumatismes sportifs, les principales causes sont :
- une technique gestuelle imparfaite
- la surcharge de travail
- les surfaces de jeu
- le matériel inadapté
- un échauffement mal conduit
- des erreurs grossières dans la préparation physique.
 La lésion la plus fréquente est l’entorse de cheville (favorisée par une hyperlaxité globale) et à ce propos, un consensus médical a permis d’édicter un certain nombre de règles: les règles d’Ottawa, qui, si elles sont appliquées, évitent la prescription de radiographies, parfaitement inutiles sur des lésions le plus souvent bénignes (simple foulure).
Pour une lésion donnée, il existe un médecin adéquat et bien formé et cela va des médecins généralistes, dont un certain nombre, sportifs eux mêmes, se sont bien formés aux spécificités de la traumatologie du sport, bien secondés par les kinésithérapeute de proximité, jusqu'aux spécialistes hospitaliers de haut niveau.
Si, en Athlétisme on dispose de données épidémiologiques relativement précises sur les blessures, il n'en est pas de même en Gym, ou il semblerait qu'une majorité des blessures soient des lésions d’hyper-utilisation par répétition d’une gestuelle exécutée de manière intense sur des structures qui n’arrivent plus à s’adapter.
Cela peut se traduire de manière aigüe :
- par des entorses (cheville++ et règles d’Ottawa, genou et lésions du pivot central, poignet et entorses intrinsèques scapho ou pyramido-lunaires, coude et ligament collatéral interne)
- des accidents musculaires de gravité variable (élongations, déchirures, claquages, ruptures)
- des arrachements osseux apophysaires chez les plus jeunes (les apophyses n’étant pas encore soudées au bassin constituent un point faible dans la chaîne muscle-tendon-os).
Mais plus souvent que des lésions aigües, il va y avoir des lésions chroniques de surcharge comme
- les ostéochondroses chez les plus jeunes (les ostéochondroses sont des troubles de l'ossification de l'enfant liées aux activités physiques par souffrance du cartilage de croissance. Ce trouble de l'ossification affecte soit: les épiphyses articulaires = ostéochondrose articulaire, en particulier sur les zones d'appui (condyles++); avec risque de retard d'ossification, de déformation par vice architectural ( hanches++), de pseudarthroses, de nécroses avec évolution vers une ostéochondrite avec géodes et séquestre.
Principales localisations épiphysaires:
- ostéochondrose vertébrale = maladie de Scheuermann
- ostéochondrose du scaphoïde tarsien = maladie de Koler- Mouchet
- ostéochondrose du 2ème Métatarsien= maladie de Freiberg.
Les ostéochondroses peuvent également affecter les zones extra articulaires métaphysaires intermédiaires ou le plus souvent les zones apophysaires ++ avec risque de noyaux d'ossification dans les tendons d'insertion ou de non soudure des apophyses ou décollements apophysaires.
 Principales localisations apophysaires : 
- ostéochondrose de l'apophyse postérieure du Calcanéum = maladie de Sever,
- ostéochondrose de la tubérosité tibiale antérieure du tibia = maladie d'Osgood-Schlatter, 
- ostéochondrose de la pointe de la rotule = maladie de Sinding-Larsen-Johanson .
- les tendinopathies bien prise en charge par le protocole excentrique de Stanish qui comporte durant six à douze semaines, des séances quotidiennes d’exercices de freinage du tendon concerné.
 Au début, ils sont initiés par un kinésithérapeute qui apprend au malade à les réaliser correctement.
Cette méthode excentrique est la seule qui stimule la synthèse du collagène et permet la réorganisation du tissu tendineux. De nombreux travaux scientifiques publiés dans les plus grandes revues médicales ont confirmé l’excellence des résultats chez des malades réellement motivés.
Dans les tendinopathies rebelles, un traitement par PRP peut être indiqué. Ce sont des substances présentes dans les plaquettes sanguines  agissant comme activateurs de la cicatrisation de différents tissus. Le procédé consiste à prélever du sang du malade puis à le centrifuger afin d’obtenir un plasma contenant une forte concentration en plaquettes (sans globules rouges ni globules blancs). Ce plasma concentré en plaquettes est ensuite injecté dans et autour du tendon.
Le protocole comporte une à trois injections à une semaine d’écart. Les nombreuses études internationales rapportent de bons résultats à long terme, mais dans des proportions très variables. Cette méthode connaît un fort essor afin de tenter de favoriser une reprise rapide des activités mais doit être encore mieux évaluée.
- les fractures de fatigue comme la spondylolyse avec spondylolisthésis. Cette spondylolyse de l’isthme vertébral de L5 surtout, ou de L4, affecte 7% de la population générale en particulier masculine et s’accompagne d’un glissement vers l’avant du corps vertébral et de l’arc vertébral postérieur (spondylolisthésis) dont la traduction clinique variable va de rien du tout à une lombalgie voire une névralgie sciatique. Ce pourcentage passe de 7 à 20% dans les sports dits «lordosants» comme la gymnastique.
Enquête épidémiologique spécifique Gym
Un des rôles de la commission médicale de la FFGym est aussi d’essayer de prévenir les blessures spécifiques et si l’on veut être pertinent, il est nécessaire (en se calquant sur ce qui est  fait en Athlétisme avec le décathlon de la prévention des blessures), de connaître au préalable de manière très précise, l’ensemble des blessures. Pour ce faire la commission médicale nationale propose que chaque entraîneur d'un pôle Gym en collaboration avec son staff médical  liste de manière exhaustive et documentée toutes les blessures et ensuite les fasse remonter à la commission.
Proposition d’un protocole de prévention des blessures spécifiques Gym
A partir de ces données épidémiologiques ciblées, la commission  collaborera avec un entraîneur expert à la réalisation d'un vidéo clip de 10 exercices de prévention spécifique Gym avec possibilité de variantes, à intégrer dans la préparation de tous les gymnastes et plus spécialement en début d’échauffement et à répéter lors de tous les échauffements (aux entraînements comme en compétitions). Ce protocole de 10 exercices sur  vidéoclip aura une durée de 1mn 30 et les explications des exercices qui vont avec feront l'objet d' un second vidéo-clip de 12 minutes.
Les 2 vidéo-clips seront adressés à tous les pôles Gym de manière à ce que les gymnastes y trouvent leur intérêt, l’idéal étant d’incorporer en début d’échauffement tous les exercices préconisés.
Ensuite il s’agira de déterminer si l’application du protocole de prévention impacte de manière significative le nombre et la gravité des blessures et si oui, les vidéo-clips pourraient être diffusés alors à tous les clubs.

2 commentaires:

  1. Bonjour, je pratique le breakdance et je souffre d'une ténosynovite bilatérale extenseur du carpe à chaque poignet (plus aigu à droite qu'à gauche) et je finis tout juste mes 10 séances de kiné préscrites par un médecin du sport mais j'ai encore mal.
    J'aimerais savoir si la vidéo de prévention serait disponible même si on a rien à voir avec la FFGym car dans ma pratique, le manque d'expert de la santé fait que la plupart des pratiquants (pour la plupart autodidacte) et même les enseignants sont peu informés sur comment la prévention des blessures qui ont l'air très similaires à celles en gymnastique.
    Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Owi, effectivement la breakdance peut s'apparenter à la gym au sol et dans votre cas une ténosyvite bilatérale des extenseurs du carpe est la résultante d'une sollicitation excessive de vos poignets en extension. En ce qui concerne la prévention, vous devez absolument coupler votre activité avec une activité posturale comme par exemple l'aviron ou bien le rameur en salle de sport sur appareil concept 2; ensuite faire surveiller votre rachis cervical qui dans votre pratique est également très sollicité et pour ce qui concerne la vidéo de prévention des blessures est à rechercher sur le site de la FFA (fédération française d'athlétisme) dont je fais partie. Dr LP

      Supprimer