Préalables à lire par tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait, et c'est la moindre des choses au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs ++, avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement et ce uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) ou par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat, potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout le long de ma vie professionnelle, auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, ces images seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants, qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog majoritairement consacré à la traumatologie sportive est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne. Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

A tous les sportifs et à tous ceux qui présentent des tendinopathies de l'épaule, du coude, du genou, de la cheville et des claquages musculaires des muscles ischio-jambiers, droit fémoral, adducteurs et jumeau interne du mollet, je recommande vivement la lecture de l'article "bases médicales des blessures tendino-périostées et musculaires en Athlétisme", la même problématique affecte les pratiquants des autres disciplines sportives et toutes les personnes actives.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

mercredi 6 février 2013

Entorses et autres traumatismes fermés du cou et du médio-pied.

Les traumatismes fermés du cou et du médio-pied ne peuvent se résumer à l'entorse externe de cheville qui reste toutefois la lésion la plus fréquente en vie quotidienne et dans la pratique sportive (6000 entorses par jour en France), et source de prescriptions de radiographies injustifiées si les règles d'Ottawa ne sont pas respectées.


Entorse externe de cheville

Anatomiquement le cou et l'arrière pied correspondent à la région postérieure du pied et ses 3 articulations:  Péronéo/ Tibiale inférieure; Tibio/Tarsienne (Astragalienne); Sous/ Astragalienne.
Le médio pied correspond à la Médio/tarsienne de Chopart ( astragalo/scaphoïdienne en dedans et calcanéo/cuboïdienne en dehors) et à l'articulation Tarso/Métatarsienne de Lisfranc (cuboïde et 4ème et 5ème métatarsien en dehors et les 3 premiers cunéiformes  et les 3 premiers métatarsiens en dedans).
Biomécaniquement et abstraction faite des muscles intrinsèques, le pied est équilibré par le jeu de quatre groupes musculaires provenant du squelette sus-jacent.:
- le triceps sural est le muscle fléchisseur plantaire principal, son tendon (d'Achille) se termine sur l'extrémité et la face médiale de la grosse tubérosité du calcanéum, de sorte qu'à la flexion plantaire s'associe un certain degré de supination qui équilibre le valgus physiologique du calcanéum.
- le groupe fléchisseur dorsal est représenté par les muscles extenseurs propre et commun.
- les deux muscles jambiers (tibiaux) antérieur et postérieur, constituent le groupe supinateur, leurs tendons se terminent sur les piliers de la voûte plantaire.
- les muscles péroniers (fibulaires) dont les tendons se terminent sur les bords médial et latéral, constituent le groupe pronateur.


Stabilité dynamique du pied par les 4 haubans musculo-tendineux (triceps sural, extenseurs, jambiers, péroniérs latéraux

Si l'on considère l'ensemble de cette musculature par rapport à l'articulation médio-tarsienne, seul le muscle triceps sural se termine en arrière de cette charnière, les trois autres groupes musculaires sont insérés en aval; c'est la synergie de leur contraction qui équilibre la puissante action du triceps.

En traumatologie du pied, l'application stricte des règles d'Ottawa permet d’exclure une fracture de cheville ou du moyen pied et en corollaire de ne pas demander un examen radiologique dont le coût journalier est de 1,3 Million d’euros. 
Règles d’Ottawa: 
Devant un traumatisme de la cheville, ne demander des radiographies que seulement si:
- l'âge est inférieur à 16 ans et supérieur à 55 ans.
- impossibilité d’effectuer 4 pas de suite lors de la survenue du traumatisme ou lors de l’examen clinique.
- douleur exquise à la palpation sur 6 cm du bord postérieur des 2 malléoles.
- douleur exquise à la palpation de la base du 5ème métatarsien sur le bord latéral du pied.
- douleur exquise à la palpation du scaphoïde tarsien sur le bord médial du pied.
- douleur exquise à la palpation de la partie supérieure du péroné.



Squelette osseux du pied

GENERALITES
Une bonne connaissance de l'anatomie, un bon interrogatoire avec une bonne analyse du mécanisme lésionnel (ML), une bonne évaluation clinique et l'observance de la règle des 3M: quel Malade, quelle Maladie, quel Médecin doit conduire la prise en charge du blessé, conduisent toujours à un diagnostic lésionnel très précis qui va limiter les examens complémentaires au strict nécessaire. 
A côté de l'entorse externe de cheville, il peut exister aussi isolément des entorses antérieures, internes, de la tibio- péronière inférieure, de la sous-talienne , de la médio-tarsienne de Chopart et de la tarso- métatarsienne de l'interligne de Lisfranc. 
Depuis l'arrivée sur le marché de bons échographes et de confrères radiologues bien formés, les radiographies dynamiques en stress ne se font plus. Quant à l'arsenal thérapeutique, il a été bouleversé par l'introduction d'orthèses de cheville type Air-Cast qui limitent fortement le valgus- varus, laissent relativement libre la flexion-extension et ont remplacé les immobilisations plâtrées. Ce type d'orthèse permet une cicatrisation guidée, sans enraidissement du cou de pied et assure le maintien partiel de la mobilité sagittale et constitue la première étape d'une rééducation proprioceptive. Ces orthèses de stabilisation ont aussi considérablement réduit les indications chirurgicales. 
I/ EVALUATION CLINIQUE D'UN TRAUMATISME FERME : 
L'évaluation clinique d'un traumatisme fermé du cou de pied est la phase clé du diagnostic+++; elle passe d'abord par un bon interrogatoire.
A/ L'interrogatoire
Il va recueillir les données personnelles du blessé:
- Quel malade?: âge, poids, taille, profession
- Quel sport et quel niveau sportif ?
- Quel niveau d'adhérence potentiel à la conduite à tenir et au traitement à venir ?+++
- Quel Mécanisme lésionnel (ML)?+++:



ML en inversion du pied, le plus fréquent

a- ML en inversion du pied ( 80% des traumatismes) avec:




1/ sur la malléole externe par distraction:
- le plus souvent entorses du LLE (ligament collatéral latéral) sur 1 ou 2 ou ses 3 faisceaux suivant la sévérité de l'entorse (faisceau antérieur péronéo astragalien + capsule antérieure; faisceau moyen péronéo calcanéen; faisceau postérieur péronéo astragalien.
- ou entorse du faisceau dorsal de l'articulation Médio tarsienne de Chopart (Calcanéo- cuboïdienne).
- ou avultion osseuse de la pointe malléolaire externe.
- ou fracture sous ligamentaire située de 1 à 1,5 cm de la pointe avec trait horizontal (même ML que l'entorse du LLE) à différencier de la fracture malléolaire externe par rotation externe du pied. 
- ou fracture de la styloïde du 5ème Métatarsien déplacée ou non.
- ou rupture ou luxation du tendon du CPL (court péronier latéral)
- ou rupture de l' Extenseur commun, par contraction brutale réflexe surtout si mécanisme de Talus associé (quand le sportif marche sur une balle de tennis).
2/  sur malléole interne par impaction :
- ou lésions ostéo-chondrales qui sont les plus courantes de la pointe de la Malléole interne ou sur la joue interne de l'astragale.
-  ou avultion osseuse de la pointe de la Malléole interne ou de la joue de l'astragale.
3- Si le traumatisme est sévère, l'entorse du LLE peut être associée à une luxation sous astragalienne: l'astragale restant aligné sous la mortaise tibio-péronière, c'est l'avant pied qui est déjeté en dedans et il est impératif de réduire la luxation en urgence.
b - ML en éversion du pied (rare) ou les lésions sont plus souvent osseuses que ligamentaires  
sur la malléole interne par distraction: 
- ou entorse isolé du LLI (ligament collatéral médial)
- ou entorse du LLI associée à fracture de la Malléole externe par impaction controlatérale à considérer comme une fracture bi-malléolaire avec trait oblique ou parfois trait de fracture haut situé sur le Péroné (fracture de Maisonneuve) .


               


- ou fracture du tubercule externe de l'Astragale (snowboard) avec point exquis à la palpation mais avec trait  horizontal difficilement visible sur les radiographies et qui peut  ne pas être diagnostiquée (mais qui n'échappe pas au Scanner si l'on pense à le prescrire).
c- ML en flexion plantaire forcée (ski, shoot dans le sol) = entorse antérieure du coup de pied:
1/ par distraction antérieure : 
- ou entorse antérieure avec lésion des faisceaux antérieurs du LLI et du LLE et de la capsule antérieure.
- ou chez les plus de 40 ans, si la force vulnérante est importante, arrachement du tendon du muscle Jambier antérieur avec à l'inspection pied plat unilatéral.
2/ par impaction postérieure:
 syndrome du carrefour postérieur de la queue de l'Astragale ou de la marge postérieure tibiale qui fait partie du tableau clinique initial et non pas du tableau séquellaire.
d- ML en dorsi- flexion passive (sur montée au filet au tennis; en courant à reculons; démarrage en sprint; impulsion au volley; réception de bosse en ski).
1- par distraction postérieure : 
- ou rupture du tendon d'achille ou luxation du court péronier latéral.
- ou entorse postérieure (capsule postérieure; faisceaux postérieur du LLI et du LLE).
- ou tennis- leg (claquage ou désinsertion du jumeau interne).
2- par impaction antérieure du col de l'Astragale sur la marge tibiale antérieure avec selon l'intensité de la force vulnérante:
- soit lésion chondrale ou ostéo-chondrale.
- soit fracture parcellaire.
e - ML en RE (rotation externe) du pied = entorse péronéo/tibiale inférieure.
f- ML sur réception pied à plat = fracture du Calcanéum
B/ Les signes cliniques initiaux:
- douleur localisée sur les compartiments externe, interne, antérieur, postérieur.
 - craquement perceptible et localisé.
- sensation de déchirure localisée.
- tuméfaction immédiate des parties molles (oeuf de pigeon des entorse graves du LLE) 
ou en regard de la fracture.
C/ La symptomatologie clinique différée. 
- Ecchymose localisée avant la 24ème heure.
- Impotence fonctionnelle variable en fonction de la sévérité de la lésion. 
- Evolution de la douleur variable. 
- Insomnie la 1ère nuit.
D/ Les signes de gravité+++:
Craquement; sensation de déchirure; douleur syncopale; gonflement immédiat: oeuf de pigeon du LLE qui signe l'entorse grave; gonflement du Chopart externe; gonflement sur le bord externe du pied au niveau de la styloïde du 5ème Métatarse.
E/ Les radiographies selon les règles d'Ottawa+++:
clichés de face avec RI (rotation interne) qui dégage le dôme de l'Astragale, profil de tout le pied, radios de 3/4, à la recherche de fractures des Malléoles, du haut du Péroné, de la styloïde du 5ème Métatarse, de l'apophyse externe de l'Astragale (Scanner), du dôme de l'Astragale, de la marge antérieure ou postérieure du Tibia, de la queue de l'Astragale.
F/L'EXAMEN PHYSIQUE
Debout
Inspection:
 - de dos: valgus Calcanéen de 6° et varisation lors de l'appui sur pointe du pied, saillie du tendon d'Achille, gouttières rétromalléolaires.
- de profil: si arche interne affaissée = pied plat = arrachement du Jambier antérieur; ou pied creux.
- de face visualise ecchymose malléolaire externe qui s'étend vers le bas (orteils) ou vers le haut (1/3 moyen ou supérieur de jambe).
Tests fonctionnels : 
Faire quelques pas et appliquer les règles d'Ottawa en cas d'impossibilité; accroupissement sans décoller les talons et dorsiflexion des chevilles; montée unipodale sur pointe (impossible si rupture du tendon d'Achille); sautillement sur place.
Couché: 
Recherche d'une limitation des mobilités et de douleurs à la mobilisation des différentes articulations:
- Tibio-Péronière inférieure.
- F/E Tibio- tarsienne.
- Varus/ Valgus de la Sous/ Astragalienne (talon dans la main distale mobilisatrice;
- Torsion avec talon dans la main distale fixatrice ( F/E+Abduction/Adduction+Pro-supination).
- Interligne de Lisfranc (1er et 5ème à mobiliser ensemble++; ou mobiliser rayon par rayon ou tous ensemble).
- Métatarso-phalangiennes.
- Inter-phalangiennes proximale et distale.
Testing tendineux:
Achille; jambier antérieur; jambier postérieur; péroniers latéraux; extenseur commun des orteils; extenseur propre du 1; fléchisseur commun; fléchisseur propre du 1 (carrefour postérieur).
Recherche des laxités sagittales et frontales:
 tiroir antérieur astragalien; ballottement latéral ou choc astragalien; augmentation du varus ou du valgus; sillon ou dépression sous malléolaire.
Palpation minutieuse
 antérieure; latérales; postérieure: des os, ligaments et des tendons.
NB: Le diagnostic de gravité est difficile à établir le 1er jour; il faut faire béquiller le blessé (pas d'appui++) et le réévaluer cliniquement entre le 3ème et le 5ème jour, éventuellement après ponction de l'hémarthrose de la T/A et surtout de la S/A +++.
II/ FORMES CLINIQUES
A- Entorse de la syndesmose péronéo/tibiale inférieure et antérieure ( PT inf).
Anatomie

Les ligaments de la syndesmose tibio-fibulaire (LTFAD) sont :
- le ligament tibio-fibulaire antérieur: il s’insère du tubercule de Tillaux au bord antérieur de la malléole fibulaire et apporte 36 % de la congruence antérieure sur le plan biomécanique.
- le ligament tibio-fibulaire postérieur: il s’étend du tubercule postéro-latéral du tibia au versant postérieur de la malléole fibulaire et il agit pour 42 % dans le support des contraintes de la péronéo-tibiale.
- le ligament tibio-fibulaire interosseux prolongé par la membrane interosseuse qui assure les 22 % de résistance restants de la syndesmose tibio-fibulaire.


Ligament de la syndesmose bien visible en IRM et échographie (images clinique du sport de Mérignac)


ML: ce type d'entorse est rarement isolé; il est le plus souvent associé à un ML en éversion du pied et aux lésions qui vont avec.
Parfois le ML est en rotation externe (RE) forcée du pied sous le tibia avec entorse isolée (cas du skieur de haut niveau qui enfourche un piquet en slalom et qui pour se rattraper positionne son pied en RE forcée; se voit aussi au football américain).
Le ML peut être aussi en pronation et souvent en hyper flexion plantaire associée à une rotation.
Examen:
- signes initiaux (douleur sus malléolaire et gonflement; craquement; impotence variable) + signes différés; radiographies = 0 ( seul l' IRM visualise la PT inférieure).
- signes sur la P/T inférieure : douleur majorée en RE du pied et gonflement antérieur.
- rien sur la la tibio/ tarsienne.
Classification clinique d'Assor en fonction de la douleur:
- douleur uniquement en unipodal et dorsiflexion du pied.
- douleur en bipodal.
- appui impossible, gonflement et ecchymose
Classification de Kouvalchouk en trois stades :
Stade 1 : lésion ligamentaire sans rupture
Stade 2 : rupture ligamentaire sans déplacement
Stade 3 : diastasis tibio-fibulaire.
Diagnostic:
radiographies systématiques et surtout IRM
Traitement: 
Protocole RICE ou GREC (glaçage+++); résine ou orthèse sur 4 semaines; ou résine 6 semaines ou chirurgie pour les sportifs de haut niveau.




B- L’entorse fraiche isoléé du LLE
Considérée à tort comme bénigne, l'entorse externe de cheville reste le traumatisme le plus fréquent en vie quotidienne et dans la pratique sportive en France (6000 entorses par jour).

                                       

                                                            Les 3 faisceaux du LLE


La plupart du temps dans une entorse externe isolée, la lésion porte sur le faisceau antérieur péronéo-calcanéen (faisceau de l’entorse) et la capsule antérieure. Un peu moins souvent la lésion englobe également le faisceau moyen péronéo-calcanéen et plus rarement encore le faisceau postérieur péronéo-astragalien.
Le mécanisme lésionnel est un mouvement en inversion du pied.
En frais, les signes initiaux sont représentés par une douleur localisée sur le compartiment externe, un craquement plus ou moins perceptible ainsi qu’une sensation de déchirure localisée et une tuméfaction immédiate des parties molles sous malléolaire externe plus ou moins prononcée. La palpation retrouve une vive sensibilité soit d’un , de deux ou des trois faisceaux du LLE ; le positionnement en inversion du pied qui reproduit le mécanisme lésionnel s’accompagne d’une exacerbation de la douleur, la recherche d’une laxité peut être positive en fonction de la sévérité de l’entorse.
En différé, présence d’une écchymose localisée avant la 24ème heure, impotence fonctionnelle variable en fonction de la sévérité de la lésion, évolution de la douleur variable. 
Signes de gravité: craquement; sensation de déchirure; douleur syncopale; gonflement immédiat: oeuf de pigeon externe sous malléolaire signant l'entorse grave, présence d’une laxité frontale et d’un ballotement latéral astragalien. Ce diagnostic de gravité est difficile à établir le 1er jour; il faut faire béquiller le blessé (pas d'appui++) et le réévaluer cliniquement entre le 3ème et le 5ème jour, éventuellement après ponction de l'hémarthrose de la T/A.
La radiographie dans une entorse isolée si l’on respecte les règles d'Ottawa ne se justifie pas et chez les sportifs, depuis l'arrivée sur le marché de bons échographes et de confrères radiologues bien formés, les radiographies dynamiques en stress ne se font plus.
Les Signes négatifs:
Les critères dOttawa manquent dans une entorse isolée du LLE: la palpation sur 6 cm des bords postérieurs des 2 malléoles est négaive, ainsi que la palpation du tubercule du scaphoïde sur la face interne de la cheville ainsi que la palpation de la base du 5ème métatarse sur le bord externe du pied. Autres signes négatif: la loge des tendons des muscles péroniers et leur testing est négatif, ainsi que le testing des tendons d’Achille et des Jambiers antérieur et postérieur.
Le Traitement: 
On applique le protocole RICE ou GREC (glaçage+++); résine ou orthèse sur 4 semaines avec sans appui jusqu'à disparition totale des douleurs; ou résine 6 semaines ou chirurgie pour les sportifs de haut niveau. A noter que l'arsenal thérapeutique a été bouleversé par l'introduction d'orthèses de cheville type Air-Cast qui limitent fortement le valgus- varus, laissent relativement libre la flexion-extension et ont remplacé les immobilisations plâtrées.

                                           

                                                                            Orthèse air-cast

Ce type d'orthèse permet une cicatrisation guidée, sans enraidissement du cou de pied et assure le maintien partiel de la mobilité sagittale et constitue la première étape d'une rééducation proprioceptive+++. Ces orthèses de stabilisation ont aussi considérablement réduit les indications chirurgicales.

C - Les Entorses latérales récidivantes de cheville
Une entorse latérale récidivante de cheville correspond à un accident d’instabilité qui se répète dans le temps et ce pour un mécanisme lésionnel de moins en moins agressif. Il y a récidive parce que la 1ère entorse a été négligée, à cause d’une immobilisation incorrecte normalement censée assurer une bonne cicatrisation ligamentaire initiale, ou par défaut de rééducation proprioceptive, la plus à même d’éviter les récidives et qui doit précéder toute reprise d’activité physique ou sportive.
La symptomatologie qui doit faire évoquer l'existence de lésions cartilagineuses:
- essentiellement des dérobements douloureux en varus.
- des blocages ou des épanchements peuvent être associés.
Debout : évaluation de l'axe de l'arrière pied recherchant un varus responsable d'une mise en tension permanente des haubans externes.
Couché :
-mesure comparative de la mobilité,
-recherche de l'existence de points douloureux péri-malléolaires ou siégeant sur les rebords astragaliens,
-existence d'un empâtement ou d'un épanchement intra-articulaire, un ballotement astragalien, un tiroir antérieur, une instabilité sous-astragalienne associée
-testing des péroniers latéraux lors de leur contraction isométrique ou lors des mouvements de circumduction du pied.
Radiographies standard de face et de profil, en charge, dégageant tout l'interligne tibio-astragalien :
- recherche des séquelles d'arrachement ligamentaire se traduisant par des calcifications péri-malléolaires, une fracture ostéochondrale du dôme de l'astragale, des signes de surcharge microtraumatique (exostoses tibio-astragaliennes antérieures, astragalo-scaphoïdiennes etc)
- signes de pré-arthrose ou d'arthrose
- mesure du varus calcanéen.
Clichés dynamiques comparatifs en varus forcé et en tiroir antérieur destinés à quantifier l'importance de la laxité :
- baillement en varus supérieur à 10° = laxité pathologique (prendre toutefois en considération la laxité du côté sain).

                                   

En cas de lésion astragalienne, un scanner ou un arthro-scanner est indiqué .

Le principal diagnostic différentiel est d’origine neurologique par atteinte du nerf SPE ou de la racine nerveuse L5 ou par luxation des tendons péroniers latéraux qui ne sont pas envisagés ici.
Le traitement 
On tente d’abord la rééducation ou la chirurgie en cas d’échec de cette dernière.
La rééducation est indiquée en cas d' instabilité pure, sans lésion ostéo-cartilagineuse associée et n'ayant jamais fait l'objet de rééducation sérieuse. C’est essentiellement de la rééducation proprioceptive, prolongée dans le temps de 30 séances sur 3 mois en statique d’abord, puis dynamique dans le but d'améliorer le contrôle actif de la cheville par le biais de l’action des péroniers latéraux.


                                                            Rééducation proprioceptive  

Après 3 mois, l'activité sportive pourra être reprise, sous la protection d'une chevillère ligamentaire.
La chirurgie avec 2 possibilités laissées au choix du chirurgien orthopédiste et reprise sportive progressive le 4ème mois:
1ère possibilité: retendre la capsule et les faisceaux distendus qui n’assurent plus leur fonction de coaptation (Roy-Camille, Blanchet, Karlsson, Broström) avec l’avantage de ne pas sacrifier de stabilisateurs actifs. Cette remise en tension ligamentaire permet d'obtenir une diminution significative de la laxité radiologique de l'articulation tibio-tarsienne bien qu'il n'existe pas de parallélisme strict entre l'importance de la laxité radiologique post-opératoire et la qualité du résultat fonctionnel final. 
Cette remise en tension capsulo-ligamentaire permet d'obtenir de bons résultats sur la stabilisation de la tibio-tarsienne mais moins sur la douleur, seulement 40 % des chevilles opérées sont parfaitement indolores en post-opératoire. Il n'y a aucun élément qui permet de prévoir formellement quelles chevilles resteront douloureuses et celles qui ne le seront pas. L'excision des calcifications ligamentaires ou des lésions ostéochondrales associées ne suffit pas toujours  à redonner l'indolence aux chevilles opérées.
2ème possibilité la ligamentoplastie avec le tendon court péronier latéral (Christman-Snook, Castaing) avec les inconvénients de sacrifier un stabilisateur actif de la cheville, d'être de réglage délicat, d'entraîner un blocage de l'articulation sous astragalienne et de modifier la biomécanique de l'arrière pied, ce qui les contre indique souvent chez le sportif sauf en cas d'instabilité sous-astragalienne associée. 

                                             
Technique de l’hémi-Castaing (Brunet). Le tendon du court fibulaire (péronier) est divisé en 2 sur sa longueur ; une moitié est passée dans un tunnel osseux au travers de la fibula, puis suturée sur elle-même avec de la tension pour corriger la laxité externe de la cheville.

Dans les 2 cas, la contention post-opératoire est assurée par une botte de marche à garder 6 semaines suivie d'une rééducation proprioceptive. La reprise des activités sportives se fait au plus tôt à partir de la fin du 3ème mois post-opératoire.

                                          
D - Entorse sous - astragalienne isolée (S/A).
L’articulation sous-talienne (S/A) est une articulation capitale dans l’adaptation de l’arrière-pied aux contraintes imposées par le sol lors de la marche et de la course. Sa mobilité globale faible s'explique par le fait que cette double articulation sous-taliene antérieure et postérieure (ASTA et ASTP) est de configuration géométrique inverse (cylindre plein contre cylindre creux), toute perte de mobilité entraînant une importante gène fonctionnelle.
L'ASTA (articulation sous-astragalienne antérieure)
Les surfaces articulaires de l'ASTA sont plus planes, ovalaires et fragmentées en deux portions discrètement séparées par une crête italienne convexe et un sillon concave sur le calcanéum.
L' ASTP (articulation sous-astralienne (talienne) postérieure
On peut considérer les 2 surfaces articulaires qui composent l’ASTP comme des fragments de cylindre (la surface calcanéenne est le thalamus et il est franchement convexe et son extrémité postérieure se situe au niveau du carrefour postérieur de la cheville; la surface talienne, elle, est franchement concave).



S/A = double articulation antérieure et postérieure entre Astragale (talus) et Calcanéum et de configuration inversée




Pied en décharge, les mouvements de l'articulation tibia-tarsienne de la cheville et de la sous-talienne se combinent et se font simultanément et dans le même sens.
Pied en charge, comme dans la marche, la course ou le saut, le mouvement global entre articulation tibio-tarsienne et sous-talienne n'est plus possible et se fait de façon dissociée, l’articulation talo-crurale allant vers le flexion plantaire (avec un peu d’inversion) et le bloc calcanéo-pédieux partant dans le sens inverse.
Le sinus du tarse et le ligament en haie


Les 2 faisceaux antérieur et postérieur du ligament en haie, vus du sinus du tarse


Les articulations antérieure et postérieure qui constituent la S/A sont séparées par un canal osseux, le sinus du tarse ouvert sur l'extérieur et situé quand le pied est positionné à 90°, 2 cm en dessous et en avant de la pointe de la malléole latérale et en forme d'entonnoir. que l'on peut infiltrer en cas de raideur acquise post traumatique de l'arrière-pied Ce sinus est cloisonné par un ligament interosseux, le ligament en haie, composé de 2 faisceaux et par du tissu fibro-graisseux.
Ce ligament en haie, particulièrement riche en terminaisons nerveuses et en mécano-récepteurs est considéré comme un important centre proprioceptif qui peut être comparé au LCA du genou. Il se tend dans le mouvement d'inversion du pied et se détend en éversion. Il est égalent riche en terminaisons nerveuses amyéliniques qui conduisent la douleur.
En traumatologie: les entorses de la S/A sont rares et souvent associées à un ML en inversion avec lésion du LLE (son faisceau moyen constituant le verrou externe de l'articulation sous astragalienne).
Clinique:
- rien sur la péronéo tibiale inférieure; rien sur la tibio tarsienne.
- signes sur la sous astragalienne (immédiats + rapprochés + radiographies = o); hémarthrose à la ponction du sinus du tarse.
Radiographies:
- Dynamiques en varus forcé = baillement S-A externe; 
Scanner ou IRM ++ 
Traitement : Orthèse Air cast; parfois ponction de l'hémarthrose associée; rarement résine.
E - Entorses de l'articulation Médio-tarsienne ( M/T) de Chopart
Chopart externe = calcanéo-cuboidienne.
Chopart interne = astragalo- scaphoïdienne avec ligament en Y.
Cette articulation est le sommet de l'arche externe et interne du pied ou sa clef de voûte qui autorise l'appui.

Anatomiquement l'articulation de Chopart (colorée en vert)  comprend une articulation interne ou médiale, le Chopart interne entre astragale et scaphoïde du pied (os naviculaire), occupée par le ligament en Y; en clinique, son point de repère, la tubérosité interne du scaphoïde est accessible à la palpation. Le Chopart externe ou latéral entre calcanéum en arrière et cuboïde en avant n'a pas de point de repère anatomique propre; en clinique, pour palper ce Chopart externe, il faut se référer à la tête du 5ème métatarsien et se décaler de quelques centimètres vers l'arrière.


Le ligament en Y du Chopart interne et ses 2 faisceaux calcanéo-cuboidien (a)  étalé horizontalement et calcanéo-scaphoidien (b) orienté sagittalement est un ligament dorsal du pied; c et d sont des ligaments plantaires qui maintiennent la charnière médio-tarsienne du côté latéral par le ligament calcanéo-cuboidien (d) et par le ligament calcanéo-scaphoidien du côté médial (c) principal soutien de la tête astragalienne.

En cas d'entorse du Chopart, tout appui est impossible+++( le blessé se présente porté par son entourage). 
La médio- tarsienne est pontée en dehors par les tendons péronéaux latéraux et en dedans par les tendons Jambiers antérieur et postérieur.
Fonctionnellement le Chopart est lié à la S/A et  forme un couple de torsion de l'arrière pied; en cas de blocage de la pro- supination du pied, il s'installe une synostose rapide.
a/ l'entorse du Chopart externe:
Elle va de la petite entorse avec appui douloureux, jusqu'à la lésion grave avec gros pied externe et impotence fonctionnelle totale (diagnostic différentiel avec fracture ou luxation des péroniers latéraux).
Diagnostic positif:
aspect typique de cheville externe avec trouble de l'appui; rien sur la T/A; rien sur les tendons péronéaux latéraux ( douleur; force au testing; stabilité); positivité des signes sur la S/A et le Chopart++; rien sur l' interligne de Lisfranc.
Radiographies++:
grande fréquence de petits os surnuméraires à ne faut pas confondre avec petits arrachements osseux ou petites fractures; il faut savoir reconnaître une synostose S/A et M/T et éliminer une fracture de la styloïde du 5ème Métatarse ou une fracture de fatigue du 5M ou une fracture du Cuboïde.
Traitement :
c'est l'appui qui fait mal et il faut obligatoirement béquiller avec 2 cannes anglaises++; puis lutter contre l'oedème et l'enraidissement source de synostose rapide et ne pas immobiliser source d'algodystrophie;   drainer + position déclive et glace pour l'oedème + mobilisation douce (protocole RICE++).
L'évolution 
Elle peut se faire vers un syndrome douloureux secondaire: il faut alors mobiliser + infiltrer et éliminer une fracture articulaire par l'imagerie.
b/ l'entorse du Chopart interne:
Elle est beaucoup plus rare que l'entorse du côté externe, le Chopart interne étant plus solide. L'impotence fonctionnelle est totale avec appui impossible++ ( clef de voûte).
Diagnostic:
 grosse cheville interne plus bas située que la T/A et le LLI ou tous les signes sont négatifs; rien aussi sur P/T inférieure. 
Les signes sont concentrés sur la S/A et surtout sur la M/T interne (couple fonctionnel); le testing des tendons jambiers est négatif.
Les radiographies
Elles permettent d'éliminer un arrachement du jambier antérieur qui s'insère sur le scaphoïde tarsien et se traduit par un pied plat unilatéral de l'adulte.
Chez l'enfant il y a souvent un os surnuméraire: le scaphoïde accessoire.
Le traitement
Il va consister à empêcher l'appui avec l'aide de  cannes anglaises et éviter la synostose en luttant contre l'oedème et la raideur par le glaçage, le drainage, la position déclive et la mobilisation douce.
F - Entorses tarso-métatarsiennes de l'interligne de Lisfranc
L'interligne de Lisfranc unit en dedans les 3 Cunéiformes avec les 3 Métatarsiens internes et en dehors le Cuboïde et le 4ème et 5ème Métatarsien.


                                   
Interligne tarso-métatarsien de Lisfranc: sur le plan osseux, on voit que le 2éme métatarsien (coloré en vert) est  encastré entre le 1er et le 3ème cunéiforme et répond au 2ème métatarsien (les cunéiformes sont colorés en jaune). Les 4ème et 5ème métatarsiens répondent au Cuboïde, sur le bord externe du pied.Point de repère clinique et accessible à la palpation, sur le bord interne du pied, le tubercule du scaphoïde et sur le bord externe du pied l'apophyse styloïde de la tête du 5ème Métatarse.


Le ligament de Lisfranc occupe l'interligne tarso-métatarsien; ce ligament est anatomiquement complexe et se décompose en trois parties: une partie interne ou médiale, (colorée en orangée) une partie moyenne (colorée en jaune) et une partie externe ou latérale (colorée en violet). Ces 3 parties du ligament sont en réalité 3 articulations différentes qui peuvent être lésées ensemble ou séparément: le Lisfranc interne ou médial ou colonne médiale entre le 1er Métatarse et le 1er Cunéiforme, le Lisfranc moyen ou colonne moyenne entre les 2 et 3 èmes Métatarsiens et 2ème et 3ème cunéiforme et le Lisfranc externe ou latéral ou colonne latérale entre 4 et 5 ème Métatarsiens et Cuboïde.

Cliniquement :
aucun signe sur T/P inférieure,T/A, S/A, Chopart. Les signes sont sur l'interligne de Lisfranc et sont variables en fonction de la force vulnérante. On distingue:
a - soit des entorses bénignes
par torsion de l'avant pied; si atteinte du Lisfranc 1, il y a trouble de l'appui; si atteinte du Lisfranc 5 c'est bénin.
b - soit des luxations- fractures
par polytraumatisme (AVP) ou chute de cheval par exemple qui cliniquement se présentent comme une perte de pointure; le diagnostic est radiologique et doit faire la chasse aux petits morceaux d'os afin de bien réduire et éviter cal vicieux; ces lésions sont instables: il faut donc les réduire, puis les fixer , puis vite les mobiliser pour éviter une Algodystrophie ou une raideur post traumatique en utilisant des chaussures de Barouk (sans appui antérieur).
 La complication à éviter est la raideur secondaire post traumatique par défaut d'appui antéro interne qui aboutit à  l'arthose post traumatique, véritable catastrophe fonctionnelle.
III- L'IMAGERIE 
Rappelons l'importance du respect des règles Ottawa.
A- En 1ère intention: 
Faire clichés radiographiques simples;  échographie qui visualise parfaitement le faisceau antérieur et le faisceau moyen du LLE, les lésions tendineuses (sauf le tendon du long fléchisseur propre du gros orteil).
B- En 2ème intention: 
L'arthroscanner est excellent pour l'os et le cartilage et les synostoses de l'arrière pied et du médio pied. 
L'IRM est excellent pour les tendons, l'aponévrose plantaire, pour l'arrière pied non traumatique: inflammatoire ou tumoral ( synovialosarcome, nécroses, pied diabétique, arthropathies, AND). Pour l'avant pied : bon pour le névrome de Morton, les bursites inter-capito-métatarsiennes, le syndrome d'instabilité des 2ème et 3ème rayon, les ténosynovites des fléchisseurs, les fracture de fatigue, la maladie de Freiberg, une lésion d'un muscle lombrical. 
L'IRM est mauvais pour l'ostéome ostéoïde (faire scintigraphie et scanner).
IV-  LE TRAITEMENT 
A- Le traitement fonctionnel
Est précédé par le protocole Rice ou Grec (glacer, repos, élévation du membre, contention par bande élastique et compression par l'orthèse.) 
On utilise l'orthèse Air cast amovible. Cette orthèse, nous l'avons dit en préambule,  a révolutionné le traitement des entorses de la cheville et du médio- pied; elle doit être portée entre 3 et 6 semaines suivant la sévérité de l'entorse + rééducation fonctionnelle. La durée du sans appui est guidée par la douleur (sans appui avec béquilles, tant que la marche est douloureuse).
Cette orthèse:
- permet une réévaluation clinique à la demande 
- de faire un bilan lésionnel exact
- une cicatrisation guidée
- expose à moins de récidives
- donne une bonne stabilité mécanique
- entretient la proprioception.
B- Le traitement orthopédique 
La résine garde ses indications en cas de lésion osseuse nécessitant une immobilisation stricte.
C- Le traitement chirurgical
Par suture+orthèse amovible:
- si luxation des TPL; 
- si fracture ostéochondrale;
- si sportif de très haut niveau.
V- SEQUELLES DES ENTORSES DE CHEVILLE.
 Elles sont de 2 types: 
- douloureuses très fréquentes; 
- les laxités chroniques, rares, la cicatrisation étant relativement aisée.
A- les séquelles douloureuses:
a/-  aigues 
avec douleur fulgurante qui cloue sur place avec impression d'instabilité mais sans laxité.
b/- chroniques 
de causes multiples: extra articulaires; intra articulaires à différencier de l'ostéome ostéoïde sensible à l'aspirine ( Scanner, IRM) ou du kyste synovial (arthroscanner).
c/ l'examen programmé:
interrogatoire; inspection; palpation à la recherche des points douloureux; étude des amplitudes: T/P inférieure, T/A, S/A, M/T, Lisfranc, M/P, I/P;  testing de la stabilité pour l'éliminer : varus/valgus, ballotement astragalien, tiroir antérieur et postérieur;  testing neurologique: sensibilité, force, Tinel; testing musculo- tendineux : contraction isométrique résistée, étirement.
Examens complémentaires:
radiographies,dont clichés à 30° en RI; échographie; arthroscanner; IRM.
d/Causes extra articulaires de cheville douloureuse
1- Fracture de l'apophyse externe de l'Astragale 
qui passe inaperçue dans 40% des cas.
Le trait est horizontal et il est bien visible au Scanner.
2- Conflits de cheville



a/ Le conflit antérolatéral par fibrose cicatricielle antéro-externe du LLE 
C' est le conflit le plus fréquent = syndrome d'interposition tissulaire antéro-latéral.
Les entorses de cheville, lorsqu'elles sont prises en charge de manière imparfaite, laissent persister des séquelles douloureuses le plus souvent antéro-latérales, par conflit entre la cicatrice fibreuse du ligament collatéral latéral de la cheville.
Ce conflit antéro-latéral de cheville séquellaire d'entorse est mieux connu depuis l'apport de de l’imagerie médicale et de l’arthroscopie et correspond à une synovite chronique hypertrophique de la région antéro-latérale de la cheville responsable de douleurs chroniques avec épanchement intra-articulaire mais sans instabilité ni laxité.
L’échographie permet de réaliser un diagnostic positif de conflit antéro-latéral. Les signes échographiques (plus ou moins associés) sont:
- synovite: épanchement intra-articulaire, hypertrophie capsulo-synoviale avec hyperhémie
- bandes fibreuses: hypertrophie des franges synoviales
- nodule fibreux hyperéchogène ou lésion méniscoïde
- soft-point douloureux au passage de la sonde
- signe négatif: absence de solution de continuité du LTFA.



Absence de laxité clinique et radiologique


Sur le plan thérapeutique et en tout début d'évolution de la synovite réactionnelle, une infiltration d'un dérivé cortisoné peut améliorer la symptomatologie, mais l’arthroscopie qui permet de réaliser une synovectomie partielle avec résection de la fibrose reste la moyen thérapeutique le plus sur.
b/ le conflit de la syndesmose tibio-péronière inférieure



Clinique

Douleur antérolatérale ou postéro-latérale aggravée par la marche.
Diminutions des amplitudes articulaires.
Douleur à la palpation antéro-externe du dôme talien et de la tibio-fibulaire antérieure.
Majoration des douleurs à la dorsi-flexion et lors du Squeeze test.



Pas de laxité (diastasis) sur les les radiographies. 




Diagnostic sur l'arthro-scanner, le ligament tibiofibulaire antérieur est rompu: dilatation du récessus antérolatéral de contours irréguliers et opacification excessive et irrégulière du récessus de la syndesmose.




Traitement: infiltration d'un dérivé cortisoné, kinésithérapie. Si échec, débridement arthroscopique très efficace 
3- Syndrome du carrefour postérieur
Ce syndrome se caractérise par des douleurs postérieures de cheville qui se majorent en flexion plantaire forcée. Il affecte bon nombre d'activités sportives et tout particulièrement les danseuses et les footballeur++) par ML par flexion antérieure forcée de la cheville et impaction postérieure. 



Parfois il est lié à la présence d'un os trigone qui n'est souvent pas fusionné avec l'Astragale et qui rentre en conflit avec le rebord postérieur du Tibia.



Dans le syndrome du carrefour postérieur, le conflit porte sur l'un ou plusieurs éléments anatomiques qui entrent en conflit avec les éléments de voisinage.
Eléments anatomiques du carrefour postérieur :
éléments osseux du carrefour postérieur :
- bord inférieur de la face postérieur du pilon tibial
- tubercule postérieur du talus long ou court
- un éventuel os trigone
- rebord postérieur du calcanéum.
éléments ligamentaires :
- ligament annulaire interne
- faisceau fibulo-talien postérieur du ligament latéral externe de l’articulation tibio-tarsienne
- ligaments fibulo-tibiaux inférieur et postérieur.
éléments tendineux :
- tendons du LF Hallux et du FC Orteils  

éléments synoviaux :
- la gaine du LFPGO
- les culs de sac synoviaux postérieurs des articulations tibiotarsiennes et sous talienne 

 éléments vasculonerveux : 
- artère tibiale postérieure 
- nerf tibial postérieur 
Ils cheminent entre les tendons du LFPGO et du FCO.


Le pédicule vasculo nerveux postéro médial tibial postérieur peut être comprimé par une structure anatomique du carrefour postérieur, mais le plus souvent, le nerf est comprimé non en postérieur mais plus en avant et en latéral, dans le tunnel tarsien (le syndrome du tunnel tarsien est donc un diagnostic différentiel).

Diagnostic clinique d'un syndrome du carrefour postérieur+++:
- percution du talon déclanche une douleur postérieure
- testing du tendon du Fléchisseur propre du gros orteil++ à la palpation, en contraction résistée et en étirement
- patient en décubitus ventral, l’examinateur porte le pied en flexion plantaire passive forcée, en position neutre et en rotation médiale et latérale afin de reproduire la douleur ressentie par le patient.
Imagerie++ à l'arthro Scanner ++ ou à l'IRM


Patient en décubitus ventral, l’examinateur porte le pied en flexion plantaire passive forcée, en position neutre et en rotation médiale et latérale afin de reproduire la douleur ressentie par le patient.


 
Palpation bidigitale du LFH derrière la malléole médiale lors des mouvements de flexion-extension de la cheville ou du 1er orteil reproduit la douleur du patient lorsqu’une ténosynovite est présente


Principes du traitement du conflit postérieur de cheville
L'infiltration radio ou échoguidée de corticoïde au niveau du conflit est un traitement qui marche et fait diminuer les douleurs.
En cas d’échec de l'infiltration, une arthroscopie de résection des tissus coincés dans le conflit est la meilleure option.
4 - Syndrome d'impigment antérieur du col de l'Astragale sur la marge Tibiale antérieure
Arthroscopie diagnostique et thérapeutique; parfois présence d'un faisceau accessoire qui barre le col externe de l'Astragale avec syndrome d'irritation au tiroir antérieur = Talar impigment à traiter par arthroscopie.
5 - Ossifications péri articulaires internes ou externes d'impaction sur l'Astragale (surtout sur la joue interne).
6 - Lésions ostéo-chondrales du dôme Astragalien supéro externe++
Diagnostic par l'ArthroScanner+++; si le fragment est gros et nécrosé on le comble chirurgicalement par une greffe; diagnostic différentiel : ostéochondrite de l'adolescent intra articulaire.
7- Luxation des tendons péronéaux latéraux: 
ML en inversion et contraction réflexe brutale des tendons; testing des tendons; par dorsi flexion passive et chute en avant; par marche sur une balle de tennis; les radios montrent une image en dehors de la Malléole externe qui correspond à l'arrachement du rétinaculum qui maintient en place les tendons.
8- Syndrome fissuraire des TP latéraux= fissures longitudinales en 2 ou 4 bandelettes qu'il faut suturer chirurgicalement.
e/ Causes intra articulaires:
 corps étranger intra articulaire, conséquence d'une fracture chondrale.
B- les laxités chroniques de la cheville
a- les laxités chroniques externes 
Cliniquement cela donne un tableau d'entorses à répétition qui se manifestent en terrain accidenté, dans les sauts.
Autres signes: sensation de dérobement, d'insécurité,de manque de confiance dans ses chevilles, de blocage, d'accroche douloureux.
Parfois l' accident d'instabilité  est suivi de chute.
L' interrogatoire fait préciser l'ancienneté des troubles; la notion d'entorse première, de fracture; le contexte d'hyperlaxité générale.
L' examen comparatif retrouve une laxité unilatérale en inversion de la cheville et en tiroir antérieur.
L'imagerie : l'échographie visualise la lésion ligamentaire; les radiographies comparatives en stress manuellement ou mécaniquement (Télos) en varus forcé de face, et en tiroir antérieur de profil, mesurent la laxité.
Elles sont de traitement chirurgical: soit sur le LLE que l'on retend, soit plastie avec le CPL (stabilisateur de l'éversion); à différencier des laxités constitutionnelles qui ne s'opèrent pas
b- la laxité chronique de la Péronéo tibiale inférieure succède à la rupture des ligaments après ML en RE.
La cheville est douloureuse en antérieur et instable; présence d'un ballottement astragalien qui s'atténue quand on resserre la pince bimalléolaire; l'imagerie (échographie, radiographies ) doit objectiver le diastasis tibio péronier; le traitement est chirurgical et vise à resserrer la pince bimalléolaire par une vis péronéo tibiale placée juste au dessus de la lésion ligamentaire.
c- Arthrose Tibio/Astragalienne sur le dôme supéro interne de l'Astragale, terme des laxités chroniques avec pincement interne localisé et varus de l'arrière pied qui aggrave l'instabilité. 
L'enraidissement est progressif; il y a un épanchement chronique.
Le traitement est médical au début (visco-supplémentation et autres) puis chirurgical (arthrodèse; prothèse; ostéotomie calcanéenne de valgisation parfois quand le varus est ++).
NB: le pied creux varus bilatéral induit des contraintes excessives sur les LLE et induit des douleurs chroniques que l'on traite chirurgicalement par ostéotomie calcanéenne de valgisation; il y a analogie avec l'atteinte du pivot et du PAPE du genou qui induit un genu varum et que l'on traite par ostéotomie de valgisation.
VI- SEQUELLES DES ENTORSES SOUS- ASTRAGALIENNES
A- Syndrome du sinus du tarse douloureux surtout en antéroexterne.
Le Scanner  visualise une fibrose avec parfois de petits fragments osseux intra articulaires.
B- Laxité sous astragalienne.
C- Séquelles de fractures de l'apophyse externe de l'Astragale dans les ML en éversion.
D- Arthrose Sous- Astragalienne surtout après luxation.
E- Raideur par fibrose S/A = synostose du tarse complète ou incomplète avec en raidissement de la S/A et de la M/T si bien que toutes les contraintes se concentrent sur le LLE avec entorses à répétition du jeune; diagnostic radiographique et à l'artroscanner.
VII- SEQUELLES DES ENTORSES MEDIO -TARSIENNES
A- Douleurs chroniques
B- Raideur par fibrose et synostose

Conclusion:
- la meilleure prévention des séquelles d'entorse est d'abord de faire un bon diagnostic clinique avec l'aide éventuelle d'une imagerie adaptée et de ne pas oublier de bien évaluer le degré de sévérité de l'entorse, le juste traitement de la lésion primaire en dépend+++.
- les douleurs d'appui sont prévenues par le béquillage avec 2 cannes anglaises+++
- l'oedème nécessite de bien drainer, de positionner en déclive la nuit sinon il y a risque d'évolution vers l'algodystrophie
- la raideur est prévenue par la mobilisation précoce, le béquillage et la chaussure de BAROUK.


Chaussure de Barouk


Ce qu'il faut retenir pour éviter récidives et séquelles douloureuses +++: 
Le pied se définit biomécaniquement comme un ensemble d'articulations très dépendantes les unes des autres que l'on qualifie de système ostéo-articulaire mécaniquement asservi où SAMA. La plupart des lésions post traumatiques de ce SAMA podo-sural nécessitent pour bien cicatriser une immobilisation qui peut aller de quelques jours à plusieurs semaines où mois suivant la gravité du traumatisme. Cette immobilisation, absolument nécessaire, va impacter automatiquement la quasi totalité des articulations de ce SAMA podo-sural et s'accompagner volontiers, après consolidation des lésions, de douleurs séquellaires qu'il faut au mieux traiter par des techniques ostéopathiques de dés-impaction des articulations bloquées, sous peine de voir le pied s'enraidir et les douleurs persister indéfiniment.

235 commentaires:

  1. suite à une double entorse (chopart et ligament tabofibulaire de la cheville gauche) la douleur persiste depuis 2 semaines - aucun traitement médical hormis les antalgiques - l'attèle ne semble avoir aucun effet - que faire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans une double entorse comme la vôtre, une attelle de type air-cast et même une immobilisation plâtrée sont absolument indispensables, mais également la nécessité de béquiller avec 2 cannes anglaises et sans appui comme vous l'a sans doute recommandé votre chirurgien orthopédiste. Dr LP

      Supprimer
  2. Bonjour docteur,
    On m'a diagnostiqué une synostose talo tarsienne unilaterale qui serait d'origine congénitale , j'aimerai savoir quel traitement envisager car il m'a été prescrit 1 paire de semelles orthopediques et des anti inflamatoires.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'indiquer qui a conclu à une origine congénitale et qui vous a prescrit semelles et AINS et d'autre part quelle est la traduction clinique de cette synostose. Dr LP

      Supprimer
    2. C'est un rhumatologue de la clinique mutualiste catalane qui m'a fait passer un scanner et qui m'a prescrit des ortheses et des anti inflamatoires sans avoir les resultats, lors du scanner le radiologue m'a annocé une synostose d'origine congenitale et m'a demandé de retourner voir le rhumatologue (ce que je n'ai jamais fait).
      Sur le rapport du radiologue il est mentionné une synostose unilaterale incomplete mais n'ayant pas mon dossier avec moi, je ne peux vous en dire plus pour le moment.

      Supprimer
    3. Vous n'avez pas répondu tout à fait à ce que je vous ai demandé: que ressentez vous: douleurs, instabilité?, avez vous une raideur de la sous astragalienne, avez vous des antécédents d'entorses de cheville. Dr LP

      Supprimer
    4. J'ai une douleur permanente qui s'amplifie a l'effort, j'ai la cheville qui se derobe si je marche plus d'1 km en terrain plat et les terrains instables sont impraticables pour moi, je porte en permanence une chevillere souple pour me soulager.

      Supprimer
    5. Et pour les entorses, j'en ai eu 1 dans mes années de college (j'ai 29 ans).

      Supprimer
    6. Vous avez donc une cheville douloureuse et instable: vous ne précisez pas à quand remonte cette gène, ni quel est l'état de vos ligaments deu cou de pied. En tous cas je doute fort que des AINS et une une semelle orthopédique soient la bonne solution. Avec l'accord de votre médecin traitant, consultez un bon chirurgien orthopédique qui en fonction de son examen clinique et peut être d'un arthro-scanner, soit optera pour un traitement médical avec infiltration et rééducation proprioceptive, soit vers une arthroscopie et une ligamentoplastie. Dr LP

      Supprimer
    7. Merci beaucoup de votre reponse rapide et de tous ces rensignements, je vais voir avec mon generaliste.

      Supprimer
  3. bonjour. j'ai fait une grave chute avec cheville gonflée. trois mois plus tard je me suis rendu compte que je ne pouvais pas faire de montée unipodale sur le pied concerné. j'ai vu un ostéopathe qui m'a dit débloqué 3 os. mais rien n y fait. on me dit que je n'ai rien à la radio, mais on ne n'a pas pris tout le pied.. peut être ya t il autre chose ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne me donnez pas assez d'élément cliniques, avec l'aide de votre médecin traitant, consultez un bon médecin ou un chirurgien du sport qui peut être vous demandera une imagerie complémentaire qui visualisera mieux la cause de votre raideur persistante et adaptera son traitement à la cause de cette raideur. Dr LP

      Supprimer
    2. merci de votre réponse. j'ai toujours la malléole un peu gonflée, et la cheville ne s'est pas totalement affinée comme auparavant. il faut savoir que je n'ai pas été immobilisée après mon entorse. j'ai bien sur vu un médecin du sport. c'est lui qui m'a préconisé l'ostéopathe. l'ostéopathe disait avoir débloqué ce qui m'empêchait de marcher correctement. c'est vrai qu'en son cabinet d'ostéopathie j'ai pu me mettre sur la pointe des pieds. mais le lendemain c'était fini. par la suite, j'ai vu un kiné, qui m'a dit que j'avais peut être un syndrome de morton.. bref, il me renvoie vers le médecin du sport. ce qui me chiffone, c'est que je ne sais pas si je dois m'abstenir de marcher modérément, ou bien repos tortal, ou bien au contraire réeducation et se forcer à marcher .. maudite chute !! merci de votre réponse . peut être devrais je acheter une chevillère ??

      Supprimer
  4. ps: comment savoir ce qu'est un "bon" médecin du sport ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon médecin du sport ou même généraliste (certains sont très compétents en traumatologie courante) est celui qui est capable de faire un diagnostic précis d'une lésion traumatique, de bien vous expliquer les choses, de vous traiter correctement sans que vous ayez de séquelles: douleurs résiduelles ou raideur et si c'est hors de ses compétences, de passer la main à un kiné pour compléter le traitement (rééducation proprioceptive par exemple), ou à un autre confrère médecin de rééducation ou chirurgien orthopédiste pour une prise en charge plus pointue. En ce qui vous concerne, n'ayant pas d'éléments cliniques précis, je peux difficilement vous aider Dr LP

      Supprimer
    2. merci de votre réponse
      les elements cliniques c'est que suite à une chute, j'ai eu la cheville gonflée et bleu. avec douleurs lors de l'appui. il ya de cela 3 mois. aujourdui meme si la douleur s'est beaucoup atténuée, le gonflement n'est pas tout à fait parti d'une part, et j'ai mal à la cheville lors de la marche d'autre part ( enfin pas une grande douleur, mais je ne peux pas marcher longtemps), et surtout je ne peux pas me mettre sur la pointe de pieds en appui unipodale, comme auparavent. je commence à m'inquiéter.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Accident en juin 2014. Luxation du chopart. Plâtrée 8 semaines. Diagnostic algodystrophie. Douleurs affreuses.
    Reeducation fonctionnel dns un centre + suivi en centre anti douleur.
    Ma question est la suivante: quelles sont les séquelles d'une luxation chopart sur du long terme et combien de temps va durer cette algo, car vraiment horrible ! Merci de votre réponse. Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible de se prononcer tant que l'algodystrophie sera présente et ça peut durer de 6 à 18 mois. Consultez dans le sommaire, l'article consacré à l'algodystrophie. Dr LP

      Supprimer
  7. Bonjour
    j ai eu une rupture du ligament tibio fibulaire avec arrachement osseux de la fibula. Ont suivi 4 semaine d immo par resine et reeduc mais toujours des douleurs.. j ai eu une infiltration qui a peut soulagé et on m a donc operé debut avril par arthroscopie pr nettoyer avec synovectomie... immo par resine pr 4 semaine...
    Les 5 premiers jours je n ai eu aucune douleurs et depuis 1 semaine j ai de grosse douleurs ds l articulation quand je releve les doigts de pieds... est ce normal?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous prie de m'excuser, mais occupé avec les lanceurs de l'équipe de France d'Athlétisme, j'ai omis de vous répondre. 20 jours après une intervention de synovectomie + résine qui est sensée résoudre votre problème, il ne me paraît pas normal d'avoir toujours aussi mal; depuis, j'espère que vous avez consulté votre chirurgien orthopédique et que tout est rentré dans l'ordre; Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir Docteur
      Je viens seulement de voir votre réponse qui date....
      Au jour d'aujourd'hui je présente toujours un blocage prix m'accrocher de la région tibio fibulaire gêne à la descente d'escaliers et douleur lorsque je marche trop longtemps
      Rééducation ++++ mesotherapie versatis mais aussi bloc nerveux en novembre avec hospitalisation mais rien à faire je reste bloqué prix m'accroupire et douleur importante à la palpation tibio fibulaire antérieur

      Supprimer
  8. J'aimerai avoir votre avis .Après une chute il y a 1 an j'ai ressenti quelques jours après des douleurs niveau interne de la malléole.Un IRM prescrite par le médecin retient des signes de ténosynovite tendon tibial postérieur sans rupture manifeste.
    Petit kyste synovial de l'articulation cunéo-métatarsienne du 1er rayon de 10 mm.
    J'ai des difficultés à la mobilité de la cheville . Que peut-on faire pour me soulager?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de vous aider, vous avez un problème qui traîne depuis un an et vous ne me donnez aucun renseignement clinique; quant aux images IRM elles sont sans intérêt si elles ne sont pas corrélées à la clinique; consultez un bon orthopédiste. Dr LP

      Supprimer
  9. Bonjour Dr,

    J'aimerai avoir votre avis sur le traitement que l'on m'a prescrit pour soigner un syndrome du carrefour postérieur.
    J'ai 31 ans et pratique le football depuis mon plus jeune âge.
    Cette saison j'ai eu pas mal de souci avec mon tendon d'Achille. Tendinopathie soignée par ondes de choc et repos.
    J'ai repris avec une petit gêne mais la douleur est parti. Au fur et à mesure des matchs la douleur revenait ponctuellement après un shoot.
    Jusqu'au jour où après un shoot la douleur était très vive et ma cheville s'est bloquée.
    Je ne pouvais pas poser le pied au sol. J'ai donc passer plusieurs examens (radio et scanner).
    On m'a diagnostiqué pas mal d'arthrose dans le pied et surtout un syndrome du carrefour postérieur (os trigone+fracture de la queue du Talus).
    Trois semaines sont passées, je marche très bien mais sur un faux mouvement la douleur revient au niveau du tendon d'Achille et du gros orteil.
    J'ai consulté un chirurgien spécialiste du pied et de la cheville. Il m'a prescrit dans un premier temps : une injection d'ALTIM et séances de kinésithérapie dans un premier temps. Si le traiteme ne fonctionne pas, il me propose une arthroscopie pour nettoyer.
    J'ai fait l'injection ce vendredi.

    Qu'en pensez vous?
    L'injection peut elle suffir pour reprendre le sport sans douleur? Ce traitement peut-il suffir à "ressouder" ? Ou bien est-il palliatif et temporaire et l'intervention est inévitable pour en finir définitivement?

    Vous remerciant par Avance.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, lisez attentivement l'article sur la micro-traumatologie de l'astragale, il est plus en adéquation avec votre problème, et puis on en rediscute. Dr LP

      Supprimer
  10. Bonjour Dr

    J'ai eu il y a 1 an une rupture tibio fibulaire avc arrachement osseux de la fibula... Platree 1 mois puis suite a la kine ... Aucune amelioration de la douleur..

    J'ai ete operee en avril de cette annee sous arthroscopie ou on m a "nettoyé" me ligament on a retrouve une bursite inflammatoire...
    Platree 6 semaines et de nouveau place a la kine... Or depuis, toujours mal pr decendre les escaliers les pentes et impossibilite de m'accroupir... Grosses douleurs a l'examen clinique

    Le chirurgien me demande il y a 1 mois de passer une scintigraphie et là on retrouve une hyperfixation au niveau de la malleole externe en regard du ligament tibio fibulaire...

    Je dois passer une irm et un scanner, mon chirurgien pense a une fracture de fatigue... Comment cela est possible et quel est le traitement?

    Merci
    Bien a vous

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir, je ne comprends pas très bien votre histoire, d'abord une entorse péronéo-tibiale inférieure traitée orthopédiquement sur 4 semaines (dans mon expérience, c'est souvent 6 semaines, d'où souvent une cicatrisation insuffisante avez douleurs résiduelles), puis une régularisation chirurgicale de cette entorse, suivie d'un plâtre pour 6 semainesl ( qui aurait du s'accompagner d'une guérison) et en dépit de tous ces soins, des douleurs persistantes et une scintigraphie qui ferait évoquer me dîtes vous, une fracture de fatigue (?), et pour finir en attente d'une imagerie. Compliqué tout ça. Le mieux est d'attendre les résultats de cette imagerie et en attendant, reprendre les béquilles et ne pas appuyer et aller à la piscine tous les jours. Dr LP

    RépondreSupprimer
  12. Merci pr votre reponse, la piscine je suis aller nager plusieurs fois mais des douleurs au niveau de la malleole qui m empechent de nager correctement....

    Oui a l arthroscopie il a ete retrouve une bursite et le ligament avait l'air d'avoir cicatrisé... Mais toujours mal et cette scintigraphie pas tres nette...

    Je voulais savoir si jamais cest une fracture de fatigue quel est le traitement?... La je ne peux pas marcher plus de 15 min sans douleurs

    RépondreSupprimer
  13. Comment se traite une fracture de fatigue?? Douleurs persistante depuis la chute il y a 1 an

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne ne peux savoir si vous avez vraiment une fracture de fatigue tant que vous n'aurez pas passé une imagerie idoine. En attendant suivez mes conseils, ne posez pas le pied et béquilles et puis lisez l'article consacré spécifiquement aux fractures de fatigue sur le blog. Dr LP

      Supprimer
    2. Cela peut etre une algodystrophie aussi nn??? Y a t il une conduite a tenir la aussi?.. Je n ai plus mes bequilles et suis bien embeté car des que je marche j'ai mal... Mais pas de gonflement ni changement de couleur de la peau

      Supprimer
    3. L'algodystrophie répond à des critères cliniques et paracliniques précis; consultez sur le blog l'article consacré spécifiquement à cette pathologie. Dr LP

      Supprimer
    4. Sur le compte rendu de la scintigraphie il est noté algodystrophie ... Mais mon chirurgien n'en n'est pas convaincu surtt a cet endroit (malleole externe en regard tibio fibulaire) l'hyperfixation est bien precise et en quantite...

      Supprimer
  14. J'ai lu votre article sur l'algo et je n'ai rien de tout cela... Mais alors pourquoi le radiologue note t il cela sur le compte rendu??

    Et je ne trouve rien sur les fractures de fatigue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une scintigraphie positive n'a aucune valeur après in traumatisme quelconque, trop sensible et peu spécifique; la clinique prime sur l'imagerie. Quant aux fractures de fatigue, cherchez bien dans le sommaire et vous trouverez. Dr LP

      Supprimer
    2. La scintigraphie a ete passé 4 mois apres l'operation... Est ce que irm et scanner devraient eclairer sur cette hyperfixation?? Merci

      Supprimer
  15. Sur les fractures de fatigue je ne vois que ce qui concerne les metatarses.... Rien me concernant... ?..

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Dr
    J ai passee l'irm effectivement pas de signes de fracture de fatigue il note:
    Le ligament talo fibulaire anterieur du ligament collateral lateral est difficilement visible
    Il existe un epanchement articulaire a la partie anterieure de la tibio tarsienne avec epaississement des tendons extenseurs des orteils et de l'extenseur propre du gros orteil..

    Que dois je en conclure? Mn chir est en vacances..
    Merci Dr

    RépondreSupprimer
  17. ?? Merci de m'eclairer svp

    RépondreSupprimer
  18. Difficile de suivre votre histoire, l'imagerie infirme une fracture de fatigue et une algodystrophie ce qui ne m'étonne pas, pour le reste, vous parliez au départ d'une entorse de la syndesmose tibio-péronière et la dernière imagerie montre des séquelles sur le faisceau antérieur du ligament collatéral externe, alors qu'on aurait pu s'attendre à des séquelles sur la syndesmose. Il ne vous reste plus qu'à attendre l'avis de votre chirurgien. Dr LP

    RépondreSupprimer
  19. Cela m'etonne aussi car cest une rupture tibio fibulaire avc arrachement osseux de la fibula que j'ai eu il y a 1 an... Et la le radiologue m a seulement dit que le ligament etait tres abimee... J ai eu 2x des infiltrations d'altim sans effet ...

    Jai du mal a comprendre

    RépondreSupprimer
  20. Il y a 4 mois environ mon pied s est tordu en sortant de la douche je ne sais pas si ca vient de la...

    RépondreSupprimer
  21. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  22. Bonsoir Dr

    Je vous ai ecrir il y a peu de temps pr les resultats de l'irm de ma cheville et malgres le compte rendu du radiologue le chir ne voit rien sur les images mais affirme qu'il y a une reelle douleur a l'examen clinique et sur la scinti... Il reste sur l'idee d'une algo malgres l'irm et veut me faire poser un bloc ...

    Je n'ai ni le pied violacé ni chaud ni de douleurs au repos ... Seulement a la marche et surtt a la flexion vers la malleole externe..
    Je ne sais trop quoi penser..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un moment ou l'autre, on est obligé de faire confiance à un médecin et dans votre cas il s'agit de votre chirurgien. Alors ce que je peux dire sur votre pathologie n'a pas d'importance. Dr LP

      Supprimer
  23. Bonjour Dr PALLURE J'ai 49 ans et suite a de douleurs au niveau de la cheville depuis plus de 8 mois, les différents examens on donne le suivant: kyste sur la gaine du nerf tibial postérieur, lésion du cartilage et mise a nu de l'os sous-chondral et attente tronculaire sciatique poplité externe gauche d'allure sequellaire sans bloc de conduction . j'ai fait une infiltration sans succès et j'ai peur pour la suite. Merci de vos conseils FREIRE Manuel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, vous faîtes sans doute l'objet d'un suivi médical pour vos problèmes de cheville, pouvez vous m'indiquer ce que vous propose sur le plan thérapeutique le médecin qui vous prend en charge dans la mesure ou une infiltration intra-articulaire ( de quel produit?) n'a pas marché et quels sont les traitements que vous avez pris depuis 8 mois et que vous prenez actuellement.

      Supprimer
    2. Bonjour Dr PALLURE , l’infiltration était faite avec ALTIM et avec un artrhoscanner a l'appui en juin 2015. Au niveau traitement j'ai eu du Braxin, Dafalgan Codeine et Paracetamol pendant 3 mois, et aussi tilcotil, actuellement je suis avec 3 paracetamol par jour, vu que le reste ne me faisait rien. Pour le suivi médical , suite a l'artrhroscanner ou on voyait la lésion au niveau du talus, le médecin ne voulais pas opéré (trop jeune et trop de risques) mais il avait de doutes par rapport a ma douleur ( pas seulement en au de la cheville mais aussi a l' interne, de la, le compléments d'examens échographie articulaire et tendineuse avec demande de 2 éme infiltration refuse par le radiologue en vu du kyste en juillet et aussi un électromyogramme. Je retourne voir le spécialiste vendredi prochain , et je ne sais plus quoi faire, vu qu'il y a 2 problèmes, m’opère des 2 ou attendre . Désolé de la longueur mais ce n'est pas facile a explique .Merci FREIRE Manuel.

      Supprimer
    3. Bonjour Manuel, compliqué votre histoire, il faut attendre ce que va dire le spécialiste (lequel?) que vous allez consulter vendredi. Apparemment les traitements médicamenteux ne marchent pas chez vous et une intervention me semble inévitable à bien négocier avec votre chirurgien (vous devez vous faire expliquer et comprendre ce qu'il va faire et lui faire détailler les suites opératoires, les complications possibles et la durée de la convalescence et surtout si vous avez des chances de reprendre vos activités physiques et sportives antérieures). Dr LP

      Supprimer
    4. Bonjour Dr PALLURE, , je suis aller voir le chirurgien orthopédiste que me proposé une première opération ,la libération des nerfs du pied pour traite le syndrome du tunnel tarsien, il vas seulement enlevé le kyste d'eau et pour le astragale , il ne veut pas toucher .Je ne sais plus quoi faire, j'ai terriblement mal, plus de médicament, sauf paracétamol . L’opération est prévu en décembre. Mais il préfère attendre pour la deuxième opération,trop de risques. Dites moi ce que vous pense , je vous remercie. FREIRE Manuel

      Supprimer
    5. Bonjour Manuel, il faut prendre les problèmes les uns après les autres et d'abord vous opérer du tunnel tarsien. A ce propos, je ne comprends pas bien pourquoi, il faut attendre le mois de décembre? Dr LP

      Supprimer
    6. Bonjour Dr PALLURE,, son médecin est complet aux niveau des interventions. Il a deux hôpitaux au même temps. FREIRE Manuel

      Supprimer
    7. Non, il y a bien longtemps que vous auriez du être opéré. C'est votre problème, mais à votre place je n'attendrais pas autant. De quelle région êtes vous? Dr LP

      Supprimer
  24. bonjour docteur, j'ai une jeune fille qui a 20 ans maintenant, je recherche de l'aide pour la soulager, elle est atteinte d'une synostose talo calcanéenne importante aux deux chevilles. Cela a été découvert en , il y a 3 ans, là, le spécialiste avait proposé des semelles orthopédiques, et d'attendre que sa croissance soit terminé avant de gratter l'os, l'ennui , on est retourné faire un scanner, il y 3 semaines, et les résultats sont catastrophiques , au point que l'on ne saurait plus gratter simplement , donc il faudrait subir une opération consistant au blocage des articulations de ses deux chevilles sans résultat garantis, donc j'aimerais voir, si il n'est pas possible de trouver d'autres solutions, afin d'éviter cette opération , et que les douleurs soient moins fortes. Je vous explique son état, elle a très mal après de longues journées ou elle doit marcher, ses chevilles craques en permanences , car elles se bloquent, la douleur la réveille la nuit ou l'empêche de dormir, malgré des massages avec du voltaren, ou fastum gel, rien ne change , malgré des anti inflammatoires , le douleur persiste et on a essaye des plantes passiflores etc pour qu'elle puisse dormir , mais elle n'y arrive pas, seul un somnifère peu la faire dormir, et passer une bonne nuit mais mon médecin traitant ne veut pas lui en prescrire car elle n'a que 20ans, que puis je faire pour l'aider car elle ne veut pas se faire opérer vu que c'est une opération lourde, qui prend du temps et qui ne garantit même pas un soulagement et ce sont les deux chevilles donc imaginez le temps qu'il faudrait ? N'y a t'il pas de nouveaux progrès ou d'autres solutions qui pourraient la soulager afin d'aller le plus loin possible, un grand merci marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marie, le cas de votre fille n'est pas simple. Les solutions médicales (orthèses, médicaments, infiltrations, etc) ne sont pas adaptées et seule à ma connaissance la chirurgie est efficace. Le chirurgien que vous avez consulté a proposé une arthrodèse qui en principe a un bon effet sur les douleurs (mais en médecine ce n'est jamais du 100%). Je vous conseille de consulter un 2ème orthopédiste qui sans doute vous dira la même chose. Ensuite avec votre fille vous ferez votre choix. Dr LP

      Supprimer
  25. merci beaucoup docteur, j'espère qu'un jour , on trouvera une nouvelle solution pour cette anomalie, je vais prendre rendez-vous avec un deuxième spécialiste, merciiii bonne fin de journée

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour dr, lors d'un des entraînements de badminton je me suis fait une entorse initialement de la cheville ( ras à la radio) traité par aircast et kiné ( deja 12 séances), mais suite à la persistance de la douleur j'ai passé une échographie(ras aussi) . J'ai donc fini par aller voir un médecin du sport qui me diagnostic une entorse médio -pied externe de Chopart . Je doit mettre une orthese de pieds type FSO thermoskin. Pouvez vous me renseigner sur cette orthese et que préconiseriez vous au niveau de la durée , faut-il la porter H24 au début ? Ou seulement le jour ? Et combien de temps ?
    Merci d'avance pour les renseignements . Laure ( 24 ans)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Laure, si je comprends bien votre problème, il y a eu au départ un diagnostic erroné d'entorse externe de cheville, alors que c'était finalement le Chopart externe qui était lésé. Ne vous ayant pas sous la main, difficile d'être pertinent; toutefois je vous conseille de poursuivre l'immobilisation et surtout de béquiller tant que la douleur sera présente. Une fois l'indolence obtenue vous pouvez pendant 3 semaines opter pour 5 séances par semaine de piscine. Vous devriez retrouver un cou de pied fonctionnel vers Noel. Dr LP

      Supprimer
  27. Merci beaucoup de votre réponse .
    Je reçoit la prothèse demain .
    Néanmoins il m'est compliqué de béquiller lors du travail car je suis infirmière .
    Je vais suivre au mieux vos conseils en espérant être sur pied pour la fin d'année .
    Encore merci .

    RépondreSupprimer
  28. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  29. bonjour,
    en septembre en faisant un hand j'ai fait une chute qui a entrainé une entorse de chopart externe. j'ai ete immobilisé 8 semaines et la j'ai 3 seances de kiné par semaine. En revanche une douleur au metatarse du pouce me rend impossible de poser correctement mon pied et encore moins d'appuyer dessus. mis a part une immobilisation supplementaire y a t'il quelque chose a faire? examen supplementaire? est ce courant ?
    cordialement

    Laetitia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laetitia. Il est assez fréquent que des douleurs résiduelles accompagnent une immobilisation de 8 semaines de la région du pied. Faîtes vérifier quand même par votre médecin, qu'il n'y ait rien de lésionnel sur la colonne du gros orteil et que vous n'avez pas de trouble statique de la voûte plantaire (à compenser alors par une semelle orthopédique) et ensuite la parade est simple, faîtes mobiliser l'ensemble des articulations du pied qui s'impactent après tout traumatisme du pied, par des techniques d'ostéopathie articulaire de désimpaction. Dr LP

      Supprimer
  30. bonjour ,
    ma fille traine depuis mai , une douleur a la cheville. le medecin traitant a longtemps cru a une entorse.
    apres les examens radiologiques, echographie et irm, il semblerait que ses douleurs persistantes viendrait d'un "liquide" inflammatoire et d'un oedeme osseux.
    un specialiste de la medecine du sport a prescrit une infiltration cortisonique radioguidée de la sous-talienne de la cheville (réalisée il y a 48h).
    esavez vous a partir de quand une amélioration de son état sera visible et qu'elle pourra laisser tomber les béquilles qu'elle a depuis plusieurs mois
    j nous sommes demoralisés de ne voir aucune amelioration depuis des mois et nous ne savons plus quoi faire.
    je vous remercie d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marc, difficile d' y voir clair dans votre demande. retenez qu'en médecine en général et en traumatologie du sport en particulier, le plus important est de coller le juste diagnostic à une symptomatologie et pour ceci, la clinique est essentielle. L'imagerie n'est nécessaire que pour confirmer ou infirmer un faisceau de preuves cliniques et si vous êtes un tant soit peu lecteur de ce blog, vous constaterez que la clinique est l'élément principal de la plupart des articles. Or, vous ne me donnez aucun élément clinique. Vous parlez au départ d'entorse, sans même préciser quel ligament est lésé. Ensuite vous mettez en avant une imagerie multiforme : radios, écho, IRM, la aussi sans préciser pour quelles raisons tout ça a été prescrit. Enfin vous parlez d'une infiltration de la sous italienne, je présume que c'est parce que cette articulation est enraidie soit par lésion primaire de son ligament propre, soit enraidissement secondaire à une lésion primaire d'un autre ligament non diagnostiquée. Sachez enfin qu'une infiltration de la sous astragalienne, quand l'indication est bien posée commence à faire son effet vers la 1ère semaine (cela dépend du produit injecté), dure 3 à 4 semaines et doit souvent être accompagnée par du béquillage, tant que l'appui est douloureux et doit être suivi d'une kinésithérapie spécifique. Dr LP

      Supprimer
    2. merci pour votre reponse rapide.
      en fait , notre medecin traitant a diagnostiqué une entorse sans rien nous dire de plus mais les semaines se passant sans amélioration , il nous a prescrit echographie et radiographie.
      n'ayant aucun resultat , il nous a redigé vers l'un de vos confreres medecin du sport qui l'a examiné mais lui non plus ne nous a pas indiqué ce qui clairement était touché .là il a prescrit une irm. celle-ci montrerait du "liquide" entre les articulations. là , il nous a renvoyé vers une infiltration radioguidée mais il ne nous a pas du tout précisé au bout de combien de temps , les premiers effets benefiques apparaissaient ou bien si l'opération a échoué.
      c'est cela qui est stressant car on attend beaucoup de cette infiltration car on ne sait plus quoi faire en cas d'echec.
      d'apres vous , quel peuvent etre l'étape suivante si cela échoue ?

      Supprimer
    3. Incroyable tout ça Marc; de quelle région êtes vous? Dr LP

      Supprimer
    4. je viens de bretagne
      si je peux me permettre , je ne vois pas trop ce qui est incroyable
      dans la mesure où on n'arrive pas à trouver , il est normal de faire toutes les recherches possibles.
      le vrai soucis c'est le delai d'attente . entre chaque acte prescrit, il faut un temps infini . 6 semaines pour avoir un IRM , encore 6 semaines pour avoir l'infiltration radioguidée .
      par ailleurs, que les medecins ne rentrent pas dans les termes exacts de la pathologie ne me choque pas non plus car etant totalement profane, le langage médical m'est totalement incomprehensible.
      j'espere juste qu'il nous a prescrit la bonne solution car je ne vois pas quelle peut etre l'etape suivante.
      que pensez vous qu'il faudrait faire en cas d'echec de l'infiltration?

      Supprimer
    5. Deux choses sont incroyables:
      1 - qu'il n'y ait pas de diagnostic clinique.
      2- d'accepter des solutions thérapeutiques, sans diagnostic.
      En cas d'échec de l'infiltration, posez la question à votre thérapeute, moi je ne peux pas répondre sans diagnostic préalable. Dr LP

      Supprimer
    6. je me suis peut etre mal fait comprendre.le diagnostic a été fait par le specialiste car la consultation clinique a bien eu lieu mais il est resté dans des hypothèses vagues. d'où l' IRM.
      l'acte thérapeutique prescrit a été l'infiltration pour "assecher "ce liquide présent en exces qui pourrait etre la cause de cette douleur mais effectivement ce n'est pas une certitude :
      - que cela soit bien la cause
      - que le résultat marche

      maintenant comme je le disais , ce monde de la medecine m'est etranger .
      je n'ai surement pas posé les bonnes questions car je sais que les reponses ne m'auraient rien dit

      Supprimer
  31. Bonjour je m'appelle Junior , docteur je vous envoye ce message avec une certaine déception .. Car il y a deux mois étant footballeur semi pro j'ai décider de me faire opérer de ma synostose talo calcannene. Après mon opération tout s'est bien passer sans soucis mais le 5 décembre je décide de faire un scanner de vérification et la toujours bien car plus de synostose entre temps j'ai fais des séances de kine et tout était bien et le kine m'a dit donc d'aller frapper dans le ballon mais dès que je frappe le ballon toujours la même douleur mais un peu moins forte mais toujours là que faire ..? J'ai vraiment besoin d'aide j'ai très peur pour ma future carrière ... Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Junior, une synostose c'est des douleurs mais surtout un enraidissement de l'articulation sous talienne, difficilement compatible avec le sport Pro. Le fait de vous avoir opéré est une bonne chose. Il faut savoir surtout si vous avez retrouvé entièrement votre mobilité de l'ensemble des articulations du cou et du moyen pied (tibia-tarsienne, sous talienne, médio-tarsienne de Chopart, tarso-métatarsienne de Lisfranc); si ce n'est pas le cas, il faut les mobiliser une après l'autre et éventuellement les manipuler si l'une d'entre elle est bloquée par un bon ostéopathe et les douleurs devraient disparaitrent. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir Docteur est t-il de vous contacter autrement comme par téléphone ou par mail pour pouvoir en discuter plus en détails ? Merci car je suis vraiment très inquiet

      Supprimer
    3. Mon adresse mail est Junior11MK@outlook.fr

      Supprimer
  32. bonjour Docteur, suite à une entorse avec hyperflexion suite à un choc violent lors d'un match il y a 45 jours. Douleur intense cheville qui tremble et gonflement immediat. Dans un premier temps j'ai glacé strappé, puis repris doucement sans consultation quelques jours après avec strapp et malgré les douleurs. j'ai repris la course à pieds mais au bout de 7 à 10 km en moyenne une douleur apparait en arriere de la malleole interne. j'ai fait radio echo. Bilan echo :
    compartiment lateral / epanchement moyenne abondance, interessantla face post du collateral latteral ainsi qu'un aspect de tenosynovite ou d'epanchement traumatyque interessant le long et court fibulaire.
    au niveau du compartiment interne et anterieur il existe une lame liquidienne en avant du tallus, sans arrachement osseux typique. le collateral medial semble respecté.
    complement irm souhaité.
    bilan radio /
    aspect discretement heterogene de la malleole laterale compatible avec un petit arrachement osseux.
    Une calcification retro tibiale visible sur l'incidence de profile.

    pourriez vous me donnez votre avis , sachant que mon rendez vous irm est dans 3 semaines et que je suis en deplacement , merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher anonyme, puisque vous me demandez mon avis, je vous le donne volontiers: la façon dont vous avez géré votre entorse de cheville est incroyablement déficiente, ainsi que la multiplication des examens complémentaires qui ne servent à rien et en particulier l'IRM, pour une simple entorse dont le diagnostic est clinique avec en particulier respect des règles d'Ottawa et la prise en charge bien codifiée comme écrit dans l'article, avec: glacage, immobilisation par orthèse et béquillage. Dr LP

      Supprimer
  33. Bonsoir docteur je suis Junior je vous avez poser une question ci-dessus : mon kinésithérapeute m'a manipuler ma cheville en essayant de débloquer certaines articulations mais malgré ça toujours des douleurs lors de la frappe je suis désespéré ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Junior, il faut essayer de comprendre quelle est la structure articulaire qui est en souffrance dans votre cheville et un Kiné, aussi talentueux soit-il, n'est pas la bonne personne qui peut faire ce genre de diagnostic. Je vous conseille de revoir le médecin qui vous a pris en charge pour qu'il fasse éventuellement un geste complémentaire comme une infiltration par exemple, où si vous n'êtes pas tout à fait satisfait, vous pouvez consulter un chir orthopédiste d'un hôpital universitaire qui lui pourra bien vous aider. En attendant, la reprise du foot n'est pas conseillée, tant que les douleurs sont présentes. Dr LP

      Supprimer
  34. Bonsoir docteur , je viens de trouver après de multiples recherches que je souffrais d'une synostose talo-calcannene que j'ai opéré et d'un syndrome postérieur de la cheville dont je pense que aucun médecin n'a décelé .. Le traitement pour le syndrome que vous me conseiller est le quel et sachez quand même que je ne souhaite plus me faire opérer..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, l'infiltration radio ou échoguidée de corticoïde au niveau du conflit est un traitement qui marche et fait diminuer les douleurs.
      En cas d’échec de l'infiltration, une arthroscopie de résection des tissus coincés dans le conflit est la meilleure option. Dr LP

      Supprimer
  35. Bonjour docteur , d'accord je vais opter pour l'inflitration mais pensez vous que c'est la synostose qui a causé ce syndrome ? Je pratique régulièrement du football et de la danse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mécanismes lésionnels ne sont pas les mêmes.

      Supprimer
  36. Bonjour Docteur , voila y'a 4 ans de sa j'ai fais une chute de 10m j'ai eu une fracture de la longue apophyse du calcanéum j'ai été platré 1 mois mais l'hopital a pris plus d'un mois avant de voir ma fracture ensuite j'ai eu kiné etc mais voila depuis j'ai toujours des douleurs dans mon pied mon pied se bloque et une vive douleur impossible de marcher pendant un laps de temps.Est-il conseillé que j'en parle à mon medecin a quoi cela est due que faire merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, malgré leur grande qualité, il faut savoir que beaucoup de services d'urgence n'ont pas en leur sein d'orthopédistes confirmés, si bien que lorsqu'une fracture du pied est diagnostiquée, il faut absolument consulter un chirurgien orthopédiste confirmé. Quatre ans après le traumatisme, il faut d'abord s'assurer par des radiographies que la fracture est consolidée et qu'il n'existe pas de pseudarthrose. Si les radiographies ne sont pas assez explicites, il ne faut pas hésiter à demander un scanner. Si après vérification par l'imagerie, la fracture est bien consolidée et dans la mesure ou tout traumatisme du pied engendre très souvent un blocage des principales articulations, il ne faut pas hésiter à consulter avec l'aide de votre médecin traitant un confrère ostéopathe qui débloquera en quelques séances (de 1 à 3 séances) votre pied. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci docteur , lors de mon arrivée au urgence ils m'ont fait une radio mais ils voyaient rien ils m'ont dit que sa passerai et comme sa s’arrangeait pas c'est mon médecin qui m'a prescrit un scanner et c'est seulement la qu'ils ont vu ma fracture.Lorsqu'ils m'ont enlevé le plâtre ils m'ont fait une radio et mon os était seulement en consolidation c'est sa qui est bizarre je pense qu'ils auraient du laisser le plâtre un peu plus longtemps.

      Supprimer
    3. Bonjour Docteur je reviens vers vous suite à min post j'ai fait mon IRM est présence d'un epanchement au niveau de l'articulation talonaviculaire présence d'un oedeme au niveau de la longue apophyse du calcaneus avec une pseudarthrose de la fracture distale de cette apophyse il existe également un petit oedeme en miroir au niveau de la partie postérieur et supérieur du cuboide j'ai rdv au chirurgien début août mais le médecin m'a dit que c'était un peu compliqué qu en pensez vous ? Cordialement

      Supprimer
  37. Bonjour,

    Je me suis fait une entorse grave avec rupture ligamentaire tibio fibulaire (pas de diastasis)le 30/09/15. Pas d'immobilisation mais une réeducation quotidienne avec kiné peu après. Je viens de passer une IRM dont le résultat est le suivant :

    Absence de lésion de la membrane inter osseuse tibio-fibulaire antérieure. Le faisceau ligamentaire d'antérieur semble continu mais de signal hétérogène discrètement hyper T2 fat-sat, il est épais, probablement cicatriciel. Petit oedeme spongieux à noter sur le versant antérieur et latérial du tibia. Faisceau postérieur normal.

    Je ne ressens pas de douleur mais hésite légèrement à faire les mouvements d'avant sachant que je refais du sport (tennis) progressivement avec attelle ligamentaire. Tous les spécialistes sont unanimes pas d'opération car c'est léger selon eux. Mes questions sont sur les séquelles de ce type d'entorse. Vais je retrouver les mouvements et l'amplitude de la cheville comme avant ? Sentirai-je toujours cette légère fragilité (haut de la malléole externe jusqu'au début tibia à la fin du sport). Cela fait 3 mois et demi. Merci pour vos conseils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cyril, je ne comprends pas bien pourquoi avec une entorse grave, on ne vous a pas immobilisé la cheville par la pose d'une résine pendant au moins 4 semaines, suivi d'une attelle air cast pour au moins 2 semaines. Conséquence, le faisceau antérieur péronéo-astragalien n'est pas bien cicatrisé. Je vous recommande tant que la cicatrisation ne sera pas obtenue, de stopper le tennis (impératif), d'alléger peut être aussi l'appui en reprenant les béquilles et de vous faire poser une attelle type air cast. Pour aider à la cicatrisation du faisceau antérieur, une infiltration d'Altim dans un premier temps serait la bienvenue, suivie de PRP, puis 10 jours après, 10 séances de rééducation proprioceptive. Si j'avais du vous traiter c'est ce que je vous aurais proposé. Au final, pas de reprise du tennis avant 6 semaines. Encore une fois, retenez que quelque soit le traumatisme articulaire, la lésion primaire doit au départ être bien traitée sous peine de séquelles anatomiques et fonctionnelles, facteur d'entorses récidivantes. Dr LP

      Supprimer
  38. Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Entorses et autres traumatismes fermés du cou et d..." :
    Bonsoir Docteur
    Je viens seulement de voir votre réponse qui date....
    Au jour d'aujourd'hui je présente toujours un blocage prix m'accrocher de la région tibio fibulaire gêne à la descente d'escaliers et douleur lorsque je marche trop longtemps
    Rééducation ++++ mesotherapie versatis mais aussi bloc nerveux en novembre avec hospitalisation mais rien à faire je reste bloqué prix m'accroupire et douleur importante à la palpation tibio fibulaire antérieur
    Réponse: impossible de vous aider, je ne retrouve pas trace de nos échanges précédents. Dr LP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir
      Je vous avais ecris au sujet d'une entorse grave de cheville. J'avais chutée en montagne et avais eu une rupture du ligament tibio fibulaire avec arrachement osseux de la fibula. Immobilisee 4 semaines avc bote platree puis reeduc mais je presentais toujours des douleurs. J'ai donc eu sous arthroscopie un nettoyage articulaire en avril 2015 puis immobilisee de nouveau 5 semaines. Reeduc proprioception etc depuis nn stop puis centre anti douleurs essai du patch versatis etc mais je presente toujours des douleurs a la marche trop intense et impossibilite de m'accroupir je suis bloquée. Et grosse douleur a la palpation de la syndesmose.
      J'ai eu un bloc nerveux en novembre mais toujours bloquee a ce jour.
      A la scintigraphie aucun signe d'algo

      Supprimer
    2. Bonjour, le nettoyage articulaire de lésions chondrales aurait du avoir un effet favorable; avez vous revu votre chirurgien et que vous a t'il dit de ces douleurs et de cette raideur résiduelles? quelles articulations s'ont enraidies: la tibio-tarsienne, la sous-talienne, la médio-tarsienne de Chopart? Dr LP

      Supprimer
  39. Etant donné que le nettoyage articulaire n'avait pas ete gratifiant le chirurgien n'avait plus d'option .. Il m'a envoyé vers un medecin MPR pr prendre la releve où je suis suivis depuis septembre 2015. On m'a proposé la bas de la mesotherapie mais ma cheville a gonflee et s'est bloquee j'ai eu d'atroces douleurs par la suite durant 3/4 jours. On a ensuite essayé le bloc nerveux realisé par un anesthesiste mais là encore aucun effet je reste bloqué pr m'accroupir et presente toujours cette vive douleur au dessus de la malleole externe au niveau de la syndesmose tibio fibulaire.
    Je suis bloquee a ce niveau là
    J'ai eu une scintigraphie vendredi où il note une absence d'argument scintigraphique en faveur d'une algo..
    Foyer d'hyperfixation des parties molles en regard des tendons extenseurs des orteils evoquant une tendinopathie et un foyer de fixation moderee en regard de l'articulation tibio fibulaire inferieure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai toujours pas compris laquelle ou quelles articulations sont enraidies. Relisez bien la fin de l'article et vous y lirez que la plupart du temps un traumatisme du pied s'accompagne d'un enraidissement global du cou de pied, qu'il faut traiter manuellement articulation par articulation. Dr LP

      Supprimer
  40. C'est l'articulation entre le perone et le tarse qui bloque... Là où j'ai senti craquer en tombant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soyez précis, vous avez été multi-examiné et forcément les confrères ont du par l'examen clinique vous dire quelle était la ou les articulations en cause, qui peuvent s'infiltrer s'il existe une inflammation résiduelle ou se mobiliser par des techniques ostéopathiques, s'il n'y a qu'un
      blocage mécanique, ou par les deux à la fois s'il y a inflammation et blocage. Dr LP

      Supprimer
  41. Je n'ai entendu parler que de la tibio fibulaire anterieure et j'ai deja eu des infiltrations sans changements...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blocage + douleurs vive a la palpation de la tibio fibulaire anterieur

      Supprimer
  42. Bonjour,
    Je suis tombée lundi aprem (j'ai raté la derniere marche de l'escalier suite à un malaise), et je me suis tordue le pied gauche vers l'extérieur.
    Douleur tout de suite après mais tolérable mais surtout sensation d'instabilité. J'ai fait mon apres-midi de travail, je rentre chez moi, je surrélève et glace 20mn, et je surrélève le pied pour la nuit.
    Mardi matin au réveil, le pied est gonflé, douloureux avec hématome sur le coté gauche du pied (et en dessous mais je pouvais pas le voir ...)

    J'ai fait la matinée de travail comme prévu et étant de congé l'après-midi j'ai fini par aller aux urgences car douleur ++++ et impossible de marcher correctement.
    Je suis obligée de marcher sur le coté extérieur du pied.

    Arrivée au urgences le toubib me diagnostique une entorse du tarse (sans plus de précision) et m'envoie faire une radio.
    Radio normale, je rentre chez moi avec ordo pour bequille + chaussure podapro + ixprim.
    Aucune consignes concernant la suppression totale de l'appui sur le pied touché ou pas.

    mercredi matin ça va à peu pres, je vais commander la chaussure et la récupère l'aprem (le tout sans bequille car la douleur est largement supportable)
    Le soir je remarque que je ressens par moment une nouvelle douleur (au niveau de la jointure du gros orteil avec le pied face plantaire)

    Ce matin au réveil impossible de poser le pied par terre j'enfile la chaussure, mais même sans appui la douleur va et vient ...

    La radio est interprétée comme normale par l'hopital. Mais je n'avais pas cette douleur avant ...
    Est normal et lié à l'entorse ? est ce juste l'hématome qui est si douloureux ? ou faut-il craindre une complication ? est ce qu'en cavalant j'aurais pu aggraver l'entorse ?


    je dois reprendre le travail vendredi prochain et je travaille debout toute la journée ... cette nouvelle douleur m'inquiète mais je ne veux pas encombrer encore les urgences avec mon foutu pied ...

    Devrais-je reconsulter ?
    Merci d'avance Dr.
    Bonne Soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, si vous avez bien lu l'article, une entorse de cheville répond à des critères cliniques: mécanisme lésionnel , examen physique rigoureux, règles d'Ottawa, etc et bien entendu il en découle un traitement adapté (protocole Rice ou GREC ) avec en particulier le sans appui qu'aurait du vous imposer le service des urgences. Il est certain que le fait de n'avoir pas respecté le sans appui, va retarder la cicatrisation. Ce qui est important aussi c'est de faire un diagnostic de gravité: entorse légère, moyenne ou grave qui va conditionner la durée du traitement. Pour toutes ces raisons, je vous conseille de consulter à nouveau, de préférence un médecin qualifié en traumatologie qui vous donnera la marche suivre la plus adéquate. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse, je vais reconsulter. Merci encore Docteur.

      Supprimer
  43. de retour des urgences, pour le médecin que j'ai vu la douleur est provoquée par la chaussure, je dois attendre et consulter un orthopediste si ça ne passe pas.
    La suite dans le prochain épisode ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ou l'intérêt du sans appui et quid de la sévérité de l'entorse? vous n'avez pas tenu compte de ma réponse. Dr LP

      Supprimer
    2. Je ne sais rien du grade de sévérité ... le médecin a noté "entorse transverse du tarse".
      Au vu des 8 jours d'arrêt seulement, j'en avais conclu qu'elle était légère.
      Ce que je sais sur la fameuse entorse :
      -pas d'arrachement osseux visible à la radio
      - je pouvais marcher mais uniquement en position "antalgique", la marche "normale n'était pas possible"
      - il y avait un ecchymose sur le coté externe du pied, toujours présent aujourd'hui



      J'ai vu mon médecin traitant ce matin car la douleur ne me lâche pas et mon pied est instable. Elle est d'avis qu'il y a anguille sous roche ....

      les médecins de l'hopital en question ont dû traiter ça par dessus la jambe et, la chaussure podapro avait bon dos !


      Je dois passer un IRM samedi prochain. Mon généraliste suspecte une fracture qui ne serait pas visible à la radio au niveau de l'hallux (ou une entorse?) et voudrait estimer les dégâts des ligaments du tarse ....
      Mon arrêt est prolongé de 10 jours.


      Les points qui ont étonné mon généraliste :
      - 8 jours d'arrêt seulement alors que j'exerce une profession où je suis debout 40h/semaine
      - pas d'anti-inflammatoire sur l'ordonnance (normal pour une entorse ou pas ??)
      - le médecin aux urgences n'a pas demandé de description du traumatisme et n'a vérifié que la cheville et pas les orteils ni le dessous du pied qui sont encore bien tuméfiés à l'heure actuelle ...
      bien sûr elle n'est pas traumatologue mais c'est vrai que je m'étais moi même étonnée de ces faits ...

      La poisse !
      Je vous tiens au courant dès que j'en sais plus mais pour le moment je suis dans le flou total ...

      Supprimer
  44. IL me semple vous avoir déjà répondu en vous conseillant de consulter un confrère compétent en traumatologie. Pour le reste et pour votre information hormis les fractures de fatigue et les ostéonécroses, l'IRM n'est pas la bonne imagerie pour préciser une lésion osseuse. Si ça peut vous rassurer à mon avis vous n'avez pas grand chose, tout simplement le diagnostic et partant la prise en charge n'ont pas été adéquats. Dr LP

    RépondreSupprimer
  45. bonsoir ! j'ai en main une radiographie de la cheville de mon fils et j'avoue ne pas y connaitre grand chose. Pour information mon
    fils ne ressent absolument aucune douleur.

    Il est noté dans le rapport :

    radiographie :

    - Petite avulsion osseuse du pole inférieur de la malléole fibulaire avec épaississement des parties molles en regard. trame osseuse normale avec un interligne talocrurale respectée

    on confirme une séquelle d'avulsion osseuse de l'insertion proximale du ligament fibulo calcanéen avec un aspect cicatriciel épaissi du ligament talo fibulaire antéieure et un conflit antéro latéral avec syndrome d interposition hétérogène.

    Traduction s'il vous plait ? merci par avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Nathalie; tout est bien explicité dans l'article et si quelque chose vous échappe, le confrère prescripteur des radios de votre fils se fera en devoir de tout vous expliquer. Le problème n'est pas là, il est plutôt dans l'absence de parallélisme entre des signes évocateurs d'une entorse sévère à l'imagerie (avultion osseuse et syndrome d'interposition) et le ressenti de votre fils qui ne présente aucune douleur, alors qu'on aurait pu s'attendre à une grosse cheville douloureuse. Or en traumatologie ce qui compte c'est la clinique, l'imagerie ne venant que conforter des signes d'examen clinique, ce qui n'est pas le cas. On peut même se poser la question de l'intérêt de prescrire une imagerie en l'absence de gène fonctionnelle (règles d'Ottawa). Dr LP

      Supprimer
    2. il joue au foot depuis l'âge de 5 ans et ces 2 dernières années il a des entorses de plus en plus fréquentes (il a 17 ans) et il est allé voir le medecin car sa maléole ressort vraiment et quand il appuie dessus elle s'enfonce d'1 centimètre au moins c'est pour ça que le kiné a prescrit des examens supplémentaires.

      Supprimer
    3. Bonsoir,
      C est le kine qui prescrit des examens complémentaires???
      Je pensais qu'ils n'avaient pas ce statut là

      Supprimer
    4. non il a demandé à ce que l'on reprenne rendez-vous avec notre docteur de manière à avoir une prescription pour des examens complémentaires pour sa cheville car il a dit que vue l'état de sa cheville et d'une il devrait avoir mal et de deux une maléole qui s'enfonce sans douleur aucune mérite de faire des examens plus poussés

      Supprimer
    5. Bonsoir Nathalie, votre fils présente des entorses récidivantes de cheville et pour votre information, je vous conseille de lire l'article spécifique consacré aux entorses récidivantes de cheville. vous y lirez que la prise en charge de ces récidives souvent chez les sportifs nécessite une prise en charge chirurgicale et votre fils doit consulter au plus vite un chirurgien orthopédiste spécialisé dans le pieds des sportifs, lequel vous proposera une prise en charge la plus adéquate(un kiné aussi compétent soit-il, est un auxiliaire médical qui n'est pas qualifié et autorisé à prescrire de l'imagerie). Dr LP

      Supprimer
    6. oui excusez moi pour l'erreur de terme. Le kiné a demandé à ce que l'on retourne voir le médecin pour une prescription pour des examens complémentaires. J'ai bien noté le fait qu'il fallait consulter un spécialiste et le docteur ainsi que le kiné avait émis cette option que l'on pensait pouvoir éviter. en vous remerciant pour votre aide je vais aller regarder l'article sur les entorses récidivantes... petit nota... vive le foot :(

      Supprimer
  46. Bonjour Docteur,
    Le 11 juin 2014, J ai eu un accident en dscendant d'un bus. Luxation du chopart.
    Une algodystrophie a été digons tique très rapidement.
    Je suis allée passer une scintigraphie le 5 avril 2016 et voila les resultats.
    Le medecin qui m'a reçu m'a dit que L algo était toujours présente ( pied bleu, glacé etc).
    Je ne revois mon chirurgien que dans 1 mois et demi, donc pouvez vous me dire de quoi il est question car je ne comprends rien...
    Résultats de la scintigraphie:
    *Algodystrophie;
    *Hyperfixation franche de la sous- astragalienne, d'allure DÉGÉNÉRATIVE;
    *Hyperfixation du bord postérieur du calcaneum, en regard d'une petite calcification insertionnelle;
    *Discrète fixation de la malléole interne, en faveur d'une souffrance insertionnelle;
    *Discrète réaction du Chopart et du Lisfranc.

    Pas eu vraiment des explications sauf " retournez rapidement voir votre medecin avec vos resultats"
    Sympa ( lol)
    Madame, L algo peut être très long, très douloureux....
    C est vraiment du charabia pour moi. Si quelqu'un peu m'éclairer, je suis preneuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir MG, malheureusement pour vous, votre traumatisme de l'articulation médio-tarsienne de Chopart, s'est compliqué d'un syndrome algo-neuro dystrophique (AND ou syndrome douloureux régional complexe) dont l'évolution est assez longue et pour en savoir davantage, je vous conseille de lire attentivement l'article spécifique de ce blog concernant l'AND; vous y lirez que l'évolution passe par 2 phases: une phase chaude pseudo-inflammatoire, suivi d'une phase froide enraidissante. Pour chaque phase, il y a un traitement spécifique à suivre au mieux dans un service de rééducation fonctionnelle (soit en clinique privé ou dans un service de médecine physique hospitalier). Si vous avez des précisions à me demander, merci de poser vos questions sur l'article consacré à l'AND. Dr LP

      Supprimer
  47. Bonsoir,

    sur le dessus du pied, j'ai un tendon très épais (kyste ? personne ne peut me dire...), non douloureux (il fait 1,5 cm d'épaisseur sur 3 de long. C'est dur au toucher). Dans sa continuité, au niveau du 5è métatarse,j'ai eu une douleur en octobre qui m'a empêché de poursuivre mon activité sportive (trail). La douleur est au toucher et à l'appui. J'ai vu un médecin + une podologue + un ostéo qui ont suspecté une fracture de fatigue. J'ai passé une radio + une écho qui n'ont rien donné. Je me suis arrêté 3 mois, et j'ai pu courir sans problème de janvier à avril. Mais, depuis qqes jours cela a recommencé... Qu'en pensez-vous ? Qu'est-ce que ça peut être ? Quel type d'examen dois-je demander ?
    Un grand merci à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, je peux difficilement répondre dans la mesure ou vous êtes très vague sur la localisation de la lésion et sur son diagnostic et en tous cas pas sur l'article consacré aux entorses. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir,

      merci pour votre réponse.
      Oui, désolé, je pense que c'est le tendon péronier antérieur. Je me demandais si l'épaisseur du tendon ne pouvait pas être consécutif à des entorses antérieures (j'en ai eu plusieurs il y 20/30 ans du temps où je jouais au basket) et si je ne me ferais finalement pas des torsions en courant sans m'en rendre compte. Torsions qui pourraient peut-être toucher le muscle 3è fibulaire ? Ca se situe dans cette zone du pied.

      Supprimer
    3. Bonsoir, ce qui est frappant c'est que vous essayez vous même d'établir un diagnostic et bien sur vous n'y arrivez pas. Si vous avez des antécédents d'entorse, il faudrait déjà savoir si votre cheville est laxe (signe d'examen) et ou instable (signe fonctionnel de ressenti), ensuite une tendinopathie a une traduction clinique (stades de Blazina, triade symptomatique, confirmation par échographie), enfin le péroné antérieur est un petit muscle très inconstant, éverseur accessoire du pied et qui n'a pas la même importance biomécanique que les muscles fibulaires qui peuvent être impliqués dans le mécanisme lésionnel des entorses latérales de cheville. Pour toutes ses raisons, il est important pour vous de consulter un bon orthopédiste. Dr LP

      Supprimer
    4. Bonjour,

      merci pour votre réponse. Je n'essayais pas d'établir un diagnostic mais j'essayais de répondre au mieux à votre demande de précisions sur la zone concernée. Je vais suivre votre conseil et essayer de trouver un bon orthopédiste. Merci pour le temps consacré à ma question.

      Supprimer
  48. Bsr
    Merci de M éclairer
    J'ai eu une entorse de la cheville il y a 6 mois
    Séance kine port d une chevilliere modification de ma manière de vivre: plus de cardio fini le port de chaussures à talons hauts...
    Actuellement infiltration cheville à base de corticoide sous échographie révélant encore la présence d un épanchement sous la malléole
    Que faire de mieux pour enfin guerir ?! Je désespére les douleurs le gonflement sont tjs là !!!
    Merci de M aider
    Rebecca

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rebecca, apparemment la prise en charge de votre traumatisme de cheville a été défectueux et comme toujours lorsque la gravité de la lésion primaire n'ayant pas été correctement évaluée, les complications suivent. Si vous voulez être aidée, il faut commencer à me dire de quel type de complication il s'agit ( conflit antérolatéral par fibrose cicatricielle antéroexterne du LLE, le plus fréquent = syndrome d'interposition tissulaire antéro-latéral,lésion ostéo-chondrale, etc.) et peut être consulter un bon orthopédiste qui prendra enfin les choses par le bon bout. Dr LP

      Supprimer
  49. Bjr docteur merci d avoir prêté attention à ma requête
    La précision du diagnostic est impossible étant donné qu aucun médecin ne m a prescrit d irm
    J'ai vu un généraliste un spécialiste un kine. Ostéopathe... Et récemment le rhumatologue
    À part me parler d entorse sévère sans précision je n'ai aucune information supplémentaire
    Je reviens vers vous dans la journée avec le terme précis établi par le rhumatologue lors de l infiltration concernant l épanchement sous la malléole

    RépondreSupprimer
  50. Donc voici ce que je lis sur l échographie de la semaine dernière :
    Aspect régulier des ligaments tibio fibulaire antero inférieur talo fibulaire calcaneo fibulaire
    Petite poche liquidienne entre le talus et la malléole fibulaire
    Pas d incident durant l infiltration
    Voilà
    Pour info cela fait 5 jours que j'ai fait l infiltration et actuellement j'ai un oedème à la cheville avec un gonflement de celle ci...
    C'est sûrement pas grave mais c'est long trop long à guérir !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rebecca. En principe si l'infiltration a été bien précédée d'une ponction de l'épanchement et suivi d'un glaçage immédiat et d'un sans appui avec béquilles, vous auriez du être immédiatement soulagée. Comme ce n'est pas le cas, comme je l'ai déjà écrit, consultez vite un chir. orthopédique. Dr LP

      Supprimer
  51. Bonjour,
    J'ai raté deux marches d'escalier en descendant dans le métro voici deux jours.
    Cliniquement, douleur importante avec sensation d'impotence fonctionnelle mais pas de craquement entendu. Apparition d'un hématome sur le coup de pied en externe à peu près au niveau de la tête des 4 et 5ème métatarsiens. Appui léger possible mais zéro pas possible avec le pied concerné.
    Aux urgences, la radiographie a montré un arrachement osseux sur le cuboïde et le diagnostic posé a été celui d'entorse mediotarse du pied avec arrachement osseux cuboïde.
    Le médecin avait un doute sur un trait de fracture d'un métatarse ce me semble (je ne le retrouve plus sur la radio).
    Le médecin a réalisé un petit strapping (mais pas dans les règles de l'art car allergie à l'elastoplaste) à garder 24-48 heures.
    La prescription de sortie était une chevillère de contention + cannes anglaises + paracétamol + AINS gel + HBPM + radio de contrôle dans 8-10 jours. Arrêt de travail également prescrit.
    Appui soulagé par les cannes autorisé selon la douleur, sans mouvement d'enroulement du pied.

    J'ai placé la chevillère souple sur la cheville hier, les orteils ont gonflé et l'hématome a diffusé. Actuellement, l'ensemble du pied est oedématié sauf la voute plantaire et, sans mouvement, le pied n'est plus douloureux.


    Mes questions sont :
    1-faut-il remplacer la chevillère par une attèle Aircast ?
    2-l'appui est-il raisonnable avant la radio de contrôle ?

    Merci de votre aide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, si c'est une entorse du Chopart externe avec avulsion osseuse, l'appui est impossible et ça ressemble à une entorse externe de cheville, sauf que c'est plus bas situé. La chevillère et l'AINS gel ne servent à rien et l'attèle air cast non plus. L'important est de ne pas appuyer pendant quelques semaines en béquillant et de voir si avec une chaussure de Barouk, la marche est possible. Pour le reste, d'accord avec quelques jours de paracétamol si vous avez mal, si pas de douleurs, vous pouvez ne pas le prendre. D'accord pour l'HBPM jusqu'à la reprise d'appui. Il est important de glacer les 3 premiers jours, de mettre votre pied en déclive la nuit et une contention qui diminue l'oedème c'est pas mal non plus (c'est le protocole Rice ou Grec). Radios inutiles au 10ème jour. Faîtes plutôt des clichés au 30ème jour et une échographie du ligament de Chopart. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse ultra rapide !

      Le médecin ne m'a pas précisé si c'était l'articulation de Choppart ou de Lisfranc qui est concernée.

      Aujourd'hui, je peux poser le pied et faire quelques pas précautionneux sans douleur. Il n'y a plus de douleur de repos. La palpation est douloureuse plus bas et plus en avant que dans une entorse externe.

      Avec ces éléments, me confirmez vous de ne pas prendre d'appui en béquillant ?

      Encore merci !

      Supprimer
    3. Pour vous spécialement et pour vous faciliter la compréhension entre interligne de Chopart et de Lisfranc j'ai ajouté au texte des schémas. En principe tout médecin de traumatologie en se repérant sur les reliefs des bords interne (tubercule du scaphoïde) et externe du pied ( tête du 5ème métatarsien) doit savoir différencier une entorse du Chopart et une entorse du Lisfranc. Dans votre cas si l'appui est possible, ce doit être une entorse du Lisfranc 5 qui est bénigne et qui guérit en 3 semaines, à condition de ne pas appuyer si ça fait mal et donc béquiller. Dans ce cas, pas besoin de radios, ni d'échographie, ça guérit tout seul. Compter 3 semaines pour bien cicatriser le ligament et reprise progressive des activités sur 2-3 semaines. Dr LP

      Supprimer
    4. Vous êtes un vrai pédagogue et m'avez pleinement rassurée en me donnant les éléments de compréhension qui me manquaient avec les schémas et vos explications.

      Le pied va pouvoir cicatriser maintenant que les questions ont trouvé leurs réponses !

      Mille mercis et bonne continuation

      Supprimer
    5. Dernière petite question : avec ou sans attèle du coup ?

      Supprimer
    6. Apparemment vous n'avez pas bien lu le paragraphe spécifique consacré aux entorses du Lisfranc, ni ma 1ère réponse. Dr LP

      Supprimer
  52. C'est cette phrase qui m'a fait douter : "On utilise l'orthèse Air cast amovible. Cette orthèse, nous l'avons dit en préambule, a révolutionné le traitement des entorses de la cheville et du médio- pied;" et comme vous me parliez de Choppart dans le premier message et que c'est probablement Lisfranc qui est concernée...

    Je range donc l'attèle au placard !

    Désolée de vous avoir dérangé pour rien et vraiment merci pour votre aide précieuse et votre admirable disponibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Utilisez plutôt une chaussure de Barouk en cas d'éventuelle douleur à l'appui. Dr LP

      Supprimer
    2. Entendu. Merci !

      Supprimer
  53. Bonjour Docteur, une fracture de chopart vient de M être diagnostiquée à 6 semaines d un traumatisme initialement traité comme une entorse grave du lle : fracture du rostre à l écho + prescription scanner. En attendant le rv scann je porte une botte de marche. Mes questions : puis je continuer à travailler avec cette botte queje ôte pour conduire, dormir, me doucher, je travaille debout + marche beaucoup (commerciale)? Le traitement pourra t’il se limiter au port de cette botte ou bien y a t’il un risque de chirurgie à envisager ? Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sophie, la description de votre traumatisme est confuse et je ne suis pas devin. Est ce une entorse du Chopart externe avec avulsion osseuse ou une fracture articulaire? en attendant le scanner, pas d'appui+++ et donc difficile de bosser sauf si entorse légère. Dr LP

      Supprimer
  54. Bonjour, je vais subir mercredi une intervention du pied droit (pied bot très sévère) on va me redresser le pied et orteils mais j'ai une arthrogrypose, pensez-vous que la rééducation pourra commencer assez tôt ? On ne m'a pas dit si j'aurai un plâtre

    RépondreSupprimer
  55. Bonjour, je vais subir mercredi une intervention du pied droit (pied bot très sévère) on va me redresser le pied et orteils mais j'ai une arthrogrypose, pensez-vous que la rééducation pourra commencer assez tôt ? On ne m'a pas dit si j'aurai un plâtre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, pourquoi posez vous une question concernant une intervention sur un pied bot, sur l'article consacré aux entorses du pied? (dans le blog, le pied bot est est traité dans le chapitre concernant l'enfant). Seul le chirurgien peut répondre à votre interrogation. Dr LP

      Supprimer
  56. Bonjour Docteur,
    Je me suis fait une entorse avec fracture non déplacée de la malléole externe. On vient de me retirer le plâtre après 6 semaines d'immobilisation. Quelques douleurs dans la cheville largement supportables. Par contre, je ressent des douleurs du medio-pied (côté 5eme metatarse) assez intenses lors de la marche. À tel point que je suis obligé d'utiliser les 2 bequilles. Je me demande si ces douleurs sont normales après l'immobilisation ou si elles sont symptomatiques d'un autre problème et nécessiteraient donc consultation.
    Merci à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, je ne saisis pas très bien quelle est la lésion précise: entorse (ligament) ou fracture (os), c'est l'une ou l'autre et après ablation du plâtre, douleurs sur le bord externe du médio-pied? consultez un bon orthopédiste et faîtes bien avec lui le point sur votre traumatisme, la prise en charge adéquate suivra. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir,
      Pour clarifier, mécanisme d'entorse suite à quoi j'ai passé une radio révélant fracture non déplacée de la malléole externe. Aussi j'ai été plâtré dans la foulée pour une durée de 6 semaines sans appui sans qu'aucun contrôle de mes ligaments ne soit fait. Après radio de contrôle on m'a retire le plâtre avec autorisation de marche en appui complet. J'ai demandé à l'orthopediste ce qu'il en était de mes ligaments, ce à quoi il m'a répondu que c'était l'un ou l'autre qui lâchait entre os et ligament. Dans mon cas, la fracture ayant été constatée aucun examen supplémentaire n'a été fait. Lorsque je marche, je ressent de vives douleurs irradiantes sur le bord externe du pied. L'orthopediste m'avais prévenu de douleurs articulaires suite à l'immobilisation, mais les douleurs que je ressent ne sont pas localisées dans la cheville.
      Je retiens donc qu'il faut que j'aille consulter.
      Merci à vous.

      Supprimer
  57. bonsoir
    j'ai fait une entorse en 2012.un hématome en oeuf de pigeon est apparu.
    depuis février 2016 j'ai douleur quand je marche et le matin quand je me lève j'ai essaye tout les pomades a tel point que ma peau est devenu sèche j'ai pris des anti inflammatoire mais la douleur revient toujours.
    svp est ce qu'il ya un solution a mon probleme.
    est ce que l'hématome en oeuf de pigeon pourrait disparaitre et retrouvait mon pied d'avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Keanu, s'il suffisait de passer une pommade sur des séquelles d'entorse de cheville plus ou moins bien prise en charge, ce serait merveilleux. Consultez votre médecin ou un spécialiste de traumatologie. Dr LP

      Supprimer
  58. Bonjour Docteur je reviens vers vous suite à min post j'ai fait mon IRM est présence d'un epanchement au niveau de l'articulation talonaviculaire présence d'un oedeme au niveau de la longue apophyse du calcaneus avec une pseudarthrose de la fracture distale de cette apophyse il existe également un petit oedeme en miroir au niveau de la partie postérieur et supérieur du cuboide j'ai rdv au chirurgien début août mais le médecin m'a dit que c'était un peu compliqué qu en pensez vous ? Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends rien à ce que vous écrivez et l'anonymat ne m'a pas permis de retrouver vos écrits précédents. Si vous voulez de l'aide, donnez moi une lésion précise et si c'est une fracture, on se fiche pas mal d'un IRM qui n'est pas un examen adéquat pour faire le point sur une fracture. Dr LP

      Supprimer
  59. Désolé voici mon ancien post
    Anonyme8 janvier 2016 à 11:46
    Bonjour Docteur , voila y'a 4 ans de sa j'ai fais une chute de 10m j'ai eu une fracture de la longue apophyse du calcanéum j'ai été platré 1 mois mais l'hopital a pris plus d'un mois avant de voir ma fracture ensuite j'ai eu kiné etc mais voila depuis j'ai toujours des douleurs dans mon pied mon pied se bloque et une vive douleur impossible de marcher pendant un laps de temps.Est-il conseillé que j'en parle à mon medecin a quoi cela est due que faire merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, c'est plutôt désobligeant pour l'auteur de ce blog d'abord de rester anonyme, si bien qu'il est difficile de s'y retrouver et de poser une question concernant des séquelles d'une fracture du Calcanéum sur un article consacré aux entorses du pied. Dr LP

      Supprimer
    2. Désolé mais la première fois que j'avais posté mon post vous m'aviez répondu et m'avait conseille de faire un examen approfondie se que j'ai fait c'est pourquoi je voulais vous tenir informé du résultat désolé si je me suis trompé d endroit pour poster je voulais juste savoir se que vous en pensiez

      Supprimer
  60. bonjour Docteur,
    Je viens de tomber et sur mon pied gauche, mon métatarsien est gonflé et cela me fait mal,mais je peux lever mes orteils par exemple, et toutefois je n'ai pas aussi mal que lors de ma fracture du 5ème méta au pied droit, il y a 2 ans. Je me demande si il s'agit forcément d'une fracture, est ce que cela peut être autre chose ? 2 semaines de repos sont elles suffisantes ? je vous remercie, Madeleine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Madeleine, un peu de sérieux, au lieu de me faire jouer à distance les devins, consultez votre médecin et passez une radio. Dr LP

      Supprimer
  61. bonjour j'ai eu une entorse à la cheville au mois de janvier , à ce jour elle me fais souffrir mon problème n'est pas résolu , mon médecin ma prescrit un irm car elle pense que j'ai une désinsertion des ligaments si tel est le cas quel recours? merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, comme vous ne dîtes rien sur le plan clinique, alors qu'elle est essentielle au diagnostic et guide l'imagerje, j'en conclue que vous ne savez rien de votre problème. Si ce n'est pas encore fait, consultez alors un spécialiste de la traumatologie sportive qui commencera lui par vous examiner et éventuellement prescrire une imagerie en commençant par le plus simple: radios et échographie. Dr LP

      Supprimer
  62. Bonjour Docteur.

    J'ai une forte douleur sous le pied gauche depuis samedi matin au réveil juste en dessous du petit doigt. Je peux marcher en boîtant et plutôt vers l'intérieur mais ai très mal sur certains mouvements comme mettre une chaussette, une chaussure, tirer le petit doigt vers le haut, etc. Je peine à savoir comment c'est arrivé (je me suis certes cogné le petit doigt il y a 8 jours mais ai refait du sport sans problème depuis; j'ai fait un match de tennis la veille au soir mais RAS également je n'ai pas eu mal pendant et après le match).

    J'ai été consulter et passer une radio hier matin: pas de cassure apparente mais peut être un petit bout d'os qui s'est détaché. Le docteur, bien qu'incertain sur le diagnostic ("entorse du 5ème métatarse ? Rupture de la voute plantaire ?") pense en tout cas que ce n'est pas trop grave. Il m'a prescrit des antalgiques, recommandé d'arrêter le sport 2/3 semaines et dit de revenir pour une écho si la douleur persiste.

    Je me suis posé plusieurs questions après la consultation sur lesquelles vous pourrez peut-être m'éclairer : on parle tout le temps d'une fracture du 5ème métatarse mais une entorse ça existe aussi et si oui de quoi s'agit-il ? Même question pour la rupture de la plaque plantaire. Cela arrive-t-il d'avoir, comme moi, l'apparition d'une douleur forte après une nuit de sommeil et alors qu'il n'y avait pas de signe avant coureur la veille ? Qu'il s'agisse d'une entorse du 5ème métatarse ou d'une rupture de la plaque plantaire est-il inutile d'immobiliser ?

    Merci d'avance pour votre aide,

    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Charles, il me sera difficile de vous aider, compte tenu que je n'ai pas la possibilité de vous examiner et que l'examen clinique est la base du diagnostic que vient éventuellement conforter une imagerie adaptée. D'après ce que vous dîtes, vous avez présenté une contusion par choc direct du 5ème orteil et la 1ère chose à faire est de vérifier par des radios qu'il n'y a pas de fracture et c'est ce que vous avez fait. Ce peut être tout simplement une contusion du cartilage d'une articulation inter-phalangienne, ce qui n'est pas bien grave et devrait rentrer dans l'ordre assez rapidement. Il ne faut pas faire d'immobilisation et soulager l'appui en béquillant si nécessaire si les douleurs sont présentes à la marche. Ce n'est pas une entorse, car pour avoir une entorse, il faut une torsion de l'articulation. Dr LP

      Supprimer
  63. Ok c'est très clair, merci pour ce complément, docteur.

    RépondreSupprimer
  64. Bonjour Docteur
    Il y a un peu plus de 11 mois je me suis fait une entorse avec rupture du Lle et fracture parcellaire de l astragale. Je ne peux toujours pas appuyer sur mon pied douleur vive sous malléole externe style pincements cisaillement blocage....
    J'ai eu des séances de kine sans resultat on n'a également fait infiltration de corticoide et en juillet on m'a fait un PRP qui n'a rien fait non plus. A l artroscanner il y a une suspiscion de Loda et la scintigraphie dit hyperfixation linéaire sous astragalienne. Depuis quelques jours dès que j'essaie de marcher malgré les douleurs j'ai le mollet et le genou qui enflent et la peau devient plus coloré.
    Mon médecin traitant pense que maintenant la meilleure solution pour obtenir un soulagement est de faire une arthrodese
    Pensez vous que ce soit le traitement a faire maintenant ?
    Je voudrais pouvoir etre soulager et pouvoir me deplacer correcte ce qui est impossible jusqu à present
    Merci de votre reponse
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Séverine. Si le défect ostéo-cartilagineux de l'astragale est important, l'arthrodèse peut être la solution. S'il est modéré, il y a d'autres solutions. De toute façon, votre intérêt est de consulter une grande pointure de la chirurgie réparatrice du pied et de suivre ses recommandations. Dr LP

      Supprimer
  65. Bonjour
    Quelles peuvent etre les autres solutions ??
    Pouvez vous me conseiller un specialiste je suis en ile de france car je veux en finir avec ce problème et l orthopédiste que je consulte me traine de consultations en consultations en me disant on voit dans 6 semaines comment ça evolue et les mois passent...
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Séverine, sur Paris je vous conseille vivement de consulter mon confrère le Docteur COURROY Jean-Baptiste - CLINIQUE NOLLET, 23 rue Brochant Tel : 01 44 85 19 00 ou Clinique du Landy 23 Rue du Landy 93400 St Ouen Tel 01 49 45 84 52. JBC vous conseillera au mieux. Dr LP

      Supprimer
  66. Bonsoir docteur,

    Traileur de 46 ans, ancien footeux, voilà 6 mois que je suis à l'arrêt de CAP depuis une douleur survenue à la cheville droite sur la fin d'un trail de 30km où j'ai fini quasi boiteux, en marchant sur le coté externe pour soulager la douleur que je situais sous la malléole interne et un peu dans l'articulation sous-talienne. La douleur est présente en charge, et en CAP elle est augmentée quand je cours en descente. Au début j'ai même eu du mal à faire des exos de type cloche pied. J'avais et j'ai toujours la sensation d'une compression de nerfs entre 2 os (talus et calcaneum, et aussi sous le seul calcaneum). j'ai fait radio + arthroscanner, car mon médecin du sport était sur la piste d'un début d'arthrose : la radio dit état nickel - pour l'arthroscanner, le radiologue conclut à quelques prémices d'arthrose : "Micro irrégularité ostéophytique du bord antéro interne de l'épiphyse tibiale avec micro-condropathie. A noter un aspect de pincement de l'articulation sous-talienne dans sa partie interne avec petite arthrose débutante au sein du groupe" Mon médecin dit c'est début d'arthrose !!! Je consulte une pointure de chirurgien sur Lyon (Thaunat centre santy) qui dit pas d'arthrose du tout, il faut voir du côté tibial postérieur!! IRM en Juin met en évidence tendinite du tibial avec épanchement synovial (mais pas de lésion sous-talienne). Donc repos total depuis juin. Tentative de reprise CAP fin août ... et douleurs. Le chir vu y a 15 jours exclut toute pathologie grave de cheville, et opte pour problème mécanique ; du coup il m'oriente vers leur meilleur ostéo du centre Santy que j'ai vu 2 fois (il m'a évoqué un problème du ligament en haie) et là il y a 4 jours m'a dit que mécaniquement tout est ok et de reprendre petit à petit la CAP. Or la douleur de compression est toujours là !! Comme antécédent traumatique j'ai eu il y a 2 ans une petite entorse je crois lors d'un match de ... foot et pendant 4 mois pas pu courir (mon doc me fera infiltration, sans examen) et y a 1 an un gros craquement du gros orteil en appui dessus lors d'un match de squash (sur lequel j'ai un hallux valgus).

    Je n'y crois plus.

    Merci de votre aide.

    François PALADINO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour François, je comprends votre déception et la partage entièrement. Apparemment différentes hypothèses ont été émises avec imagerie multiple pour aboutir à rien du tout. Si vous êtes un tant soit peu lecteur de ce blog ou si vous avez lu attentivement l'article, vous avez pu constater que j'appartiens dans la lignée de mes maîtres de la Pitié Salpétrière à la grande famille des cliniciens, famille qui en de plus en plus tendance à disparaître depuis l'invasion sur le marché d'une imagerie de plus en plus performante, mais qui ne sert pas à grand chose quand elle n'est pas orientée par la clinique. En effet vous ne me dîtes rien sur la clinique en dehors d'une douleur persistante sur le bord interne du pied. Quid de l'évaluation des amplitudes de toutes les articulations du pied, de la laxité, du testing analytique tendon par tendon, de la recherche d'un trouble de la sensibilité ou d'un signe de Tinel en cas de compression nerveuse, de la percussion et de la palpation minutieuse de tous les éléments constitutifs du pied. Je vous conseille alors de vous adresser de ma part, soit au grand maître de la clinique, le Pr Jacques Rodineau qui exerce avenue de Versailles à Paris, soit à un de ses plus brillants disciple, le Dr Jean Baptiste Courroye, CLINIQUE NOLLET, 23 rue Brochant Tel : 01 44 85 19 00 ou Clinique du Landy 23 Rue du Landy 93400 St Ouen Tel 01 49 45 84 52. Tenez moi au courant et présentez leur lors de la consultation, l'imagerie que vous avez faîtes. Gardez espoir, on va trouver et vous proposer un traitement adapté à votre lésion. En attendant, stoppez la CAP et le cloche pied et privilégiez la vélo, le rameur et le gaînage abdomino-lombaire, toutes vos activitée ne devant engendrer aucune douleur. Dr LP

      Supprimer
  67. Bonsoir Dr Pallure,

    Tout d'abord merci d'avoir répondu, et aussi vite. Je prends bonne note des 2 spécialistes que vous me recommandez. J'irai voir l'un ou l'autre !

    J'entends bien que l'examen clinique est primordial. Donc quelques précisions supplémentaires :

    - A la palpation j'ai peu voire pas de douleur sur les zones qui me font mal
    - Je n'ai pas de fourmillement
    - En terme de laxité je pense ne pas en avoir ni en trop ni en moins
    - je n'ai pas de douleur en dorsiflexion ni en flexion plantaire, que j'arrive à faire aisément
    - pas de douleur en inversion ; légère douleur en éversion type compression sous-malléolaire interne)
    - je n'ai pas de difficulté à me mettre et à garder la position sur la pointe des pieds en flexion plantaire, en me tenant à un mur
    - en revanche, sortes d'irradiations assez vives lorsque je me mets debout en charge/pression sur la plante du pied que je laisse très à plat et relâchée : elles se situent dans la zone sous-malléolaire interne, et de l'articulation postérieure talo-calacanéenne, mais aussi une petite sensation au niveau tibio-talaire antérieure externe. Et lorsque je relâche la position, en déchargeant la pression du pied, cette irradiation se fait ressentir sous l'effet d'une sorte de décompression
    - Lorsque j'essaie de courir, les douleurs s'amplifient en descente ; sur du plat elle se ravivent lorsque je vire à droite, en laissant donc mon pied droit en éversion (irradiation sou-malléolaire externe ce coup-ci !)
    - Depuis que j'ai fait mon 1er test de reprise de CAP en août, s'est rajoutée une sorte de douleur sur les os (calcaneum ainsi que ... sur le 5ème métatrase, avec à cet endroit-ci une douleur sur l'attache du tendon court fibulaire) ; cette douleur semble aujourd'hui s'estomper quelque peu.

    Voila ces quelques précisions qui j'espère sont compréhensibles.

    François PALADINO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien François, l'un ou l'autre de mes collègues en vous examinant, vous donneront là leur tour leur point de vue. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour Dr,

      J'avais espéré en faisant ces précisions que vous m'apporteriez aussi quelques réponses.

      Car ce qui m'étonne beaucoup dans ma situation en dehors du fait que je n'arrive pas à savoir s'il faut éliminer la piste de l'arthrose qui n'existe pas selon le chir (et je veux bien le croire, d'autant que j'ai souvent lu que l'arthrose du pied reste rare), c'est l'absence d'évolution depuis 6 mois.

      Dernière question : Est-ce que vous, vous consultez sur RDV ?

      merci

      François PALADINO

      Supprimer
    3. Bonjour François, il m'est difficile d'être précis, parce qu'il y a ce que vous dîtes et puis ce que peut constater le clinicien que je suis lors de son évaluation clinique. Faîtes confiance aux immenses pointures que je vous ai conseillé, vous ne serez pas déçu. Dr LP

      Supprimer
  68. Bonjour, Suite à une inversion du pied (figure ci-dessus) j'ai d'abord eu une sensation d'étourderie puis des douleurs atroces m'empêchant de marcher. Reposé, sur un banc public, je me sentis mieux mais toujours avec les douleurs quand j'appuie sur le pied droit. Taxi et retour à la maison, ma femme m'a appliqué du NIFLUGEL sur un petit gonflement au niveau du cou du pied près de la cheville. Alitement, soulagement relatif et gonflement moins important. Je suis enseignant fraîchement à la retraite (60 ans). Je vous remercie d'avance et bravo pour ce que vous faites ! Ridha Yakamouz. Tunis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rhida (j'en profite pour saluer le peuple tunisien et sa nouvelle démocratie). Vous avez présenté une entorse externe de cheville sur mécanisme lésionnel en inversion du pied. Il faut la traiter comme telle avec une bonne évaluation clinique, respect des règles d'Ottawa et compte tenu que vous avez plus de 55 ans, le binôme radios de cheville + échographie n'est pas du superflu; protocole Rice les premiers jours, attelle de type air cast sur 3 semaines ( plus si lésion osseuse) et béquilles tant que l'appui est douloureux, sinon, le risque est grand de séquelles douloureuses et fonctionnelles. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci Docteur ! Je ferai tout ce que vous m'avez prescrit. A voir ce que vous faites, je me dis que le monde va bien et le Serment d'Hippocrate est encore de rigueur ! Pour la nouvelle démocratie, je pense qu'elle va bien (des pas lents mais fermes). Encore merci !

      Supprimer
  69. Bonjour Docteur,
    Perdue, je me permets de vous demander votre avis sur mon cas qui m'inquiète.

    6/8 chute Traumatisme = hyper-extension dorsale de la cheville et du pied gauche.
    2 œufs de pigeon sur malléole externe plus en avant, douleurs et difficultés +++ à marcher…

    urgences Clinique, radio. diagnostic urgentiste : fracture base 5ème métatarsien gauche
    Prescription : mettre attelle postérieure en résine gardée d’une entorse grave du même pied en 2010 + paracétamol + piqûres pour éviter phlébite.
    Diagnostic radiologue 2 jours après (même radio) : Discret œdème des parties molles bordant la malléole médiale.
    Opacité de tonalité osseuse à type d'arrachement cortico-spongieux bordant l'articulation calcanéo-cuboïdienne concluant : Probable arrachement cortico-spongieux post-traumatique de l'articulation calcanéo-cuboïdienne.

    17/8 ortho nouvelle radio : diagnostic : Ecchymoses multiples. Evocation entorse ligament latéral externe cheville gauche et entorses multiples cou de pied. Radio étant photo, a du mal à voir lésions osseuses.
    Prescription : échographie
    Diagnostic radiologue lendemain (même radio) : Arrachement osseux dorsal du talus

    22/8 échographie. Diagnostic abrégé: Plus en avant, arrachement partie antéro-supérieure de l’astragale due à désinsertion ligament Talo naviculaire dorsal épaissi mais ensuite suivi jusqu’au niveau scaphoïde
    CONCLUSON : Atteinte insertion ligament Talo naviculaire sur son versant astragalien. Pas d’anomalie évidente au niveau LLE et tendons péroniers.

    24/8 retour ortho. diagnostic traumatisme cheville + pied gauche avec arrachement osseux et entorses multiples.
    PRESCRIPTION Poursuite immobilisation voir ortho de 2010 région parisienne + poursuite piqures.

    31/8 ortho 2010. Regarde croquis chute...
    Note 3 semaines environ d’immobilisation (ma propre attelle). Regarde rapidement radios et retire bandage, fait bouger légèrement pied de droite à gauche mais pas flexion extension et :
    DIAGNOSTIC : confirme furtivement arrachement astragale et entorse grave.
    PRESCRIPTION
    chevillière LIGASTRAP 1B, prendre appui aidé cannes mais sans laisser douleur, commencer 12 séances kyné.. revenir 1 mois plus tard. Devant douleur, j’ai quand même fait cette radio de suite :
    DIAGNOSTIC : Pas de consolidation actuelle de l’arrachement osseux du talus.
    ortho maintient prescription. Que ce soit chevillière liga cast immo délivrée par pharmacien ou ligacast (impossible à enfiler) rien porté. Ortho évaluait cicatrisation à un mois.

    DEPUIS MARDI 06/9
    Kiné note que ce sera long, douleur plutôt élevée type mécanique majorée à la mobilisation pied (tibio tarsienne en flexion) et lors appui et limitation +++ mobilité articulaire tibio-tarsienne en F/E (mobilisation douloureuse ++). Soupçonne algodystrophie.
    traitement pour le moment électrothérapie antalgique + massothérapie à visée trophique, bains écossais. Pense IRM et scintigraphie seraient bienvenues.

    13/09 médecin traitant consulté. Constate douleur (surtout en flexion plantaire) impossibilité marcher sans appui aidé. Dit IRM bienvenue mais à un mois et une semaine, trop tôt. Prolonge piqûres seulement et arrêt et semble laisser voir avec ortho.

    A noter ortho clinique + kiné + mon médecin traitant + moi d’abord, pensons que ecchymoses base doigts de pieds et notamment l’un d’eux ne seraient pas écoulement de sang provenant de la cheville seulement mais problème indépendant (on me parle de métatarse), appuie sur plante pieds à un certain endroit = douleur vive.

    Ce que je sais Docteur, c’est que j’ai du mal à prendre appui sans cannes depuis et que la flexion plantaire (comme une danseuse qui met en pointes), est impossible même un tout petit peu car raide et douleurs +++ au niveau jonction pied mollet (talus ?).

    J’ai peur que mon ortho ne demande pas de radios complémentaires et fasse perdre du temps. j’ai 59 ans.

    Merci beaucoup pour votre avis, même bref.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher anonyme (sans même un prénom), si vous vous étiez un tant soit peu relu, vous vous apercevriez que votre post est confus et incompréhensible pour un clinicien. Dr LP

      Supprimer
  70. Bonjour Docteur,
    Merci, vous avez parfaitement raison pour le prénom. En fait hier, je n'ai pas trouvé comment sélectionner pour mettre un prénom. Ce matin je m'empresse de mettre un mot d'excuse pour l'ajouter en priant pour que ne l'ayiez pas encore lu devinant logiquement votre remarque pertinente mais trop tard.

    Pour la confusion, j'avais au départ rédigé différemment et sûrement plus clairement mais plus longuement et mon message était refusé. j'ai dû le retoucher encore et encore au point où...
    1000 pardons mais depuis cette chute surtout en août mon cas a été un peu pris par dessus la jambe malgré sa gravité, je me suis un peu sentie seule d'où la confusion en pleurs hier quand je vous ai écrit aussi.

    Quoi qu'il en soit merci sincèrement de m'avoir lue et pour tout ce que vous faites.

    Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine, vous avez présenté un traumatisme du pied et comme pour tout traumatisme, le mécanisme lésionnel est un fort élément d'orientation pour le diagnostic clinique. Dans votre cas "hyper extension dorsale de la cheville et du pied, ne veux pas dire grand chose. Ensuite ce qui est important, ce sont les signes immédiats: douleur et sa localisation, craquement, impotence fonctionnelle, gonflement rapide, ecchymose; puis l'évaluation clinique méticuleuse : les critères d'Ottawa+++, l'évaluation des amplitudes articulation par articulation,la recherche des laxités, le testing tendineux, la palpation soigneuse, etc. Une bonne évaluation clinique permet de réduire au strict nécessaire l'imagerie (souvent des radios simples et une échographie suffisent) qui doit être cohérente avec la clinique et conforte le diagnostic lésionnel. Ensuite lorsqu'on a un diagnostic lésionnel précis, il est très facile de proposer un traitement adéquat qui le plus souvent est parfaitement protocolisé (codifié). Si l'évolution clinique ne permet pas au départ d'orienter le diagnostic, il faut appliquer le protocole Rice ou Grec (glaçage, sans appui avec béquilles, immobilisation par une attèle, déclive la nuit, etc et revoir le traumatisé au 3ème ou 4ème jour et là le diagnostic clinique est plus facile à faire. Voilà comment procèdent les médecins de traumatologie, du moins ce que je connais, formés à la Pitié Salpétrière. Si vous êtes sur la région parisienne, rapprochez vous de l'un deux avec l'aide de votre médecin traitant qui est le médecin avec qui vous avez passé un contrat de confiance et qui doit vous aider à trouver la meilleure solution possible. Dr LP

      Supprimer
    2. Docteur, Je vous remercie infiniment pour vos conseils. . Ma chute en descendant l'escalier a été très brutale. Mon pied s'est retourné en forte flexion plantaire et tout mon corps est retombé dessus très violemment laissant le pied coincé sur l'arrête de l'escalier, je me suis retrouvée assise dessus. Même mon dos etait sur l'escalier, c'est vous dire que je me suis complètement retournée. J'ai un croquis très explicite.
      À la clinique on a même pas effleuré mon pied. On s'est contenté d'une radio rapide révélant (au départ) une fracture du cinquième métatarsien suivi d'une autre interprétation 2 jours après indiquant : Probable arrachement cortico-spongieux post-traumatique de l'articulation calcanéo-cuboïdienne.

      A ce jour (Un mois et demi après la chute) je sais que j'ai eu des des entorses multiples et au moins UN ARRACHEMENT OSSEUX DORSAL DU TALUS
      J'ai peu et mal été immobilisée au départ. Je ne suis pas consolidée.

      Je marche encore avec des cannes, la flexion plantaire est impossible à cause de la vive douleur au niveau du talus quand j'essaye. C'est pourquoi, à tort peut-être, je me demande, comme mon kiné, et même mon médecin traitant (qui elle pense qu'il faut être à deux mois pour ça), s'il ne serait pas judicieux de prescrire une I.R.M. ou une scintigraphie ?! Car j'imagine que le RICE est peut-être trop tard pour moi maintenant.

      En fait c'était là que j'avais besoin de votre avis car, en fonction de celui-ci, si mon Ortho le 29 prochain ne semble pas avancer dans les investigations, alors même que je n'évoluerai pas, je pense que je consulterai ailleurs. Je note vos conseils sur la Salpétrière. Sans vouloir abuser, Avez-vous un nom à me conseiller ?

      Merci beaucoup encore

      Catherine

      Supprimer
    3. Catherine, à la Pitié, dans le service du Pr Catonné, ce sont tous des bons (le Dr Khédimi est très bon), sinon dans le privé vous avez le Dr Bohu et bien d'autres dont le Dr Raguet à Chalon en Champagne. Dr LP

      Supprimer
  71. Cher docteur,

    Merci beaucoup
    Catherine

    RépondreSupprimer
  72. Bonjour ou bonsoir Docteur,
    J'ose me permettre de revenir vers vous. Pour vous éviter une relecture, je vous rappelle que je suis Catherine. Le 6/8/16, j'ai chuté (escalier) et subi un traumatisme (hyper-extension dorsale de la cheville et du pied gauche). Les derniers diagnostics ont été : radio ARRACHEMENT OSSEUX DORSAL DU TALUS et échographie : arrachement de la partie antéro-supérieure de l'astragale due à une désinsertion du ligament talonaviculaire dorsal qui est épaissi mais qui est ensuite suivi jusqu'au niveau du scaphoïde.
    Les 2 1ers diagnostics (sur une même radio) étaient: fracture cinquième métatarsien puis, 2 jours après : Probable arrachement cortico-spongieux post-traumatique de l'articulation calcanéo-cuboïdienne.

    Quand (désespérée) je vous ai écrit ne comprenant pas que mon orthopédiste sur la RP n'ait pas, lors du rv du 31/8 prenant connaissance de mon cas, prescrit d'IRM, j'étais en attente de mon second rv du 29/9 pour le lui demander.
    Il a eu lieu maintenant. Notez qu'il a été surpris de me voir revenir béquillées + fauteuil roulant (poussé par mon mari). Surpris aussi de la vive douleur en touchant mon talus.
    A sa réflexion je cite "sachant que l'IRM prescrite n'a rien montré, il s'agirait éventuellement d'une algodystrophie", j'ai rétabli et dû jurer qu'il ne m'a jamais prescrit d'IRM. Au contraire, il considérait que la radio de contrôle n'était pas à faire de suite le 31/8 pouvant attendre d'être faite le 29/9. je l'ai faite quand même avant d'attaquer la kiné (qu'il me prescrivait) pour savoir s'il y avait une consolidation de l'arrachement. Cette radio était plus claire que les autres et a servi au kiné.
    J'ai à nouveau fait une radio juste avant mon rv le 29/9 montrant, décidément, l'arrachement au niveau du talus toujours à son stade de départ. Ma cheville (déjà traumatisée en 2010) est toujours depuis 2 mois raide et douloureuse (+++ en essai de flexion plantaire surtout au niveau jonction pied-tibia) mais ailleurs aussi (partie entre la malléole externe et le talon d’Achille qui enfle et me fait souffrir régulièrement) ainsi que sur une zone de la voûte plantaire quand on appuie.

    Nous verrons ce que l'IRM (dont il attend beaucoup -il est temps-) dira le 11. Vu les circonstances, je navigue pour essayer d'avancer aussi. Ce n'est qu'en sortant d'ailleurs que j'ai réalisé qu’il ne semblait pas avoir pris connaissance du rapport détaillé fait à son attention par mon kiné, que j'ai pris la peine de lui envoyer.
    J'en arrive à ma demande. Tombée sur un texte parlant d'un conflit postérieur de cheville, j'ai été surprise des similitudes avec mon problème (déclenchement, symptômes), mais il n'en est pas plus débattu.
    Sans vous demander si cela pourrait expliquer mon cas, très délicat à diagnostiquer (surtout par écrit), puis-je me permettre de vous demander si un conflit postérieur de cheville ne se traite que par intervention chirurgicale et ce qu'il faut (peut-être) attendre des suites (au cas où ?).
    Par ailleurs, j'ai cherché dans le service du Pr Catonné, le Dr Khédimi que vous m'avez conseillé en vain. Même google ne me le trouve pas !?
    Merci Docteur et j'espère que je n'abuse pas, sinon n'hésitez pas à me le dire, je comprendrais parfaitement.
    Catherine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine, vous êtes toujours aussi confuse dans vos commentaires. Si vous avez lu attentivement l'article et ma réponse, vous avez pu vous rendre compte que le mécanisme lésionnel d'un traumatisme est essentiel et met de suite sur la piste d'une lésion; dans votre cas à nouveau vous évoquez à nouveau un traumatisme en hyper extension dorsale du pied, ce qui ne veux rien dire, à moins que ce soit un traumatisme en équin du pied dont vous avez été victime, c.à c en flexion plantaire forcée ? si c'est le cas il peut s'agir :
      1- d'une entorse antérieure du coup de pied par distraction (étirement) avec lésion des faisceaux antérieurs du LLI et du LLE et de la capsule antérieure.
      2- d'un syndrome du carrefour postérieur de la queue de l'Astragale ou de la marge postérieure tibiale, par impaction postérieure.
      Tous les chirurgiens du service d'orthopédie du Pr Catonné de la Pitié salpétrière sont excellents, prenez celui qui vous recevra au plus vite. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir Docteur,
      Je retrouve mon réseau internet. Merci à vous. En fait "traumatisme en hyper extension dorsale" est le terme indiqué par le premier orthopédiste que j'ai consulté en local en août et ce sur son courrier à mon médecin traitant, d'où cette reprise par moi. Tous les diagnostics que j'indique, je me suis contentée de les reprendre des radiologues ou médecins que j'ai consultés depuis ma chute du 6/8 car moi je n'y connais rien.


      Vous avez parfaitement déduit, il s'agit bien d'une flexion plantaire forcée (on va dire une hyper flexion très brutale dans l'escalier si ce terme existe).

      Je vais donc essayer d'obtenir un rv avec l'un des orthopédistes du service du Pr. Catonné.

      Merci à vous encore.

      Catherine P.

      Supprimer
    3. bonjour,
      je m'appelle christine et mon fils ,footballeur sest fait une "entorse" de cheville au mois d'aout à cause d'un tacle par derrière.Après 5 semaines de traitement (air cast, physio,proprio) à nouveau gonfement de la cheville et douleur....L'IRM révèle un oedème osseux sous-chontral e la partie postèrieure de la surface articulaire tibiale et lame d'épanchement dans l'articulation talo crurale.
      Epaississement du ligament tibio fibulaire antéro distal qui reste continu.
      Pas d'autre anomalie
      Merci de vos conseils

      Supprimer
    4. Bonjour Christine, je m'explique mal qu'une simple entorse de cheville dont le diagnostic est clinique et le traitement bien codifié, puise poser problème et en core moins qu'il faille avoir recours à un IRM qui n'est pas l'imagerie idoine. Reconsultez un traumato digne de ce nom. Dr LP

      Supprimer
  73. Bonjour,
    j ai besoin d information par rapport a ma fille de 17 ans qui est en lycée sport étude football féminin et qui pratique le football depuis l age de 6 ans. Apres plusieurs entorses externe a répétition de la cheville gauche (elle est gauchère au foot), elle a fini par une rupture complète du ligament talo fibulaire antérieur et rupture au moins partielle du ligament calcanéo fibulaire, pas de synostose, en revanche lésion au moins partielle du TAFA, isolée. Donc en avril 2016 un chirurgien spécialiste pied cheville lui a fait une ligamentoplastie par arthroscopie et selon la méthode brostrom gould. Elle a aussi le pied gauche en varus ,juste a la limite 3% d' inclinaison. Bref tout s est bien passe...a repris l entrainement de foot fin août début septembre mais sans contact , avec accord de son chir et du médecin de la section. 06 sep 2016 rebelotte, sur un contre pendant un match amical, rupture de la ligamentoplastie!!!!
    Le chir propose une autre ligamantoplastie plus forte cette fois c est a dire prendre un tendon et le transformer en ligament avec une vise résorbable mais pense que cela ne tiendra pas a cause de son pied en varus et pense plutôt a une ostéotomie de calcanéum sachant que ma fille espère rentrer en STAPS en septembre. Le chir nous a explique qu elle ne retrouverait pas son niveau de foot actuel mais qu elle pourrait quand même en faire et faire du sport aussi . Que faire? est ce compatible sport et ostéotomie?
    Nous avons consulté un deuxième chir sportif spécialiste pied cheville qui lui ne veux pas parler d ostéotomie du calcanéum. Dit qu elle a le pied en varus mais que ce n est pas impressionnant bref lui propose une ligamentoplastie avec un tendon et la vise résorbable mais pas d ostéotomis car il nous dit qu après plus de foot et plus de sport. Qui croire et que faire? j attends quelques conseils de votre part.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un qui ne lit pas l'avis préalable et n'a pas de prénom. Anonyme (bouh), lorsqu'on lit votre commentaire et sans vouloir remettre en cause quiconque, il apparaît clairement que la prise en charge d'abord de la primo-entorse, puis de l'entorse récidivante n'ont pas été efficientes. Il est en effet capital en traumato d'appliquer les bonnes pratiques de l'école de la Pitié Salpétrière qui préconise que toute prise en charge doit tenir compte de la spécificité du blessé (Quel malade, quelle maladie, quel médecin doit conduire la prise en charge. Pour cela veuillez vous rapportez à l'article du blog consacré à la traumatologie des activités physiques et sportives). A la question: quel malade? il s'agit donc de votre fille, très sportive, pratiquant un sport à risque, nécessitant des appuis et donc de la stabilité articulaire des genoux et de chevilles et qui plus est, se destinant au professorat d'EPS. Cela implique d'être vigilant pour tout ce qui touche aux 2 articulations suscitées et donc d'être particulièrement vigilant sur la prévention d'abord, sur les facteurs favorisants de traumatime: hyperlaxité, trouble statique, etc, puis sur la qualité de la prise en charge en cas de traumatisme, sur le temps de cicatrisation et sur la reprise très progressive. Et lorsqu'une intervention est décidée, il faut privilégier les interventions stabilisatrices (type ligamentoplasties) qui sont un peu plus longues à cicatriser, mais qui sont aussi plus sures qu'une simple intervention de recalibrage sur un ligament distendu ou sur la capsule. Pour en venir à votre fille, si j'avais eu à conseiller une intervention, j'aurais d'emblée conseillé la ligamentoplastie avec un tendon de voisinage (péronier). Maintenant il n'est plus possible de revenir en arrière et si j'avais un bon conseil à vous donner si vous êtes dans la région parisienne, c'est de vous rapprocher d'une grosse pointure de l'orthopédie (en privé le Dr Bohu par exemple et dans le public: le CHU de la Pitié Salpétrière) si vous êtes en province, adressez vous au service d'orthopédie d'un CHU, mes confrères chirurgiens spécialisés seront mieux placé que moi pour savoir si une ostéotomie est nécessaire (à titre personnel je pense que non, mais c'est au praticien le plus qualifié et qui pratiquera l'acte d'en décider. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour,
      j avais bien inscrit mon prénom, andre, mais apparemment mauvaise manipulation de ma part , je m en excuse. Effectivement je pense comme vous, la 1 ere ligamentoplastie (brostrom gould) n était pas assez solide , réalisée le 06 avril 2016 avec reprise activite fin août. Trop tôt d après le 2 eme chir( celui du Medipole) Nous sommes sur Toulouse et nous avons donc pris un 2 eme avis chir avec spécialiste pied cheville au medipole. C est lui qui nous propose la ligamentoplastie avec tendon péronier avant de penser a une ostéotomie, même avec un pied en varus et effectivement une hyperlaxitee. Notre fille a aussi depuis le 31 août des semelles orthopédiques faites par un podologue sportif de Toulouse . Merci pour vos précieux conseils.
      Cordialement
      André R

      Supprimer
    3. Bonsoir André, médipole Garonne a bonne réputation et il y a de très grande chance que votre fils retrouve une cheville stable. Dr LP

      Supprimer
  74. Bonsoir,
    Merci tout d'abord de me répondre aussi rapidement mais malgré vos conseils de prendre contact avec un traumato digne de ce nom,mon fils ne sait pas vers qui se tourner pour avoir des réponses claires.L'IRM est intervenue suite à des douleurs anormales après 5 semaines et je vous en ai donné la conclusion.A votre avis, que faut-il qu'il fasse maintenant pour retrouver sa cheville et surtout quand pourra-t-il rejouer?
    Merci de m'éclairer et de votre disponibilité
    Christine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christine, tout d'abord de quelle région êtes vous? pour que je puisse vous orienter vers un confrère qualifié. Dr LP

      Supprimer
    2. bonjour,je suis de la région de Nice et mon fils a consulté mèdecin du sport et ortho...Si je vous écris,c'est pour avoir une idée précise de la marche à suivre afin de récupérer une cheville efficace....Il ne sait plus qui croire..Pourra-t-il rejouer et quand?
      Merci de lui remonter le moral

      Supprimer
    3. Bonsoir Christine, avant de reprendre le foot, il est important que votre fils consulte un chir du service d'orthopédie du CHU de Nice ou bien sur St Raphaël, vous avez le Dr Olivier Fichez qui est très bien. Il rejouera au foot quand il sera rétabli et c'est à l'un de mes deux confrères de le guider vers une guérison sans rechute. Dr LP

      Supprimer
  75. Bonjour, je m'appelle Jean, j'ai 60 ans et je souffre d'une instabilité de la cheville droite suite a des entorses mal soignées.
    la radiologie montre un important varus tibio astagalien, avec bâillement de l'interligne articulaire a sa partie externe et pincement arthrosique tibio astragalien. Quelle suite envisager? kiné ou opération?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jean, il faut m'en dire davantage: une instabilité signifie que votre pied se tord en permanence et si vous avez en plus une cheville laxe, peut être faudrait -il consulter un orthopédiste, parce que l'arthrose vous guette. Si votre cheville n'est pas laxe, 12 séances de kiné proprioceptive peuvent vous améliorer. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse, ma cheville ne devient douloureuse que quand je marche sur un sol pas plat, sur des cailloux ou que je fais une longue marche. Je vais suivre votre conseil et consulter un orthopédiste et au besoin revenir vers vous pour vous en dire plus.Encore
      merci .

      Supprimer
  76. Bonjour docteur,
    Ma fille de 14 ans est en pôle espoir de volley-ball depuis septembre 2016. Lors d'une séance d'entrainement suite à un choc et une torsion de la cheville, le médecin diagnostic une entorse de Chopart.On lui a donné des anti inflammatoires, dit de se strapper le pied, glacer....La douleur s'est atténuée!!!!! Aujourd'hui on lui explique qu'elle a surement 1 ou 2 ligaments rompus!!!!!!!! aucune immobilisation, pas de béquille! aujourd hui on lui impose le port du botte mais des qu'elle l'a, elle souffre???? nous faisons bientôt une échographie. Je m'interroge sur le fait qu'elle est poursuivit la marche et surtout que dans cette structure de haut niveau....on attende 3 semaines!!! Que me conseillez vous pour soulager, diagnostiquer et soigner cette blessure? Merci d'avance. Cordialement. M. Augé Yannick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yannick, je présume que vous avez lu au moins la partie de l'article qui concerne les entorses du Chopart, je présume aussi qu'il s'agit du Chopart externe, l'entorse du médio-tarse la plus fréquente. Vous avez pu y lire que compte tenu du risque de sinostose et donc d'enraîdissement rapide, mieux vaut ne pas immobiliser. Le béquillage dépend de la douleur à l'appui. tant que c'est douloureux, mieux vaut béquiller. Le protocole Rice est très important aussi les premiers jours. Sur quels éléments s'est on fondé pour dire qu'un ou deux ligaments sont rompus et lesquels?; si c'était le ligament en Y, tout appui aurait été impossible; votre fille étant un espoir du volley, ça ne mange pas de pain de consulter vite un deuxième spécialiste de traumatologie sportive chevronné. Je recommande aussi de laisser le temps à cette entorse de bien cicatriser avant de reprendre le volley et de faire au moins 10 séances de rééducation proprioceptive et de porter dans toutes les activités sportives futures, une bonne chevillère ligamentaire, pour ne pas hypothéquer l'avenir sportif de votre fille. Dr LP

      Supprimer
  77. bonsoir docteur
    Voilà ma petite histoire, après une légère entorse LLE le 16 septembre, j'avais toujours une douleur derriere la maléole intérieur des grande décharge des fois, je suis sous anti douleur "Lamaline" 6/j pour cacher tout sa pour le moment, nous avons pousez les examens sur 1mois et demi (radio, echo, IRM, syntigraphie jusqu'au scanner) qui a révélé une huperfixation de l'articulation calcanéo-cuboïdienne droite en rapport avec une arthropathie dégénératrice post-traumatique.
    Aucun medecin ne c'est me dire que faire pour le moment, ni combien de temps sa va durer pour ce réparer, mise a part donner des anti-douleur pour masquer le mal.(pas de béquille, pas de platre, juste repos)
    Si vous pouvez me répondre a ces interrogations svp
    Que faut-il faire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Steph, quelle pléthore d'images et pas de diagnostic. Je n'arrive pas à comprendre la localisation de vos douleurs séquellaires: "derriere la maléole intérieur". Si vous avez lu attentivement l'article, vous avez pu vous rendre compte que les séquelles post entorse du LLE peuvent être diverses et variées et leur prise en charge spécifique, aussi je vous conseille de vous adresser à un bon spécialiste de la traumatologie sportive (sur Paris et les grandes villes, c'est facile, sinon vous avez le site internet de la société française de traumatologie du sport: SFTS; vous y trouverez pas trop loin de chez vous, des confrères qui excellent dans la prise en charge des traumatismes sportifs. Dr LP

      Supprimer
  78. Bonjour,
    Après être venu chercher des renseignements et d’éventuelles réponses à mes questions, je me suis enfin décidé à les poser directement.
    Voilà ma petite histoire Mi-Juillet de cette année sur mon lieu de vacance, je me suis tordue la cheville en allant à la plage…
    Grosse douleur (Syncopale) avec œdème coté malléole extérieure après une bonne heure assis le temps que la douleur s’estompe, j’ai pu poser le pied au sol et revenir à mon logement en boitant.
    Arrivé sur place, j’ai glacé et surélevé mon pied puis en fin de journée et apparu l’hématome.
    Dans la nuit pas de douleur.
    Le lendemain idem le pied et l’œdème pas plus gonflés.
    Je pouvais conduire et je suis donc allé en pharmacie cherché une attèle que j’ai gardé 15 jours la durée de mon séjour.
    De retour chez moi l’œdème avait désenflé et l’hématome résorbé néanmoins un empâtement était toujours présent en avant de la malléole externe avec les douleurs et raideurs qui vont avec.
    De là, je suis allé passer une radio et là verdict petit arrachement osseux au niveau du LTFA.
    Le médecin m’a dit de porter une chevillière ligamentaire puis 10 séances de Kiné .
    Une fois les séances terminées et avec validation du kiné et médecin j’ai repris en douceur mon activité sportive mais toujours avec un petit empâtement présent et là au bout de 10 jours douleur sur le côté extérieur du mollet.
    Écographie et bilan ténosynovite des tendons fibulaires dans leurs passage rétro et sous malléolaires.
    Voila, j'ai lu plein de choses sur le sujet de tout et n'importe quoi...
    Voici ma question où plutôt mes questions .
    Cette ténosynovite est dû à une mauvaise prise en charge de l'entorse au départ ?.
    Une suite logique post entorse ?.
    Une reprise trop précoce?.
    Comment traiter cela, je mets de la crème anti-inflammatoire mais rien n'y fait..
    Merci de vos éclaircissements.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez sans doute pas lu l'avis préalable. Dr LP

      Supprimer
  79. Bonsoir,
    Effectivement Mr Debris David âge 42 ans .
    Cordialement

    RépondreSupprimer