Préalables à lire par tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait, et c'est la moindre des choses au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée (sans ces deux préalables, l'auteur ne répondra à aucune question +++++).

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images mais une symptomatologie clinique +++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs ++, avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement et ce uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des réseaux sociaux (facebook, messenger ou linkedin) ou par téléphone ou boite mail +++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat, potentiellement source de dérives +++.

Avis à lire par tous les lecteurs:

Les premiers articles du blog "Un médecin du sport vous informe" datent de 2013, mais la plupart des articles sont mis à jour pour pouvoir coller aux progrè médicaux. Ce blog inter-actif répond à la demande de nombreux confrères, kinésithérapeutes, étudiants en médecine et en STAPS, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout le long de ma vie professionnelle, auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, ces images seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants, qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog majoritairement consacré à la traumatologie sportive, est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale. Toutefois dans le sport de haut niveau et guidé par la clinique, l'imagerie moderne est incontournable : radiographie conventionnelle, système EOS en trois dimensions pour les troubles de la statique rachidienne, échographie avec un appareillage moderne et des confrères bien formés, scanner incontournable dans tous les problèmes osseux et enfin IRM 3 Tesla, le Tesla étant l'unité de mesure qui définit le champ magnétique d'un aimant; plus le chiffre de Tesla est élevé et plus le champ magnétique est puissant ("à haut champ") et plus les détails des images sont fins et la qualité optimale.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne. Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et Fédération Française d’Athlétisme.

vendredi 26 avril 2013

l'hémi-négligence (négligence spatiale unilatérale)

L'hémi-négligence (HN) correspond à un trouble cognitif comportemental visuo-spatial centré sur l'espace corporel, extra corporel et l'objet imaginé, généralement dû à une lésion étendue de l'hémisphère encéphalique mineur : le plus souvent le côté droit du cerveau), qui s'accompagne donc d'une hémiplégie gauche et parfois d'une hémi-anopsie latérale homonyme (perte du champ visuel du côté opposé à la lésion (et du même côté gauche pour les deux yeux). Le schéma ci dessous est très significatif : lorsqu'on demande à une personne atteinte d'une HN de reproduire les dessins d'une fleur, d'un cube et d'une maison (partie haute du dessin), elle le reproduit en dessous en négligeant tout le côté gauche (partie basse du dessin). 


copie de dessins


Cliniquement
Alors qu'il n'a aucun trouble sensitivo-moteur, un hémi-négligent peut paraître complètement paralysé du côté gauche et se conduit comme si la partie gauche de son corps et de son espace extra-corporel n'existait plus pour lui. Son hémi-corps gauche est désinvesti et son hémi-corps droit est surinvesti.
Le trouble comportemental de l'hémi-négligence  n'a pas que des conséquences visuelles, c'est aussi un trouble global qui touche le corps, les informations sensitives qui lui parviennent et la motricité qui en repart vis à vis de l'espace extra corporel.


dessin d'une horloge (le côté gauche est négligé)


Au maximum, l'hémi-négligent se détourne de l'espace gauche et tourne sa tête vers la droite. Pour des lésions cérébrales moins massives, lors des reproductions de dessin, le malade néglige toute la partie gauche du dessin. 
dessin d'une fleur



La négligence est un trouble de la pensée spatiale : schémas ci dessus.
1A : tarte aux pommes réalisée par une patiente souffrant d’une héminégligence gauche : la patiente a omis de disposer des tranches de fruit sur la partie gauche du moule. Mais on observe aussi une disposition anarchique des tranches sur la moitié droite. Ces deux anomalies reflétant la difficulté de la malade à se représenter et à utiliser correctement l’espace.
1B : dessin de l’horloge réalisé par un patient héminégligent gauche. Les nombres indiqués sont localisés uniquement sur la moitié droite du dessin.
1C : Evocation mentale de la carte de France chez un patient héminégligent gauche. Les ronds noirs indiquent les villes que le patient a été capable de citer « de voir dans sa tête » en un temps limité à deux minutes et les lignes noires l’ordre d’évocation. La figure montre que les villes énumérées sont localisées uniquement sur la moitié droite de la carte, témoignant ainsi de l’existence d’une négligence représentationnelle gauche. Dans les trois figures précédentes, c’est la partie gauche de l’espace extracorporel ou imaginé qui est négligé, c'est-à-dire la partie de l’espace située du côté opposé à la lésion cérébrale.
Dans le test de barrage : lorsqu'on lui demande de cocher un certain nombre de traits il néglige tout ce qui est situé à sa gauche.
L'HN est donc à la fois un trouble attentionnel sensoriel, intentionnel moteur et cognitif comportemental. La récupération est spontanée en 6 mois mais incomplète en particulier du trouble attentionnel.
Le diagnostic différentiel 
L' hémianopsie latérale homonyme gauche, parfois associée à l'hémi-négligence; c'est souvent difficile à différencier.

Perte du champ visuel gauche (hémi-anopsie latérale homonyme gauche)

Hypothèse explicative
Ce serait un trouble de l'attention soutenue de la mémoire de travail de Baddelay avec un administrateur central qui contrôle et coordonne les 2 systèmes aveugles: la boucle phonologique et surtout le calepin visuo-spatial pour les entrées visuelles qui sont touchées.



La rééducation 
Elle fait appel à l'attention soutenue:
- en pointant des cibles de plus en plus vers le côté gauche
- en utilisant des lunettes à prisme qui dévient vers la gauche ( JM Beiss Nancy), avec circuits horaire et anti- horaire.
On  associe une rééducation de la posture et de la dysgraphie spatiale de l'écriture.
Sur le plan médicamenteux, on donne parfois de la Guanfacine (alpha2 agonisiste).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire