Préalables à lire par tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait, et c'est la moindre des choses au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs ++, avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement et ce uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) ou par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat, potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout le long de ma vie professionnelle, auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, ces images seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants, qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog majoritairement consacré à la traumatologie sportive est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale et repose sur une triple démarche:

1 - une bonne analyse des symptômes que rapporte le patient qui doivent d'emblée évoquer un certain nombre de diagnostics plausibles.

2 - la recherche de signes cliniques dont la cohérence entre eux et la cohérence avec les données de l'interrogatoire permettent d'approcher de façon encore plus précise le diagnostic lésionnel.

3 - la nécessité de faire concilier les données de l'anamnèse et de l'examen avec les renseignements fournis par les bilans d'imagerie que le patient a déjà en sa possession ou en demander de nouveaux qui seront toujours guidés par les renseignements provenant de l'évaluation clinique (Jacques Rodineau).

Mais il faut en convenir, l'imagerie moderne a pris une place considérable dans la médecine moderne (échographie, scanner, IRM), mais prescrite à tort et à travers, en plus d'être inutile et couteuse en terme de dépenses de santé, elle se substitue trop souvent à la clinique et par excès de sensibilité, elle risque de ne pas être en cohérence avec la symptomatologie.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne. Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Articles les plus consultés et à juste titre: traumatologie du poignet et de la main, les lombalgies, dont la lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres à titre préventif, les cervicalgies, les dorsalgies, le syndrome du défilé thoraco-brachial, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied, des métatarsiens et des sésamoïdes du gros orteil.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

mercredi 13 mars 2013

la maladie de Scheuermann ou cyphose douloureuse des adolescents.

La maladie de Scheuermann ou cyphose douloureuse des adolescents.
La maladie de Scheuermann est une dystrophie rachidienne de croissance des plateaux vertébraux thoraciques et ou lombaires, de la famille des ostéochondroses épiphysaires. Ce n'est pas une maladie héréditaire, mais elle a  un aspect familial. Elle apparaît à l'adolescence (cyphose des adolescents) et confère  au dos son aspect voûté. 


La maladie semble se développer sous l'action de facteurs environnementaux : postures maintenues et activités sportives. Des études expérimentales ont montré que des contraintes répétés sur les cartilages de croissance vertébraux induisent des lésions de dystrophie de croissance.D'autres études ont montré qu'il y avait 4 fois plus de lésions de dystrophie de croissance chez les sportifs de haut niveau que chez les témoins sédentaires.
Il est également prouvé que la fréquence de la dystrophie est augmentée chez les jeunes gymnastes et dans les sports de lutte.
Une autre étude portant sur 2270 enfants, a montré une corrélation entre angle de cyphose thoracique et le nombre d’heures d’entraînement, les plus grandes valeurs de cyphose étant observées chez les gymnastes.
Signes d'appel
Essentiellement la douleur, de type mécanique, calmée par le repos et majorée à l'effort ( port du cartable, pratique sportive intensive comme vu plus haut, en fin de journée, mais sans entraver le sommeil).
Important: aucun signe fonctionnel: fièvre, fatigue, appétit, modification du poids de corps
Signes d'examen
- inspection: de face et de dos: aspect habituel avec aucune répercution sur les lignes des épaules, des pointes d'omoplate , de la taille , bi iliaque, des fossettes de Michaléis, des EIAS.
 L'aspect de profil est évocateur : hyper cyphose +++ (voussure dorsale) plus ou moins étendue avec hyperlordose compensatrice.
- mobilités: avec un signe majeur: la raideur rachidienne en antéflexion (DDS) mais sans gibbosité et en extension avec impossibilité à se tenir droit.
- recherche de signes négatifs importants : aucun signe cutané ou neurologique.
Diagnostic de certitude par les radiographies de profil:
1- cunéisation antérieure de 5° au moins sur un minimum de 3 vertèbres
2 - aspect feuilleté des plateaux vertébraux
3 - nodules de Schmorl (hernies intra spongieuses) à un stade évolué.

                                                      

                                                              

                                                            


TRAITEMENT 
1/FONCTIONNEL dans les formes peu étendues cela passe chez les jeunes sportifs par l'arrêt momentané mais qui peut aller jusqu'à la fin de la croissance, de la pratique délétère 
(gymnastique, lutte , judo, haltérophilie, rugby, musculation).
2/ ORTHOPEDIQUE PAR CORSET OU PLÂTRE
Dans les indications orthopédiques , la prise en charge et le suivi relève d'un praticien spécialisé: MPR ou chirurgien orthopédiste avec adhésion à la démarche thérapeutique par l'adolescent et sa famille et éducation thérapeutique comme dans le traitement orthopédique des scolioses structurales idiopathiques.
Objectifs: diminuer l'hyper-cyphose thoracique, en atténuant la surcharge mécanique de la partie antérieure des corps vertébraux. Cette décharge est censée favoriser la reprise d'une croissance normale sur la partie avant des vertèbres et de diminuer le mécanisme de cunéiformisation. Le corset est laissé jusqu'à la fin de la croissance de la colonne vertébrale.
Corsets de différents types

                                                                  


                                                               


                                                           

                                                               


TRAITEMENT CHIRURGICAL.
L'indication est posée par le chirurgien orthopédiste et concerne les voussures importantes et les formes très enraidissantes qui engagent le pronostic fonctionnel.
La correction de l'hyper-cyphose thoracique passe par une arthrodèse vertébrale de libération d'un enraidissement en mauvaise position qui corrige l'équilibre de profil au prix d'un sacrifice de mobilité.
Cette chirurgie délicate se fait  en 2 temps: un 1er temps opératoire par voie antérieure pour enlever les disques inter-vertébraux lésée et un 2ème temps par voie postérieure pour arthrodéser les vertèbres entre elles avec greffe osseuse et ostéosynthèse.
KINESITHERAPIE
La kinésithérapie doit être associée au traitement qu'il soit médical ou chirurgical.

17 commentaires:

  1. elaine desmarais md10 septembre 2015 à 21:54

    Merci pour ces informations constructives. Que suggérez-vous comme sport (activité physique) pour les cas légers : vertèbres limbiques avec lombalgie chez un jeune de 14 ans ayant développé cette symptomatologie sur le trampoline (2hrs/sem). Est-ce que le jogging est à proscrire? et la natation? particulièrement avec la brasse et le papillon? combien de temps d'arrêt sans symptôme recommandez-vous avant de réintroduire progressivement le sport en cause? merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hélène; pas question d'interdire à votre gamin quoi que ce soit, mais je vous rappelle que cette dystrophie de croissance peut entraîner une cyphose importante et il faut donc travailler les muscles posturaux et traiter la douleur si besoin et bénéficier d'un suivi médical et radiologique régulier; pour cela il serait intéressant qu' à côté du jogging et de la natation, il puisse faire un sport type aviron ou du rameur sur appareil concept 2 en salle de sport régulièrement. Dr LP

      Supprimer
  2. Est-ce que je comprends que vous n'interdiriez pas le trampoline?
    vous suggérez le rameur pour renforcer les muscles dorsaux thoraciques?
    ses vertèbres limbiques sont L2 et L3.
    merci . ED

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous remarquerez Mr l'inconnu, que je n'ai pas cité le trampoline, laissant le soin à mes confrères orthopédistes et radiologues qui suivent ce garçon de 14 ans de se prononcer sur la poursuite de sa pratique assez agressive pour le rachis.
      Quant au rameur sur appareil concept 2, sa pratique régulière est excellente chez les rachialgiques avec bénéfices sur la posture et la condition physique dans les cas ou la pratique de l'aviron n'est pas possible.
      Si vous avez d'autres solutions ou une expérience intéressante sur la prise en charge de cette dystrophie de croissance rachidienne qualifiée de légère et si elles peuvent être utile à tous les lecteurs de ce blog, exprimez vous sans à priori. Dr LP

      Supprimer
  3. Bonsoir,
    Mon fils de 13,5 ans vient d'être déclaré ayant la maladie de scheuermann.
    Il faisait du basket depuis deux ans et prenait un grand plaisir.
    Il n'est pas bien du tout actuellement avec l'arrêt du sport qui pratique 3 fois par semaines.
    Pensez vous qu'il puisse faire l'escalade ?
    Eric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Eric, si vous avez bien lu l'article, les sports les plus délétères sont la gymnastique, la lutte , le judo, l'haltérophilie, le rugby, la musculation. Pour les autres, ça se discute en fonction de la gène douloureuse ressentie. Je ne pense pas que le basket soit particulièrement agressif si votre fils fait l'objet d'un bon suivi médical. Pour l'escalade, idem. L'essentiel est de bien surveiller la colonne vertébrale jusqu'à la fin de la période de croissance. Un sport qui pourrait convenir à votre fils serait l'aviron et si l'environnement ne s'y prête pas, vous pouvez investir dans un rameur, les meilleurs sont les Concept 2 qui équipent les salles de sport. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci Louis pour vos conseils.
      Nous allons lui faire comprendre pour le moment que cela est pour son bien et que nous alors trouver un sport adapté à son envi de faire du sport.
      3 ans sans sport c'est que cela qu'il a retenu. ....ça va pas être simple mais comme on dit "il y a pire"
      Merci encore
      Bonne soirée.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. bonjour jai 26 ans et une hernie intraspongieuse, quels sont les traitements à suivre ? Je fais de la kiné, pour le moment mais j'ai très peu d'informations concernant ce mal de dos et sa gravité notamment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, vous dîtes avoir très peu d'informations sur les hernies intra-spongieuses, je pense que l'on peut vous retourner le compliment, vous ne précisez ni votre âge, ni si vous êtes sportifs, ni si le diagnostic de maladie de Scheuermann a été, ni si vous avez consulté un orthopédiste spécialiste du rachis ou un médecin MPR. L'article sur le blog est écrit simplement et il suffit de le lire attentivement pour comprendre. Dr LP

      Supprimer
  5. Bonjour, Arnaud 32 ans 1,90m 80kg
    Je souffre du dos depuis 4/5 ans
    Séquelle de maladie de scheuermann, une jambe gauche plus grande de 1,7cm du coup basculement du bassin avec la couverture du fémur pas complete et une 6eme lombaire (non soudée au bassin)
    J'ai eu plus de 100 séances de kiné aucuns résultats, des semelles orthopédiques, arrêt du sport (je fesais foot basket en club et vtt kayak course a pied en loisir) anti inflammatoire mais rien n'y fait :-(
    J'ai toujours ce coup de poignard dans le dos surtout quand jeternue
    Avez vous des conseils ou une solution? Un centre de traitement des douleurs lombaires ou autres j'en peux plus...

    RépondreSupprimer
  6. Douleurs situées au niveau des lombaires au bas du dos

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Arnaud, je vous conseille de lire attentivement l'article consacré aux lombalgies et vous y trouverez des solutions pour votre problème. Dr LP

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour à vous,

    Je viens de découvrir cette maladie ressemant à mes 50 ans après des douleurs atroces accompagnées de sciatique etc..., je suis en plein bilan et inspections médicales, ce qui m’inquiète c'est que mon employeur souhaite m'envoyer à 2h30 de mon lieu de travail qui se trouve juste à coté de mon domicile ce qui est très contraignant pour moi à savoir prendre plusieurs transports ce qui m'est contre indiqué, alors ma question est de savoir est ce qu'il y a un dispositif juridique dans la loi de travail et est ce que l'on peut être qualifié d'handicapé partiel par la medecine de travail afin de rester à mon poste actuel quels sont les dispositifs ?

    Merci de votre retour
    Ryad Kassab
    rkassafl@hotmail.fr

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Ryad, je doute que vous ayez une maladie de Scheuermann qui ne concerne uniquement que les adolescents; quoiqu'il en soit, vous présentez des lombalgies chroniques (rapportez vous à l'article du blog consacré aux lombalgies) avec lombo-sciatique et si vous occupez un poste de travail à risque, vous avez toujours la possibilité par certificat médical documenté de votre médecin traitant, de faire une demande de maladie professionnelle (MP) et parallèlement si votre requête de MP est prise en compte par votre caisse d'assurance maladie, vous pouvez adressez un autre certificat adressé à la médecine du travail, indiquant que vous relevez d'un poste de travail adapté à votre handicap. Dr LP

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour
    J'ai 49 ans, je fait 58 pour 47 kilos.
    J'ai appris en avril 2016 que j'ai eu enfant la maladie de Scheurmann.
    Mon père ne le savait pas.
    Ma mère est décédée
    Ce dont je me souviens : Enfant des 8 ans je prenais de grosses pastilles de calcium. A 11ans j'ai eu une cruralgie suite a un cours de danse classique. Je pratiquais une fois par semaine depuis 3 ans. Il a été diagnostiqué à ce moment là un problème en S1L5 et L4 et une scoliose. J'ai fait beaucoup de kiné adolescente et eu des cures de calcium et vitamine D. j'ai été dispensée de sport a l'ecole et n'ai rien pratiqué jusqu'a mes 18 ans ou j'ai décidé de me payer des cours pour apprendre à nager la brasse et le dos crowlé.
    Je n'ai rien pratiqué jusqu'a mes 33 ans oùj'ai repris la natation, la brasse coulée 1 km une fois par semaine. Puis de 38 ans à 43 j'ai courru 2 fois par semaine 5 km. Suite a probleme d'aponévrose plantaire et tendon d'achille j'ai arrèté. J'ai commencé le yoga 1h30 par semaine. Cours doux.
    J'ai commencé a avoir mal aux dorsales en 2011 surtout en posture assise derrière un ordinateur. Un burn out et ses douleurs m'ont décidé a suivre une formation de yoga pour devenir enseignant. Je suis les cours depuis 3 ans pour devenir prof de yoga a raidon de 3 a 10 heures par semaine et continue a travailler 8 heures par jour dans un bureau + 2 h de transports.
    J'ai de plus en plus mal aux dorsales et cervicales comme des aiguilles dans le dos. Est ce le symptome d'hernies interspongieuses ? Il a été diagnostiqué une discopathie étagée des cervicales aux dorsales.
    Je ne supporte pas les anti inflammatoires prescris par mon généraliste, ni le colchimax ni le toprazol prescrits ensuite par le rhumatologue. Je cumule les mini arrêts de travail. J'ai appris il y a 2 semaines que cette maladie est de l'arthrose précoce et que mon taux de vitamine D était inférieur au taux de carence. Et que pour l'arthrose il n'y a pas vraiement de traitement.
    Est ce que la carence en vitamine D aurait fragilisé mes vertèbres et expliquerait ces douleurs ?
    Est ce que les douleurs d'aiguilles ressenties au niveau de la colonne sont des symptômes d'hernies spongieuses ?
    Mon kiné me propose des postures d'extension, j'en fait aussi en yoga. Sur le moment cela me soulage puis les douleurs empirent. Dois je poursuivre ce sens du mouvement de la colonne vertébrale?
    Avez vous un specialiste a me conseiller sur Paris et Région parisienne ? Je n'ai pas l'impression d'être soutenue. Est ce que vous penser qu'in fauteuil ergonomique adaptée a ma morphologie m'aiderait à travailler dans de meilleure conditions ? Que pensez vous des compléments alimentaires et que pensez vous de la nutrition comme aides ? Le yoga serait il aussi a remettre en cause ?
    A vous lire Docteur
    Merci par avance
    Patricia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Patricia, vous n'êtes pas ou plus dans le contexte d'une maladie de Scheuermann qui affecte les jeunes adolescents, mais dans le cadre de dorsalgies. Pour atténuer ces dernières, vous pourriez vous rapprocher d'un service de MPR hospitalier, par exemple celui de Cochin qui vous prendra en charge dans le cadre d'une restauration fonctionnelle du rachis. Dr LP

      Supprimer