Préalables pour tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- aux visiteurs Anonymes qui posent des questions, l'auteur précise qu'il ne répondra que s'il y a, et c'est la moindre des choses, au moins un prénom, que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée et que la demande d'information si possible, pertinente, concise et bien formulée, contienne des renseignements cliniques: on ne soigne pas des images, mais une symptomatologie clinique.

- le plus souvent les questions posées sont redondantes et l'auteur a déjà donné la solution ou le bon conseil; il est donc recommandé avant de poser une question, de lire attentivement les commentaires qui font suite aux articles.

- si un article vous donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article), certains (très peu) d'entre vous le font, ça ne mange pas de pain et c'est un encouragement pour l'auteur à sans cesse améliorer la qualité des articles, ce qui n'est jamais une mince affaire.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous, sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer et éduquer les lecteurs avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement, uniquement par l'intermédiaire du blog et non par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) et encore moins par téléphone ou boite mail.

- ce blog d'information ne peut pas être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction ou agressivité envers quiconque ou d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives. Merci de respecter ces principes et aussi de ne pas se cacher derrière un anonymat potentiellement source de dérives.

Avis à tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout au long de ma vie professionnelle auprès d'enseignants remarquables, connaissances que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, qui sont devenues par la force des choses, la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, elles seront retirées. Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, toutefois il n'est pas question de tergiverser ou de se taire quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog est majoritairement consacré à la traumatologie sportive. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. S'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale et répose sur une triple démarche (Jacques Rodineau):

1 - une bonne analyse des symptômes que rapporte le patient qui doivent d'emblée évoquer un certain nombre de diagnostics plausibles.
2 - la recherche de signes cliniques dont la cohérence entre eux et la cohérence avec les données de l'interrogatoire permettent d'approcher de façon encore plus précise le diagnostic lésionnel.
3 - la nécessité de faire concilier les données de l'anamnèse et de l'examen avec les renseignements fournis par les bilans d'imagerie que le patient a déjà en sa possession ou en demander de nouveaux qui seront toujours guidés par les renseignements provenant de l'évaluation clinique.

Malgré tout, j'en conviens, l'imagerie moderne a pris une place considérable dans la médecine moderne (échographie, scanner, IRM). Mais souvent prescrite à tort et à travers, elle tend de plus en plus à se substituer à la clinique. Dans un certain nombre de cas, à cause d'une trop grande sensibilité, elle manque de spécificité (scintigraphie) et donne un certain nombre de faux positifs. Inversement il y a un certain nombre de faux négatifs comme par exemple dans les tendinopathies d'épaule où en l'absence de parallélisme anatomo-clinique, les lésions dégénératives qui peuvent aller jusqu'à la la rupture et qui sont croissantes avec l’âge, ne sont pas toujours symptomatiques et suggèrent une progression lésionnelle au cours du temps.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes, actuellement dirigée par son fils le Dr Jean Yves Maigne.

Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Un million de visiteurs depuis le samedi 16 avril 2016. Si j'ai pu rendre service à quelques uns, ma satisfaction n'en sera que plus belle. Articles les plus consultés et à juste titre: traumatologie du poignet et de la main, les lombalgies, dont la lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres à titre préventif, les cervicalgies, les dorsalgies, le syndrome du défilé thoraco-brachial, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied.
Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

lundi 24 février 2014

Désinsertion musculo-aponévrotique du muscle jumeau interne du mollet (Tennis Leg).

A la fois volumineux et très puissant, le Triceps sural et ses 3 chefs musculaires: le Soléaire en profondeur et les muscles Jumeaux (Gastrocnémiens) interne et externe en superficie est le muscle qui anatomiquement donne son galbe au mollet et physiologiquement intervient à la fois dans le maintien de la station debout et la propulsion des membres inférieurs.
Extrêmement sollicité dans la pratique sportive: activités de course, d’impulsion, de démarrage, de changements de direction, de sauts, il peut se désinsérer partiellement ou totalement par décollement de ses fibres musculaires entre en arrière sa partie profonde le Soléaire et en avant et en dedans sa partie superficielle le Jumeau interne; le décollement sera comblé par un hématome. 
Fréquente chez le joueur de Tennis de la quarantaine, cette lésion de désinsertion dont la gravité est proportionnelle à l'importance de la déchirure aponévrotique et de l'hématome qui viendra combler l'interstice laissé par le décollement, a reçu l'appellation de Tennis Leg (jambe du joueur de tennis). On la rencontre également en football, au squash, au badminton et en course à pied.




Mécanisme lésionnel
C'est la résultante d’un conflit entre le chef mono-articulaire soléaire et le chef poly-articulaire jumeau interne qui s’insère par l’intermédiaire d’une lame tendino-aponévrotique commune aux 2 chefs musculaires. La lésion résultant d’un mécanisme d'étirement brusque, mais pas toujours, avec asynchronisme articulaire (extension du genou et flexion dorsale de cheville). 
Elle survient chez le sportif soit à froid sur un muscle non échauffé, ou à chaud sur un muscle fatigué et même chez tout un chacun dans la vie de tous les jours.


Symptomatologie immédiate et conduite à tenir
      La douleur est d’emblée violente voire syncopale avec parfois claquement audible, accompagnée d’une impotence fonctionnelle totale. Si l'évaluation clinique est immédiate et comparative, l'examinateur constate un segment jambier tendu et perçoit la masse rétractée du muscle Jumeau interne qui surplombe une encoche rapidement comblée et masquée par un hématome fluctuant, tandis que la palpation soigneuse du tendon d'Achille s'avère infructueuse, le tendon ne présentant lui, aucune encoche (à savoir quand même qu'avec une rupture du tendon d'Achille qui est le principal diagnostic différentiel, la douleur est fulgurante, mais passé les premières minutes, la marche à plat est possible et l'indolence devient rapidement totale). La recherche des 2 autres signes musculaires: étirement passif et contraction isométrique contre résistance est punitive et nous la déconseillons car source de vives douleurs.  
     Une imagerie en post traumatique immédiat n'est pas nécessaire et le plus pertinent est d'appliquer immédiatement le protocole thérapeutique Rice ou Grec: Glacage, Repos relatif avec béquillage à l'aide de cannes anglaises de quelques jours, Elévation (mise en position déclive favorisant le drainage de l'hématome, Compression ++  avec mise en place d'une bande de contention grade 2 qui part des orteils jusqu'au genou et portée en permanence les 10 premiers jours.
Diagnostic de gravité par l'imagerie
     La gravité de la lésion étant corrélée à la désinsertion aponévrotique et à la persistance de l'épanchement liquidien, c'est l'imagerie grâce à l'échographie qui sera décisive. Elle permet de distinguer les désinsertions partielles qui seront traitées comme des déchirures stade II, et les désinsertions totales qui seront traitées comme des ruptures.  
     Nos confrères radiologues du sport du DU de la Pitié Salpétrière, conseillent de  pratiquer l'échographie entre le 8ème et 10 ème jour.
  

Comme il ne s'agit pas d'une lésion en pleine masse musculaire mais d'une désinsertion musculo-aponévrotique vraie entre le secteur profond et superficiel du mollet, zone de mobilité et de glissement entre le plan musculaire superficiel (jumeau interne) et le plan profond (soléaire), le problème est de savoir quelle est l'importance du décollement profond et s'il existe ou non un hématome en voie d'organisation et de liquéfaction. L'utilisation de sondes à hautes fréquences permet une analyse fine intramusculaire et des adhérences musculo-aponévrotiques (Dr Folinais): la poche de décollement entre jumeau interne et soléaire, se traduit pas une masse hypo-échogène liquidienne, ovalaire dans le plan transversal, fusiforme dans le plan sagittal, et s'étendant parfois très haut jusqu'à la jonction diaphyso-métaphysaire tibiale supérieure et dont le volume peut varier de 30 cc à 200 cc qu'il faut ponctionner et surveiller afin d'éviter la survenue d'un pseudo-kyste cloisonné que l'on peut prévenir en faisant suivre la ponction d'une infiltration de 5 cc d'hydro-cortancyl 125 mg.

La guérison en échographie, s'effectue sous la forme d'une zone iso-échogène.
L'IRM est un examen d'exception dans cette pathologie, à faire en  deuxième intention, et seulement en cas d'échec de l'échographie. 
Le diagnostic différentiel est la rupture du tendon d'Achille, de diagnostic essentiellement clinique avec ses 5 signes (se rapporter à l'article sur les tendinopathies et ruptures du tendon d'Achille) que tout bon praticien de médecine du sport sait cliniquement différencier.
Le traitement est celui de tout accident musculaire 
Il est médical dans une majorité des cas et ne se différencie pas de celui d'un accident musculaire classique. Il peut parfois être chirurgical en fonction de l'importance de l'hématome qu'il faut réduire au maximum en appliquant le protocole Grec en post traumatique immédiat: 
- G comme glaçage++
- R comme repos relatif avec béquilles
- E comme élévation du membre lésé avec position déclive dans le lit
- C comme compression par une bande de compression de grade 2 des orteils jusqu'au mollet à porter une bonne dizaine de jours.
Si l'hématome est important ne pas hésiter à le ponctionner comme le recommande notre confrère Folinais en complétant la ponction par une injection d'hydrocortancyl.
La reprise de la marche est fonction de la douleur résiduelle. Elle doit être précoce avec l'aide de béquilles pour alléger l'appui et dans le respect de la douleur.  
La Kinésithérapie doit précéder la reprise sportive
Une kinésithérapie de rééducation à la marche en cas de gène fonctionnelle, d'étirements du triceps, de massage transverse profond et de travail actif du triceps en concentrique, puis en excentrique est recommandée (10 séances).
La reprise du sport et en particulier de la course à pied et des sports collectifs va dépendre de l'importance de l'hématome et va de 3 à 4 semaines jusqu'à plusieurs mois si l'hématome persiste. Cette reprise du sport doit être précédée d'un testing musculaire par le médecin et la triade musculaire doit être négative à la contraction résistée, à l'étirement et à la palpation. 
Une échographie en cas de doute clinique est parfois nécessaire; elle doit mettre en évidence une  zone iso-échogène. 
Natation, vélo sans forcer, rameur sur appareil Concept 2 sont possibles précocement en se guidant sur la douleur
Un traitement chirurgical est parfois nécessaire en cas de complications ou pour évacuer un volumineux hématome ou s'il persiste après ponction.
NB: l'important comme toujours en traumatologie sportive est de bien traiter la lésion primaire sous peine de complications secondaires à type de récidives, calcifications, pseudos-kystes, etc. Certaines de ces complications relèvent de la chirurgie.

217 commentaires:

  1. bonjour,
    J'espère poser ma question au bon endroit :pourriez vous me renseigner sur des déchirures musculaires à répétions. 1ere 3 novembre 2014 puis 3 février 2015 puis 8 mai 2015 et là 15 décembre 2015. Je n'ai jamais récupéré entre toutes sauf là ou je commençais à me sentir mieux pour marcher. Cela concerne le jumeau interne de la jambe gauche avec desinsertion musculo aponevrotique. Je vais au kiné 1 fois par semaine. Je suis découragée et je me demande si un jour je pourrais reprendre les randonnées. Pourquoi ça ne tient pas ? Merci de vos conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Ani, apparemment vu le nombre de récidives, il doit y avoir une lésion résiduelle qui entrave la cicatrisation. Il faut l'individualiser par une bonne imagerie (Echo, IRM) et en suite la traiter chirurgicalement. Consultez vite un bon chirurgien orthopédiste qui a l'habitude des sportifs.

      Supprimer
  2. Bonsoir, je viens de consulter un médecin généraliste (différent de mon médecin traitant car lui n'a pas bougé depuis 1 an) qui m'a prescrit une IRM et conseillé un médecin physique réadaptation sur la région parisienne qui s'occupe de sportifs de haut niveaux. J'espère trouvé une solution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ani, c'est un chir que vous devez consulter en priorité et non un MPR. Dr LP

      Supprimer
  3. Bonsoir,
    J'ai 42 ans, professeur de judo et pratiquant le handball en loisir. Il y a 6 jours en fin d'entraînement sur une course je ressent une douleur vive au mollet qui m'oblige à me coucher par terre. Marche quasi impossible. Douleur ++. Passage aux urgences qui pensent avoir à faire à un claquage et qui me prescrivent une échographie que j'ai passé il y a deux jours. Le radiologue en 1 petite minute m'annonce qu'il n'y a rien......quoi penser, que faire? Sachant que je suis en béquilles car je n'arrive toujours pas à marcher sans et que mon médecin traitant m'a mis en arrêt de travail en me disant qu'il pensait à un tennis leg. Me voilà un peu perdu.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Benoit, pas de panique, votre histoire clinique évoque bien un tennis leg. Vous referez une échographie idéalement vers le 10ème jour chez un autre radiologue en attendant appliquer rigoureusement le protocole RICE ou GREC. Relisez bien l'article, il est écrit ceci:"Une imagerie en post traumatique immédiat n'est pas nécessaire et le plus pertinent est d'appliquer immédiatement le protocole thérapeutique Rice ou Grec: Glacage, Repos relatif avec béquillage à l'aide de cannes anglaises de quelques jours, Elévation (mise en position déclive favorisant le drainage de l'hématome, Compression ++ avec mise en place d'une bande de contention grade 2 qui part des orteils jusqu'au genou et portée en permanence les 10 premiers jours.
      Diagnostic de gravité par l'imagerie. La gravité de la lésion étant corrélée à la désinsertion aponévrotique et à la persistance de l'épanchement liquidien, c'est l'imagerie grâce" à l'échographie qui sera décisive. Elle permet de distinguer les désinsertions partielles qui seront traitées comme des déchirures stade II, et les désinsertions totales qui seront traitées comme des ruptures. Nos confrères radiologues du sport du DU de la Pitié Salpétrière, conseillent de pratiquer l'échographie entre le 8ème et 10 ème jour." Dr LP

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour votre réponse rapide. En effet depuis les premiers moment j'applique le protocole GREC, que je connaissais déjà. Seulement, étant éducateur sportif je sais qu'il est important d'être bien suivi dans ce style de lésions traumatiques et habitant le Lot( véritable désert médical), j'ai peur de passer à côté de quelque chose.... Je pense me tourner dès demain vers un médecin du spot en Corrèze et donc demander à repasser une échographie vers le 10eme jour.
      Autre chose m'étonne. J'ai deux zones de douleurs. Une première au niveau de la face haute du jumeau interne(qui correspond donc bien au tennis leg). Et une deuxième bien plus profonde au centre haut du mollet derrière les jumeaux( endroit où j'ai eu plusieurs fois de fortes contractures ). Et c'est à cet endroit qu'au départ j'ai senti quelque chose qui m'a obligé à me coucher au sol. Pouvez vous m'en dire un peu plus?
      Encore merci pour tout.

      Supprimer
    3. Bonsoir Benoit, si je vous avais sous la main, il me serait facile de vous en dire davantage; de toute façon, le plus important est d'appliquer le protocole Grec à la lettre; l'imagerie au 10ème jour sera plus explicite et guidera la prise en charge ultérieure. Comme vous êtes prof de judo et handballeur, il serait peut être plus judicieux de prendre rendez vous avec le service de médecine du sport du Pr Rivière au CHU de Toulouse (hôpital Larrey) et si possible de ma part avec le Dr GLEIZES-CERVERA Sophie. Dr LP

      Supprimer
    4. Merci pour tous ces renseignements. Je vous tiendrai au courant de la suite des événements.

      Supprimer
    5. Bonjour,
      J'ai finalement réussi à obtenir un rendez vous pour une échographie vendredi prochain. Cela correspondra au 10eme jour suite à l'accident. Je marche un peu mieux(avec les béquilles), mais les déplacements au lever le matin sont toujours assez difficiles et douloureux. Je vous tient au courant pour la suite.

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Le verdict est tombé apres l'échographie de ce matin : désinsertion musculo aponévrotique de 4 cm entre jumeau interne et l'âme soleaire. Mais maintenant quoi faire de ça ? Le kinésithérapeute ?

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, nous sommes le 5 février, je suis allé faire L’écho de contrôle, et là, grosse déception, ça n'a pratiquement pas bougé...Toujours cette désinsertion de 4cm de hauteur. Cela fait déjà un mois que je suis en arrêt....avec kiné(ultrasons), mon médecin dit qu'il faut encore du repos...alors que j'ai quitté les béquilles il y a une semaine et que je marche beaucoup mieux. Bon il est vrai que je ne fais que des petits pas(pas d'amplitude)et que ma démarche reste boiteuse. J'ai toujours cette douleur dans le mollet mais avec moins d'intensité. Pensez vous qu'il soit bien de prolonger l’arrêt(repos)ou êtes vous plutôt pour la mobilisation du mollet avec reprise(du travail bien sur pas du sport...)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Benoit. Je vous rappelle la conduite à tenir: la reprise du sport et en particulier de la course à pied et des sports collectifs va dépendre de l'importance de l'hématome et va de 3 à 4 semaines jusqu'à plusieurs mois si l'hématome persiste. Cette reprise du sport doit être précédée d'un testing musculaire avec triade musculaire négative à la contraction résistée, à l'étirement et à la palpation et d'une échographie qui va mettr en évidence une zone iso-échogène. Natation, vélo, rameur sur appareil Concept 2 sont possibles précocement en se guidant sur la douleur
      Un traitement chirurgical est parfois nécessaire en cas de complications ou pour évacuer un volumineux hématome ou s'il persiste. après ponction.
      Le plus simple est de vous guider sur ce que préconise le médecin qui vous prend en charge (parfois il y a besoin d'évacuer l'hématome et d'infiltrer). De toute façon avant toute reprise d'activité il faut que le testing musculaire clinique du triceps sural et l'imagerie soient conformes aux critères décrits dans l'article. Dr LP

      Supprimer
  6. Bonjour dr,je me suis fait un decollement de 7,5cm de long et 7 a 8mm,du mollet gauche, diagnostic fait par celio 12j apres,suite a une chute a ski a cause d une fixation qui ne s est pas ouverte.on m a dit de ne pas faire de ponction et 6 semaines sans velo,qu'en pensez vous? Et la reprise en douceur?
    J ai 65 ans,1,70m,82kg,
    Merci

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour dr,je me suis fait un decollement de 7,5cm de long et 7 a 8mm,du mollet gauche, diagnostic fait par celio 12j apres,suite a une chute a ski a cause d une fixation qui ne s est pas ouverte.on m a dit de ne pas faire de ponction et 6 semaines sans velo,qu'en pensez vous? Et la reprise en douceur?
    J ai 65 ans,1,70m,82kg,
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Patrick; la ponction est fonction de l'importance de l'hématome et des habitudes de chacun; la reprise d'activité est fonction de la gène fonctionnelle et très variable. Avant toute reprise, il faut bien tester le triceps sural (en étirement et en contraction résistée).
      Vélo et rameur sur appareil concept 2 peuvent être repris assez précocément en fonction du testing. Dr LP

      Supprimer
  8. Bonjour,
    j'ai une "désinsertion sous aponévrotique grade 3 du gastrocnémien". L’échographiste m'a conseillé 6 à 8 semaines de repos, et je peux marcher librement. Puis-je faire du vélo et si oui à partir de quand ? Sera t-il utile de porter dorénavant des bas de contention pendant l'effort (en particulier course et randonnée.
    Merci d'avance pour vos conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, vous pouvez à partir du 8ème jour faire du rameur sur appareil Concept 2 et à partir du 15 ème jour jusqu'au 60 ème jour, faire du vélo sans forcer, sur terrain plat en moulinant. Il est conseillé pendant 3 mois de porter un bas de contention. Pas de course à pied et de randonnée en montagne pendant 8 semaines. Dr LP

      Supprimer
  9. Bonjour docteur
    Le 1 octobre j'ai eu une déchirure du mollet (voir diagnostique photo) le 15 octobre je fais une phlébite donc arrêt du sport et anticoagulant 3 mois avec la kine à ce jour la phlébite est guérit mais au niveau de L'Echo de contrôle pour reprise du sport il y a toujours un hématome avec aucune évolution depuis le dernier contrôle en janvier (diagnostique photo) je pratique depuis 5 ans la course à pieds j'ai fait 4 marathon dont le dernier en avril 2015 et la déchirure est survenue pendant un cours de gym genre zumba!

    RépondreSupprimer
  10. Je suis suivit par un médecin du sport que je vois mardi prochain j'ai en tout stoppé toutes activités sportives durant 5 mois à ce jour je suis désemparée ne sachant quelle ligne de conduite adopter ?Merci par avance de vos réponses bien sportivement

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir Nathalie, la persistance de l'hématome est une entrave à la cicatrisation et il faudra sans doute l'évacuer si possible par ponction. Attendez ce que va vous dire le médecin du sport et si son avis ne vous convient pas, avec l'accord de votre médecin traitant vous pouvez vous adresser en toute confiance au Dr Olivier Fichez de Saint Raphael. En attendant il est possible d'entretenir votre condition physique avec du rameur en salle de sport sur appareil Concept 2 et du vélo sans forcer. Je vous conseille également le port de bas de contention. Dr LP

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    me revoilà, pas pour de très bonne nouvelles...Après un mois et demi de repos suite à la désinsertion musculo aponévrotique et dix séances de kiné(2 fois par semaine). Vendredi, suite à un pas peut être plus allongé ou plus rapide : CRAC!! de nouveau déchirure au même endroit...alors que depuis une semaine je marchais vraiment très bien. Donc de nouveau béquilles car je ne peux plus marcher. J'ai l'impression de revenir un mois et demi auparavant. J'aurais du reprendre le travail le 29 fevrier...
    J'ai donc pris ce coup ci les devants. Je passe une écho sur les conseils de mon médecin pour voir si je n'ai pas aggravé les choses??? et j'ai pris rdv auprès d'un médecin du sport au chu de Toulouse dans le service de Dr Rivière mercredi 23 février. Seulement ce ne sera pas le Dr GLEIZES CERVERA que vous m'aviez conseillé car il n'y avait pas de place avant mi-mai...
    Je ne sais plus trop quoi faire ni penser...

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Benoit, je compatis; appliquez à nouveau le protocole Grec et si vous voulez voir Sophie Gleizes beaucoup plus tôt, il faut peut être prendre rendez vous à la clinique Médipole- Garonne, ou directement à son cabinet en ville. Dr LP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci. je vous tiens au courant de la suite. Peut il y avoir des complications suite à cette récidive? La kiné est elle suffisante à raison de deux fois par semaine en sachant que je n'avait que des ultrasons'10mn) et un peu de mobilisation. Ne serait il pas bon d'avoir des soins du type électrothérapie, cryothérapie, ou autre?

      Supprimer
  14. Bonjour,

    J'ai eu un décollement le 1er janvier suite à une mauvaise réception en snowboard. Malgré que je n'ai plus de douleurs, on voit encore des hématomes dans le muscle. Comme ils sont "multi-cloisonnés", mon médecin me dit quon ne sait pas les ponctionner. Quelles sont les solutions alors pour évacuer l'hématome?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jonathan, le plus important est comme indiqué, au testing musculaire, vous ne ressentir plus rien. Si c'est le cas, alors il faut reprendre progressivement une activité physique comme vélo et rameur, puis par du footing à allure lente. Si le testing est positif, dans ce cas, il faut attendre que ça se négative et se contenter de marcher. De LP

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse.
      Au niveau douleur je resentait rien depuis la fin du mois de janvier. J'ai donc recommencé le sport il y a 3 semaines sans trop de soucis (en commencant par les appareil cardio (salle de fitness)). Comme ca se passait bien, j'ai voulu tenter un cours collectif. Je n'ai rien senti pendant le cours mais le mollet a commencé être moyennement douloureux le lendemain. Aujourd'hui, je ressent encore une gêne.
      Sinon savez-vous me dire ce qu'est le testing musculaire? Je ne pense pas que mon médecin ou mon kiné m'aie fait quelque chose du style.

      Supprimer
    3. Jonathan, après tout accident musculaire et avant toute reprise sportive (tous les médecins doivent faire ça), il faut tester le muscle lésé en contraction résistée et en étirement et c'est un minimum; il est conseillé aussi de refaire une échographie. Si tout est négatif, la reprise progressive de l'activité physique est possible. Dr LP

      Supprimer
  15. Le testing... on ne m'en a jamais parlé et je ne pense pas que j'ai fait quelque chose du style. Le doc m'a dit OK pour le sport (modéré) sans en faire :| .
    Pour l'échographie, j'en ai fait une il y a 2 semaine... C'est celle là qui montrait encore l'hématome multicloisonné.

    Merci pour vos réponses.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour, j'ai subi une infiltration de PRP dans mon tendon d'Achille suite à une tendinite oédèmateuse...Après 1 mois, je viens de passer une échographie de contrôle, mon tendon est encore à 8.3mm !! par contre, j'ai demandé au radiologue de voir au niveau de la douleur dans mon mollet, et il a diagnostiqué une désinsertion myo-aponévrotique de grade 2 du muscle gastrocnémien médial !!! Ne revoyant le chirurgien qui m'a prescrit la PRP que dans 1 mois, le radiologue me dit de passer un échodoppler...Pouvez-vous me dire si cela est utile ou faut-il plutôt que je prenne rdv avec un médecin du sport ??? Dans l'attente de votre retour et en vous en remerciant d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Joëlle, je ne comprends pas très bien, vous auriez 2 pathologies en même temps: une tendinopathie du tendon d'Achille et une désinsertion du Jumeau interne? il faut d'abord tirer ça au clair, la symptomatologie clinique n'est pas la même; faîtes le point d'abord avec votre médecin du sport. Retenez qu'en traumatologie sportive comme partout en médecine, c'est d'abord l'examen clinique qui prime et qui guide l'imagerie complémentaire quand elle est utile. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour, effectivement, j'ai bien 2 pathologie en même temps comme citées dans mon 1er message !!
      Suite à ma dernière échographie sur mon tendon, il a été décelé une désinsertion...
      Mon tendon est passé de 12mm à 8mm suite à l'infiltration de PRP.
      Par contre la désinsertion, je ne sais pas comment la soigner !!!
      J'utilise des cannes anglaises pour soulager mon tendon, ainsi que des séances de kiné 1 à 2 fois par semaine.

      Je ne sais pas quoi faire pour soigner ma désinsertion en attendant mon prochain rdv, avec le chirurgien pas avant le 6 avril...
      Si vous pouviez m'orienter en attendant, j'apprécierais énormément
      Merci pour votre retour
      Cdlt

      Supprimer
    3. Bonjour Joëlle, une désinsertion est un accident aigu et une tendinopathie, un accident chronique, je me demande comment vous avez pu faire ça. Une désinsertion se traite comme un accident musculaire, je vous rappelle le texte de l'article:
      " Le traitement est celui de tout accident musculaire :
      Il est médical dans une majorité des cas et ne se différencie pas de celui d'un accident musculaire classique. Il peut parfois être chirurgical en fonction de l'importance de l'hématome qu'il faut réduire au maximum en appliquant le protocole Grec en post traumatique immédiat:
      - G comme glaçage++
      - R comme repos relatif avec béquilles
      - E comme élévation du membre lésé avec position déclive dans le lit
      - C comme compression par une bande de compression de grade 2 des orteils jusqu'au mollet à porter une bonne dizaine de jours.
      Si l'hématome est important ne pas hésiter à le ponctionner comme le recommande notre confrère Folinais en complétant la ponction par une injection d'hydrocortancyl.
      La reprise de la marche est fonction de la douleur résiduelle. Elle doit être précoce avec l'aide de béquilles pour alléger l'appui et dans le respect de la douleur. Ensuite une kinésithérapie de rééducation à la marche et de travail actif du triceps est recommandée (10 séances).
      La reprise du sport et en particulier de la course à pied et des sports collectifs va dépendre de l'importance de l'hématome et va de 3 à 4 semaines jusqu'à plusieurs mois si l'hématome persiste. Cette reprise du sport doit être précédée d'un testing musculaire avec triade musculaire négative à la contraction résistée, à l'étirement et à la palpation et d'une échographie qui va mettre en évidence une zone iso-échogène. Natation, vélo, rameur sur appareil Concept 2 sont possibles précocement en se guidant sur la douleur
      Un traitement chirurgical est parfois nécessaire en cas de complications ou pour évacuer un volumineux hématome ou s'il persiste. après ponction." Dr LP

      Supprimer
    4. Bonjour Dr,
      J'ai bien suivi le protocole de soin depuis le mois de mars 2016, pour ma désinsertion, avec 2 séances de kiné par semaines...
      Et voilà qu'hier matin, juste avant de me lever, une crampe au mollet hyper longue et douloureuse est survenue.
      J'ai une importante douleur de nouveau sur le mollet depuis et mon mollet est super froid...repris rdv avec mon médecin traitant pour essayer d'obtenir une échographie, mais je n'ai pas de rdv avant fin de semaine prochaine !! à part garder les cannes anglaises et prendre des anti-douleurs, que puis-je faire pour soulager ??? Dans l'attente de votre retour et en vous en remerciant d'avance Cdlt JC

      Supprimer
    5. Joëlle, une crampe est un phénomène indépendant de la désinsertion et traduit une fatigue musculaire locale qui peut laisser un muscle endolori pendant quelques jours; se traite simplement en étirant doucement le muscle, en le chauffant (bain chaud) et en s'hydratant correctement. Dr LP

      Supprimer
  17. Bonjour Dr, le 020321016 lors d un exercice au foot jai eu grosse douleur au mollet droit.plus de douleur le 040321016 mais vu avec mon docteur une échographie.Diagnostic le 05032016 desintertion de la distalite du jumeau interne droit sur 15mm avec une épaisseur de 3a4 mm.j ai rdv le 11032016 à mon médecin traitant' je suis chauffeur livreur en messagerie et livres environ tous les jours 4 tonnes de marchandise cela fera 12 jours que je serais arrêté. Cela suffit pour ma guérison?merci de avance puis je reprends sans risque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, 12 jours c'est insuffisant pour cicatriser une désinsertion du jumeau et il vous faudra être prudent pendant 6 semaines en tout. Pour la reprise du travail au 13ème jour, il faut qu'à la marche rapide et au testing musculaire en étirement, en contraction résistée et à la palpation, vous ne ressentiez plus rien. Pour le foot, je vous conseille d'attendre 2 mois. Dr LP

      Supprimer
  18. Bonjour Docteur, Voila j'ai eu une déchirure le 07/02/2016 au niveau du jumeau interne d’après l'echo alors j’ai suivi le protocole GREC et je marchai avec des béquille car c’était pas possible de mettre le talon par terre, sachant que j'ai arrêter le sport et le 17/03/2016 j'ai refais mon echo le radiologue m'a dit qu'il y avait un gros hématome de 5.7 cm au niveau de la jonction soléaire et jumeau interne et m'a proposé de faire une ponction, que me conseillez vous. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yaici, tout est expliqué dans le texte; le fait de ponctionner l'hématome et d'injecter de l'hydrocortancyl 125mg est souvent décisif, mais dépend des habitudes de chaque thérapeute et se fait généralement plus précocement. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci Docteur pour votre réponse, penser vous qu'il vaut mieux laisser un peu de temps pour que l’hématome se résorbe? et quand pourrais je reprendre l’activité physique à votre avis?

      Supprimer
    3. Yaici, tout est dans la réponse précédente. Dr LP

      Supprimer
  19. Bonjour Docteur,

    Suite à une désinsertion du gastrocnémien médial survenue le 3 mars 2016 au ski(Echographie épaisseur 3mm, heuteur 5 cm) après un 1er bandage compressif d'1 semaine. Le medecin traitant qui est spécialiste de la medecine sportive m'a fait un strapping pour immobiliser le mollet et recommande de le garder 3 semaines. Nous sommes le 21 mars et la douleur est toujours la quand je pose mon pied alors j'aimerais avoir votre avis sur ce strapping. D'avance merci.
    Mus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mus, au départ, le protocole GREC est incontournable et la compression doit être d'au moins 10 jours. Ensuite chaque thérapeute a sa propre façon de procéder. Tant que l'appui est douloureux, il vaux mieux ne pas poser le pied et béquiller et faire de kinésithérapie. Dr LP

      Supprimer
  20. Merci infiniment pour vos conseils. En effet l'appui est toujours très douloureux et donc j'utilise les béquilles. Je prends également des anti-inflamatoires pour 15 jours et ce depuis le 11 mars(Ketoprophene 100mg) ainsi qu'un anti-coagulant depuis le 11 mars (Xarelto 20mg/ 1 c/j) et ce pour une durée de 28 jours.


    Salutations
    Mus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mus, les anti-inflammatoires et le xarelto, ça ne va pas très bien ensemble. Dr LP

      Supprimer
    2. Docteur, C'est probablement la raison pour laquelle j'ai mal au ventre même en prenant de de l'Omeprazole 20mg. Je vais en parler à mon médecin.

      Merci beaucoup.
      Salutations

      Supprimer
  21. Bonjour Monsieur Pallur,

    Voila 32 jours passé après mon accident de ski (désinsertion du gastrocnémien médial)et la douleur est beaucoup moindre. Depuis quelques jours j'ai commencé à marcher sans les béquilles mais à chaque fois que je force, mon mollet se contracte et deviens très dur mais sans douleur, juste un léger hématome jaune au niveau de la cheville interne.
    Ma question est-ce une réaction normale?
    D'avance merci.
    Cordialement
    Mus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, vous devez être encore prudent pendant au mois un mois et reprendre les béquilles à la moindre douleur à la marche et attention à ne pas faire de phlébite. Dr LP

      Supprimer
  22. bonjour prof d eps 40ans je viens d avoir cette desinsertion periherique de grade 2 sans hematome decelable elle s etend sur 15mm.
    que dois je faire?
    combien de temps d arret dois je avoir? on m a prescrit une semaine d arret de travail mais devant aller au travail en metro avec de nombreuses marches et la station debout etant permanente en cours... que dois je faire?
    ceci est mon premier claquage musculaire de ma vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yann, vous devez traiter cette désinsertion comme un accident musculaire, c.à.d appliquer le protocole Rice ou Grec et ensuite vers le 5ème jour, tout est question de gène fonctionnelle douloureuse à la marche: si pas ou à peine un peu de gène, votre désinsertion se cicatrisera en 4 à 6 semaines environ (peut être vous faire prolonger votre arrêt de travail d'une semaine supplémentaire); il est conseillé de passer une échographie de contrôle et de refaire un testing musculaire du triceps sural en contraction résistée et en étirement à J35, avant toute reprise d'une activité physique qui doit toujours être très progressive jusqu'au 3ème mois. Je conseille aussi à J90 compte tenu que vous êtes prof dEPS de refaire une nouvelle échographie de contrôle pour être sur de ne pas récidiver (au final au moins chez les sportifs et profs d'EPS, 3 échographies, ça ne mange pas de pain et ça donne une bonne idée de l'évolution anatomique de la lésion musculo-aponévrotique). Dr LP

      Supprimer
  23. pour l instant ai une semaine d arret donc dois je demander les 4 semaines? en plus je serai remplace pour sur...
    autre question
    quand dois je commencer la kine?
    a j+5 ou des j+1 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yann, il me semblait pourtant avoir été clair. Les prolongations d'arrêt de travail, sont fonction de l'étendue de la lésion musculaire et de l'importance de la gène fonctionnelle et apparemment votre lésion est peu étendue et il n'y a pas d'hématome pour entraver la cicatrisation. Si vous avez besoin d'être prolongé, il faut le faire semaine par semaine et sous contrôle médical. Pour la Kiné, c'est une option qui doit toujours être fonction de l'importance de la lésion anatomique et de la gène fonctionnelle ressentie et en tous cas pas avant le 8ème jour. Dans votre cas elle ne pourra qu'être occupationnelle et donc peu utile dans la mesure ou de par votre qualité de prof d'EPS, vous savez parfaitement étirer tous les groupes musculaires et les renforcer progressivement. Dr LP

      Supprimer
  24. Bonjour Docteur
    Y a-t-il un intérêt à prendre des anti inflammatoires lors des premiers jours d'un tennis leg ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir; prendre des AINS serait physiologiquement contraire au processus de cicatrisation. Dr LP

      Supprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  26. Bonsoir Docteur,J'ai 42 ans et je pratique du sport de salle ( RPM, BODY PUMP à raison de 2/3 fois par semaine )et surtout du beach volley et volley ball, et sur un entrainement, je me suis fait un vaste décollement inter-aponévrotique étendu entre le gastrocnémien médial et le soléaire sur environ 7 cm du mollet gauche en octobre 2015. Aprés arrêt et kiné j 'ai repris en Janvier et la Récidive sur 4 cm. J'ai repris le kiné et j'ai même fait de l'activ thérapy et j'ai refait une 6iéme écho et toujours saignements. Cela fait 7 mois je ne sais plus quoi faire. Je précise que je suis électricien en batiment et que du coup je suis obliger de travailler.Je fait de la piscine en attendant et j'ai été faire du vélo en salle en petite vitesse pour la première fois depuis 3 mois avant hier et c 'est vrai que je sent un peu mon mollet aprés ça.
    Bref je suis vraiment perdu le sport me manque et je n'ai pas l 'impression d'avancer. Que faut il que je fasse. n'est ce pas bizarre 7 mois ? Merci de votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Louis, votre désinsertion se complique à souhait. Vous continuez à saigner et l'hématome retarde la cicatrisation. Je vous conseille de consulter un véritable spécialiste de traumatologie du sport et vous verrez ensemble s'il faut ponctionner l'hématome et injecter de l'hydrocortancyl 125 mg. Sur le plan sportif, tout ce que vous faîtes, ne doit pas entraîner de gène fonctionnelle secondaire et vous pouvez remplacer vos activités habituelles par du rameur en salle de sport et idéalement sur appareil Concept 2; vous travaillerez ainsi la tonicité musculaire globale et la condition physique. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour docteur, je vous remercie de votre réponse. Je vais donc me mettre en relation avec un spécialiste en traumatologie et dés aujourd'hui faire du rammeur. J habite dans le sud landes pays basque entre Bayonne et Dax peut être avez vous quelqu un à me conseillé ou sinon je verrais avec mon kiné . En tout cas encore merci car je ne savais vraiment plus quoi faire. CDt

      Supprimer
    3. Bonjour Louis. Dans votre coin, vous avez un de mes confrères qui domine bien le sujet délicat des désinsertions du jumeau interne, c'est le Dr Marc Bouvard, chef de service du centre de Médecine du sport de l'Hôpital de Pau. Vous pouvez prendre rendez vous de ma part. Dr LP

      Supprimer
    4. Merci beaucoup encore.

      Supprimer
  27. bonjour Docteur,
    il y a à peu près 2 ans, j'ai eu une hyper-extension de la jambe suite à accident en canöé.hormis des dégâts au niveau vasculaire, j'ai également beaucoup de lésions au niveau ortho et notamment une désinsertion du gastrocnémien. le muscle a dû se greffer là "où il s'est arrêté" mais de fait je ne sais plus accèlérer, monter/descendre normalement...certainement dus à cette impulsion qui me fait défaut (en plus d'un genou instable...plus de ligaments). Peut on encore récupérer ? quels sports sont favorables ? Je réside dans le nord et j'ai 47 ans.Chris.
    en vous remerciant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chris, vous pouvez parfaitement restabiliser votre genou instable par des exercices de musculation adaptées comme le squat, le lever de terre, la chaise à qudriceps et le banc à ischios. Je vous recommande vivement aussi la pratique du rameur sur appareil concept 2 ou équivalents, le vélo, la randonnée en montagne. Dr LP

      Supprimer
  28. bonjour docteur , on ma diagnostiqué une rupture de la jonction myo
    aponévrotique du gastrocnémien médiale et soléaire avec hématome de 4 cm fois 3 ,j'ai une atelle platrée à 70 degrés et repos forcée pendant 3 semaines, j'ai un rendez-vous au chu de Toulouse avec un spécialiste la semaine prochaine , mais je n'ai pas confiance à la conclusion que l'on ma donné,car les internes n'étaient vraiment pas sur d"eux .que dois je faire ? Cordialement .( ALAIN , 46 ans)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Alain, la conduite à tenir que je conseille devant une désinsertion du jumeau interne est très explicitement décrite dans le texte de l'article ou nulle part il est écrit qu'il faille poser une attèle. Une désinsertion se traite comme un accident musculaire par le protocole Rice ou Grec, avec un suivi spécifique clinique et échographique. Dr LP

      Supprimer
  29. bonjour docteur, je voudrais consulter un spécialiste au Médipole de Toulouse, lequel me conseillez vous?.pour info , je suis allongé avec la jambe surélevé ,mais dés que je me tiens debout ,j'ai une très forte douleur qui surgit, plus forte que le jour de la rupture.Que dois-je faire? .Cordialement. ALAIN 46 ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avez vous gardé l'attèle? Dr LP

      Supprimer
    2. Alain, je vous ai répondu. Pour traiter ce genre de problème, je n'ai jamais utilisé d'attèle, et il me semble qu'elle met le jumeau déchiré en position d'étirement. Dr LP

      Supprimer
  30. bonjour, je me suis blessé en faisant du foot, résultat: sésinsertion musculo aponévrotique au niveau du droit fémoralé d'une closon musculaire latérale accessoire probablement de la portion du tendon réfléchi du droit fémoral, lésion étendue de 5 cm en hauteur avec un hématomesuperficiel de 5mm d'épaisseur. j'ai des douleurs derrière la cuisse,ça me tire. Que dois je faire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, la première chose à faire est de poser votre question au bon endroit: sur l'article spécifique consacré à la hanche traumatique et non traumatique (épiphysiolyse) de l'adolescent sportif et du jeune adulte et de bien lire l'article ou tout est bien explicité. Dr LP

      Supprimer
  31. bonjour, vos explications étant parfaitement claires, une question importante reste à vous poser. hormis le principe de bien s'échauffer avant un effort, quels exercices ou pratiques peut permettre de prévenir ce genre de traumatisme et éviter la récidive. A l'âge de 46 ans, joueur entre autre de tennis, cette désinsertion m'arrive maintenant 2 à 3 fois par an. Principalement sur la jambe gauche (jambe d'appui), je m'étais arrangé pour déporter mon poids sur la jambe droite, qui maintenant subit le premier épisode de désinsertion. ces traumatismes n'étant pas d'ordre purement musculaire, y-a-t-il un exercice (stretching, yoga, escalade, natation ou autre) qui pourrait renforcer ces points de rupture ? Merci de votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir; très bonne question. Dans la mesure ou vous présentez des accidents musculo-aponévrotiques itératifs et mon seul souci étant la préservation de votre santé et non pas de vous faire plaisir, la meilleure chose pour vous serait de passer à une activité sportive autre que le tennis ou au minimum de jouer en double de manière cool, et non plus comme si votre vie en dépendait. Il me paraît important aussi de faire le point avec un médecin du sport et une imagerie adaptée sur cette pathologie à répétition de manière à savoir si vous ne présentez pas une cicatrice musculo-aponévrotique de mauvaise qualité qu'il faudrait peut être traiter spécifiquement par des injections de PRP, voire par une chirurgie à minima en fonction de la sévérité des lésions séculaires à l'imagerie. Sachez aussi que les problèmes rachidiens lombo-sacrés font le lit des accidents musculo-tendineux itératifs. Il faut les dépister, les traiter et les surveiller. Enfin à 46 ans, le syndrome du vieux Tarzan vous guette et vous n'êtes pas à l'abri d'une rupture du tendon d'Achille. Pour terminer ne jamais oublier qu'à partir d'un certain âge, le respect des règles hygiéno-diététiques sont capitales (bonne endurance de base, hydratation correcte et donc urines claires, alimentation adaptée, pas de surpoids, bonne sangle abdomino-lombaire, etc). Dr LP

      Supprimer
  32. Bonjour Docteur,
    Depuis ce lundi 06 juin 2016 j'ai une douleur extrêmement forte à ma jambe gauche (porteuse) qui est survenue comme ça sans prévenir en haut du tibia, au début du creux du genou, puis qui s'est diffusée du mollet jusqu'au milieu de la cuisse. Ne pouvant plus marcher car douleur trop puissante (me provoque transpirations et genre de malaise), le 4ème jour de trop fortes douleurs j'ai donc fait venir mon médecin généraliste jeudi matin 09 juin qui m'a envoyé immédiatement chez le radiologue faire un echodoppler. Résultats : pas de phlébite MAIS "Désinsertion du muscle jumeau interne sur son tendon. Présence d'un hématome de petite taille entre le muscle jumeau interne et le soléaire. Le muscle est légèrement rétracté vers le haut". Docteur je dois vous préciser que j'ai un LUPUS et que donc je suis sous "Méthotrexate" + anticoagulant "Préviscan" + "Topalgic 200" ... Donc à cause de ce "Lupus" j'ai mes muscles qui sont en grande souffrance (dernière analyse de sang en avril 2016 mes CPK étaient à 343). Docteur je voulais simplement avoir des conseils pour savoir ce que je dois faire pour être rétablie (au niveau de ma jambe) le plus rapidement possible ET auriez-vous, par hasard, un confrère spécialisé, concernant les "désinsertions", à me recommander dans les environs de CAGNES-SUR-MER ? J'habite cette ville.
    Dans l'attente de votre réponse et avec mes sincères remerciements, recevez mes salutations les meilleures Docteur. Danielle A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Danielle, consultez vite le Devis Olivier Fichez à Saint Raphaël et en attendant glacez le mollet et béquillez. DrLP

      Supprimer
  33. Bonjour Docteur et merci pour votre rapide réponse.
    Excusez-moi mais connaissez-vous un excellent spécialiste plus près de chez moi (dans les "Alpes-Maritimes 06") car celui que vous m'avez recommandé se trouve dans le "Var 83" et c'est un peu loin de chez moi.
    Par contre vous ne m'avez pas dit comment se fait-il que, sans faire de sport, ni rien du tout d'ailleurs, que je subisse une rupture du jumeau interne et à peu près combien de temps je devrais restée immobilisée. Est-ce que, comme vous le dites dans votre article, je devrais faire une échographie de contrôle entre le 8ème et le 10ème jour pour voir où en est l'hématome ?
    Par contre marcher avec des béquilles me fait très mal aux muscles de mes épaules (à cause de mon Lupus qui me met tous mes muscles en souffrance), alors comment me déplacer ? Et est-il possible que je puisse remarcher normalement (même doucement) d'ici la fin de ce mois de juin ? Sinon quand pensez-vous que je puisse retrouver une vie à peu près normale et quelle conduite à tenir en attendant pour ne pas aggraver mon problème ?
    Dans l'attente, encore une fois je vous remercie Docteur et vous souhaite une bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danielle, bien entendu je ne vous assimile pas à une sportive, aussi dans votre cas il faut traiter le problème comme un accident musculaire banal et pour une personne sédentaire, point n'est besoin de faire du sport pour se claquer le muscle jumeau interne du mollet, un simple faux mouvement suffit. Je ne connais pas de confrère spécialisé dans le 06, mais votre claquage est relativement simple à soigner, il suffit d'appliquer au départ le protocole GREC ou Rice comme pour un claquage simple, de mettre un bas de contention et d'éventuellement alléger l'appui si la marche est douloureuse. La cicatrisation demande de 4 à 8 semaines suivant l'importance du décollement et pendant cette période, la prudence dans les efforts est de mise. Entre la sixième et la huitième semaine, il faut vérifier la consolidation par la clinique et une échographie. Dr LP

      Supprimer
  34. Bonjour Louis
    je suis triathlète avec un Ironman dans 26 jours !!
    J'ai fait une échographie sous le mollet il y a 6 jours jours. Voici le résultat :
    Visualisation d'une zone de désinsertion de 7.3 mm de l’insertion discale du muscle gastrocnémien médial droit sous la forme d'un émoussement et d'une discréte hétérogénéité d'échostructure.
    Pas d'épanchement inter-aponévrotique
    Pas d'anomalie d'échostructure du soléaire sous-jacent

    Pas de douleurs en marchant ! pas de douleurs en natation (je ne me sers pas des jmabes) pas de douleurs en vélo je ne me mets pas en danseuses pas de pouleur quand je marche pas de douleur quand je suis sur la pointe du pied !
    Par contre je ne peux courir 200 m

    Je suis "un peu" perdu sur ce que je dois faire, si je peux nager et pédaler? et si je vais pouvoir courir dans 28 jours !!
    Merci pour votre retour
    Sportivement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laurent, nager et pédaler ne sollicitent guère les muscles jumeaux du mollet, d'où l'absence de douleurs. Par contre en course à pied, oui, d'ou douleurs. Appliquez de suite le protocole Grec ou Rice, suspendez toute activité physique qui entraîne des douleurs et surtout allez donc consulter une grosse pointure en médecine du sport de votre région et tenez compte de ses recommandations, mais j'ai bien peur que le délai restant avant l'Ironman soit trop juste et aggrave la lésion. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci Louis pour votre réponse.
      Questions ok pour le protocole Grec ou Rice que j'ai déjà mis en place avec en plus de l'argile verte.
      Mon interrogation avant le jour J : je coupe tout ? ou je peux quand même pratiquer le protocole tout en continuant à m'entretenir ?
      Des séances de Compex peuvent aider ?
      Merci

      Supprimer
    3. Laurent, un grand champion comme vous doit savoir et pouvoir rester lucide. S'entourer d'un environnement médical de qualité (médecin, kiné) et leur faire confiance est également primordial. Vous pouvez nager et faire du vélo, mais la course à pied, niet. Le compex, je n'en ai pas l'expérience dans cette indication. N'oubliez pas la bande de compression et le testing clinique en contraction résistée et en étirement des muscles jumeaux et l'échographie voire l'IRM avant la reprise. Dépistez, traiter et surveiller tout dérangement inter-vertébral de la colonne vertébrale lombosacrée qui peut faire le lit des accidents tendino-musculaires. Enfin, surtout n'hypothéquez pas l'avenir par une reprise prématurée. Dr LP

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Louis
      j'ai bien entendu et je vais être prudent c'est sur.
      Il est vrai que les anti-inflammatoires dans mon cas ne servent à rien ?
      Bonne journée

      Supprimer
  35. Louis, je vous "rassure" j'ai fait l'échographie, j'ai vu mon docteur et je vais chez le kiné 3 fois/semaine depuis la semaine dernière et je leurs fais confiance même si je suis toujours curieux d'avoir d'autres retours d'expériences.
    L’ostéopathe est prévu dès demain ;-)
    Quand à la course à pied il est clair que c'est cuit avant un moment!!!
    Merci pour votre disponibilité et vos réponses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien Laurent, des Ironman vous aurez l'occasion d'en faire d'autres; assurez vous quand même dans quelques semaines, sous peine de récidives, que le décollement est cliniquement et par l'imagerie complètement cicatrisé. Et puis donnez de vos nouvelles, quand tout ira bien. Dr LP

      Supprimer
  36. Je vous remercie sincèrement, Docteur, pour vos précieux conseils. Aujourd'hui nous sommes à 7 jours après la date de la rupture, est-ce que, dès aujourd'hui, je peux marcher et aussi conduire (tout en faisant très attention à ne pas faire d'effort évidemment) ? J'ai bien compris qu'il fallait minimum entre 4 et 8 semaines pour la cicatrisation et je ferais vérifier la consolidation entre la 6ème et 8ème semaine, c'est super important car c'est ma jambe porteuse, vu que je n'ai pas d'appui sur ma jambe droite (à cause de mon genou).
    Je vous tiendrais au courant des suites et vous remercie encore d'avoir pris le temps de répondre à mes messages. Cordialement. Danielle A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Danielle, la marche est même recommandée à condition qu'elle soit totalement indolore et idem pour la conduite auto. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci Docteur, c'est gentil à vous. Bonne soirée. Salutations cordiales.
      Danielle A.

      Supprimer
  37. Bonjour Docteur, je suis triathlete, homme, 44 ans. Après une séance de CAP tranquille j ai ressenti des douleurs persistantes au mollet droit qui ne m ont pas empêché de terminer ma séance et qui dès le surlendemain ne m ont pas empêché de faire du velo et de la natation (douleur en cas de vibrations sur pavés). Je n ai pas vœu reprendre la CAP car j ai toujours une douleur au touché. Cette dernière séance de CAP à eu lieu il y a 1 semaine. Il y a 2 jours une écho à confirmé "une petite zone de desinsertion de la partie antérieure de la jonction musculo tendineuse du jumeau interne droit SANS hématome inter aponevrotique. Je n ai pas compris de quoi il s agissait (déchirure, élongation, claquage...).Le radiologue me dit de rester au repos 4 à 6 semaines alors que mon médecin du sport me dit 10 à 15 jours. Quand pourrais je reprendre la CAP (je préparais un half qui aura lieu ds 2,5 semaines) ? Velo et natation ? Est que je peux mettre un manchon de compression pour accélérer la cicatrisation ?
    En vous remerciant vivement
    Stéphane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane, vous présentez un petit décollement musculo-aponévrotique du Jumeau interne. Ne vous étonnez pas si vélo et natation sont compatibles avec ce type de lésion, par contre pas la course à pied. Appliquez donc sans tarder le protocole Grec ou Rice avec bande de contention. La marche n'est pas contre indiquée. Le délai de cicatrisation est de 3 à 4 semaines et la reprise qui doit être progressive nécessite que le testing clinique en contraction résistée et en étirement et l'échographie se soient régularisés. Le half dans 2,5 semaines est donc compromis. Dr LP

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Merci pour votre réponse Faut il une Écho de contrôle avant la reprise de la CAP ou le testing (réalisé par le médecin du sport?) est suffisant ?

      Supprimer
    4. Stéphane, lorsqu'on fait du sport de haut niveau, la preuve anatomique de la guérison clinique et donc l'imagerie et en l'occurrence ici l'échographie, est indispensable. Dr LP

      Supprimer
  38. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stephane
      Avant que Louis ne te réponde tu peux déjà lire notre échange je suis dans "le même" cas que toi malheureusement.
      Patience et Patience

      Supprimer
  39. Ghislaine Heymans16 juin 2016 à 16:10

    bonjour, il y a quatre jours, lors d'un match de tennis, j'ai ressenti une douleur vive dans le mollet : impossible de continuer, ni même de déposer le pied à terre. Pas d'hématome visible. Aujourd'hui l'échographie à montré une désinsertion du jumeau de 6 à 7 cm sur 2 cm de profondeur et 1 cm de large. Le médecin n'avait pas l'air inquiet et m'a juste dit que ma saison tennistique était compromise... Je remarche sans béquilles depuis ce matin mais sans amplitude. Je reviens de 2 ans d’arrêt sportif (problèmes au genou opposé...) et je suppose que ma reprise a été trop rapide. (Avant faisais de la CAP (30 à 40 km/sem)) et là je suis un peu démoralisée.. La kiné m'aiderait ? Est-ce prudent de remarcher ? Faut-il comprimer ? Faut-il élever la jambe (je n'ai pas d'hématome et l'écho dopler ne montre rien d'anormal)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ghislaine, apparemment vous n'avez pas lu l'article: "en post traumatique immédiat:
      - G comme glaçage++
      - R comme repos relatif avec béquilles
      - E comme élévation du membre lésé avec position déclive dans le lit
      - C comme compression par une bande de compression de grade 2 des orteils jusqu'au mollet à porter une bonne dizaine de jours. Dr LP

      Supprimer
    2. Ghislaine Heymans16 juin 2016 à 20:55

      Je vous remercie pour votre réponse : j'ai compris qu'il va falloir me montrer raisonnable et prendre mon mal en patience !

      Supprimer
  40. Bonsoir,

    Je suis animatrice sportive et pendant mon cours de zumba, au moment où il a fallu reposer le pied sur un mouvement de jambe tendue, vive douleur, claquage, impossibilité de reposer le pied. J ai passé une écho le lendemain soit mardi 14 juin, et le diagnostic du radiologue, m annonce un tennis leg. Je vois un orthopédiste mardi, soit j+7 car mon généraliste a préféré avoir un autre avis. Depuis j applique le grec ainsi que des anti inflammatoires. Ma jambe est toujours autant enflée et douloureuse.

    Aline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aline, vous n'avez pas besoin de multiplier les avis. Le diagnostic du tennis leg est essentiellement clinique et l'imagerie simple (l'échographie). Quant au traitement, il est simple aussi, c'est le protocole Grec. Les anti-inflammatoires augmentent le risque de saignement et freinent la cicatrisation et sont à proscrire. Dr LP

      Supprimer
  41. Compte rendu de l écho : désinsertion de la poinge du gastrocnemien médial qui remonte sur environ 3cm sans véritable épaississement de l aponevrose inter musculaire restante. La pointe du muscle est largement desinséré avec un hématome inferieur

    RépondreSupprimer
  42. Géraldine Deries26 juin 2016 à 10:04

    Geraldine
    Bonjour et merci bcp pour votre blog, très clair et complet. J'ai un léger décollement aponevrotique du jumeau interne (danse classique, pour changer ! ) qui ne m'inquiète pas pour le moment, j'ai bien compris le protocole et ce qui se passe.
    En revanche je suis un peu perplexe: on recommande le glaçage dès qu'il y a déchirure ou atteinte aux tendons, mais pour les contractions musculaires massage et chaud. Que faire lorsque les deux sont présents ? Dans mon cas c'est déjà fait, mes amies de la danse et moi-même ayant allègrement masser la contracture du jumeau interne lorsque je me suis blessée, et je n'ai pas pensé à glacer avant le lendemain. Cela dit, pas d'hématome.
    Par ailleurs, vous recommandez systématiquement la kiné. Dans ma région les kinés sont bookés jusqu'en septembre. Il me semble que je peux faire des exercices d'étirement et de contraction progressifs sans cela, du type de ceux faits justement en danse - par exemple étirer l'arrière des mollets à l'immobilité en mettant la jambeen arrière, demi-pliés, barre à terre ?
    Merci bcp,
    Mme Deries

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Géraldine, pour un décollement comme le vôtre ou une lésion musculaire, l'important est le protocole Grec et donc le glaçage afin de réduire le plus possible l'hématome qui va freiner la cicatrisation. Il ne faut surtout pas masser la contracture qui accompagne une lésion aponévrotique ou musculaire, car le risque est de faire saigner et d'aggraver l'hématome. Quant à la kinésithérapie, elle est recommandée mais non indispensable, ce qui est important est de remarcher et à partir du 21ème jour, d'introduire très progressivement les exercices d'étirement et de contraction comme vous avez l'habitude, à condition de les exécuter sans douleurs. Vers la 6ème semaine, refaire une échographie ne mange pas de pain et permet de contrôler la cicatrisation. La danse doit pouvoir être reprise progressivement après la huitième semaine. Dr LP

      Supprimer
  43. Bonjour,

    Voilà, je vous explique mon problème. Je me suis fait un traumatisme au mollet gauche en courant. Aux urgences, on m'a dit que c'était un claquage.
    Après deux semaines de repos, j'ai repris la marche doucement, et deux jours après, j'ai eu à nouveau des douleurs à plusieurs endroits du mollet. J'ai passé une écho et là on a mis en évidence sur le versant distal du chef médial du muscle gastrocnémien un hématome intra-musculaire s'étendant sur 20 x6x8mm, évoquant une zone de décollement.
    Il s'y associe une lame liquidienne adjacente de 2cm de hauteur et 1,3mm.
    En plus, il y a une lame liquidienne de 11x2,5x9mm dans le creux poplité au contact de de la partie haute du chef médial du muscle gastrocnémien.

    Voilà je suis un peu perdu et je ne sais pas quoi faire ? Pouvez-vous me renseigner ?
    D'avance merci.
    Sylvain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sylvain, vous présentez une désinsertion musculo-aponévrotique du muscle jumeau interne et la conduite à tenir est décrite très minutieusement dans l'article. Dr LP

      Supprimer
  44. Suite à une chute à ski, je me suis fait une déchirure musculaire dans le mollet. A part les deux premiers jours suivant la déchirure, je n'ai jamais eu de douleurs en marchant. Après 4 à 5 jours je remarchais presque normalement et j'ai refais des randonnées en montagne à pied. Le mollet restant anormalement gonflé, j'ai été faire une échographie 5 semaines après l'accident.. L'échographie a montré que j'avais une désinsertion aponévrotique relativement évoluée du pole inférieur du jumeau interne droit avec un vaste épanchement liquidien. Une semaine après l'échographie, j'ai subi une ponction du mollet qui a permis d'enlever un peu plus de 150 ml de liquide. Depuis l'échographie, je porte un bas de contention et j'ai arrêté complètement les randonnées en montagne. que je ne compte pas reprendre avant 5 à 6 semaines après la ponction. Je prévois aussi de refaire une échographie 4 semaines après la ponction pour contrôler où en est la cicatrisation. Est ce que vous avez d'autres conseils à me donner ?
    D'avance merci
    Luc Oberli

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Luc, votre démarche thérapeutique me semble parfaitement cohérente et se rapproche de ce qui est préconisé dans l'article. Dr LP

      Supprimer
    2. Je suis retourné faire une échographie de contrôle de l’état du mollet 30 jours après la ponction, laps de temps pendant lequel je me suis abstenu de toute activité sportive restant au repos à la maison. L’échographie a montré une persistance du décollement musculo-aponévrotique du jumeau interne et qui se manifeste sous la forme d’une collection non cloisonnée visible sur 12 cm de hauteur, 4 cm de largeur et 15 mm d’épaisseur. Je suis assez désemparé de me retrouver au point de départ avec une persistance du décollement. Quelles sont les complications possible si l’épanchement liquidien n’est pas traité à nouveau par une ponction? Faut’il faire à nouveau une nouvelle ponction? Que faire pour empêcher l’épanchement liquidien de se reformer après une ponction? Est-ce que je peux quand même reprendre graduellement des activités sportives comme la randonnée en montagne sachant que je n’ai aucune douleur en marchant? Que me conseillez-vous?
      Merci par avance pour votre réponse.
      Luc Oberli

      Supprimer
  45. Bonjour, voilà 3 mois que je me suis de manière un peu bête fait mal au mollet droit. C'est en descendant des escaliers un peu vite que j'ai ressenti une douleur intense au mollet droit et surtout que j'ai clairement ressenti comme des fibres qui se déchiraient de manière verticale (je ne sais pas si je m'exprime bien). Pour cause de grossesses une peu difficiles (et à présent par manque de temps ;) ), cela fait plus de 2 ans et demi que je ne fais plus de sport, auparavant je faisais zumba et équitation sans avoir jamais eu de souci musculaire.
    La douleur était très forte et j'avais de la peine à marcher, et mon mollet était extrêmement douloureux à la pression juste en dessous du galbe, sans voir de"bleu". Je n'arrivais à marcher qu'à tous petits pas et sur la pointe du pied, mon mollet était constamment contracté. Je n'ai pas consulté pensant que cela "passerait". Cela est effectivement passé après 3 semaines (la contracture étant passée après 48 à 72h).
    Ce qui m'inquiète à présent c'est que je me refais ce "claquage" toutes les 2 à 3 semaines,j'en suis à environ 5 ou 6 à présent, le dernier en date datant de samedi matin, en descendant également une marche un peu vite.J'ai cependant beaucoup moins mal que les précédentes fois et j'ai l'impression à chaque fois que je me refait ce "claquage " que c'est moins douloureux et moins long à se remettre, par contre j'ai également l'impression que les périodes entre "claquage" sont de plus en plus courtes (même pas 2 semaines entre les deux derniers).
    A votre avis, qu'est ce que cela peut être, et que me conseillez vous?Vers quel type de médecin dois je me tourner?
    Je vous remercie,
    Sandrine JOLLY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sandrine, vous présentez vraisemblablement une désinsertion du muscle jumeau interne et il vous faut le plus tôt possible faire confirmer ce diagnostic par une échographie auprès d'un confrère radiologue habitué à ce genre de pathologie; ce radiologue sur prescription de votre médecin traitant, procédera à une ponction d'un hématome qui vous empêche de cicatriser et favorise les récidives. Dr LP

      Supprimer
  46. Bonjour,
    je me suis fait une déchirure musculaire au mollet droit de 8 à 10 cm il y a 15 mois et à ce jour, c'est toujours la galère malgré kiné depuis 13 mois, massage profond puis ondes de chocs, j'ai mal au niveau de jumeau interne et encore plus derrière le genou en marchant y compris sur le plat (l'IRM du genou n'a rien révélé)et bien sûr je ne cours toujours pas. Que faire ? Merci par avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hervé, commencez par vous assurer par un échographie que vous avez une désinsertion du jumeau interne avec peut être un hématome ou autre chose qui empêche la cicatrisation et ensuite consultez un orthopédiste. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir Docteur. Merci pour votre réponse. J'ai passé plusieurs échos :
      écho du 12/05/15 : Epaississement hyperéchogène de l'aponévrose du gastrocnémien médial (24*2 mn et étendu sur 10 cm de hauteur) devant faire suspecter une cicatrise fibreuse d'une déchirure myo-aponévrotique
      écho du 27/07/15 : Persistance d'une zone épaissie en faveur d'une cicatrisation fibreuse en diminution (4 cm de hauteur. Pas d'hématome organisé.
      écho du 11/02/16 : Epaississement hyperéchogène ovoïde mesurant 35 mm sur 3 mm sur 2 mm. La structure musculaire apparait parfaitement homogène sans hématome collecté.
      Le 09/08, je passe une IRM du mollet car depuis juin et la reprise du travail excentrique, une espèce de tendon sous-cutané de 8 cm de hauteur s'est formé. Il ne s'agit pas d'une veine indurée (doppler fait).
      Je vous remercie beaucoup.
      Hervé

      Supprimer
  47. Bonsoir docteur. J ai été victime lors d une séance de tennis en février 2015 d une dechirure du soleaire et des jumeaux avec un bel emathome . J ai passé 2 mois en béquilles et ai récupéré la marche complètement normale en septembre seulement soit 7 mois après . J ai suivi 15 séances de kinésithérapeute sur mai et juin entre temps . Aujourd'hui je ne trouve aucune autre amélioration je suis incapable de franchir un faut plat en vélo et au bout de 150 mètre de courses à pied je suis obligée de marcher 150 mètres et ainsi de suite j ai donc redemander à faire une échographie de contrôle. Celle ci n a montré aucune amélioration avec une cicatrice décrite comme suit:image aponevrotique sous les jumeaux, 26 MM de large, 8 cm de long, 5 MM d épaisseur. Pas de liquide . Régularité des fibres musculaires autour. Nette différence par rapport à l autre mollet. Que pouvez vous me conseiller ou qui. J habite la région de toulouse . J ai vraiment besoin de reprendre le sport. (Ancienne triathlete )
    Merci vivement d avance pour vos conseils
    isabelle 45 ans

    RépondreSupprimer
  48. Bonjour Isabelle, votre désinsertion du jumeau interne a laissé des séquelles qui ne permettent pas une bonne cicatrisation, il serait judicieux de consulter un chirurgien orthopédique spécialisé dans la traumatologie sportive qui mettra fin par une petite intervention à ce cercle vicieux. Dr LP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Monsieur cher docteur
      je vous remercie vivement pour cette information qui confirme ce que je pensais.
      bien cordialement isabelle gilles

      Supprimer
  49. Oberli Luc a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Désinsertion musculo-aponévrotique du muscle jumea..." :
    Je suis retourné faire une échographie de contrôle de l’état du mollet 30 jours après la ponction, laps de temps pendant lequel je me suis abstenu de toute activité sportive restant au repos à la maison. L’échographie a montré une persistance du décollement musculo-aponévrotique du jumeau interne et qui se manifeste sous la forme d’une collection non cloisonnée visible sur 12 cm de hauteur, 4 cm de largeur et 15 mm d’épaisseur. Je suis assez désemparé de me retrouver au point de départ avec une persistance du décollement. Quelles sont les complications possible si l’épanchement liquidien n’est pas traité à nouveau par une ponction? Faut’il faire à nouveau une nouvelle ponction? Que faire pour empêcher l’épanchement liquidien de se reformer après une ponction? Est-ce que je peux quand même reprendre graduellement des activités sportives comme la randonnée en montagne sachant que je n’ai aucune douleur en marchant? Que me conseillez-vous?
    Merci par avance pour votre réponse.
    Luc Oberli

    Réponse du Dr LP: Bonjour Luc, apparemment votre lésion de désinsertion n'arrive pas à cicatriser et je vous conseille vivement de consulter un chirurgien orthopédique spécialiste du sport qui vous conseillera au mieux et qui, soit videra l'hématome, soit procédera à une petite intervention. Dr LP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais bien qu'il fallait que je consulte un chirurgien orthopédiste spécialiste du sport, mais je m'attendais quand même à avoir une réponse de votre part à mes questions. Bien cordialement
      Luc Oberli

      Supprimer
    2. Luc, je ne comprends pas bien votre second post, alors je le réécris: "... soit videra l'hématome, soit procédera à une petite intervention. Dr LP

      Supprimer
    3. Est ce que vous pouvez me préciser ce que vous entendez par une petite intervention. Merci par avance.
      Luc oberli

      Supprimer
  50. Dans votre cas, le chirurgien vous examinera cliniquement, videra sans doute l'hématome et n'interviendra que si la clinique et l'imagerie laissent supposer une complication (kyste par exemple, fibrose, etc, qui exposent à des retards de cicatrisation ou à des récidives. Le chirurgien qui vous aura sous la main, vous expliquera ça mieux que moi. Dr LP

    RépondreSupprimer
  51. Dernière question, est ce que vous pourriez me conseillez un médecin en Isère ou dans la région Rhônes Alpes (j'habite dans l'Ain). Merci. Luc Oberli

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas spécialement les orthopédistes de votre région, mais s'il y a une indication chirurgicale, un confrère ayant un tant soit peu l'habitude des sportifs fera l'affaire. Sinon sur Lyon, vous avez l'équipe du Pr Neyret au CHU. Dr LP

      Supprimer
  52. Bonjour,
    Suite à un accident banal de tennis intervenu le 2 août , l échographie à mis en évidence un tennis leg de grade 3, de 5cm de haut sur 2,5mm. La ponction n a pas été jugée nécessaire.
    Personne ne m a parlé du protocole GREC, résultat, je n ai pas glacé ni mis mon mollet en élévation. J ai un arrêt de travail de 3 semaines avec indication de ne pas poser le pied avant 15 jours,donc bequilles, un bas de contention, le kine n a pas été évoqué, ni le passage d une nouvelle échographie de contrôle dans un moment.On m a recommandé un arrêt du sport de 6 semaines. Je suis nageuse...Cela me semble long...
    Ce qui m ennuie, c est qu outre le bas que je porte, je n ai pas eu de contention. Pensez vous utile devoir un médecin du sport pour revoir le protocole ? J ai cru comprendre que vous n en connaissiez pas dans ma région, je vis à Annecy.
    Merci à vous pour votre éclairage précieux

    Stéphanie

    RépondreSupprimer
  53. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  54. Une question essentielle que j ai oublié de vous poser ! Suis je réellement obligée d être en décharge totale de poids sur ma jambe pendant 15 jours comme me l à demandé mon généraliste ? Ou puis je , comme j ai cru le comprendre à la lecture de votre article, poser le pied dès à présent tout en m aidant des béquilles ?
    Merci beaucoup ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphanie, le protocole Grec ou Rice est celui qui donne les meilleurs résultats. En ce qui vous concerne, si vous avez zéro douleur, vous pouvez marcher normalement, nager à compter du 15ème jour et reprendre très progressivement toutes vos activités après le 30 ème jour en prenant la précaution de passer une échographie de contrôle. Dr LP

      Supprimer
  55. Une question essentielle que j ai oublié de vous poser ! Suis je réellement obligée d être en décharge totale de poids sur ma jambe pendant 15 jours comme me l à demandé mon généraliste ? Ou puis je , comme j ai cru le comprendre à la lecture de votre article, poser le pied dès à présent tout en m aidant des béquilles ?
    Merci beaucoup ....

    RépondreSupprimer
  56. Bonjour,
    J'ai lu la majorité des questions ci-dessus et je me demande si vous pouvez apporter votre point de vue sur ma situation. Je cours depuis 7-8 mois à raison de 4 fois par semaine, pour des sorties de 30 à 75 minutes. Mon rythme est habituellement très léger. Il y a maintenant 3 semaines, lors d'une sortie en terrain un peu plus montagneux qu'à l'habitude, j'ai ressenti à la fin de ma course une tension/durcissement au bas des jumeaux, au centre de la jambe. J'avais aussi une douleur en haut du jumeau externe, mais le problème principal était vraiment la tension dans le bas des jumeaux/haut du tendon. Ce fût tendu pendant quelques jours mais le tout est revenu à la normale après environ une semaine, sans que je reprenne immédiatement mes activités sportives. Après quelques séances de massages, j'ai retenté une course la semaine dernière, mais au bout d'une quinzaine de minutes, j'ai ressenti cette même tension dans le bas du mollet/haut du tendon d'Achille. J'ai arrêté immédiatement. Après une autre semaine d'inactivité, j'essaie à nouveau ce matin, même résultat. Je suis donc un peu dans l'inconnu, ne sachant pas vraiment quel est le problème. Avec l'information que je vous ai partagée, pensez-vous pouvoir me donner une piste de solution? Merci! Benoit

    RépondreSupprimer
  57. Bonjour Benoit, il s'agit peut être d'une désinsertion et il est très important de consulter, de compléter par une échographie et d'appliquer le protocole Grec. Dr LP

    RépondreSupprimer
  58. Merci beaucoup pour votre réponse rapide! Je consulterai sans tarder. Une dernière question pour vous. Selon ce que j'ai pu lire, la désinsertion survient habituellement de façon brusque et très douloureuse. La douleur/tension que je ressens apparait graduellement à un certain moment dans la course. J'arrête de courir pour éviter d'aggraver la situation mais ce serait supportable de continuer. Est-ce possible qu'une désinsertion survienne avec des symptômes plus graduels comme ceux que j'ai ressentis? Merci encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une désinsertion, c'est généralement assez brutal et douloureux, mais pas toujours (j'en fus victime lors d'une randonnée en montagne et j'ai pu terminer la randonnée de manière précautionneuse), et c'est ce qui rend l'examen clinique primordial et indispensable, suivi de l'échographie. Dr LP

      Supprimer
  59. bonsoir j'aimerai vous exposer ce cas footballeur non vu phase de l'accident initial et ne rapporte pas d'accidents aigues ( ou caché) à l'écho : désinsertion myo aponévrotiques périphérique et centrale avec hématome 8mm sur 5cm
    s que cet hématome doit être ponctionné,?
    quels type de rééducation dans ce cas?
    quelle période d"arrêt
    je vous remercie de votre consultation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, on ne ponctionne l'hématome d'une désinsertion que s'il est important; si peu important, faîtes un suivi écho pour le suivi de cet hématome qui devrait disparaître tout seul. La marche doit être reprise le plutôt possible avec allègement de l'appui avec béquille en
      fonction des douleurs et talonnette. Pour la rééducation, au départ: protocole GREC, puis vers le 15ème jour rééducation progressive du triceps sural en isométrique, puis en concentrique et enfin en excentrique comme tout accident musculaire. Reprise des activités préalables progressives vers le 30ème jour après testing clinique et échographie. Dr LP

      Supprimer
  60. Bonjour,
    Il y a bientôt 3 semaines je me suis fait une déchirure de l'aponévrose au niveau du mollet sur un mouvement d'accélération.
    L'echo n'était pas tres claire sur l'étendue des dégâts mais un hématome à commencé à apparaître dans les jours suivants causant un gonflement et des douleurs dans la zone de la cheville, il commence à peine à s'atténuera. Avec le protocole Grec cela semble se rétablir lentement je peux marcher avec une bequille si c'est pour plus de quelques pas dans la maison et 3/4 cm de talon afin d'éviter toute extension du mollet.
    Commençant à être plus mobile je m'inquiète de savoir quel sont les signaux qui permettent de savoir si on force trop car je vois que les récidives sont nombreuses et je n'ai vraiment pas envie de prolonger encore ce rétablissement laborieux !
    Lorsque je marche j'arrive généralement à éviter la douleur mais pas une gêne désagréable, une sensation que le bas de ma jambe est en "bois". Il devient pourtant urgent que ma jambe droite me porte à nouveau car mon genou gauche est fragile et a souffert de ces 3 semaines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, le meilleur moyen de savoir si on en fait pas trop est de ne ressentir aucune douleur dans vos activités qui doivent se concentrer sur de la marche simple avec ou sans béquille en fonction de la gène douloureuse résiduelle. Au 31ème jour, ce serait bien de refaire une échographie afin de vérifier qu'il ne reste pas d'hématome qui pourrait empêcher ou retarder la cicatrisation. Dr LP

      Supprimer
  61. Bjr docteur j ai 43 ans il y a 2 ans (en juillet 2014) je me suis fait en montant une marche de trottoir , une dechirure de type 4 avec hématome de 5 cm au 7/08/14 , nouvelle écho du 30/08/2016 séquelles de désinsertion musculo aponévrotique du jumeau interne sur une longueur de 8 cm sur 4 de large et 15 mm d épaisseur
    Nouvelle irm du 12/09/2016 épaississement entre le soléaire et le gastrocnemien médial et minime synovite du genou , depuis deux ans marche très douloureuse nécessitant 2 béquilles à cause de très vives douleurs creux poplite lors de la marche
    Pouvez vous me donner des conseils car je ne sais plus vers qui me tourner pour résoudre ce problème
    Merci d avance

    RépondreSupprimer
  62. Bjr docteur j ai 43 ans il y a 2 ans (en juillet 2014) je me suis fait en montant une marche de trottoir , une dechirure de type 4 avec hématome de 5 cm au 7/08/14 , nouvelle écho du 30/08/2016 séquelles de désinsertion musculo aponévrotique du jumeau interne sur une longueur de 8 cm sur 4 de large et 15 mm d épaisseur
    Nouvelle irm du 12/09/2016 épaississement entre le soléaire et le gastrocnemien médial et minime synovite du genou , depuis deux ans marche très douloureuse nécessitant 2 béquilles à cause de très vives douleurs creux poplite lors de la marche
    Pouvez vous me donner des conseils car je ne sais plus vers qui me tourner pour résoudre ce problème
    Merci d avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, au départ avez vous appliqué le protocole spécifique GREC? et maintenant qu'attendez vous pour consulter un chirurgien orthopédiste? Dr LP

      Supprimer
  63. Bjr au départ repos durant 15 jours et au total une centaine de séances de kiné sans résultat et 2 mois de rééducation dans un centre et 4 séances d ondes de choc sans pouvoir diminuer l intensité des douleurs
    Rdv le 06/10/16 pour un emg et rdv chirurgien le 14/10/16

    RépondreSupprimer
  64. Bjr au départ repos durant 15 jours et au total une centaine de séances de kiné sans résultat et 2 mois de rééducation dans un centre et 4 séances d ondes de choc sans pouvoir diminuer l intensité des douleurs
    Rdv le 06/10/16 pour un emg et rdv chirurgien le 14/10/16

    RépondreSupprimer
  65. Bonjour,

    Suis en pause sportive depuis le mois juillet suite à tennis leg au niveau du soléaire sans hématome (images IRM car echo normale)suite à effort prolongé sur un trail. Je porte contention talonnettes depuis avec kiné et suivi médical mais aucune amélioration douleur résiduelle ++ et douleur aiguë dès la reprise progressive du sport (vélo, course lente sur le plat). Je questionne les praticiens qui me suivent mais ai l'impression de tourner en rond. Auriez vous des conseils plus concrêts à m'apporter. Par avance merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un anonyme qui n'a pas de prénom et ce malgré mes recommandations; mettez vous à ma place, c'est comme si je répondais à un mur. Si vous n'avez pas d'hématome résiduel, c'est déjà une bonne chose, ensuite après la 8ème semaine,vous devriez déjà pouvoir reprendre progressivement une activité physique sans problèmes; comme ce n'est pas le cas, sachez que l'on ne peux pas vous laisser reprendre une activité quelconque en dehors de la marche que si le testing des muscles jumeaux en étirement, en contraction résistée et à l'enchainement montées sur pointe du pied est entièrement négatif. Si ce n'est pas le cas, il faut vérifier par une imagerie (écho+++) la qualité de la cicatrisation et consulter un orthopédiste qui a l'habitude de traiter ce genre de pathologie qui vous conseillera au mieux et passera peut être au préalable par la case injection de PRP et peut être aura besoin d'une IRM ( mais c'est l'orthopédiste qui décidera et non pas vous ou d'autres confrères). Dr LP

      Supprimer
  66. Bonsoir,
    Voila, apres une seance de judo, je me suis fais mal a mon bras.
    Apres une radio et une eco, voici le diagnostique:
    Petite déchirure musculaire sous forme d'une discrete desinsertion aponevrotique de l'extremite supero-externe du biceps du bras droit.
    J'ai 49 ans. Ma question est simple, est-ce-que la musculation pour moi c'est fini ?.
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire suite à votre recommandation, mon prénom est Gérard

      Supprimer
    2. Bonsoir Gérard, il faut poser votre question au bon endroit, càd sur l'article spécifique consacré aux accidents musculaires en prenant bien soin au préalable de lire l'article. Dr LP

      Supprimer
  67. Bonjour,
    Pourriez-vous m'aiguiller afin que je pose cette question au bon endroit.
    Merci d'avance.
    Cordialement
    Gérard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons Gérard, il vous suffit d'aller dans le sommaire et vous y trouverez l'article adéquat. Dr LP

      Supprimer
  68. Bsr je suis Marie je vous ai explique mon problème en date du 12 septembre en vue d une consultation prochaine avec le chir j ai fait une prise de sang et le résultat des facteurs rhumatoïdes par Élisa est positif la norme est inf 3,5 mon résultat est à 8 qu en pense vous ? Merci de votre reponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, je ne vois pas le rapport de cette recherche biologique et une désinsertion du jumeau interne. Dr LP

      Supprimer
  69. Bonjour docteur,
    Il y a maintenant 8 jours en fin d'entraînement de basket alors que j'etais à l' arrêt j' ai ressenti une douleur à l' arrière du mollet gauche comme si une balle de tennis m' avait frappé, je me suis même retourné. J' ai fait une échographie le lendemain qui m' annonce une désinsertion de la partie moyenne du gastrocnemien medial de l' aponévrose superficielle du soleus. A la pitié (je suis parisien) aux urgences l' orthopédiste me conseille de marcher avec béquille sans botte.
    J' arrive à bien poser le pied sans trop de douleur. Par contre au lever des que je me mets debout je ressents une très vive douleur et mon mollet gonfle très rapidement alors qu' il était souple et normal comme le mollet droit juste avant le lever. Depuis le début je porte des chaussettes de contention classe 2 que je mets des le le lever. Cette douleur au lever s' estompe au fil des heures mais le mollet reste gonfle. Est ce un problème circulatoire qui mérite un traitement ?
    Je ne prends aucun anti-inflammatoire et je glace comme vous l' avez conseillé.
    Merci pour votre conseil avisé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane, suivez bien le protocole, mais à moins que les suites soient satisfaisantes, je vous conseille de bien faire surveiller l'évolution de votre traumatisme par un confrère spécialisé en traumatologie du sport et d'être prudent lors de la reprise d'activité en passant au préalable par la case Kiné en excentrique. Dr LP

      Supprimer
  70. Une dernière question le glaçage doit il être fait plusieurs fois par jour ? A quel intervalle environ ?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On glace au moins 4 à 6 fois par jour, pendant 20 à 30'. Dr LP

      Supprimer
  71. Bonjour,

    Après 6 mois de douleur, une échographie m'a confirmé que j'avais une hernie musculaire au niveau de la cuisse (à confirmer avec une IRM): Est ce que ce problème est curable par d'autres recours que la chirurgie?

    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de lire l'avis préalable aux lecteurs qui souhaitent échanger avec l'auteur. Dr LP

      Supprimer
  72. bonjour,

    Je voulais votre conseil. En effet, depuis plusieurs mois, je me plaignais d'une douleur au niveau du médio-pied des 2 pieds.
    A l'examen clinique on a constaté une rétractation des gastrocnémiens qui entraîne un déficit de flexion dorsale de la cheville genou en extension (ce qui a probablement occasionné un surmenage de l'interligne de Lisfranc avec fissure de fatigue.
    J'ai fait des séances avec un kiné pour récupérer de la flexion dorsale au niveau de la cheville et des exercices à la maison.
    Cela ne me soulage pas beaucoup. Un chirurgien de Bordeaux prpose à sectionner l'aponévrose du gastrocnémien médial des 2côtés.
    J'aimerais votre avis. J'ai très peur et peur de ne plus pouvoir remarcher ...... merci de me réponde Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, il me semble qu'il y'a d'autres moyens que la section chirurgicale des aponévroses des gastrocnémiens médiaux. Puisque vous êtes sur la région de Bordeaux, il faudrait peut être avec l'accord de votre médecin traitant prendre rendez vous avec un confrère MPR comme moi, dans le service de MPR (médecine Physique et Réadaptation fonctionnelle) du CHU de Bordeaux pour vous faire injecter de la Toxine Botulinique. Tenez moi informé, dans un service MPR, ils ont l'habitude de traiter les rétractions tendineuses par ce type d'injection en particulier dans les séquelles d'AVC avec trouble de la marche et pied en varus équin (pied tombant). Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre. J'ai rendez-vous le 3/11 avec mon médecin traitant, et je lui indiquerai vos conseils. Je vous tiens au courant dès
      que la situation aura évolué (prise de rendez-vous, et compte rendu).
      Une autre question vient à moi, j'ai besoin d'anticiper !
      Faut-il renouveler régulièrement ces injections ?
      Merci encore car j'abuse encore de votre temps.
      Bonne journée
      Marie

      Supprimer
    3. Bonjour Marie, mes confrères MPR vous diront mieux que moi. Dans les séquelles d'un AVC avec pied tombant, les injections sont à renouveler, et il faut toujours les faire suivre d'une kinésithérapie d'étirements des muscles dorsi-fléchisseurs. Dans votre cas si la kinésithérapie arrive à récupérer les amplitudes de dorsi-flexion, ce ne sera pas nécessaire de renouveler les injections. Dr LP

      Supprimer
  73. Bonjour,
    je viens vers vous afin d'avoir un avis sur les faits suivants : j'ai passé un irm avec injection le 18/10 qui a juste décellé un discret épaississement en hypersignal T2 de la zone jonction myoaponévrotique entre le gastrocnémien et le soléaire, des deux côtés mais un peu plus marqué à gauche pouvant être séquellaire d'une légère atteinte myoaponévrotique sans décollement significatif.
    Je ne suis pas spécialiste en imagerie mais visiblement je n'ai pas grand chose, aussi j'aimerai avoir votre avis sur le fait que j'ai mal au mollet gauche depuis mai 2016, par l'expression de coups de poignards sur la face interne du mollet. Cette douleur n'apparait qu'au repos, soit au cours du sommeil, soit simplement en train de travailler au bureau assis sur une chaise. Il s'agit d'une douleur toujours aigüe, toujours localisée à cet endroit, et qui ne passe pas... je suis sur Noisy le grand (93) et cherche volontiers à rencontrer un praticien qui saurait m'aider et me dire quoi faire... merci pour votre avis et vos conseils
    Bien cordialement
    Pascal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascal, je ne comprendrais jamais comment on peut demander un IRM, dans une indication de douleurs de repos du mollet. Dans votre cas, avec l'accord de votre médecin traitant, j'éliminerais d'abord une douleur référée qui se projète dans le mollet, d'origine lombaire basse L5/S1, en consultant le service MPR du Dr Jean Yves Maigne à l'Hôtel Dieu de Paris. Si cette hypothèse n'est pas retenue, une bonne évaluation clinique et une imagerie adaptée donnerons le bon diagnostic. Dr LP

      Supprimer
  74. j'ai une atteinte L5/S1 avec arthrose et discopathie depuis 2013, plus double hernie discale en train de se résorber, néanmoins pas de douleur sciatique (pas de cruralgie non plus). la douleur n'est pas sur la partie externe du mollet donc difficile d'associer les douleurs à l'atteinte lombaire (en tous cas de ce que j'ai compris depuis 2 sans que je suis de près ma discopathie).
    J'ai bien noté les coordonnées du Dt Maigne, je vais voir pour un rdv, en espérant qu'il ne faudra pas trop de temps, sinon quelle imagerie me conseillez vous (j'ai fait une écho, deux échos doppler, un irm avec et un sans injection, le tout pour se petit résultat apporté dans mon post précédent)
    je vous remercie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher monsieur, je vous donne la solution sans être informé que vous aviez des problèmes lombaires et vous me sortez une énormité. Bien sur qu'il s'agit d'une douleur projetée d'origine L5/S1 (racine S1) et Jean Yves confirmera. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour,
      je suis allé à l'hôtel Dieu hier matin, le service du Dr Maigne est transféré à Cochin où je me suis finalement rendu pour y rencontrer une jeune rhumato espagnole de qui j'étais le dernier patient avant qu'elle ne reparte en espagne... our elle il faut ponctionner afin de voir si je n'ai pas des facites (si j'ai bien compris) et en comprendre la cause. ma rhumato "habituelle" m'a enfin rappelé hier après midi après 3 jours d'attente, lui ayant expliqué la situation, pour elle aucun rapport entre l'épaississement et mes douleurs. elle me prend entre deux patients lundi en soirée, vu son expérience, elle me confirmera aisément la causalité située sur les lombaires.
      Je vous remercie

      Supprimer
    3. Vous devez consulter Jean Yves Maigne et personne d'autres, il consulte 18 av Friedland, 75008 PARIS, Tél : 01 40 54 93 25. Quand à l'avis de votre rhumato, nous verrons ce qu'en dira Jean Yves. Dr LP

      Supprimer
  75. Merci pour votre avis, dsl pour l'énormité mais je ne suis pas médecin et fais ce que je peux pour comprendre pourquoi j'ai mal depuis plusieurs mois... pour info cette énormité m'a été plusieurs fois confirmé (ne pas associer une douleur de la face interne du mollet à une discopathie), donc soit je n'ai rien compris (fort possible), soit les personnes que j'ai croisées sont assez incompétentes (tout aussi possible) soit vous être largement au dessus de ce petit lot (tout aussi possible) et il est grand temps pour moi d'avoir à faire à des gens réellement compétents, d'où l'absolu besoin de retrouver le Dr Maigne.
    Je vous remercie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que vous avez soit une sciatique S1 tronquée (douleur rapportée dans le mollet uniquement par souffrance partielle de la racine S1), soit une sciatalgie tronquée par douleur référée dans le mollet, par souffrance du segment intervertébral L5/S1, soit un peu des deux. Enormité parce que justement n'étant pas médecin, vous commencez par mettre en doute ma première réponse (le mollet est innervé par la racine S1 et certaines sciatiques ou sciatalgies ( forme atténuée) ne sont que partielles. Pour le reste, les cliniciens dont je m'honore de faire partie, sont en voie de disparition et si vous aviez un tant soit peu parcouru ce blog d'information, vous vous apercevriez que la clinique est au centre de tout. Pour finir, je vous conseille de lire attentivement l'article consacré aux lombalgies, vous y apprendrez surement beaucoup de choses. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonsoir,
      diagnostic confirmé après avoir écarté une éventuelle pathologie neuro-musculaire via un électromyogramme, infiltration en péridurale à faire en L4L5.
      Je vous remercie

      Supprimer
    3. Suis content pour vous et merci du retour. Dr LP

      Supprimer
    4. J'ajoute que c'est très exactement ce que j'aurais fait, votre colonne lombaire trop abimée n'est pas une bonne indication des manipulations vertébrales lombaires. Dr LP

      Supprimer
  76. Bonjour M Pallure
    Je me permets de venir vers vous car ma fille de 19 ans qui est en fac de sport (STAPS) souffre depuis plusieurs mois d'une douleur au mollet qui la pénalise dans ses activités sportives. Malgré du repos (entre juin et septembre) cette douleur est revenue dès la rentrée. L'IRM passé aujourd'hui indique : "Petite lame liquidienne au niveau de l'aponévrose du muscle gastrocnémien médial pour rentrer dans le cadre d'une désinsertion musculo-aponévrotique à minima". Nous avons rendez-vous chez le généraliste la semaine prochaine, mais j'aimerai bien, si vous le permettez, avoir votre avis. Pensez vous qu'un kiné pourra intervenir ? Faut il une dispense totale de sport (ce qui n'est pas pour l'arranger!) car malgré la glace et les strapp qu'elle se fait régulièrement avant le sport, rien n'y fait. Que conseilleriez vous ? Merci encore pour votre réponse et ce blog qui aide un père un peu largué !
    Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Laurent, une désinsertion est un diagnostic essentiellement clinique, une simple échographie suffit pour confirme le diagnostic. En général, une désinsertion quand elle est diagnostiquée dans les suites immédiates du traumatisme déclenchant, que le protocole Rice est mis en place rapidement , suivi d'une kinésithérapie spécifique et du port d'une talonnette, les choses s'arrangent bien. Elle doit impérativement suspendre toute activité sportive, sauf la marche, porter une talonnette, suivre une kinésithérapie spécifique d'une douzaine de séances (3 fois par semaine) avec reprise progressive des activités sportives au 2ème mois et tout devrait rentrer dans l'ordre après 6 à 8 semaines. En Staps, n'étant pas à l'abri de problèmes traumatiques récurrents, votre fille devrait plutôt consulter un confrère spécialisé en traumatologie sportive. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour votre réponse rapide. Nous allons suivre vos conseils !

      Supprimer
  77. Bonjour,

    Je me suis fait un tennis leg en courant après mon train en juin 2016. Diagnostic au vu de l'échographie : hématome intra-musculaire s'étendant sur 20 x6x8mm évoquant une zone de décollement sur le versant distal du chef médial du muscle gastrocnémien. Lame liquidienne adjacente de 2cm x 1,3mm. Lame liquidienne de 11x2,5x9mm dans le creux poplité au contact de la partie haute du chef médial du muscle gastrocnémien.
    Après cinq semaines de repos, j'ai repris la marche progressivement et aujourd'hui je n'ai plus de douleurs. Je n'ai jamais fait d'échographie de contrôle car je ne pratique pas de sport hormis le ski. Ma question est la suivante : Ayant l'intention de skier en février, soit 8 mois après mon accident, dois-je passer une échographie de contrôle et subir le testing musculaire ou puis-je m'en passer ? Si non,Connaissez-vous un bon médecin en Région Parisienne ? Je vous remercie d'avance pour vos conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sylvain; à plus de trois mois post traumatique il n'est plus nécessaire de repasser par la case imagerie, par contre faire un peu de vélo d'appartement ou en salle de sport et aussi vous tester progressivement à la course à pied en commençant par trottiner me semble beaucoup plus important. En prévision du ski, quelques séances de kinésithérapie ne seraient pas superflues (10 séances sur 4 semaines) de manière à étirer vos muscles jumeaux et les renforcer en concentrique, puis en excentrique. En région parisienne, en cas d'autres problèmes traumatiques, je vous conseille le Dr JB Courroye: Clinique Nollet, 23 rue Brochan,t Tel : 01 44 85 19 00 ou Clinique du Landy, 23 Rue du Landy 93400 St Ouen, Tel 01 49 45 84 52. Dr LP

      Supprimer
    2. Je vous remercie pour tous ces conseils précieux.

      Sylvain

      Supprimer
  78. Bonjour le dimanche 23 octobre lors d'un match de football j'ai été foudroyé sur place au mollet gauche impossible de poser le pied à terre, arrêt de travail suivi du protocole grec jusqu'à l'échographie effectué le jeudi 27 novembre qui a confirmé une rupture du soléaire avec hématome de 4cm sur 2cm et un décollement de 9cm, samedi 29 Octobre en fin de journée grosse sensation d'incofort au niveau du mollet douleur atroce sous le bandage compressif direction les urgences où l'on me dis que l'hématome s'est mis à resaigner sans doute pour les médecins un des effets contraires des piqûres prescrites pour la phlébite, on me laisse rentrer chez moi avec un traitement anti douleurs beaucoup plus fort, hier soir revisite aux urgences avec un mollet dur comme de la brique et des douleurs atroces, gardé en observation cette nuit avec antidouleurs par intraveineuse pour me soulager, le docteur du service trauma m'informe qu'il faut passé une nouvelle écho pour voir l'état de l'hématome et qu'il ne faut rien faire pour l'instant mais attendre de voir l'evolution de celui ci dans une semaine, dans l'impossibilité de passer mon écho dans cette établissement celui ci sollicite un collègue d'un autre hopital où il interveient pour passer cette écho et me donne rdv mardi 9 novembre pour voir l'évolution de l'hématome. Cette aprés midi j'ai donc passé l'examen et la trés mauvaise surprise L'échographe a rarement vu une lésion comme celle ci l'hématome entre le jumeau interne et le soleaire est passé de 4 sur 2 cm à 20 CM de long 7 cm de large et 4cm de profondeur. d'aprés vous dois je recontacté avant mon rdv de mardi prochain le docteur en traumatologie vu l'ampleur de l'hématome et étant un grand pratiquant de sport avec le football et la course à pied y a t-il des risques de séquelles musculaire pour la suite ? merci d'avance pour le temps que vous m'accorderait pour répondre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Julien, quand la douleur est syncopale et l'hématome important, dans mon expérience la meilleure solution est de l'évacuer rapidement chirurgicalement, les suites étant alors très simples. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour , quelques nouvelles depuis mon dernier message , je suis bien passé par la case chirurgie afin d'ôter l'hématome et nettoyé la zone lésée afin de permettre une meilleure cicatrication. J'ai quelques points de sutures qui disparaitront d'ici 15 jours et doit porter un bas de contention jusqu'au 4 décembre date de contrôle avec mon chirurgien. Par contre je pensais retrouvé une certaine mobilité de ma jambe celle ci est toujours bloqué a 60 degrés impossible de tendre la jambe ou de poser le pied à plat au sol pensais que si je commence la kiné maintenant je retrouverai de la souplesse ou il me faut attendre que la cicatrisation se fasse entre mes deux muscles.

      Supprimer
    3. Bonsoir Julien, très bonne nouvelle de savoir que vous avez été traité chirurgicalement; pour le reste, c'est toujours le chirurgien qui fixe les modalités de la rééducation; commencez par de la marche avec talonnette éventuellement avec béquilles si ça tire un peu. La kiné vous sera indispensable pour retrouver de bonnes amplitudes et de la force d'abord en concentrique puis en excentrique, mais c'est le chir qui vous donnera le feu vert. Dr LP

      Supprimer
  79. Bonjour, il y a un peu plus d'un an, au cours d'un entrainement de volley, j'ai ressenti une douleur très vive au mollet.
    J'ai alors passer une première échographie qui révélait une désinsertion du jumeau interne, puis une autre au cours de laquelle le radiologue a réalisé une ponction. Par la suite, j'ai eu une quinzaine de séances de kiné... Mais aujourd'hui, une douleur persiste, le muscle ne parait pas avoir retrouvé sa forme initiale. Lors d'une extension un creux se forme au niveau de l'intérieur du mollet... Je ne sais pas vers qui me tourner avez-vous des conseils?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pauline, revoyez votre médecin traitant pour qu'il vous prescrive une nouvelle échographie et en fonction des résultats, faîtes de la kinésithérapie, ou consultez un orthopédiste spécialisé dans les blessures sportives qui vous conseillera au mieux. Dr LP

      Supprimer
  80. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  81. Bonjour docteur (suite de mon premier message du 21 octobre Stéphane)
    Suite à une désinsertion musculaire au niveau du mollet et un hématome, le radiologue a constaté lors d'un écho Doppler une phlébite sur 3 veines au niveau du mollet. Je suis en arrêt de travail depuis un mois et mon médecin me rajoute un mois d'arret de travail pour la phlébite. Je suis sous anticoagulant xarelto. Ce que je ne comprends pas c'est que depuis le début j'ai bien appliqué les consignes : surélever la jambe, glaçage, et chaussette de contention. Je pouvais poser le pied des le départ même si c'etait douloureux.
    Pensez vous qu'un arrêt de travail d'un mois est justifié pour une phlébite sachant que je travaille assis devant écran toute la journée.
    Merci
    Cdlt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane, un arrêt de travail doit correspondre à une incapacité temporaire à exercer son activité professionnelle; si ce n'est pas le cas, posez la question à votre médecin. Dr LP

      Supprimer
  82. Bonsoir docteur,

    J'ai bien peur de ne pas être très original dans mon histoire. J'ai 43 ans. Le 19.11.16 en voulant faire une course, départ arrêté contre mon chien, je me suis effondré net au départ. J'ai clairement entendu un claquement (ou un craquement). La douleur à été très violente. Bilan après une première echo à J+4 : désinsertion musculo-aponévrotique du gastrocnemien médial avec collection hématique sur pratiquement toute sa hauteur, sur 10mm d'épaisseur et 50mm de transverse. Rupture partielle de la jonction myotendeuse.
    Les 4-5 premiers jours, la douleur allait en s'atténuant mais à partir du 6ème jour une douleur ankylosante, voire début de crampe dès que je me mettais à la verticale sur mes béquilles. Cela fait aujourd'hui 11 jours que je suis arrêté et j'ai clairement l'impression que cela ne va pas vers le mieux: impossibilité de poser le pied par terre sans une vive douleur au mollet, impossibilité de tendre la jambe, de la déplier sans une douleur qui lance dans le muscle. Ajouté à cela un mollet qui même si il a désenfle reste dit comme de la pierre. Je mets bien toujours en place et toute la journée le protocole GREC.
    Mon interrogation est la suivante : mon médecin traitant me prend bien évidemment au sérieux mais je ne suis pas certain qu'il connaisse tout les tenants et les aboutissants sir cette pathologie quand je lis sur ce blog que certaines personnes sont arrêtées depuis plus de 2 mois ou bien que d'autres encore ont recours à la chirurgie. J'ai du mal à imaginer reprendre le travail dans 4 jours.
    Devrais-je prendre mon mal en patience? Dois-je consulter un médecin spécialisé?
    J'avoue que je cogite un peu (beaucoup même) allongé sur mon canapé.
    Je vous remercie, docteur, par avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jacques, dans votre protocole, portez vous une bande de compression grade 2 et observez vous le déclive la nuit? Cette dégradation fonctionnelle chez vous, pourrait témoigner de la présence d'un hématome conséquent qu'il faut soit évacuer à l'aiguille en fonction de son volume, soit évacuer chirurgicalement. Refaites très vite une échographie et en fonction du volume de l'hématome, le radiologue doit l'évacuer ou passer la main à un chir orthopédique. Dr LP

      Supprimer
    2. Bonjour Docteur,
      Merci pour votre réponse rapide.
      Je ne porte plus la bande de compression grade 2 car la douleur sur l'hématome etait vraiment trop vive. Un médecin que j'ai vu aux urgences à J+7 en raison de risque de phlébite et qui m'a fait une 2eme écho m'a conseillé de laisser tomber momentanément la chaussette de contention au regard de la taille de l'hématome (?) apparaissant sur l'écho (il justifiait le fait que je puisse avoir mal).
      Et non, je n'observe pas la position déclive lors de la nuit. Je vais donc m'y mettre dès la nuit prochaine.
      Tout le problème aujourd'hui pour mon cas ne réside-t-il pas entre un attentisme passif (en clair, du repos préconisé par mon médecin) et les conseils que vous me prodiguez et que je dois donc provoquer?

      Supprimer
    3. Jacques, Il faut vite évacuer l'hématome et faire suivre cette évacuation par une infiltration de 2,5cc d'hydrocortancyl 125 mg, comme préconisé par nos confrères de la Pitié Salpétrière pour prévenir un cloisonnement toujours possible, remettre la bande de contention et adopter le déclive la nuit. Dr LP

      Supprimer
    4. Et même injecter les 5cc d'hydrocortancyl 125 mg. Dr LP

      Supprimer
    5. Merci pour ces conseils.
      Je vais commencer par remettre la bande de contention dès à présent.
      et essayer d'avoir une nouvelle échographie pour évaluer l'hématome à ce jour. De manière à mettre en place la procédure que vous préconisez.
      Merci et bonne soirée

      Supprimer
  83. Cher Docteur Pallure

    Tout d’abord, merci pour votre article et les réponses aux commentaires. J’ai pu y trouver des réponses à beaucoup de mes questions. Cependant J’ai encore quelques questions. Voici « l’histoire » de ma blessure :
    Je suis un homme de 31 ans, 183cm pour 72kg. Coureur de fond amateur (entre 30 et 70km de course par semaine hors blessure).
    10.09.2016 : Vive douleur au mollet gauche lors d’un jogging de reprise suite à un « syndrome de l’essuie-glace ». Impossible de de poser le pied au sol pour une période d’une semaine
    05.10.2016 : De nouveau une vive douleur intervenue en marchant. Cette fois avec deux hématomes apparents drainants vers la cheville (cheville devenue marron). L’un sur la face intérieur du mollet, vers le haut du tibia et l’autre en plein milieu du mollet.
    19.10.2016 : De nouveau une vive douleur intervenue en marchant. Sans hématome apparent.
    12.11.2016 : De nouveau une vive douleur intervenue en marchant. Cette fois avec deux hématomes apparents. L’un sur la face intérieur du mollet, vers le haut du tibia et l’autre en plein milieu du mollet.

    Les jours suivants chaque incident, j’ai appliqué le principe RICE pendant 3-4 jours.
    Une IRM a été faite en Allemagne le 11.11 et n’a rien révélé.
    J’ai consulté en un médecin du sport renommé en France le 18.11 et elle m’a diagnostiqué une désinsertion du jumeau interne soléaire.
    J’ai consulté un Orthopédiste en Allemagne le 24.11. Une échographie a été réalisée et un hématome a été détecté sur la face intérieure du mollet. Lorsque j’ai évoqué une désinsertion, le médecin m’a dit qu’une « déchirure reste une déchirure ». Ses recommandations sont : arrêt du port de bas de contention, utilisation de « K-tape », ne pas rester statique et marcher sans boiter et sans aide de béquilles... Commencer des étirements légers.
    J’ai consulté un Chirurgien Orthopédiste en Allemagne le 24.11. Une échographie a été réalisée et une déchirure a été détectée au milieu du mollet. Lorsque j’ai évoqué une désinsertion, le médecin m’a dit ne pas comprendre ce dont je parlais et n’a pas sondé la partie haute intérieur du mollet. Ses recommandations sont : limiter les mouvements pour les prochaines 4 semaines et utilisation de la chaleur. Seul le temps pourra me guérir. Il m’a également prescrit un « manchon » de compression Tricodur Myomotion.
    J’ai également suivi 2 séances de Physiothérapie. Mais je doute de l’efficacité du traitement, puisque le thérapeute se concentre sur mes muscles des hanches qu’il juge trop raides.
    Etant expatrié en Allemagne, je dois me soigner dans ce pays, mais j’ai l’impression que les médecins allemands ne reconnaissent pas désinsertion du jumeau interne soléaire et que cela empêche un traitement approprié. J’ai également le sentiment de ne pas être pris au sérieux tant les consultations sont expéditives alors que je suis littéralement handicapé depuis presque 3 mois maintenant. Il m’est impossible de marcher plus de 50m sans béquilles, et à chaque rechute, la marche met plus de temps à revenir.
    Quelles sont vos recommandations pour une guérison totale de la blessure ?
    Dois-je utiliser la chaleur, ou alterner chaud-froid, pour activer la guérison ?
    Recommandez-vous du repos, ou du mouvement ?
    Préconisez-vous une alimentation particulière ?

    Sincères salutations de Hambourg,

    Yannick B

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yannick, les médecins de médecine et traumatologie du sport français ne sont en rien inférieurs à nos confrères allemands, soyez en persuadé. Une désinsertion musculo aponévrotique du Jumeau interne présente des caractéristiques cliniques et para-cliniques (échographie) très caractéristiques et je vous recommande de suivre à la lettre les recommandations thérapeutiques qui sont préconisées dans l'article et en particulier le protocole Grec ou Rice, sans oublier la contention, la position déclive la nuit et le port d'une talonnette. La reprise précoce de la marche avec béquilles tant que l'appui est douloureux et vider l'hématome s'il est conséquent avec infiltration de 5cc d'hydrocortancyl 125 mg est également important. Enfin une bonne kinésithérapie est recommandée; elle doit précéder la reprise progressive des activités physiques. Enfin rechercher une épine irritative vertébrale lombo-sacrée est à rechercher et à traiter en parallèle. Dr LP

      Supprimer
  84. Bonjour Docteur,

    Merci pour cet article, je suis un sportif de 25 ans. Il y a 2 mois j'ai subi une rupture partielle de la jonction myotendineuse distale et un décollement aponévrotique du gastrocnémien suite à un départ arrêté lors d'un entrainement de basket (au milieu de l'entrainement). J'ai respecté dix jours de repos et de glaçage, suite à cela j'ai effectué une échographie de contrôle. Celle-ci à montré que la déchirure n'était pas encore guérit mais cela suivait sont court, cependant un hématome très important empêchait le recollement du muscle. J'ai donc subit une ponction (50ml mélange lymphe et sang on été enlevé), l'on ma mis un pansement compressif durant 48h avec du repos. 10 jours plus-tard une échographie de contrôle à révélé que de la lymphe était revenu, j'ai eut le droit à une deuxième ponction avec pansement compressif pendant 48h (35ml ont été enlevés) la déchirure n'était plus présente mais les fibres sont encore en reconstitutions, le médecin à aussi identifié un moignon distal de tendon plantaire grêle rompu. Jeudi derniers, j'ai re-fait une échographie de contrôle, le liquide était revenu alors que je notais une absence de douleurs depuis plusieurs jours auparavant (je ne marchait pas normalement pour autant), je viens donc de subir ma 3èmes ponctions avec pansement compressif durant 48h (cette fois 25ml on été extrait). Je voudrais savoir si le traitement est bon ? Si non, qu'elle est le bon traitement. Si oui, qu'est-ce qui pourrais favoriser le recollement. Je vous remercie par avance pour votre réponse.

    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Romain, si vous avez bien lu l'article, il est intéressant après la ponction d'injecter un flacon d'hydrocortancyl 125 mg. Normalement à 60 jours du traumatisme, le problème devrait être réglé et si vous êtes sportif de haut niveau, ce serait bien de consulter un chirurgien spécialisé dans les traumatismes sportifs. Dr LP

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse si rapide, qu'elle est l'intérêt de ce produit et sont impact sur la guérison ? Je vais voir mon médecin demain, je vais lui demander le nom d'un chirurgien afin de suivre votre conseil.

      Supprimer