Préalables à lire pour tous ceux qui désirent échanger avec l'auteur +++:

- il faut, pour que l'auteur réponde aux questions qui lui sont posées, qu'il y ait au moins un prénom, et c'est la moindre des choses et que la question soit posée au bon endroit, c'est à dire sur l'article du blog correspondant à la question posée ++.

- la réponse de l'auteur sera d'autant plus pertinente que la demande d'information où la où les questions posées par les visiteurs du blog soient le plus possible, concises et formulées clairement et qu'elles contiennent des renseignements cliniques, on ne soigne pas des images, mais une symptomatologie clinique ++.

- souvent les questions posées par les visiteurs sont redondantes, alors qu'elles sont le plus souvent clairement développées dans le texte de l'article où dans les commentaires qui font suite aux articles; l'auteur recommande avant de poser une question, de lire attentivement l'article et les différents commentaires qui le suivent ++.

- si un article donne entière satisfaction, n'hésitez pas à recommander son contenu sur google (en bas de l'article) ++. Très peu d'entre vous le font et pourtant c'est un encouragement pour l'auteur a sans cesse améliorer la qualité des articles.

- ce blog mis gratuitement à la disposition de tous et sans recours à la publicité a été conçu essentiellement pour informer, éduquer les lecteurs et les faire réfléchir++ avec possibilité d'échanger avec l'auteur sur une pathologie ou un problème d’entraînement, uniquement par l'intermédiaire du blog et non pas par l'intermédiaire des résaux sociaux (facebook ou linkedin) et encore moins par téléphone ou boite mail ++.

- enfin ce blog d'information ne saurait être un lieu d'expression d’une quelconque insatisfaction où agressivité envers quiconque où d'échanges d'avis entre lecteurs sur leurs pathologies respectives.

Merci à tous les visiteurs de respecter ces principes et de ne pas se cacher derrière un anonymat potentiellement source de dérives.

Avis à lire par tous les lecteurs:

"Un médecin du sport vous informe" répond à la demande de nombreux confrères, patients et sportifs. Il est le reflet de connaissances acquises tout au long de ma vie professionnelle auprès d'enseignants remarquables, connaissances sans cesse actualisées que je me suis efforcé de rendre accessibles au plus grand nombre par le biais d’images trouvées sur le Net, images qui sont devenues par la force des choses la propriété intellectuelle de tous; si cela dérange, elles seront retirées.

Certains articles peuvent apparaître un peu plus polémiques que d'autres et indisposer, mais il n'est pas question pour l'auteur de tergiverser ou de se taire, quand il s'agit de problèmes d'éthique, en particulier en matière de dopage, et quand la santé des sportifs est en jeu, compte tenu du nombre élevé de blessures liées au surentraînement et à une pratique imbécile d'une certaine musculation, qui n'est plus au service de la vitesse et de la force explosive, les deux qualités physiques reines, qui ne respecte pas les règles de la physiologie musculaire et qui, au lieu d'optimiser la performance, fait ressembler certains sportifs body-buildés à l'extrême, davantage à des bêtes de foire gavées aux anabolisants qu’à des athlètes de haut niveau.

Ce blog, majoritairement consacré à la traumatologie sportive, est dédié à mes maîtres les Prs Jacques Rodineau, Gérard Saillant et à tous les enseignants du DU de traumatologie du sport de Paris VI Pitié Salpétrière et en particulier aux docteurs Jean Baptiste Courroy, Mireille Peyre et Sylvie Besch. L'évaluation clinique y tient une grande place: "la clinique, rien que la clinique, mais toute la clinique" et s'il y a une chose à retenir de leur enseignement, c'est que dans l'établissement d'un diagnostic, l'examen clinique, qui vient à la suite d'un bon interrogatoire, reste l'élément incontournable de la démarche médicale et répose sur une triple démarche:

1 - une bonne analyse des symptômes que rapporte le patient qui doivent d'emblée évoquer un certain nombre de diagnostics plausibles.

2 - la recherche de signes cliniques dont la cohérence entre eux et la cohérence avec les données de l'interrogatoire permettent d'approcher de façon encore plus précise le diagnostic lésionnel.

3 - la nécessité de faire concilier les données de l'anamnèse et de l'examen avec les renseignements fournis par les bilans d'imagerie que le patient a déjà en sa possession ou en demander de nouveaux qui seront toujours guidés par les renseignements provenant de l'évaluation clinique (Jacques Rodineau).

Mais il faut en convenir, l'imagerie moderne qui a pris une place considérable dans la médecine moderne (échographie, scanner, IRM), lorsqu'elle est prescrite à tort et à travers, en plus d'être inutile et couteuse en terme de dépenses de santé, va se substituer à la clinique et par excès de sensibilité et manque de spécificité va donner bon nombre de faux positifs.

Hommage aussi au Pr Robert Maigne et à son école de médecine manuelle de l'Hôtel Dieu de Paris ou j'ai fais mes classes et actuellement dirigée par son fils, le Dr Jean Yves Maigne.

Je n'oublie pas non plus le GETM (groupe d'étude des thérapeutiques manuelles) fondé par le Dr Eric de Winter et ses enseignants, tous des passionnés; j'y ai peaufiné mes techniques et enseigné la médecine manuelle-ostéopathie pendant 10 années.

Articles les plus consultés et à juste titre: traumatologie du poignet et de la main, les lombalgies, dont la lecture attentive est recommandée à ceux qui ont mal au bas du dos et à tous les autres à titre préventif, les cervicalgies, les dorsalgies, le syndrome du défilé thoraco-brachial, les entorses et autres traumatismes fermés et les fractures du cou et du médio-pied, des métatarsiens et des sésamoïdes du gros orteil.

Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin Athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et fédération française d’Athlétisme.

samedi 22 décembre 2012

Commotion cérébrale et rugby

En juin 2011, la commission médicale de la FFR et de la LNR (Peyrin, Hager, Fière etc)  a adressé à tous les clubs et à tous ses médecins, des recommandations à propos des commotions cérébrales qui sont avec les commotions médullaires des lésions susceptibles d'entraîner des séquelles majeures chez les joueurs de rugby, le nouveau fléau de l’ovalie représenté par le KO debout ne cessant d’augmenter. Toujours plus rapides et toujours plus puissants, les joueurs sont impliqués dans des chocs de plus en plus violents dont les conséquences à moyen et long terme, si l'on fait référence à la boxe, ont de quoi inquiéter. A noter une avancée que l'on doit à nos confrères de l'AS Montferrand, avec le dosage de la protéine S100 béta dont le dosage sanguin augmente après tout choc cérébral, corrélé aux signes cliniques de commotion.



Il ne faut pas confondre une commotion cérébrale avec perte de connaissance, d'une perte de connaissance avec arrêt cardio-circulatoire qui constitue une urgence extrême obligeant à recourir à des gestes de réanimation immédiats (massage cardiaque et défibrillation, libération des voies aériennes et bouche à bouche) et en corollaire la nécessité absolue de médicaliser autant que possible les matches de rugby et au delà du rugby, toutes les activités physiques et sportives à risque+++.
Les symptômes d'une commotion cérébrale:
Ils peuvent s'accompagner d'une perte de connaissance, ou aller des maux de tête aux vertiges et se compliquer par des troubles de la mémoire ou du caractère et par des insomnies.




Définition de la commotion cérébrale (concussion des anglo-saxons).
Une commotion cérébrale est un trouble soudain et rapidement résolutif du fonctionnement du cerveau secondaire à un traumatisme crânien ou à tout impact à un autre endroit du corps transmettant à l'encéphale des contraintes d'inertie importantes.
       

Florian Fritz (Stade Toulousain)

Le diagnostic:
Il est évident quant la commotion cérébrale entraîne une perte de connaissance:
1- Le premier geste à faire est de vérifier comme déjà dit l'état cardio-circulatoire (en cas d'arrêt cardiaque le pronostic vital est en jeu et il faut de suite entreprendre une réanimation).
2- Le deuxième geste à faire est de protéger le rachis cervical en le mettant en rectitude et de  maintenir cette rectitude par un minerve.
3- Une commotion cérébrale avec perte de connaissances peut s'accompagner :
- de convultions (crise tonico-clonique généralisée)
- d'un rachis cervical hypotonique (nécessité absolue de le mettre en rectitude pour le protéger+++).
- d'une hypertonie des membres supérieurs (les bras sont tendus et implorent)
4- Mais toute commotion cérébrale n'entraîne pas obligatoirement de perte de connaissance. Le diagnostic de commotion est alors porté sur la constatation des symptômes suivants, chacun ayant la même valeur et pouvant survenir isolément ou en association :
- confusion mentale, obnubilation
- troubles de la vue
- amnésie rétrograde (perte du souvenir des faits précédant immédiatement le traumatisme)
- amnésie antérograde (amnésie post-traumatique des faits qui suivent immédiatement le traumatisme)
- troubles de l'équilibre =ataxie = marche et équilibre instable
Conséquences immédiates: 
La commotion cérébrale diminue les performances du joueur pendant au moins quelques heures, augmentant son risque de nouvelles blessures. Elle a un effet cumulatif sur le dysfonctionnement cérébral si elle se répète dans les 48 premières heures au moins, avec potentiellement des conséquences graves, voire vitale, chez l'enfant et l'adolescent (le syndrome du deuxième impact).
 Il faut impérativement sortir le joueur et surtout si c'est un enfant, de l'aire de jeu dès le 1er impact+++.
Conséquences à long terme: 
Les commotions cérébrales répétées sont susceptibles d'augmenter à long terme le risque de survenue d'une encéphalopathie chronique post traumatique par  maladies neuro-dégénératives en particulier la maladie de Parkinson (exemple du boxeur Mohamed Ali).
Conduite à tenir sur le terrain: 
Toute suspicion de commotion cérébrale impose de sortir immédiatement et définitivement le joueur du terrain pour le match en cours. La recherche d'un traumatisme du rachis cervical associé est systématique. Au moindre doute, le joueur doit être transféré vers une structure hospitalière pour avis spécialisé.
Retour au jeu: 
Une consultation spécialisée doit être réalisée après un délai de 48h de repos complet afin d'établir les critères de retour au jeu qui doit se faire par paliers successifs de 24 h, en s'assurant de l'absence de tout symptôme entre chaque palier:
Palier 1 : repos physique et intellectuel complet
Palier 2 : travail aérobie doux (vélo, piscine, marche).
Palier 3 : entraînement physique normal.
Palier 4 : entraînement sans contact.
Palier 5 : entraînement avec contact
Palier 6 : retour à la compétition
Conditions de retour au jeu: 
Lorsque le joueur est arrivé au palier 4 sans symptôme, une nouvelle consultation spécialisée dite " de retour au jeu" est programmée dans un délai variable selon la gravité de la commotion évaluée lors de la consultation à 48H par la classification de Cantu, afin d'autoriser la reprise:
Grade 1 : pas de perte de connaissance,amnésie ou symptomatologie durant moins de 30 min; pas de délai particulier.
Grade 2 : perte de connaissance de moins d'une minute, amnésie ou symptômes de plus de 30 min mais de moins de 24 h; délai d'une semaine.
Grade 3 : perte de connaissance de plus d'une minute ou amnésie supérieure à 24 h, symptômes présents encore à 7 jours; délai de deux semaines.
Chez l'enfant et le jeune adulte (jusqu'à U 20), ou en cas de deuxième commotion dans les douze derniers mois (quelque soit le grade): délai de trois semaines. A partir de la troisième commotion en 12 mois: délai de trois mois et reprise après expertise.
Conclusion: 
La commotion cérébrale est un traumatisme sérieux dont les règles de prise en charge doivent être rigoureusement respectées. Les délais prescrits de repos sont incompressibles et peuvent être rallongés en fonction d'autres éléments associés qui restent à l'appréciation du médecin référent spécialiste.
La commotion cérébrale, un traumatisme dont la fréquence ne cesse d'augmenter dans le rugby Pro.
La Fédération anglaise de rugby a annoncé que la commotion cérébrale était, pour la troisième année consécutive, la blessure la plus fréquente en match (12,5% du total des blessures). Un constat plus inquiétant a également été dressé: les traumatismes crâniens auraient, selon une étude, augmenté de 59% entre les saisons 2012-2013 et 2013-2014. Alors que 54 cas avaient été recensés il y a deux ans, le chiffre a grimpé de façon impressionnante l'année passée (86, matches et entraînements compris).
«Pour réduire le risque de blessure, il est nécessaire de coordonner l'approche entre les professionnels de la santé, les préparateurs physiques, les coaches, les arbitres et les instances», a commenté Simon Kemp, responsable de la Sports Medicine Rugby Football Union. Pour Richard Bryan, président du syndicat des joueurs, «la connaissance de la commotion est un facteur déterminant». Or, ce type de blessure n'est pas toujours géré correctement (lire L'Équipe Explore, "jeu de massacre").
A méditer aussi l'interview dans le journal MIDI OLYMPIQUE de décembre 2015 de Marc Dal Maso, l'ancien talonneur international qui livre un combat contre la maladie de Parkinson, qu'il semble rattacher à de multiples commotions cérébrales et "aux nouveaux comportements en matière de préparation physique (musculation imbécile avec recherche à tous prix de l'hypertrophie musculaire induisant un jeu en percussion) dont la première génération de joueurs semble avoir payé quelques pots cassés" (Emilie Dudon, journaliste MIDOL) et qui perdure.
La protéine S100 béta
A noter une avancée dans la protection des commotionnés du rugby, le travail mis en place par le staff médical de l'AS Montferrand, en collaboration avec le Professeur Vincent Sapin (Chef de service de Biochimie Médicale au CHU Gabriel Montpied de Clermont-Ferrand) qui étudie depuis de longues années les dosages de la protéine S100 béta, lors des traumatismes crâniens).
Le staff Clermontois a mis en place un dosage systématique de la S100B après commotion cérébrale , dans le but de trouver une corrélation entre état de choc cérébral et élévation de cette protéine S100 béta dans le sang.
Le cerveau n'étant pas un organe pas comme les autres, l’élévation de cette protéine après un choc cérébral, témoigne de façon significative de l’état traumatique du cerveau. Le staff Clermontois (les Drs Stiernon et Abbot ont constaté, une hausse systématique du taux sanguin de cette protéine après toute commotion cérébrale avérée et surtout une hausse qui perdure dans le temps, en corrélation avec les signes cliniques et retour au dosage normal de base propre à chaque joueur, lorsque celui ci ne ressent plus rien. Il y a également contraste avec les dosages des joueurs qui ont reçu de nombreux chocs durant un match mais sans être commotionné. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire